Avertir le modérateur

26/02/2010

De l'ouverture à la fermeture

002.jpeg

 

 

C’est donc toujours avec son courage légendaire, derrière ses 22 gardes du corps, sa claque de figurants œufs de l’ump et ses cordons de crs, qui lui permettent de sonder au mieux le cœur de la France réelle et de rester en phase avec la population (les vrais gens quoi) que notre immense président du comice agricole clôturera le salon de l’agriculture 2010.

Il aurait évidemment préféré venir pour l’ouverture qui est, je vous le rappelle, une spécialité sarkozienne, mais, pas de bol, il avait justement piscine ce jour là. Y’a des fois, c’est con mais on fait pas ce qu’on veut.

Pressentant le lancer d’œufs pourris avec atterrissage sur costume présidentiel, ce qui vaut quand même mieux à tout prendre, qu’un lancer de nain dans les poubelles de l’histoire, notre expert en France profonde de Neuilly se contentera donc de tâter du cul de vache en catimini (je rappelle que le catimini n’est pas un airbus de fonction mais bien le signe ostentatoire du pétochard craignant pour son image d’Aldo la classe)

001.jpg

 

Pour un type dont l’électorat semblait pourtant provenir des mugissantes campagnes qui ne mentent pas, venir faire les foins en loucedé à l’heure où l’on commence à rentrer les bêtes à l’étable n’est pas de meilleure augure.

Il eut pu certes déléguer la chose à madame Carla B. dinde royale piémontaise, nourrie paraît il à la fondue savoyarde, plat diététique s’il en est, qui eut pu nous en pousser une au beau milieu de la basse cour mais les éleveurs et autres producteurs de lait vendant déjà à perte et craignant pour la qualité de leur lait et la santé mentale de leurs troupeaux (élevés sur du Mozart en fond sonore dans les fermes modèles), les 3567 communicants de l’Elysée, après un brain storming rural, renoncèrent assez vite à cette idée bucolique.

C’est donc probablement Monsieur l’EX, le maître étalon Chirac et son jeune poulain Villepin, qui profiteront de l’opportunité médiatiquement vagale, pour se peloter de la croupe bovine en primeur et se bâfrer du fromage de tête arrosé à la Corona dans la cohue joyeuse de la foire au boudin.

Pas de « cass’toi pôv, con » rituel à prévoir cette année à la ferme des célébrités hélas et c’est bien dommage car ça reste tout de même et de loin, la meilleure réplique du meilleur sketch du meilleur comique quinquennal ( la preuve : on la ressortira encore avec une certaine allégresse en l’an 2012).

Venu à la fumée des cierges, faudra quand même pas que le camembert président un peu fait de l’identité nationale qui fouette du slibard s’étonne de ne pas trouver le buffet en grande forme.

Quand on passe de l’ouverture politicarde qui déchire Charasse, à la fermeture de la France à Pernaut, on peut y voir comme de la métaphore crépusculaire.


tgb

 

10:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

23/02/2010

Haleine Frêche

 

hsa001-nazir-ibn-hamid.jpg



Heureusement que, face à l’halalisation de la France, voyant surgir des mosquées de nos villages islamisés des hordes d’auvergnats en burqa, casquettes à l’envers, hamburgers Quick entre les dents, une organisation réduite à la clandestinité (le crif) lutte et résiste encore à l’envahisseur,  en convoquant tout ce que ce pays compte de ministres en smoking, afin de pourfendre le communautarisme et l’importation du conflit israélo-palestinien en notre territoire occupé.

Heureusement que, dans nos écoles à feu et à sang, d’héroïques enseignants osent encore l’apologie de la politique civilisatrice d‘Israël face à des élèves au bord de l’Intifada, revêtus de tee shirts prosélytes, d’une Palestine dévastant sauvagement une population pacifique israélienne  enfermée entre quatre murs.

securedownload-4.jpeg


Heureusement oui, que de courageux briseurs de tabous, tel le preux Zemmour, oeuvrent à la réhabilitation des races et dénoncent en s’exposant à la quasi-lapidation, dans des samizdats confidentiels (RTL, canal + France 2 le Figaro) une islamisation obscurantiste, accaparant les médias et forçant à la pensée unique.

Encore heureux, qu’au péril de leurs vies, de courageux enfants de la patrie, résistants de l’aube, se lèvent pour hurler sur les murs des mosquées pullulantes délicatement profanées, les cris taggés de leur sang national,  alors que le ministre de l’intérieur, laxiste  et capitulard, renonçant déjà à l’identité nationale, considère qu’un ça va alors qu’un est déjà de trop.

Heureusement oui qu’une poignée de patriotes, Val, Valls,  Rioufol…,  lutte contre cette vague fourbe et polygame, à la natalité animale, trustant les pouvoirs politiques, médiatiques, économiques, noyautant la police, l’armée et la haute administration, et faisant de notre beau pays de France, une obscure Musulmanie. Faudra t’il  instaurer un triste quota de blancs, relégués aujourd’hui aux tâches subalternes, dans nos grandes écoles, pour ne pas désespérer Neuilly ?

securedownload-8.jpeg


Heureusement encore, que de téméraires fonctionnaires au civisme irréprochable dont l’admirable Besson, résistant lui-même à la sournoise  conversion, nous débarrassent avec discernement de jeunes étrangères perverses, poussant le vice jusqu’à se faire violenter pour susciter compassion et indulgence et éviter la juste expulsion qu’elles méritent en se victimisant.

Et heureusement enfin que de téméraires iconoclastes sont là, honneur du journalisme, pour défendre contre la calomnie, notre immense philosophe, reporter, cinéaste, témoin vivant et visionnaire, commercial infatigable  de chez Vuiton ; un harcèlement pestilentiel digne de la nuit de cristal, prenant prétexte d’une étourderie littéraire pour mieux s’acharner, avec la lâche complicité de médias munichois à la censure systématique.(Car enfin si BHL avait réellement voulu citer un philosophe qui n’existe pas, il se serait cité lui-même. Si c’est pas une preuve ça ?)

Oui, encore heureux, que face au péril sarrasin, la France éternelle, enfante ses Charles Martel, sentinelles lucides et vigilantes, faisant de leurs corps défendant et de malheureux Karcher, un rempart sacrificiel contre la barbarie hégémonique islamofasciste, rouge verte et brune afin que l’haleine Frêche exhale à nouveau en notre belle patrie.

tgb

09:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

21/02/2010

Fins de mois difficiles ; merci Fevrier

zj.jpeg

L’autre matin, je vais retirer 20 euros à mon distributeur habituel.
Comme souvent un récépissé négligé dépasse de la fente du DAB.
Par curiosité un peu malsaine, je jette un œil sur le carré de papier.
La personne me précédant a retiré 10 euros.
Sur son compte reste 2,32 euros.
Nous sommes le 18 du mois.

Février,
Un bon mois pour les fins de mois difficiles.
Quoique, 2,32 pour survivre encore dix jours…

Tgb

S’il vous reste plus de 2,32 et sur les conseil d'agathe : aujourd’hui à Montreuil : les pieds dedans un spectacle autour de l’affaire de Tarnac.

09:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (24)

18/02/2010

mea culpa medias gracias


280px-Tiger_Woods_2007.jpg




Tiger Woods, Tiger, parce que programmé par papa pour devenir prédateur de chez winnerwinnerandwinner, Woods, parce que, le son du club le soir au fond des greens, surdoué de la baballe sans toucher la bouboule, était donc the sportif milliardaire et modèle, the mari exemplaire et propret, the parfaite success story noire américaine ouvrant la route au fadasse Obama, jusqu'à ce que patatras, on le surprenne la main dans la culotte de pas sa femme, à courir 18 trous au moins, alors que son mannequin vedette légitime n’en possède officiellement que trois.

Et le voilà au cœur du gros scandale pipolé, à perdre ses sponsors, son swing et ses millions de dollars tout en même temps, ce qui finit par faire cher la pipe.

Confondre le put et la pute, dans cette Amérique tartufiée par les lobbies évangéliques, puritaine par dessus et putaine par dessous, ne pardonne pas.

Dans cette Amérique schizophrène, ce cauchemar climatisé, ce qui en vérité ne devrait regarder que le golfeur et sa dame, finit par devenir une affaire d’état, obligeant le jeune prodige débraguetté à non seulement s’excuser de ses immondes turpitudes dans un grand mea culpa médiatique, mais encore, à se faire traiter illico  dans une clinique privée pour addiction sexuelle, puisque, comme tout le monde le sait, aimer la bagatelle peut être considéré comme une déviance maladive des plus tordues.

Précédemment, Michael Phelps héros olympico-nautique aux huit médailles d'or, surpris à fumer du cannabis ou Hugh Grant gendre idéal, choppé en pleine turlutte de prostituée noire (circonstance aggravante) s’empressèrent tout pareillement de confesser leurs perversions en mondiovision, et de faire acte de contrition, pour sauver leur conforme carrière, et réparer leur « rupture d’image », tandis que Lance Amstrong et consorts peuvent continuer peinards à se trouer les fesses, du moment qu’on ne les l’attrape pas un pétard au bec.

charmarque.jpg



hypocrisie tranquille et ordinaire…
soumission motivée au code du commerce
etc…

A l’opposé, Jean-Marc Rouillan, (quel rapport ? – j’y viens) membre d’action directe, condamné en 1989 à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de dix-huit ans, pour l'assassinat de l'ingénieur général de l'armement René Audran ainsi que celui du PDG de Renault Georges Besse n’a rien renié de sa lutte armée et c’est bien, après avoir pourtant purgé sa peine et donc payé sa dette, ce qu’on lui reproche aujourd’hui.

Il ne s’agit pas ici de justifier les actes ciminels de Rouillan, les errements d’Action Directe en sa logomachie révolutionnaire ; ne serait-ce qu’en termes de stratégie, éliminer madame Parisot° aujourd'hui par exemple ne ferait que précipiter la prise de pouvoir du dangereux Kessler à la tête du Medef : tu parles d’une avancée ! mais subir 25 ans de prison sans rien regretter et sans plier devant la société est en soi remarquable.

Plus respectable en tout cas qu’un Tiger Woods s’empressant de se couler dans le formatage de la vertu mercantile pour récupérer ses pubs autocollées au cul.

A tort ou a raison, Rouillan persiste et signe, sans remords, sans repentance, accuse encore et ne s’excuse pas de ses crimes politiques. Et c’est bien là que le bât blesse, car en cette société capitaliste hyper moralisée et forcément honorable, il ne suffit évidemment pas de purger sa peine, encore faut-il regretter sa faute, rentrer dans le rang et s’autoflageller.

280px-Tiger_Woods_2007.jpg



Ce qui ne manquera pas de vous valoir quelques circonstances atténuantes, la société étant bonne fille allez allez…

Oui ce n’est pas que Rouillan l’ouvre encore dans « l’express » qui dérange mais bien le fait qu’après 25 ans d’enfermement, il ne s’amande pas, ne batte pas sa coulpe.

Or la justice pourtant n’a rien a voir avec la morale mais tout avec la loi.
La loi étant passée Rouillan à droit à sa morale.

Et qui au final, qui de Tiger Woods aujourd’hui et malgré son luxe et ses dollars, tenu à un comportement de moine soldat, sans le droit ni de boire ni de tirer un coup en douce ou de Rouillan enfermé entre quatre murs est le plus prisonnier ou le plus libre des deux ?

tgb

°à lire dossier Parisot dans la revue Fakir/avril en kiosque

15:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (20)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu