Avertir le modérateur

28/08/2009

Mamadou ou le crédit prison

IMG_0090.JPG

SI si si, moi je dis qu’il est réconfortant de noter avec quelle conscience civique l’on sauvegarde le meilleur de nos traditions, l’on cultive certains aspects de notre patrimoine quasi génétique et, entre folklore et modernité, l’on affirme nos spécificités françaises sociales et culturelles.

Non je ne parle pas de ces nombreuses et grandioses fresques historico-pyrotechniques, où la France muséifiée, passéiste mais moderne, exhibe en figuration sa population chômeuse et bénévole à des touristes désoeuvrés devant des fours à pain magistralement mis en scène dans des sons et lumières empruntés à JM Jarre au moins.

Non, dans ce pays littéraire, où en chaque français sommeille un Victor Hugo potentiel, je parle de la conservation intacte de cette prédisposition  épistolière pour la lettre anonyme, avec ce je ne sais quoi nostalgique de parfum Maréchal, je parle de la conservation dans notre patrie éternelle et malgré le formatage mondialisé de nos valeurs intrinsèques et ancestrales.

Je parle de la pérennisation réjouissante de la délation par exemple.

En cela je félicite particulièrement la direction de l’agence LCL d’Aulnay sous bois, exemplaire et citoyenne, qui perpétue dans la plus pure tradition française, en dénonçant aux autorités policières un dangereux sans papier, le meilleur de nos talents nationaux.

Savoir que cette agence sur l’air entraînant de « Plus plus pour mon crédit mon crédit » a su, de sa propre initiative, monter un véritable  stratagème pour capturer et balancer courageusement un bon client certes mais outrageusement clandestin, ne peut que nous réconcilier avec le sentiment patriotique de nos concitoyens zélés.

Car dieu sait s’il en faut du courage pour balancer un esclave, un sous citoyen, un marginal sans droits, un mauvais français même pas français, et si ça se trouve, dans le plus grand des désintéressements, sans même toucher une com sur son compte, juste par devoir et conscience de l’intérêt national avec ce sentiment légitime qu’il est toujours sain et rassurant de haïr plus pauvre que soi.

Mamadou ne sachant trop, que demander de plus à son argent, LCL attentif, toujours à l’écoute du client à trouvé la réponse adaptée : le crédit prison. Un nouveau produit carceralo-financier montrant s’il en était nécessaire, l’incessante créativité de nos géniaux spéculateurs.

Que LCL soit ma banque, ne peut que me réjouir davantage, et mieux me faire relativiser les agios réglementaires de mon découvert abusif. Car par ce geste civique d’une grande élégance, la gente banquière nous révèle combien elle peut être au-dessus de toutes les infamies et turpitudes qu’on lui prête, proche des braves gens, honnêtes et légalistes, et mériter amplement pour les meilleurs d’entre eux, une juste récompense sous forme de bonus revigorants.

Décidément oui, les banquiers ont l’art de se rendre sympathiques et je comprends mieux la présidentielle indulgence envers ce corps de métier qui ne sait que faire pour être apprécié à sa juste valeur.


tgb

 

photo : D.A
`





12:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

25/08/2009

Leurre d'été

IMG_0236.JPG


Je rentre de la plage , serviette autour du cou, slalomant léger, sur ma honda XL, une antiquité remarquable, dans la vieille  ville  thermale où j’ai grandi  ainsi qu’une célèbre présentatrice pipole  de JT à temps de cerveau disponible.
Star locale.

Lumière d’aout ; 17 heures ; un peu d’herbe au compteur ; soleil  accablant.
Un moment deux flons  flons à mes oreilles ;  je m’arrête ; le thé dansant du casino ; ambiance nostalgie  froufroutante : j’adore  - sous les platanes, apero musette ; un peu kitch, un peu chicos, genre les curistes s’amusent et s’encanaillent  ; délicieusement ringard . Les plus aisés consomment attablés, les plus pauvres ou les plus radins, rangés autour sur des bancs, ondulent par procuration . C’est la lutte des classes balnéaires.

Quelques dames coquettes, élégantes,  veuves ou divorcées cherchent fortune, quelques vieux beaux à gourmette, chemise blanche  col ouvert, jouent les tombeurs. Deux ou trois gigolos  kiffant sur leur maman font dans le taxi boy, quelques couples dansants adorant danser valsent joliment ;  tout un univers.

Ambiance les yeux noirs sans Mastroianni.

Tout à l’économie, JP, le chanteur, assure l’orchestre à lui tout seul. Il croone, pas si mal sur de vieux standards diffusés à la chaîne par une mauvaise sono. Dans un coin, à l’écart, une dame sexagénaire,  avec une jolie  robe noire à volants rouges,  nous gratifie  d’un solo inspiré  par « my way » versus Jean Pierre Sinatra. Seule au monde elle s’éclate, dans une chorégraphie  toute personnelle  à la fois pathétique  et fascinante.  Une partie de l’assistance  complimente.

Attendrissant comme tout.

Je matte le thermomètre numérique de la municipalité  sarko-moderne de Gnangnan les Bains : 40 degrés au soleil . Pétard !!!

Je donne un coup de kick en tong et je m’éloigne  sur ma bécane dans la fournaise  des rues quasi désertes.  Je retourne chez moi, sous les arbres, dans mon village  de pré montagne, bientôt transformé en banlieue .

A un feu rouge, j’attends sagement à l’ombre.  Un moment je me vois comme dans la ballade  de Moretti en scooter dans Rome mais sans Rome (journal intime). Devant moi, un coupé Audi blanc avec une belle  brune au volant. Je la suis.  Sur un dos d’âne, je la double.  Je lui jette un regard souriant qu’elle ne me rend pas.

IMG_0267.JPG



Sale bêcheuse, je me dis, en accélérant à donf, voyant s’évanouir la frimeuse dans le rétro avec l’été en prime.

tgb

Photos  D.A

10:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17)

19/08/2009

Le concombre démasqué

med-oh-la-belle-citrouille-visoflora-3449.jpg


Bon, faut bien reconnaître qu’à force de faire le tour estival des potagers de mes potes, d’avoir l’insigne honneur de consommer de la tomate du jardin sur laquelle il est recommandé de s’extasier, de la courgette farcie forcément bio, de la salade, sans pesticides, élevée  à la bouillie bordelaise, et de devoir s’émerveiller devant la citrouille géante,  fierté patrimoniale qui fera sans doute la une du Daubé Libéré local, on finit par regretter parfois la bonne junk-food bien dégueu de chez ED. 

Heureusement Monsanto, leader capitaliste de l’arme alimentaire massive,  jamais à court d’imagination pour tout bien saloper, nous enfumer l’estomac et le porte monnaie,  propose une loi pour interdire les jardins de curé.

Etats-Unis : Monsanto propose une loi pour interdire les potagers des particuliers.

La Résolution 875, a été présentée à la Chambre sous le nom d’ Acte de Modernisation de la Sécurité Alimentaire 2009 en février par Rosa DeLauro dont le mari, Stanley Greenburg, dirige les recherches pour la firme Monsanto - le leader mondial de la production d'herbicides et de semences génétiquement modifiées.

La nouvelle loi viserait à réduire les risques de contamination par la nourriture: bactéries, produits chimiques, toxines naturelles ou artificielles, virus, parasites, prions et autres agents pathogènes pour l'homme.


Merci à Monsanto ;

Car à l’heure où, rapport à la conjoncture,  il semble vital de regrouper ses forces, de se rendre alimentairement autonome et de subvenir plus ou moins sainement à son autonomie nourricière, en inventant par la démerde un quotidien potable, savoir que des gens sont assez créatifs pour évoquer l’aspect sanitaire des potagers,  alors qu’on s‘appelle Monsanto, mérite le respect.

C’est un peu comme Sarko, claironnant la moralisation du capitalisme. Rien que le fait d’oser un semblable oxymore peut rendre admiratif.

Car oui, la multiplication des jardins potagers individuels ou collectifs, à la ville ou aux champs, nuit considérablement  à la dépendance alimentaire, aux semences stérilisées à un coup, aux graines brevetées  avec copyright et à la marchandisation du vivant.
h-3-1621912-1247724616.jpg


Et il serait bien dommage de ne pas humer ce délicieux et prometteur parfum « soleil vert » qui commence à flotter avec insistance dans l’ozone, avec ses rations nutritives génétiquement calibrées, dont finirait par dépendre pour la plus grande joie des firmes pharmaco-protéïnées,  une humanité définitivement aliénée par son tube digestif.

Madame Obama, militante de jardin bio et cultivant le sien à la Maison Blanche, ferait bien de se méfier. On a vu des présidents se faire buter pour moins que ça.

Je ne doute pas un instant que l’on trouvera quelques fumeux intellos de chez Corporate pour justifier cette proposition de loi. Je sens assez bien Alain Minc sur le coup, en iconoclaste mensualisé du cucurbitacée sous contrôle ou le gros Allègre revenir à la charge,  quand la bise de l’écolo bobo versus TF1 aura passée. 

Oui, bientôt, grâce aux brillantes initiatives de Monsanto, nous goûterons au monde merveilleux  du potager clandestin  (jouxtant  tant qu’a faire les plans de canabis) à la courgette prohibée à se refiler sous le manteau, et au concombre masqué vendu en samizdat.

Au trouble voluptueux du légume transgressé.

En attendant, faut se farcir encore les haricots du jardin en n’oubliant pas, par courtoisie, de s’esbaudir sur les subtilités goûteuses du papilionacée. 

tgb

13:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (27)

02/08/2009

Bronzer sur un volcan

 

IMG_0154.JPG

On décroche des évènements scabreux du monde tel qu’il va. On met sa santé mentale à l’ombre d’un parasol sicilien, à surveiller l’Etna du coin d’un œil flemmard ; des fois qu’Empedocle viendrait récupérer ses sandales, abandonnées juste au bord du cratère…

On traîne en plein pisolino (sieste) à l’heure des chiens et des français dans la fournaise du théâtre grec de Taormina à relire Euripide.

On sirote une granita lemone dans la torpeur tranquille de Syracuse, en attendant la passeggiata. Ce moment rituel où la société sicilienne parade, aimant à voir et à être vue.

On slalome comme on peut dans un essaim excité de scooters et de scippatori (voleurs à l’arraché) entre palais baroques palermitains soit restaurés soit en ruine soit les deux.

On savoure la gentillesse sicilienne, tout en s’envoyant un plat de spaghetti al vongole, arrosé de bière Moretti et d’hospitalité.

Prego
.

On cossarde dans des hôtels quasi vides, devant les TV achat Berlusconiennes consacrées entièrement à la vente de masseurs vibrants censés faire fondre la cellulite sans efforts.

On a bien une pensée émue sur l’autostrade, quand on passe devant le monument dédié au Juge Falcone explosé là avec toute son escorte dans sa voiture blindée par les gens de Corleone, épaulés par quelques nervis des services secrets d’une Italie schizophrène.

Mais on en reste à la surface des choses et à l’indolence toute méditerranéenne. A la quiétude estivale, les tongs bercées par les vagues.

Jusqu’au jour du départ. Aéroport de Catane.
Jusqu’à ce que l’actualité tenace nous rattrape.
Jusqu’à l’étrange ballet de quatre hommes aux aguets épousant de leurs corps les déplacements d’un cinquième.

IMG_0160.JPG



On regarde l’homme assis, à deux mètres, fumant cigarette, sur cigarette, perdu dans ses pensées, jonglant avec ses téléphones, plaisantant avec ses gardes du corps, jeunes, aussi désinvoltes que vigilants, un flingue glissé dans la ceinture.

On pense à Pasolini. On ne sait pas trop pourquoi. A l’élégance raffinée.

Et l’on sent bien qu’on est au cœur du sujet. De l’héroïsme ordinaire d’un homme qui se lève le matin en ignorant s’il sera vivant le soir.

Et l’on se met à regarder alentour avec l’œil inquiet du flic qui finit par trouver que tout est suspect. Le chauffeur de taxi, comme la valise sur le chariot.

On suppose que l’homme assis est un juge. On se rencarde. C’est un homme politique. Il s’appelle Rosario Crocetta. Il est maire de Gela, député européen depuis juin dernier, communiste, homosexuel déclaré et en lutte ouverte contre la mafia.

Rien que ça.

IMG_0162.JPG



Dans l’Italie pourrie et populiste de Berlusconi oui, il y a encore des citoyens pour élire (largement) des types aussi atypiques, libres pédés intègres ( et chretien en plus) que Rosario Crocetta qui nous réconcilie avec la politique.


et l'italie


Rosario Crocetta essaie de nettoyer Gela, une des villes de Sicile les plus infiltrée par la pieuvre. Il se bat contre le pezzo, l’impôt mafieux qui ruine les commerçants. Il se bat contre l’anarchie immobilière et l’empire financier si indissociablement lié à l’empire tout court si lié à la crise.


Il se bat pour l'état de droit.


Et je crains qu’un jour, comme pour Falcone, Borselino et les autres héros ordinaires, je lise dans un canard, en entrefilet, que le maire de Gela vient d’être victime avec toute son escorte, quatre jeunes mecs , fonctionnaires, aussi désinvoltes que vigilants, courageux, d’un enieme attentat...

autant pas...

Voilà, j’aurai eu l’honneur de passer quelques instants aux côtés de Rosario Crocetta, héros admirable, citoyen libre, atypique et intègre d’une Sicile volcanique aussi douce que cruelle.


tgb

photos d.a

20:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu