Avertir le modérateur

25/08/2013

Moritz Erhardt, mort pour la banque !

Tirelire-monde.jpg

Il fut un temps où les jeunes gens mourraient d’amour, tombaient sur les barricades, dans le maquis, les armes à la main. Ils se sacrifiaient à un être, une cause, un idéal, à quelque chose de plus grand qu’eux, donnaient un sens à leur mort, offrant leur jeunesse à une forme d’absolu sublime et tragique.

La liberté ou la mort, ami, si tu tombes un ami sort de l'ombre à ta place... Et tout ce genre de choses…

C’est toujours du gâchis que de mourir à 20 ans, mais du moins certaines morts ont plus de panache que certaines autres qui, manifestement, ne ressemblent à rien.

Si ce n’est à un symptôme de notre retour en barbarie.

Moritz Erhardt 21 ans est donc mort comme un con.

Ce stagiaire de la banque d’investissement Merrill Lynch, propriété de Bank of America s’est épuisé à la tâche, après 72 heures de travail non-stop, s’écroulant sous sa douche dans sa propre flaque, après trois nuits sans sommeil.

Shooting-photo-mort-DSC_6960-.jpg

Cet exemple performant de servitude volontaire, cet esclave consentant de l’idéologie dominante libre et non faussée, cet aspirant zélé à l’oligarchie mortifère, à l’enrichissement individuel et au fric pas cher, affirmait sur un blog être « hautement compétitif et ambitieux ».

Compétitif sans doute, mais pour ce qui est de l’ambition, il risque de revoir définitivement ses objectifs à la baisse.

Mourir pour une banque serait-il donc le nouvel idéal de la jeunesse mondialisée accro aux bonus potentiels et aux chants des sirènes spéculatives ? Le plan de carrière serait-il devenu l’ultime valeur d’une génération courant après le mirage du picaillon sans frontières ? L'absurde compétitivité, cette nouvelle version de l’asservissement motivé et du larbinisme à crédit, serait-elle donc le fruste Saint Graal de notre néo-médiocrité ?

Si comme nous le dit justement Courteline, « mieux vaut gâcher sa jeunesse (comme s’adonner à ces quelques frivolités du genre aimer, vivre et faire des conneries…) que de n’en rien faire du tout », le jeune formaté Mortiz aura donc eu 20 ans pour walou, pour la perspective minable de posséder une Rolex avant 50 ans et de ne même pas avoir l’opportunité d’y lire l’heure de sa mort avancée.

Juste mort pour illustrer le syndrome d’une société en plein déni de civilisation

Travailler plus pour mourir plus et rouler des pelles à un distributeur de billets

Shooting-photo-mort-DSC_6960-.jpg

Moritz Erhardt « était apprécié de ses pairs et un stagiaire très motivé dans notre entreprise, avec un avenir prometteur… » nous déclare sans rire le porte parole négrier de Merrill Lynch.

Nul doute que, vu les circonstances, l’avenir prometteur du jeune Moritz va consister à se reposer très longtemps sur ses lauriers corporate.

Ci-git Moritz Erhardt, mort pour la banque !

tgb

14:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

22/08/2013

La ligne plus ou moins rouge

BH67duOCYAAq76s.jpg

Incorrigible le gars, et con en plus.

On te lui dit en grosses lettres rouges qui clignotent « ‘tention mon pote, les armes chimiques de destruction massive nucléaire au napalm c’est la ligne rouge, tu dépasses d’un iota, tu mords d’un poil de cul sur la bande, on repasse la vidéo au ralenti sur BFN TV et hop tu morfles à mort que même Hollande te parachute Fabius sur Damas"

"Que tu te retrouves devant le tribunal international occidental ou l’honnête Carla del ponte essaiera de dire que les « rebelles » utilisent du gaz (aussi ?), mais qu’on lui fera fermer sa grande gueule à la Snowden vu que c’est toi qu’en a."

"Que c'est écrit dans le scénario qu'on applique à la virgule près depuis 70 ans et qu’on va quand même pas entrer dans la complexité des choses par-delà le bien et le mal, les moustachus et les glabres."

Et le gars donc, il attend d’être en position de force dans les combats, que 700 observateurs de l’ONU soient sur le terrain, pour bing, balancer, non pas de l’uranium enrichi ou de la bombe au phosphore, ça c’est réservé aux gentils, mais du bon vieux gaz sarin archaïque tout juste bon pour la Bougnoulie orientale et ce, à 3 Km du centre ville qu’heureusement les émanations s’arrêtent pile poil à la frontière de son palais despotique de méchant.

3464322_3_fa76_ill-3464322-8752-221943_25dd8d512ffeb4f9ea22ed71c64f5e06.jpg

Quand même benêt le gus.

Tu te demandes alors si le type, il ne roulerait pas carrément pour le camp d’en face, la coalition des démocrato-islamo-botulo-qataristes. Du genre à insister grave pour une intervention de l’empire, défenseur acharné de la liberté d’embastiller les lanceurs d’alerte et de lire les mails que j’échange avec ma tati de Saint-Offenge-dessous et finir en Kadhafi débiteur.

El-Assad, un infiltré de la 5éme colonne saoudienne ? va savoir !

AHhhhhhhhh mais te voilà en plein complotisme mon pauvre garçon, dans le conspirationisme parano délirant, comme si que les bons ricains, par exemple, avaient déjà fomenté le moindre coup d’état par ci ou déjà usé de la moindre fiole onusienne par là avec power point en couleurs pour balancer des armes de destruction massive sur quelqu’un, l’enfoiré, qu’en n’avait même pas.

C’est dire si le gars était fourbe.

Bon mais après tout, faut pas exclure que Bachar el Assad en plus d’être sanguinaire et sournois soit un con. C’est quand même un arabe hein…

Alors dans le doute…

N’empêche ces photos de cadavres alignés ça me rappelle un chouïa le charnier de Timisoara…

1370966136.PNG

Je dis ça je dis rien, ça me rappelle c’est tout. Depuis, c’est plus fort que moi, j’ai l’humanitaire compassionnel un tantinet échaudé et l’indignation parcimonieuse.

Faut m’excuser de me méfier, mais je vois de la propagande partout.

Y’a bien que moi d’ailleurs, parce que les éditocrates eux, ils te recopient les infos officielles avec une absence totale de conditionnel et d’esprit critique qui fait plaisir à voir, le regard vaguement perdu sur la ligne bleue des Vosges avec tout plein de Roms barbares derrière.

tgb

11:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (20)

19/08/2013

De la difficulté de vivre en tongs, tout en restant 'compétitif'

IMG_0320.JPG

Affr’euses, Affr’eux,

Rue-Affre farniente depuis fin juin.

Une certaine lassitude.

Un sentiment d’impuissance et de répétitions un peu vaines.

Une remise en question, plus divers problèmes personnels et autres galères.

Comme la fin d’un cycle.

Du 14 au 19 août, Rue-Affre a même disparu des écrans, puisqu’il a, sans explications, été verrouillé arbitrairement ? maladroitement ? par mon hébergeur 20minutes m’empêchant d’accéder à sa gestion, aux archives et bien sûr aux notes…me privant soudainement d’un travail de 7 ans et me rappelant opportunément que, du virtuel, on ne maîtrise rien.

Bref, depuis sa remise en fonction, tous les liens sur la toile ont été effacés, jusqu’à sa position prédominante sur Google.

Sans tomber dans la parano, cet accident (symbolique ?) ne peut que nourrir un peu plus ma réflexion, sur l’éphémère des choses, leur vanité mais aussi techniquement sur la précarité d’un site, dépendant entièrement du bon vouloir d’un autre, d’un système.

Sans rien trancher dans l’urgence, il me paraît évident que cette alerte doit m’amener à prendre certaines décisions, comme me rendre le plus autonome possible et gagner en fiabilité.

Rue Affre va donc continuer avant de commencer…

Autrement, ailleurs…

tgb

merci à Tralala et Turandot

11:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (21)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu