Avertir le modérateur

27/10/2014

La patrie reconnaissante, les mouettes moins…

 

place-des-grands-hommes.jpg

Les morts sont tous des braves types disait Brassens. Et à constater l’hommage quasi unanime à l’ancien patron de Total, celui là même qui corrompit allégrement, sinistre représentant de la "Françafric", barbouilla généreusement nos côtes de marées noires, et ne paya aucun impôt en ce pays, il se pourrait bien qu’il y ait quelque vérité dans la formule de l’ami Georges.

Oui à voir certaine "panthéonisation" en grandes pompes, tel sale type à peine refroidi devenir respectable, une breloque sur le catafalque à titre posthume, dans un concert de louanges funèbres et médiatiques, la mise en bière pourrait bien rendre super sympa.

Général De Margerie mort au combat de la mondialisation heureuse. L’oligarchie et ses chiens de garde reconnaissants.

Les mouettes nettement moins.

5344837-maree-noire-debut-du-proces-au-civil-de-bp.jpg

Car le cadavre n’échappe évidemment pas à l’idéologie ambiante, la dépouille fumante cristallisant assez bien l’état des choses politiques et les aimables connivences d’une classe dominante et de ses pleureuses embedded.

Oui, les morts sont tous des braves types sauf que visiblement il en est de plus honorables que d’autres et que pendant qu’en catimini, l’on tente de glisser sous le tapis des pertes et profits le corps de Rémi Fraisse, "obscur" manifestant écologiste ayant croisé malencontreusement la trajectoire d’une grenade lacrymo, l’on enterre royalement « big moustache » au son du clairon et des sanglots longs des prédateurs et de leurs larbins comme autant de larmes de crocodiles.

La déneigeuse ou le flash ball choisit ton camp camarade.

image.jpg

Si d’un point de vue économique et social, il ne fait aucun doute que tel patron d’empire pétrolier a plus d’influence et c’est un euphémisme que tel militant écolo lambda, il n’en est pas moins vrai qu’en principe et en république, les citoyens restent égaux en droits.

Tu parles, même pas devant la mort.

Car évidemment dans cette religion du productivisme à tout va et dans le mur triomphant, il serait bien surprenant qu’on voit se déplacer quelque zélé ministre dans le Tarn, sur le site d’un chantier de barrage bientôt privatisé au profit de quelques gros intérêts financièrement agricoles pour pleurer sur les cendres d’un modeste empêcheur de tout saloper en bande.

Non, nous ne verrons pas à l’enterrement de tel militant de seconde classe le profil finement maquillé d’un premier ministre dans toute sa ringardise libérale pseudo moderne qui à force de s’identifier à Clémenceau finit et c’était fatal par avoir du sang sur ses mimines manucurées.

4508711_3_746f_manuel-valls-francois-hollande-et-emmanuel_b8949093982ef95aa6bcf6bdb55ad603.jpg

Il est ainsi des morts comme des justiciables sanctionnés déjà dans les mots mêmes, "odieux fraudeur de l’indemnisation chômage" pour le cul terreux ou "en délicatesse avec le fisc" pour le notable. Selon que tu seras de la grande famille entreprenante ou du petit peuple résistant, aux grands hommes du premier cercle vertueux la patrie en berne, aux petits gêneurs de l’immense truanderie, l’escamotage du corps et l’état méprisant.

Il y aurait pourtant quelque avantage à voir disparaître de la surface du globe et dans l’intérêt général, quelque scélérat vendu, quelque salopard dégueulassant tout, quelque vil exploiteur d’humanité et de planète non renouvelable, quelque fieffé maquereau du profit particulier.

- Mais un peu de retenu que diable - m’enjoignent à l’unisson les braves gens respectables, les mêmes qui, devant le cercueil d’Hugo Chavez ou de Stéphane Hessel se lâchaient de la nouille et du rectum avec délectation.

Chaque cause à son martyr, chaque camp son héros, où l’on voit à juste titre de quel côté penche l’obscène gouvernement en ce lundi d’officielles funérailles mazoutées.

Que chacun donc enterre ses morts et ses illusions, tout en se rappelant en ces jours d’élections tunisiennes, que les obsèques d’un insignifiant vendeur ambulant immolé par le feu peut subitement fracasser l’histoire.

tgb

15:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

19/10/2014

Le plug qui cache la forêt

B0EWydwIQAA4rcc.jpgLa liberté d’expression d’un artiste doit être totale. C’est pour moi un postulat de départ indiscutable et non négociable. Ensuite, dans le bazar de productions plus ou moins artistiques, que le talent reconnaisse les siens.

De Dieudonné à MacCarthy en passant par Serrano, pas de compromis possible. Aucun état, aucune police, surtout pas un ministre de l’intérieur, pas plus qu’un groupe de pression quelconque ou quelque communautarisme sectaire, , ou là, n’a à juger en mon nom de ce qui est bien ou mal, beau ou pas, admissible ou proscrit.

Il n’y a de danger que de ligne officielle, de comité central du bon goût, que de ministère « de la promotion de la vertu et de la prohibition du vice », que de commission esthétique de la morale et des bonnes mœurs, bref que d’arbitraire.

Car si on sait à peu prés où commence la censure, on ne sait jamais où elle finit et assister aujourd’hui à l’écoeurant retour sur les réseaux sociaux des mots « art dégénéré » avec pour référence le sophiste Zemmour, on a le Savonarole qu’on peut, fait froid dans le dos.

L’art étant l’évidente sentinelle des assauts obscurantistes et liberticides, il s’agit absolument de ne rien céder à la tartuferie ambiante, au fanatisme rampant, aveuglé par ses sinistres certitudes.

Car, il est de notre responsabilité raisonnable d’apprendre à penser contre soi, et si ce n’est d’aimer ce qui nous dérange, du moins d’apprécier et de laisser agir ce qui nous tenaille, plutôt que de nous réfugier dans un confort complaisant qui sent le renfermé.

L’art n’a pas à nous conforter ni à nous dorloter.

B0NkpEIIMAACGYK.jpg

Que le plug anal de Paul MacCarthy fasse s’émouvoir les trous du cul, quoi de plus normal après tout. Il est même assez rassurant d’une certaine manière, que l’œuvre d’art à la provocation de salle de garde, fasse encore réagir, tant on a fini par s’indifférer de tout.

Que la création interpelle et fasse débat, tant mieux, c'est en partie son boulot.

En revanche que l’on tolère l’intolérance, le vandalisme bourrin jusqu’à se dégonfler du sapin gonflable et offrir une victoire symbolique aux pitres intégristes est problématique. Je ne sais quel crétin régressif a tenté de s’asseoir sur le « sapin » de la place Vendôme, mais je me doute que quelque part le supplice du pal le travaille, dans quelque refoulement frustre.

Mais d’autres questions se posent à propos de cette œuvre, hélas saccagée, de MacCarthy, et déjà la privatisation d’un espace public par une galerie internationale, Hauser and Wirth, jouissant en termes marketing d’un énorme coup de comm.

En ce sens le scandale pour eux est déjà plus que rentable, les vandales leur ayant rendu un immense service commercial.

On peut se demander si la place Vendôme (blindée de caméras vidéos cela dit en passant - bijoutiers - ministère de la justice...) comme le château de Versailles doit servir de support à la commercialisation d’un artiste et à la spéculation sur une œuvre en faisant exploser sa côte au profit de ses riches collectionneurs.

La Fiac, entreprise privée, grand marché de l’art ou grande foire du pognon ?

B0EWydwIQAA4rcc.jpg

Si l’année dernière François Pinault, à lire les aimables critiques, donna à voir sa collection privée à la Conciergerie, on pourrait tout aussi bien renverser la proposition et se demander si ce ne serait pas plutôt la Conciergerie, lieu public, qui mit à disposition son espace à la collection privée du milliardaire, offrant un sacré coup de projecteur.

Simple question d’angle.

Autre question que pose cette affaire MacCarthy, la promotion d’un art transgressif toujours récupérable et ne bousculant au final que les mœurs et dieu sait si on en a vu d’autres, mais surtout pas l’ordre mondial consumériste, ne se ferait il pas au détriment d’un art subversif remettant fondamentalement en cause le marché, comme en politique les quelques avancées sociétales ne seraient là que pour masquer ou compenser les régressions sociales ?

Bref, pour le dire trivialement et que les dames m’excusent, il serait plus facile aujourd’hui et rémunérateur de montrer son cul que d’avoir des couilles.

L’un n’empêchant pas l’autre cela dit.

tgb

12:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (26)

14/10/2014

Sans tabous mais avec trompettes

 

tous-les-jours-dimanche-manolo-mylonas-8.jpg

Perso, je trouve qu’il y a comme du mou chez le briseur de tabou pantouflard, comme une certaine retenue chez l’iconoclaste plié dans la soie. A Subir l’inquisition omnipotente du gauchisme triomphant, cet asservissement sournois par la dictature de la bienpensance ultramédiatisée, comme une forme hélas de bienséance et de prudence dans la destruction systématique de l’état providence au profit du profit et du dividende rédempteur.

Oui bien ramollo et pusillanime le jeune marginal Macron à refuser tabou et posture à propos de l’assurance chômage tout à s’accommoder pourtant de quelque compromis alors qu’il suffirait de supprimer toute indemnité pour éradiquer définitivement l’assisté profiteur chômeur. La demi mesure restant hélas le symptôme du socio libéral complexé.

Car dans cette science exacte qu’est l’économie capitaliste dont les crises récurrentes nous rappellent son extrême fiabilité et sa justesse arithmétique, point d’idéologie. Quand l’humanité est enfin mise en équation tout devient simple affaire de logique.

Par exemple, si les seuils sociaux, les CDI, et autres 35 heures sont un frein à l’emploi, que dire alors des salaires ? N’importe quel économiste rebelle de C dans l’air vous le confirmera. Supprimer la rémunération c’est favoriser à coup sûr l’embauche massive. Dans cette même logique objective, laisser crever les malades réglerait assez rapidement le déficit de la sécurité sociale, fermer les écoles faciliterait le non renouvellement d’un prof sur un et anéantir Paris relancerait considérablement le marché du BTP.

tous-les-jours-dimanche-manolo-mylonas-4.jpg

Est-il acceptable aujourd’hui dans une compétitivité mondialisée libre et non faussée d’accepter encore que quelques grévistes fous prennent en otage des usagers et les égorgent en toute impunité devant les caméras sur les quais de gare ?

D’ailleurs il serait temps que les professionnels de la profession politique au service de la finance admettent que la démocratie entrave considérablement les affaires et que seul un totalitarisme économique sain est en mesure de doper une saine croissance au profit de quelques uns et au détriment égalitaire de tous.

Car on ne dira jamais assez combien et dieu sait pourtant qu’on l’assène, le répète en boucle et le bourre dans le mou, les protections sociales, les normes écologiques, les visions éthiques nuisent à l’esprit d’entreprise tout en indisposant cruellement les marchés. Et qu’il n’y a d’amour pourtant que dans l’entrepreneuriat :

J’aime l’entreprise !

tous-les-jours-dimanche-manolo-mylonas-5.jpg

Voilà trente ans maintenant que les pauvres, les SDF, les smicards et les classes moyennes elles mêmes vivent au dessus des moyens de nos milliardaires, trente ans que nous refourguons égoïstement la dette à nos enfants, tandis que sages et prévoyantes, les multinationales leur laissent généreusement en héritage un changement climatique bienfaiteur, des déchets nucléaires profitables et tant de fines particules chimiques dans l’atmosphère.

Bien sûr certains esprits chagrins et fanatiques, gangrenés par cette maladie infantile qu’est l’humanisme, cette sale manie juvénile, véritable « Ebola » de la pensée dégénérée, viendront encore polluer la VERITE économique de leur sectarisme mais nonobstant ces parasites archaïques, nous aurons fait un grand pas dans la spéculation heureuse quand le business en toute modernité se sera émancipé de l’homme.

Oui l’économie dans sa subtile finalité enfin libérée de toute humanité sera alors profitable au plein emploi…

des cancrelats.

tgb

13:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

06/10/2014

Marina Silva, candidate caoutchouc, fait flop !

 

bresil-marina-silva-verts_577536.jpg

Donc nos médias complaisants, pas trop regardants sur la chose, qui aiment à fabriquer du story telling sur commande, de l’icône sur mesure, de l’héroïne à sa pogne toute photo shopée, nous l’avaient vendue et survendue comme la surprise du chef, la favorite do Brasil, la fulgurance médiocratique de l’autre Amérique.

Ne lésinant pas sur les superlatifs, la Marina Silva, on nous l’a présenta comme l’Obama brésilien, la Lula en jupon, la guerrière de l’Amazone, l’apôtre d’une nouvelle politique, la cendrillon noire d’Amazonie et ne mégotons pas dans la connerie zélée, le nouveau Gandhi carrément.

Façon ‘relooking express’, on te l’avait maquillée, socialiste à l’eau de rose (genre Valls), écologiste fervente, orpheline méritante, sa couleur de peau suffisant naturellement à la rendre insoupçonnable, tant la machine transatlantique sait renouveler le genre et adapter sa comm aux canons pipolisés et pipotés du moment.

crop.jpg

Pour peu qu’on ne creusât pas trop l’affaire, ce que nos médias de référence se gardaient bien de faire faut pas déconner, on en oubliait simplement que la campagne de la sainte socialiste rosâtre était financée par la première banque privée du pays, Itau, que la Marine locale soutenait l’école néo libérale ricaine, militait pour l’indépendance de la banque centrale autrement dit la perte de contrôle de l’économie nationale, préconisait la sortie du MERCOSUR, le marché commun de l’Amérique du Sud élaborée par Chavez et Lula, privilégiant les accords bilatéraux, y compris et surtout avec les Etats-Unis, tout en prenant ses distances avec le BRIC, (Brésil, Russie, Indes, Chine) association fort dérangeante contre la suprématie monétaire du dollar.

Ainsi, Marina Silva, ni de droite ni de gauche donc de droite, petite fiancée des favelas, Cosette au cœur pur, intègre et honnête, « seringuera° » méritante, faisait dans le joyeux oxymore : écologiste néo libérale pro nucléaire, socialiste ogm, avec comme vice président putatif, le député Beto Albuquerque, réputé proche de l'agro-business et de la multinationale Monsanto.

Représentante du puissant lobby évangélique (20% de la population 42 millions de fidèles) sous marin(a) yankee, elle prenait évidemment position contre l’avortement tandis que 800 000 femmes allaient visiter les faiseuses d’ange dans la clandestinité chaque année.

682753-la-presidente-bresilienne-sortante-dilma-rousseff-a-brasilia-apres-le-1er-tour-de-la-presidentielle-.jpg

Résultat des courses, de cette brillante fabrication médias et sondagière, Marina Silva est éliminée au soir du premier tour des élections présidentielles brésiliennes en arrivant troisième avec 21,3% des voix loin derrière Dilma Rousseff ( 41%) qui a toutes les chances de repartir pour un second mandat à la tête du Brésil ce qui, indice toujours réconfortant, ne rassure pas les marchés.

Rappelons d’ailleurs pour la petite histoire que dans les années 70 sous la dictature, Dilma Rousseff, guerrillera aujourd’hui bien assagie, fut torturée pendant vingt-deux jours par les militaires, ce qui n’est pas grand chose j’en conviens, rapport à François Hollandréou affrontant les intempéries sans parapluie ou assistant dans une salle quasi vide à la dernière daube de son ami visionnaire Botul, mais quand même !

Pendant ce temps-là et tandis que la starlette ripolinée des oligarchies faisait la une avant que de crever sa bulle médiatique, au Venezuela les paramilitaires assassinaient le député chaviste Robert Serra et sa femme dans l’indifférence générale.

Sûrement une histoire de look coco !

tgb

°récoltante de caoutchouc

13:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu