Avertir le modérateur

29/03/2011

L’apocalypse est-elle compétitive ?

 

350x.jpg

 

Dans la série "les bénéfices sont privés, les pertes sont publiques" la Tepco (Tokyo Electric Power) exploitante de la centrale nucléaire de Fukushima serait "menacée" (on apprécie le terme) de nationalisation. `

Nationalisation qui, si elle n’est pas à l’ordre du jour serait toutefois "une option possible" .

Ne reste plus qu’à traduire en langage commun 'l’option possible" : Après s’être gavée tout l’été de grasse rentabilité, la Tepco, toute ventrue de juteux profits refila le désastre écologico économico sanitaire plus rentable du tout, à l’état, une fois que la bise radioactive fut venue.

Quand le sage montre le joli panache inoffensif, l’idiot regarde le doigt d’Areva.

On connaît la chanson – Processus parfaitement identifié ou comment l’intérêt de quelques fils de pute à court terme prime joyeusement sur l’intérêt commun à long terme : réduction des coûts, sous-traitance, sécurité sacrifiée, investissements à minima pour un gavage scabreux d’actionnaires retraités et pas forcément du combustible (voir plateforme BP)

La version ordinaire du « après moi le déluge » du « ça durera bien autant que moi ».

C’est donc comme d’habitude le contribuable qui contribuant déjà, contribuera encore à contribuer toujours (voir subprimes) et à éponger et à serpiller et par Saint Geiger à s’irradier.

 

x350.jpg

 

Monsieur Masataka Shimizu, 66 ans, PDG de la compagnie s’étant fait porter pâle, il pourra se refaire une convalescence à Miami au bord de la piscine de Mr Warren Anderson, ancien patron d’Union Carbide, propriétaire de l’usine chimique de Bhopal : 10.000 morts ; 555.000 malades ; 0 condamnation.

Shimizu peut mieux faire.

Pour résumer schématiquement l’heureux process du capitalisme libre et non faussé :

Le contribuable contribue à la construction du parc nucléaire.

Le contribuable un peu con rachète sous forme d’actions ce qu’il a déjà payé. (avouons que devenir propriétaire alors qu’on l’est déjà est un peu ballot)

Le contribuable ainsi que ses descendants contribuent à régler la facture de la catastrophe

Le contribuable paie les investissements de remise à niveau du nouveau parc super nucléaire

Le contribuable un peu con rachète sous formes d’actions ce qu’il a déjà payé 4 fois, lors de la nouvelle privatisation sous les acclamations du fonctionnaire Baverez continuant à se faire des couilles en uranium enrichi tout à dénoncer le-poids-exorbitant-de-la-fonction-publique-en-sa non-compétitivité-à cause-des-35 heures…

Si en ce sens, et selon Naomi Klein, le désastre est assez rentable, on peut cependant poser une question subsidiaire à Baverez et ses amis :

une apocalypse dans ton cul libéral est-elle compétitive ?

securedownload-7.jpeg

 

Notons d’ailleurs que pendant que la Tepco se goinfrait tranquillement d’atomiques profits en bidonnant les rapports, en noyautant les commissions de contrôle dans d’habituels conflits d’intérêts bien sentis (voir Servier) les agences de notation cautionnaient les copies frelatées (voir subprimes) avant de dégrader les notes une fois le désastre accompli (voir Grèce).

Ne se faire aucune illusion. Dans la guerre économique, la compétition mondiale, dans le tous contre tous et le chacun pour soi, il n’est aucune morale, aucune garantie, aucun garde fou possible.

La loi du profit pousse au crime.

Le crime profite à l’oligarchie.

L’oligarchie reste impunie.

Ne se faire aucune illusion non « la seule logique raisonnable ne peut pas être une croissance continue des exigences de sûreté» comme l’écrivait « raisonnablement » François Roussely, ancien patron d’EDF, proche de Proglio nouveau boss d’EDF et ancien patron de Véolia. De ceux qui firent de l’eau une marchandise.

Avant ou après Fukushima cette logique reste intangible. Car :

Il ne peut y avoir de capitalisme compatible avec l’écologie, ni de développement pseudo durable, ni d’économie pseudo verte, tant ces deux logiques sont absolument, essentiellement, fondamentalement antinomiques et incompatibles.

L’enjeu est simple et Hulot est con :

Soit l’on tue le capitalisme soit c’est lui qui nous tue.

tgb

13:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (19)

26/03/2011

Au quatrième plan d'austérité, il sera Tina moins dix

 

214_1000.jpg

 

Il y eut un premier plan, puis un second, puis un troisième, c’est au quatrième plan d’austérité que le gouvernement socialiste portugais se mangeait sa copie libérale et que son premier ministre José Socrates sortait par la fenêtre poussé par le PSD conservateur, parti du président de la commission européenne Barroso exécuteur testamentaire de plan d’austérité ordinaire.

Où l’on découvre donc qu’un social démocrate couché n’a pas plus d’avenir qu’un centriste accroupi.

Bon débarras.

Pour punir ce pays asphyxié, à l’instar de l’Espagne ou de l’Irlande, élèves exemplaires pourtant d’une politique libérale de bon aloi, le Portugal sera donc étranglé.

Faire une saignée à un état anémié, on ne sait jamais ça pourrait le guérir.

Au quatrième plan d’austérité, sa note sera une fois encore dégradée, avant que l’opposition conservatrice propose un cinquième plan de rigueur lu et approuvé par le FMI, de l’hyper alternatif Strauss Kahn.

Le peuple électeur dans sa grande sagesse alternative, votant pour l’un puis pour l’autre jusqu’à se fatiguer de voter pour pareil donc pour rien, tranchera.

Chez Tina, on appelle ça une démocratie.

214_1000.jpg

 

Tandis qu’en France, au rayon laxatif, entre deux cannes à pêche, et dans un dernier sursaut fantasmatique à trouver du nouveau, le peuple électeur en sa grande sagesse alternative, se tâte du populisme gras à la FN.

Des fois que ça se serait juste enfin un peu goûtu.

Tandis que la "gauche" aimant à se faire peur, entre deux plans d’austérité, tout à son projet politique ambitieux de pareil mais en mieux, se drape fort pudiquement dans un front républicain émouvant qui ferrait une différence essentielle entre Sarko et Lepen.

Pourquoi pas. Après tout oui, un Guéant étant sans doute un peu plus à droite qu’une Marine…

Après avoir essayé de l’austérité de droite de gauche du centre puis de l’extrême droite, du nouveau, du vieux, du bleu nuit, du rose fluo, le peuple électeur dans sa grande sagesse alternative, cessera de faire semblant de choisir de l’étiquette avec du même produit dedans.

Les élections cesseront faute d’électeurs. Les absentions cesseront faute d’élections. Et le bulletin blanc ne sera toujours pas pris en compte.

Ça ne changera rien sauf qu’on pourra appeler enfin ce système ploutocratique par son nom :

un totalitarisme courtois.

214_1000.jpg

 

Quand l’économie dirige la politique, la politique ne fait plus que de la com’.

Au jeu de la com’ c’est le mieux habillé qui gagne.

Comme le mieux habillé n’a rien à faire de ses dix doigts, il joue à la guerre vidéo.

La guerre vidéo étant une continuité de la communication par une autre voie, nous verrons un jour de la pub sur les bombes à phosphore.

En tant que cible j’aime autant sortir du viseur.

A partir d’aujourd’hui, je n’irai plus voter.

tgb

13:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (21)

22/03/2011

De croisière en croisade...

Mission_Accomplished.jpg

Ça avait commencé en croisière, sur le Paloma, le yacht du pilleur africain Bolloré. Une forme assez moderne de méditation en bermuda et d’élévation par les talonnettes.

De l’espadrille à l’escadrille…

Ça finit en croisade, dans la « daube de l’odyssée » un remake du bien contre le mal.

Il avait bêtement raté la photo.

6a00d83451b56c69e20115704bcee3970b-800wi.jpg

Son oral de rattrapage aura quand même de la gueule, sur le porte-avion « Charles de Gaulle », entre deux avaries, devant une bannière « mission accomplie » mais laquelle ? sous le regard attendri de Pujadas laissant couler son rimmel médiatique.

Après il pourra finir de rater sa guerre et rejoindre George dans les poubelles de l’histoire.

Quand il sera parti, Alain Duhamel sera toujours là. C’est au moins un repère.

En attendant c’est confus : Parce que vendre du nucléaire au Colonel la veille et de la bombe humanitaire le lendemain, du savoir faire répressif en janvier puis des frappes compassionnelles en mars, de l’Alliot Marie par ci puis de l’Alliot Marine par là, du No fly zone en Libye et du autant de fly zone que tu veux a Gaza, on finit par avoir un peu le tourNINI.

cantonales-2011-6698.jpg


Même à Neuilly on se désespère.

Curieux quand même , ces politiques à qui on a ôté tout pouvoir et à qui on a laissé pourtant le droit de jouer avec les petits avions et le mamelon rouge de la bombe à neutrons. Savoir que le petit pas fini à ça dans les mimines….(Quand est ce qu’on atomise le Mexique au fait ?)

Une fois qu’on aura dans cette république une et indivisible fini de recenser les franco-catholiques, franco-protestants, franco juifs et musulmans, les franco francos les franco pas francos, les franco-franc macs, les franco-boudhistes, les franco-scientologues et autres franco mécréants on pourra clore le débat sur la laïcité et tous posément enfin se foutre sur la gueule.

Pourtant la politique c’est facile : Brauman à toujours raison et BHL toujours tort.

Sinon, aujourd’hui, journée mondiale de l’eau. ça s’arrose à Fukushima

Pendant ce temps les ouvriers de la Tepco se sacrifient et les actionnaires non.

Melenchon vote la guerre, je ne voterai donc pas Melenchon.

Il fait beau. C’est le printemps. Un « léger panache radioactif inoffensif » nous arrive du Japon, autant en profiter.

Y’ a des jours, vaut mieux se foutre de tout.

Je sors.

tgb

16:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (29)

18/03/2011

Rafale contre Mirage

 

sarkozy_kadhafi432.jpg

 

Donc, plus de réacteur en fusion, plus de radiations à la une, affaire classée, refroidie. L’apocalypse est priée de patienter et ça tombe bien. La crise japonaise n’étant guère opportune dans la crise économique mondiale selon Parisot, elle est reportée à une date ultérieure.

Le sarcophage médiatique va se poser délicatement sur Fukushima : Tokyo est sauvé, place à Benghazi. (On ne dira jamais assez combien les guerres et autres catastrophes font pour l’apprentissage de la géographie.)

Aujourd’hui, le Rafale attaque le Mirage et Dassault gagnant gagnant, que son père surnommait affectueusement « l’idiot » peut faire péter le champ’ : «Quand on vend du matériel, c'est pour que les clients s'en servent » Et ils vont s’en servir. Ah les braves gens !

L’intérêt d’une guerre faisant que la marchandise est consommée, elle sera avantageusement remplacée et c’est quand même plus exaltant et rémunérateur de la voir, s’exploser en plein vol plutôt que se gâcher bêtement sur le tarmac.

Du tapis rouge au tapis de bombes

Donc, nous en étions resté au Kadhafi reçu en grandes pompes sous le tipi Elyséen, à tenter de lui refourguer du nucléaire et du missile et nous voilà, une Alliot Marie plus tard, à lui balancer direct et gratos sur la tronche de la bombe à Dassault :

Faut suivre !

On pourrait y voir une certaine forme d’ingratitude, rapport à un donateur éminent du premier cercle, mais le financement d’une campagne n’exclut pas qu’elle soit militaire.

La diplomatie est parfois taquine.

sarkozyhardy.jpg

 

D’autant qu’en pleine session de rattrapage, ayant loupé les épreuves Tunisie puis Egypte, fallait bien à deux jours d’élections cantonales et à un an du bachot présidentiel, éviter au dernier des Bushistes président, le zéro éliminatoire.

Ne restait plus qu’une bonne guerre pour refaire, la cerise au petit caporal et mouiller Carla écrivais-je dans la conclusion de ma note relativement prémonitoire « madame du Baril ». Serais-je lu jusqu’à l’Elysée ? serais-je enfin devenu hyper influent ? Dois-je m’en féliciter ?

Et puis admettons que le Tyran local a bien le profil, comme Milosevic ou Saddam Hussein, pré vendus en fous sanguinaires, fréquentables puis infréquentables (ah le fou sanguinaire, argument indépassable de l’ingérence consciencieuse d’une démocratie humanitaro-coloniale) tandis que notre Saddam Hauts de Seine à nous, c’est une évidence possède six cerveaux parfaitement sains en sa tête mégalomaniaque.

Si le Minibush qui tient enfin sa miniguerre fera le maximum, on lui fait confiance pour s’en couvrir de gloire (déjà quand il n’y est pour rien il s’en vante) il faut tout de même reconnaître qu’une action belliqueuse n’a pas que des avantages. On sait quand elle commence, moins quand et comment elle finit et pour peu qu’un de nos « Rafale » se retrouve par terre, déjà qu’il a une certaine tendance à y aller tout seul, faudra pas s’étonner de se retrouver avec un prisonnier de guerre pleine page.

Certes on pourra toujours l’échanger contre Boillon le fils préféré du Colonel, ou Ollier le frère putatif du dictateur mais ça fera quand même un peu désordre au Figaro, fameuse plaquette publicitaire pour marchand d’armes.

Et pour peu que le Colonel payé pour parquer nos immigrés entre quatre barbelés lâche ses hordes de va nu pieds rien que pour nous faire chier, déjà qu’avec Guéant « les Français ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux, à cause d’une immigration incontrôlée» on ne sera plus très nombreux à lui répondre qu’à cause d’une lepenisation contrôlée, les immigrés ont parfois le sentiment aussi de ne plus être en France.

tony.jpg

 

Nous voici donc en croisade humanitaire (10 fois qu’on nous fait le coup mais quand on aime on ne compte pas) avec le Canada, dernier pays néo-con de la planète, l’Angleterre d’un Cameron jaloux du criminel de guerre Tony Blair, plus quelques pays arabes exemplaires, tels le Qatar, les Emirats arabes, l’Arabie Saoudite, Bahrein, Oman… démocraties O combien recommandables, qui entre deux massacres de peuples en rébellion s’allient pour la bonne cause : libérer les libyens de son conducator pourvu qu’on leur lâche la grappe.

Faudra penser quand même à présenter Botul au roi Al-Khalifa, le temps qu’il change de chemise, esthétiquement ensanglantée, vu qu’on a l’indignation assez relative au Flore.

Ne reste donc plus qu’à partager la Libye, d’un côté le bon pétrole, de l’autre les mauvaises bombes et d’applaudir bien fort le petit coq d’une France, troisième exportatrice mondiale d'armement et de nucléaire.

Tout ce qu’on aime quoi !

tgb

14:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu