Avertir le modérateur

30/06/2010

Kozy Baba et les 40 branleurs

001.jpg

 

 

 

Comment faire des économies de bout de chandelles sans en faire, tout en faisant croire qu’on en fait, en ces temps d’austérité pour les pauvres ?

 

Telle est la question ardue, en ces jours de bac, sur laquelle durent phosphorer les conseillers com du pique assiette présidentiel,  l’homme de chez Fouquet’s qui s’augmenta de 170% en une fois, à valeur d’exemple.

 

Question subsidiaire : Comment faire passer la pilule de la purge intestinale des masses laborieuses, à l’heure ou l’augmentation du gaz privatisé et de l’explosion du nombre de coupures, finit par dissuader même un salarié de France telecom d’opter pour ce moyen radical de suicide et tenter de mentholer la persistante odeur de putréfaction morale du gouvernement.

 

Idée numéro 1 : Demander aux collaborateurs de ministres une diminution de 10% de leur salaire alors qu’ils viennent d’être augmentés en 2009 de 21%.

 

Idée numéro 2 : supprimer les chasses présidentielles alors qu’elles l’avaient déjà été sous Chirac, et les remplacer par des battues régulatrices, ou l’art du glissement sémantique dans le refroidissement du fût du canon.

 

Idée numéro 3 : Exiger un maximum de 4 collaborateurs  par ministre, préconisation maintes fois exigée et selon Fillon jamais appliquée  dans les faits.

 

Idée numéro 4 : Faire démissionner Escalettes, président de la FFF, (fédération française de foot), plutôt que le ministre de la pénibilité  Woerth de la FFF (fédération de la fiscalité  fastoche)

 

Idée numéro 5 : supprimer 10 000 véhicules  et 7000 logements de fonction, d’instits tant qu’à faire…

 

Bref on le voit, la cure d’amaigrissement de l’arrière-train de l’état ne risque pas de faire gagner le moindre cran dans le serrage de ceinture de l’oligarchie partouzarde, si exigeante à corseter les autres, si complaisante avec son propre pétard.

 

On lui suggérerait bien pourtant, au pique ascète de Neuilly, à l’hyper crédible père la rigueur qui inaugura  sa présidence par une retraite méditative sur un yacht off shore, le non remplacement de 40 ministres sur 40, vu le nombre de commissions doublons et le staff élyséen faisant tout vite et mal, la réduction par deux des députés godillots cumulards gangrenés par l’exemplarité douteuse des cimes Elyséennes et autre mesure de vertu publique...

 

Mais bah, à l’heure où l’esbroufeur qui nous sert encore de président, nous fait son caprice à s’offrir un gros navion à 180 millions  d’euros (ça nous fait combien en cigares ?) qu’il ait renoncé à y installer un four à pizza est en soi un sacrifice si remarquable qu’il est déjà sage de s’en contenter.

 

A mettre le gros pognon au centre des valeurs, le frustré de Neuilly, qui pour la suite de sa carrière rêve de faire milliardaire comme métier et prendre sa revanche sur Auteuil Passy pour enfin en être, montre combien la politique n’est plus qu’un pis aller médiocre, rapport à la finance.

 

Et puisqu’en ce bientôt 14 juillet  républicain,  nous serons privés de Garden Party (mais pas de défilé militaire), acte symbolique fort discutable d’ailleurs que l’on peut percevoir autant comme une pseudo restriction budgétaire que comme la peur de l’irruption sauvage d’un apéro géant et populaire au beau milieu  du buffet garni, remplaçons le pince-fesses Elyséen par un pique nique joyeux à la Bastoche.

 

Inutile de perdre son temps à couper la tête du couple roturier, priver le pique assiette pourri gâté de chocolat, une compote et au lit, devrait suffire à générer une crise d’aérophagie fatale, chez le vagal bouffon.

    

 tgb

11:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (19)

27/06/2010

La machine à vide

10.jpg



Comme il est établi par quelques penseurs incontestables, Perdriel, Seguela, Denisot,…que  le Ouebe est une immonde saloperie ordurière propageant la rumeur, la calomnie et la désinformation, tournons nous vers cette presse indiscutable dont le travail fouillé d’enquêtes minutieuses,  d’investigations patientes et d’informations recoupées reste la référence objective.

Deux exemples récents pour montrer le sérieux et le professionnalisme de ces médias que le monde entier nous envie :

Une certaine Sylvie François, appelle le 18 juin à bouter hors de nos rues Barbesiennes, telle Jeanne d’Arc, sauciflard en étendard, le Saladin  allergique au jambon beurre.

Cette Sylvie François, de ce François le français qui sent si bon son pseudo facebook, Sylvie meurtrie, Sylvie outragée, Sylvie brisée mais Sylvie libérée des forces occupantes de la Musulmanie intérieure, est sensée habiter au cœur de la Goutte d’or décochonisée.

1277298860.jpg



Que firent les médias exemplaires et notamment cette Radio France qui sent si bon son Val Hess, de ces jeunes putains qui font les vieilles bigotes, vérifièrent-elles l’adresse, l’identité et les allégations de la passionaria porcine ?

Que nenni, trop heureuses du buzz sentant bon son graillon, ils reprirent in extenso les élucubrations brameuses de l’avatar cochonne en leur tam tam médiatique pour ne pas dire ramdam, et amplifièrent l’intox identitaire autant qu’alimentaire.

Sylvie François n’existait pas, la presse sérieuse dans toute son intégrité factuelle ne se laissa pas parasiter par ce léger détail.

921034-1090802.jpg



Exemple 2– Un certain Anelka, joueur millionnaire non imposable en France et "racaille musulmane" de son état, grommelle en sa barbichette de chez Maniatis dans un coin de vestiaire puant la sueur (enfin vu les résultats, pas tant que ça) un truc du genre : « va te faire foutre entraîneur de mes deux avec ton système de merde » commentaires d’une rare banalité, dans des coulisses à haute tension.

« L’équipe », journal sportif forcément de référence puisqu’il détient le monopole du créneau "short crampons et pédales à l’eau claire", organe du groupe Amaury, organisateur de tour de France irréprochable (comme la république  du caïd de Neuilly) et complice de Fifa incorruptible, reniflant l’affaire juteuse et putassière, épiça la sauce par un montage photo racoleur jouant de l’affrontement, tout en corsant l’insulte, histoire  de rentabiliser la pénétration anale.

Pas du ragot de chiottes, pas du potin lubrifié, pas du trou de serrure poilu et trash, mais de l’info coco, de celle qui fait la liberté de la presse et l’honneur Pulitzer et qui permit d’ailleurs à la philosophie de comptoir sans alcool,  de celle qui se choque du mot enculé mais cautionne indignée  la sodomie des mineurs de 13 ans; d’exalter la haine et la pensée vinaigre.

1275664306.jpg



Tel est ce système médiatique exemplaire, celui qui regarde la main d' Henry dans la culotte du coach Elyséen quand ça manifeste à millions, que ça Karachigrave ou que ça Woerthgate à mort. Affaires sorties par Mediapart sur le web ordurier d’ailleurs, pendant que l’ectoplasme du "Monde" se demande à quel cul il sera torché, de la bande à Sarko ou de celle à Strauss Kahn.

Non bien sûr : "On ne peut rien reprocher" (dixit Sarko) à Woerth et surtout pas du conflit d’intérêt, puisqu’en tant que ministre des finances, il se contentait de favoriser la fraude fiscale, par l'intermédiaire de sa femme, d'une pauvre milliardaire qui renflouait le parti dont il est lui même trésorier...

Non Woerth bien sûr, n’a pas une tête à couvrir les fraudes fiscales, tout juste une tronche à pratiquer le headfucking  sans les lunettes, tandis qu’un pauv’neg marron au faciès idoine est autrement plus vendeur à la une. Car non seulement il nous faut du coupable à donner en pâture, mais encore faut-il fournir la tête qui va avec.

Quand la rigueur ne peut être que sociale et surtout pas morale…

h-3-2091911-1275123373.jpg



Oui exemplaires que ces journalistes, vierges héroïques, hurlant au loup à 20 millions contre 1, le temps du procès médiatique et du lynchage en direct et qui se corporatisent par réflexe de meute, dès qu’un Peillon, avant de s’excuser pour récupérer son rond de serviette télégénique, fait un instant dérailler la machine à cons ou qu’un Melenchon, sans s’excuser lui, botte le cul d’un apprenti Demorand (faible avec les forts fort avec les faibles) frappant à la porte de la société du spectacle.

Oui, quelle  était belle et émouvante dans sa nudité crue, cette presse racaille, sidérée soudain, comme un lapin pris dans les phares, par une équipe  de 23 ne jouant plus le jeu de l’enculage sponsorisé, crachant solidaire dans la soupe tiédie, et ne justifiant plus le tarif des consultants à masquer la vacuité de la machine à vide.

tgb

23/06/2010

Le maître et l’esclave

securedownload-5.jpeg



ROME (Reuters) - Les 4642 ouvriers de l'usine Fiat de Pomigliano, près de Naples, ont voté à près des deux tiers en faveur d'un plan qui prévoit un accroissement de la flexibilité en échange d'investissements nécessaires pour maintenir le site ouvert et y relocaliser la production de la prochaine version de la Fiat Panda, aujourd'hui fabriquée en Pologne.

Le projet vise à accroître la productivité en introduisant davantage de flexibilité dans les horaires de travail, en limitant le droit de grève et en limitant certaines prestations, comme l'indemnisation des arrêts maladie.


Dans la célèbre dialectique du maître et de l’esclave (la phénoménologie de l’esprit) Hegel nous montre comment l’esclave n’est esclave que parce qu’il a peur de mourir, alors que « c’est seulement par le risque de sa vie qu’on conserve la liberté… »

La liberté ou la mort.

fortino.jpg



A préférer l’aliénation au risque de la mort, mort sociale j’entends, non seulement, les ouvriers de Pomigliano n ‘échapperont pas à la mort - car comme pour les Conti qui choisirent, validant le chantage et mettant le doigt dans l’infernal engrenage, de voter pour le retour aux 39 heures, la boîte mit tout de même deux ans plus tard la clef sous la porte - mais ils connaîtront comme Daladier, la honte et le déshonneur.

Oui, les ouvriers de Fiat ayant choisi la vie, ou plutôt une médiocre survie, vie de merde, vie de chien, vie de berlusconien abruti et lobotomisé, non seulement choisissent de rester esclaves, mais encore engagent tous les autres à le rester ou à le devenir.

Ce qu’évidemment saisi parfaitement au bond le ministre italien du Travail, Maurizio Sacconi qui déclare trop heureux de la capitulation en rase campagne d’une bande de prolos aplatis  "ce vote change les relations industrielles en s'éloignant du conflit pour se rapprocher de la collaboration".

« Collaboration » en effet, le mot est bien choisi, que cette soumission sans condition au marché et au chantage patronal. Un patronat qui n’avance que parce que le prolo recule et qui aurait tort de se gêner devant de telles lopettes tétanisées.

Alors qu’en ces temps de crise, de colère et d’injustice insolente, c’est la ploutocratie qui devrait raser les murs la peur au ventre, c’est la classe ouvrière et tout le salariat qui baisse son froc, se courbe et se penche jusqu’à la reptation, jusqu’à retourner étrangement en bon névrosé, comme chez France télécom, l’arme contre soi plutôt que contre son oppresseur.

Le suicide et la fuite plutôt que la révolte.

fortino.jpg



Oui je sais, il faut bien nourrir ses gosses et payer les traites du pavillon, de la playstation du gamin et de l’écran plasma pour suivre les exploits  trafiqués de la squadra azzurra en mondiovision mafieuse, mais quoi, leurs pères qui conquirent de haute lutte les acquis sociaux qu’eux bradent et bazardent sans lutter, se faisaient tirer dessus par les carabiniers et affrontaient les jaunes et serraient les dents.

La lutte de leurs aînés, ici ce sont les sans papiers qui la mènent et qui au bout de neuf mois d’une grève exemplaire dans la détermination et la solidarité a fait reculer (un peu ) le pouvoir en son sinistre représentant Besson, Ces mêmes sans papiers sur lesquels  les prolos lepénisés  soulagent leur haine et exorcisent leurs angoisses, le trouillomètre à zéro.

Certes, à cracher sur des plus miséreux et des plus immigrés et des plus basanés que soi, certes à humilier des plus dans la merde que soi, on a encore l’illusion de dominer quelqu’un et de prendre sa revanche et de n’être pas encore tout à fait un sous-homme, mais bon sang elle est passée où cette noblesse du prolo, cette dignité au cambouis, cette vergogne au charbon, qui fit les luttes et les combats et les avancées sociales et l'émancipation ?

En renonçant aux combats de leurs pères pour acheter un peu de temps avant l’inexorable venue du bourreau, les ouvriers de chez Fiat ont conservé le droit à être mieux exploités et mieux méprisés et mieux chosifiés et mourront quand même ;

tu parles d’un sursis.

Stefano Caldoro, gouverneur de la région peut le souligner avec emphase :

"La relance de l'usine Fiat de Pomigliano est une énorme opportunité pour la Campanie et tout le sud de l'Italie…le début d'une nouvelle phase".

Le début oui d’un nouvel esclavage et d’une nouvelle barbarie.

Le début de la fin d'une civilisation.

tgb

photo 2 - Fortuno Sorano compagnon de Zapata et Pancho Villa  devant le peloton d’exécution

20/06/2010

Nicolas ou Nicolas ?

petit_nicolas_1.jpg



Pour le plus mauvais coach jamais désigné à la tête de l’équipe France, le plus vulgaire, le plus vénal, le plus inculte, le plus vantard et le plus incompétent « si, les événements (autour de l’affaire Anelka) rapportés sont exacts, ils sont inacceptables ».

Grâce au Nicolas suprême, sportif vagal de son état, qui nous révèle ici son sens aigu des priorités (faire écran au raout Villepinien) nous avons enfin une vision claire de ce qui, en ce pays, est acceptable ou pas et dans quel cadre de références scandalisées nous évoluons.

Au tarif donc de l’acceptable digne et classieux nous avons l’exemplaire Nicolas du « casse toi pôv’con » proféré lors d’un déplacement public et le Nicolas de l’inacceptable racaille « va te faire enculer sale fils de pute » bougonné dans un coin de vestiaire.

Pour synthétiser l' info donc
, s’il est tout à fait acceptable en tant que ministre des finances de placer sa femme conseillère fiscale de la première fortune française et de toucher un pourboire électoral au passage, il est inadmissible en revanche d’en parler sur les grands médias contrôlés impunément par un pouvoir veillant expressément à la liberté d’expression footeuse.

Fort acceptable pour une pharmacienne devenue ministre de la santé de placer son fils à une place stratégique de lobbyiste médical, après avoir passé commande de quelques millions de doses inutiles de vaccin, mais parfaitement inacceptable de rembourser une liste toujours plus longue de médicaments creusant on le sait, le trou poilu de la sécu sociale.

lepetitnicolas.jpg



S’il est absolument inacceptable de fumer un joint au risque de se retrouver en garde à vue, il est en revanche parfaitement acceptable de se carboniser 12 000 euros de barreaux de chaise au frais du contribuable.

Il est parfaitement inacceptable de profaner le drapeau tricolore, mais totalement acceptable d’envoyer 44 soldats mourir pour des clous atlantistes en Afghanistan ainsi que 11ingénieurs de construction navale pour solde de rétro commissions Pakistanaises.

S’il est accepté, en notes de frais publics la location d’un jet privé, le détournement d’un permis de construire tropézien, le prêt à sa famille forcément nécessiteuse d’un logement de fonction, la privatisation des jeux en lignes au profit des amis du Fouquet’s et autre fils Balkany, il est évidemment inacceptable de laisser quelque SDF survivre sous une tente au cœur de la capitale.

Parfaitement acceptable de cumuler retraites de députés, salaires de ministre, rétributions pour missions superfétatoires, mais absolument inacceptable d’avoir au terme d’une vie de travail, une rente décente à 60 ans…

Entre augmentation de salaires gouvernementaux, explosion vertigineuse d’argent de poche élyséen, caprices aquatiques de ministre de l’armée, chèque de 450 patates complaisantes à Nanard.com…la liste est loin d’être exhaustive mais, économiquement moralement politiquement acceptable. Il est en revanche rigoureusement inacceptable d'espérer, par exemple, 25 élèves par classe pour donner une chance à l'avenir et à l’éducation, dans un contexte d’austérité acceptablement relative et admissiblement arbitraire.

le_petit_nicolas_coloriages.jpg



Tant que l’inacceptable des uns (Nicolas) et l’acceptable des autres (Nicolas) est accepté par les uns (Nous) et cautionné par les autres (Eux) il se pourrait qu’on continue longtemps à considérer comme acceptable de refuser, comme Anelka, de payer ses impôts en France et d’admettre comme inacceptable deux grognements du même Nicolas en sueur à la une sordide d’une presse racoleuse.

Heureusement oui que les médias toujours vigilants nous indiquent précisément où s’indigner et quand et nous servent opportunément du punching ball "nègre" et calibré, des fois que la colère populaire s’exprimerait au bon endroit et sur le Nicolas approprié.

tgb


illustration : évidemment Sempé.







15:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (23)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu