Avertir le modérateur

10/10/2012

La compétitivité est-elle compétitive ?

patricia muzard.jpg

C’est l’histoire de ces sales types qui squattent nos merdias à longueur de journée, qui récitent à l’envi les mêmes rengaines libérales, la même vulgate primaire et régressive, les mêmes slogans obsédants jusqu’à l’anesthésie :

Austérité, flexibilité, compétitivité.

jusqu’à te convaincre de crever la dalle trop cher, de vivre trop vieux, de pas ramper assez bas.

Vous les connaissez bien, ils sont inamovibles, intouchables, increvables, plus ils disent de conneries plus ils ont la parole, plus l’histoire les contredit, plus ils se répandent. Ils n’existent ni pour leur compétence, ni pour leur honnêteté, pas plus pour leur originalité que pour leur discernement, juste pour leur propension servile à repasser les plats, juste pour leur capacité à la reptation rémunérée, à vendre toujours la même soupe moisie en s’en réservant toujours deux cuillers.

Une pour le compte courant, une pour le compte off shore.

Non seulement ils préconisent pour les autres, tous les autres, les petits, les faibles, les crevards, la nécessaire précarité, la misère raisonnable, l’inévitable mouise certes mais pragmatique, drapés dans leur déontologie admirable mais encore en profitent-ils pour s’engraisser, se goinfrer, se gaver à nos frais jusqu’à la nausée.

Avec cette insolente indécence à s’empiffrer en douce tout en nous chipotant les miettes, à mieux nous culpabiliser de leur dette.

Leur fond de commerce ? la déche des autres.

Puisque ces salopards en sont à renverser la sémantique, à saloper les mots, à brouiller les concepts, autant ne pas nous gêner ; on les appelle des experts, appelons les des enculés.

Et posons nous donc la question :

ces bons à rien de parasites de collabos sont-ils eux-mêmes compétitifs ? Celui-là qui pérore de la rigueur à l’antenne et celle-là qui ergote de la régression sociale au micro sont-ils eux-mêmes rentables ? Combien nous coûtent t’ils ? Ne pourrait-on pas inventer un impôt sur la saloperie humaine, l’escroc du paf, l’enfoiré de l’entubage médiatique ?

Parce qu’à bien y réfléchir, les porte-flingues de la compétitivité sans alternative, du libéralisme sans concurrence ne rouleraient-ils pas pour un même monopole ?

C’est juste l’histoire gerbante de ces petits kapos de l’histoire, de cette caste de cadres sups au service de l’oligarchie ploutocrate. Demain ils nous harcèleront de l’urgence à privatiser la sécu, hier ils nous alertait du danger populo-chaviste, toujours au service des puissants, des mêmes lobbies, pro nucléaire, pro ogm, pro atlantiste, pro fric, quelqu’en soit le coût quelqu’en soit le prix, à toujours se préoccuper de l’avenir de nos enfants pour mieux les en priver.

Allez faites moi plaisir, si vous en croisez un avant moi, crachez lui à la gueule de ma part.

Pour la beauté du geste… gratuit !!!

tgb


photo : Patricia Muzard

15:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Difficile de rester zen, j'en conviens!
Encore un billet percutant!

Écrit par : mochica74 | 10/10/2012

pas un temps à rester zen mais à leur bourrer le nez !!

Écrit par : tgb | 10/10/2012

J'ai p'u de salive.
Mais plein d'idées pour la remplacer.

Compte sur moi.

Écrit par : Laffreux | 10/10/2012

la salive c'est une option après on crache ce qu'on veut - :-)

Écrit par : tgb | 11/10/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu