Avertir le modérateur

18/07/2017

quelque part par là

DE3XwcNXkAACIIA.jpg

un endroit parfait pour se faire oublier et pour tout oublier...

je ne suis pas là mais je ne suis pas loin

à plus tard...

 

tgb

Share|






 

04:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

13/07/2017

17 scrupules comme autant de cailloux dans leurs chaussures

 

DCx2RQ4XoAQc0Ii.jpg

Du latin scrupulus qui signifie « petite pierre pointue » et au sens figuré « sentiment d'inquiétude, embarras, souci ». Les légionnaires romains portaient des sandales. Lorsqu’une petite pierre entrait entre le cuir et la peau elle gênait la progression du soldat. D’où, aujourd’hui, ce sens du scrupule qui taraude l’esprit l’empêchant d’avancer. Wiktionnaire

On est 17, on est 1700, et par un prompt renfort on est 170 000 insoumis à pas lâcher l’été. Et pendant que le gouvernement rétrograde et son jupiter beauf, raciste et impubère, démolit le code du travail et applique avec mépris la théorie du ruissellement

DEh4QbVWsAAvund.jpg

qui enrichit trois nababs pour appauvrir tous les autres gens, 17 députés acérés portes voix de 500 000 insoumis engagés et de 7 millions d’électeurs se battent inlassablement à l’assemblée et font plus de bruits que 400 godillots bien alignés dans leur casier comme autant de charentaises.

17 c’est pas beaucoup mais ce sont autant de scrupules, de petits cailloux dans la chaussure de chacun des mercenaires de ce gouvernement au service de l’oligarchie.

DEY1xHjW0AEU0Vh.jpg

17 petits cailloux dans la chaussure de Tina c’est l’air de rien autant de petites gènes d’abord qui empêchent d’avancer les marcheurs du marché au pas et qui peu à peu freinent la cadence et forcent à claudiquer.

17 petits rejetons de Mélenchon qui en créeront eux mêmes 17 qui en ensemenceront 17 sont et seront exponentiellement, comme autant de milliers de graines à faire chier les versaillais.

DDY2zYlW0AAtjXW.jpg

Oui on partira en vacances, oui on ira au farniente, oui on finira par se la couler douce en légitime insouciance mais sous chaque parasol, mais sur chaque barbecue, mais sur les sentiers des vaches mais derrière chaque meule de foin il y aura une sentinelle insoumise, un tract appelant à lutter, une caravane nomade résistante et offensive comme autant de sparadraps chiants à décoller.

Si vous avez l’impression que vous êtes trop petit pour changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique

L’été sera vigilant, mobilisé, dans un hamac peut-être, mais à chaque apéro, il y aura le tintement des glaçons insoumis, sur chaque pizza consommée il y aura de la sauce pimentée façon FI, et chacune des merguez grillées sera épicée d’avenir en commun.

YPDjopCi.jpg

ON ne lâchera pas, on ne les lâchera pas. On leur fera avoir des ampoules au pied, jusqu’à boiter, jusqu’à trainer la patte et se trainer, jusqu’à leur foutre la gangrène et leur casser les pieds et leur couper les jambes.


Et on pourrira leurs nuits de bzzzzz et de piqures irritantes jusqu’à boursoufler ces boursouflures.

et alors alors viendra la rentrée et le temps non plus de la résistance mais de l’offensive…

tgb

Share|






11:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

08/07/2017

Non, Jeff, t’es pas tout seul …

Cbrt1S_WIAAYp-e.jpg

Je sais bien que chacun a ses petits problèmes.

Bien sûr, ceux des pauvres qui ne sont pas rien mais vu qu’ils ne sont rien (les pauvres) on ne va pas épiloguer dessus et focalisons nous pour une fois sur les problèmes des riches que l’on mésestime trop souvent.

Et ce n’est pas parce que leurs insomnies se font dans des draps de soie qu’on doit les abandonner aux affres et  tourments des fins de « moi » difficiles.

Et par exemple qui se soucie des angoisses de Jeff Bezos, fondateur d'Amazon qui ne sait plus comment dépenser ses 76 milliards de dollars et que ça, c’est le genre de tracas qui te fout facilement une journée en l’air vu que c’est autrement plus compliqué d’avoir tellement de bouts que tu ne sais quoi en faire plutôt que de tout simplement pas savoir comment en joindre deux.

Jeff-Jeff-Bezos-Net-Worth-600x400.jpg

Pour répondre à son inquiétante question existentielle, la troisième fortune mondiale a donc posé sur internet ce tweet assez désespéré que je soumets à votre sollicitude :

"Je veux que l'essentiel de mon activité philanthropique serve à aider les gens ici et maintenant - à court terme - autant pour les besoins urgents que pour les effets durables. Si vous avez des idées, répondez simplement à ce tweet avec l'idée (et si vous estimez qu'il s'agit d'une mauvaise méthode, j'aimerais aussi le savoir) ».

Emu par ce sos en détresse, toutes sortes d’idées me viennent spontanément pour soulager tant de douleurs. Par exemple plutôt que de philantroper charitablement, Jeff Bidule pourrait tout simplement songer à payer honorablement ses 132 600 employés en leur offrant des conditions de travail humaines, ou alors même soyons fous, honorer fort civiquement ses impôts plutôt que de filouter.

C3DBfX8WQAYkviu.jpg

Mais je sais bien qu’à l’heure où ne pas porter de cravate est un manque patent de respect on ne va quand même pas se complaire dans la vulgarité en prenant toute sa part dans l’intérêt général et la politique ringardement sociale.

Si le monde était bien fait et si nous étions vraiment compassionnels, nous épargnerions bien vite les souffrances du jeune Jeff, non Jeff t’es pas tout seul, en le soulageant arbitrairement de 75 de ses 76 milliards. Le milliard restant devant suffire à priori à lui offrir trois repas gastronomiques par jour.

Ainsi l’argent serait avantageusement redistribué et notre Jeff tout en tension opportunément apaisé.

DDwkEzTWAAMEixG.jpg

Mais comme on est de gros salopards pauvres et vulgaires qui aimont sournoisement voir souffrir ces salauds de riches on va le laisser se goinfrer de son pognon jusqu’à l’indigestion.

Quand on ne sait plus quoi faire de son fric c’est sans doute qu’on ne sait plus trop quoi faire de sa vie….

monty.jpg

Mon conseil du jour Jeff ? : ton pognon t’as qu’à le bouffer !!!

tgb

Share|






12:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

03/07/2017

JUPETEUX

DDt80o-XUAAXgQE.jpg

Si la pensée « complexe » de Jupiterminator s’accommode mal des questions de journalistes, fussent-ils triés sur le volet élyséen, alors peut on s’étonner des sorties en mode binaire du Jupéteux versaillais plutôt rudimentaires du genre :

"Une gare, c'est un lieu où l'on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien."

qui me semble pour le moins indigent et primaire mais assez révélateur du fonctionnement mental du monsieur qui n’en veut et de l’état d’esprit général décomplexé des gagnants du loto planétaire et de leurs larbins.

Au délà du mépris ordinaire du casté de la caste, pour qui en toute simplicité on est tout milliardaire ou rien smicard (et encore c’est au dessus de nos moyens), ça peut renvoyer opportunément à cette citation assez basique de Clint Eastwood dans «  le Bon, la brute et le truand » :

“Tu vois, le monde se divise en deux catégories: ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses!”

Inutile ici d’analyser la métaphore, question rapport de force, on a bien compris que dans l’esprit sophistiqué du mannequin des 3 Suisses, il y a le dominant et le dominé, celui qui à l’étage supérieur donne les ordres et celui qui trime dans le cul de basse fosse, contredisant au passage une autre des fulgurances du paltoquet du Touquet :

La meilleure façon de se payer un costard est de travailler. (l’histoire ne dit pas si la cravate est fournie avec ou pas).

DDq9V3hXgAAioXJ.jpg

Apparemment et par expérience en tout cas, c’est pas tellement en creusant qu’on amasse à la pelle mais surtout visiblement en faisant creuser et suer le burnous des gueux de la gare à triage.

Donc nous les creusants, nous les rien, nous les sans cravate, nous qui ne nous levons pas pour Danette,

DDY2zYlW0AAtjXW.jpg

nous les irrespectueux rapports au code vestimentaire tandis que les estimables s’essuient les pieds sur le code du travail, nous les sans manières, les grossiers en tee shirt tandis que les bien costumés sans parole ni signature étalent leur vulgarité de classe comme leurs conflits d’intérêts, n’avons plus qu’à réviser le refrain de l’internationale soudain très tendance :

Debout ! les damnés de la terre !

Debout ! les forçats de la faim !

La raison tonne en son cratère,

C’est l’éruption de la fin.

Du passé faisons table rase,

Foule esclave, debout ! debout !

Le monde va changer de base :

Nous ne sommes rien, soyons tout !

 

Bref, en termes de complexité de la pensée du pétomane startuppé, on a assez bien compris qu’il n’y avait pas particulièrement de méandres subtiles à décrypter mais que hors contrôle le pantin aux deux neurones merdiques lâchait en « free style » un certain nombre de conneries refoulées et qu’en fait de Jupiter on avait plutôt affaire à un petit con.

ça fait tout de suite mois céleste c’est sûr.

tgb

Share|






12:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu