Avertir le modérateur

27/01/2015

A l’ombre de l’âne (d’après Démosthène)

 

BbuBAFYIEAEMeNU.jpg

Alexis, un Athénien au chômage fut délégué par son village pour se rendre à Delphes afin d’y vendre la misérable marchandise collective : quatre dérisoires barils d’huile d’olive. (c’eut été du pétrole qu’Hollandréou fut venu à genoux pour lui rouler des pelles). Quatre barils d’huile d’olive pour toute fortune afin de soigner les familles dépourvues de couverture sociale, la malaria et la tuberculose ayant refait leur apparition, tandis que le sida faisait à nouveau des ravages.

Pour transporter sa maigre production, Alexis loua à prix d’or, un âne à la directrice du FME (Fonds Monétaire des Equidés) mme Lagardos qui suspicieuse et cupide, le suivit à la trace dans son 4X4 climatisé, sponsorisé par l’Arabie Saoudite.

En ce temps-là, la loi Macron n’étant pas encore votée, il n’y avait pas d’autocar.

En chemin, au bout de plusieurs heures de marche dans la caillasse, sous un cagnard accablant, l’homme épuisé, chercha désespérément une taverne pour s’y rafraîchir et s’y reposer un peu. L’austérité étant passée par là, la troïka ayant tout dévasté, pas la moindre auberge en activité ; le plus petit estancot ayant depuis longtemps mis la clef sous la porte.

B7p1WrVCEAEEQdr.jpg

Dans le concert incessant des cigales et pour se protéger du soleil de plomb, pas même un arbre à l’horizon, chaque morceau de bois ayant été depuis longtemps consommé l’hiver pour chauffer les écoles privées d’électricité, ou abattu pour laisser place à des complexes touristiques gardés par des vigiles, y compris dans les zones protégées, cédées à des spéculateurs immobiliers allemands.

Au bord de l’évanouissement, notre homme eut alors une idée : s’installer quelques instants à l’ombre de l’âne. A peine avait-il déposé le bât de l’animal, que la harpie défiscalisée du FME surgit en le menaçant et l’injuriant tout à la fois :

- dégage de là, sale assisté, tu n’as pas le droit !

- comment ça je n’ai pas le droit, je l’ai loué cet âne, non ?

- tu as loué cet âne mais pas son ombre et son ombre est à moi !

Pour l’instant nous en sommes là, et attendons impatiemment la suite de l’histoire...

Alexis+Tsipras+Podemos+Political+Party+Chooses+UvjRNkI-5UIl.jpg

Ainsi non seulement la Grèce martyrisée devait rembourser la dette, mais passait le plus clair de son temps et de son peu d’argent à rembourser les intérêts exorbitants des prêts, dont 70% allaient directement renflouer les banques.

« La Grèce est « en bonne voie pour achever son ambitieux plan d’ajustement budgétaire », osait la directrice générale du FME, exonérée d’impôts mais qui en exigeait des autres, tandis que le nul et incompétent Jean Claude Trichet, ex président de la BCE (banque centrale des Equidés – un partenaire et concurrent du FME) trouvait que « les efforts demandés à Athènes ne sont pas de l’austérité mais simplement le retour à l’équilibre ». `

Délicieux retour à l’équilibre en effet que l’augmentation de plus de 43 % de la mortalité infantile.

Pour dénouer cette histoire, me revient une parabole orientale.

BbuBAFYIEAEMeNU.jpg

Dans un souk de Tanger, un flâneur soudain huma une exquise odeur de tajine d’agneau et s’en délecta. Le marchand s’en apercevant exigea immédiatement cinq dirham au quidam pour le plaisir procuré.

- il n’en est pas question, dit le passant , je n’ai rien consommé, c’est portnawak…

- tu as humé, tu en as joui, tu me dois cinq dirham - s’énervait le marchand

Ils commençaient tous deux à en venir aux mains

Surgit un sage qui dit au quidam

– donne moi une pièce d’or…

- mais certainement pas je ne dois rien je n’ai rien acheté…

- donne moi une pièce d’or - insistait le vieux sage…

En désespoir de cause et de guerre lasse le passant confia une pièce d’or au vieux sage qui se tourna vers le marchand, frappa cinq fois avec la pièce de monnaie la faisant résonner sur la marmite où mijotait le tajine et dit au commerçant :

– te voilà payé !!!

– Puis il rendit la pièce d’or au quidam.

alexis-tsipras1.jpg

Je dis ça je dis rien, mais ça pourrait inspirer Syriza…

tgb

14:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

23/01/2015

Eloge funèbre en chasse neige

B7NdwKWIAAAVe4p.jpg

 C’est donc de Davos en chasse neige où, fidèle à ses convictions, il mène ardemment le djihad contre la finance et le réchauffement climatique tout à la fois, que François Plat-pays nous informe qu’il ira présenter ses condoléances en Arabie Saoudite suite au décès du gérontocrate Abdallah.

Il prendra soin n’en doutons pas de s’y rendre un catalogue de la manufacture des armes et des cycles sous le bras, tant les affaires sont les affaires et l’obscurantisme tout relatif devant un gros keffieh chéquier.

Je sais bien qu’au nom de la real politik nous nous devons de composer avec toutes les parties, mais quand, comme Fanfoué, on se permet de prendre des pincettes avec Poutine au nom des grands principes humanistes, on pourra s’étonner qu’il ne se munisse point de loooooooongues tenaille avec la bande à Saoud.

Macache.

C’est donc en ces moments funèbres où Charlie fume encore, que notre président regonflé de plus de 20% d’hélium dans le fion s’empressera d’aller, au joli pays de la charia, lécher les babouches de Salmane, nouveau calife à la place du calife de la secte wahhabite ; cette secte, grande argentière du pire de l’arriéré de l’archaïque intégriste.

raif-badaoui-fouetté-en-arabie-saoudite.jpg

Raef Badaoui, blogueur condamné à 1000 coups de fouet, confirmera.

D’ailleurs quitte à ce que l’occident depuis 25 ans se plaise à raser du pays arabe, plutôt que l’Irak, la Libye ou la Syrie, pays dictatoriaux comme les copains mais au moins vaguement laïques aux populations mélangées, il eut été plus judicieux de balancer quelques frappes chirurgicales sur trois ou quatre familles branleuses de monarchies pétrolières (Arabie saoudite, Koweït , Bahreïn, Qatar , les Émirats ... ) qui foutent le souk au moyen orient depuis le Pacte du Quincy.

Le capitaine de pédalo nucléaire ayant choisi le camp atlantiste (donc sunnite) avec cet enthousiasme benêt qu’on lui connaît, il n’est finalement pas très étonnant de le voir faire dans le posthume du côté de Ryad plutôt que du côté de Caracas et faire ses pompes funèbres plus facilement sur Abdallah que sur Chavez.

On a les condoléances « socialistes » qu’on peut.

Oui il nous faudra bien nous souvenir qu’au moment où en Grèce, Syriza s’apprêtait seul contre le monde entier, à botter un tantinet le cul de la mère Tina, notre pilote de triporteur n’avait d’hommage que pour le caïd de l’or noir, comme il s’inclinait déjà devant le patron de Total plutôt que devant Rémi Fraisse, tué par la flicaille avant qu’elle ne soit acclamée par quelque « Charlie » de circonstance.

B7pL0TzIcAATXr3.jpg

Pour l’anecdote notons que l’affront fait aux femmes et subsidiairement honte de l’humanité non imposable Christine Lagarde vient de déclarer à propos de la crapule saoudienne décédée : « roi Abdullah strong advocate of women »

La jeune birmane décapitée sur place publique à la Mecque ainsi que Loujain al-hathloul et Mayssa al Amoudi (entre autres) arrêtées pour avoir conduit une voiture, apprécieront la lucidité pertinente de la raclure de bidet du FMI.

tgb

16:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

19/01/2015

Une heure d’apesanteur

20080403becket2.jpg

« Rien n’est plus drôle que le malheur. » (Samuel Beckett)

En ces jours de sidération, une heure de suspension, d’apesanteur, pour échapper au lourd, au pesant, au bourrin, et se sidérer autrement de pur bonheur à s’enivrer de légèreté.

Prenez les « Fragments » d’un immense auteur, Beckett, la mise en scène d’un géant du théâtre, Peter Brook (assisté de Marie-Hélène Estienne) et le jeu net et délicat de trois comédiens fabuleux, Kathryn Hunter, Jos Houben, Marcello Magni et alors comme une évidence, une heure, juste une heure d’exception et de grâce, où tout semble si facile, si simple, qu’on nous épargne forcément tout le laborieux derrière.

Dans l’espace quasi vide du plateau, juste la beauté du lieu (les Bouffes du Nord) un banc, une chaise deux sacs et la subtilité des éclairages ; cinq fragments de pure comédie tragique et absurde, d’épure existentielle ; un trois fois rien qui nous dit tout et l’essentiel.

image_2-4546.jpg

Ce sont les deux mendiants, l’estropié et l’aveugle qui s’acharnent à ne pas faire à eux deux, un seul homme valide. Y en a-t-il ?

C’est le monologue d’une femme à sa fenêtre à regarder d’autres fenêtres, avec cette voix caverneuse, envoûtante, cette sublime litanie ternaire et vertigineuse dans le balancement incessant d’une chaise comme un rocking chair.

C’est la journée type de "winner et loser", deux clowns célestes au burlesque sobre et précis, dans un visuel inouï de Laurel et Hardy qui fait se gondoler la salle, nous livrant l’air de rien la quintessence poilante de l’humanité.

C’est le trio de vieilles dames dans le chuchotement farce, les silences virtuoses et les mimiques ravageuses qui chavirent le public.

1081288_les-fragments-magiques-de-peter-brook-aux-bouffes-du-nord-web-tete-0204061171096_660x352p.jpg

C’est en anglais, c’est sous titré, mais c’est du laconique et du pas bavard. Bref c’est du Beckett.

C’était mon cadeau de Noël et quel plus beau cadeau, que cette bouffée de rire dans ce monde de brutes épaisses, que ces quelques trop rares fragments d’humanité et d’oubli absolu.

tgb

14:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

14/01/2015

Liberté, égalité, etc…

10928092-10152589775520036-1892088463-n_1905762.jpg

Vu que nous sommes tous appelés à devenir gentils milliardaires ou, pour ceux qui échoueraient à l’exam, méchants djihadistes, les prochaines manifestations d’union nationale du dimanche se feront par communautés segmentées tout au long de la semaine républicaine.

En effet, le dimanche étant dorénavant consacré à arpenter les rayons de Castorama, comme d’ailleurs les rois du bricolage me le rappellent régulièrement par sms, la grande messe d’unanimisme patriotique se fera selon sa catégorie sociale, sa religion, son inclination sexuelle, ou sa fonction ; et, en cas de litige, selon sa plaque d’immatriculation.

Herve-Pinel-dessin-JDD_pics_809.jpg

Ainsi les Français (?) d’origine musulmane, sommés de se désolidariser des barbares par déclaration officielle en trois exemplaires à la préfecture seront Charlie halal le vendredi avant d’aller à la mosquée, sauf si elle a été brûlée ou vandalisée cela va de soi.

Les Français (?) d’origine juive, qui n’auront pas encore fait leur aliyah sur l’injonction du grand humaniste Netanyaou à peupler les colonies et à raser Gaza, seront Charlie casher le samedi, jour de shabbat. Un prix Mossad sera décerné au caricaturiste de l'année.

Les VRAIS français d’origine catholique (et éventuellement protestante bien que ce mot soit déjà fortement connoté) continueront à être Charlie le dimanche sauf s’ils travaillent. En ce cas ils pourront être Charlie le lundi. Fort dominicalement, par dérogation, les clients d’Ikea ou de Carouf pourront être Charlie en poussant leur caddie sur le parking sur simple présentation du ticket de caisse.

Les français ??? d’origine ??? athée ou agnostique, pourront être Charlie chaque mercredi à la seule condition d’être abonnés à Charlie et à « La Meuse ». Un autocollant gratuit ‘je suis Charlie’ faisant foi.

maris.jpg

Les grands de ce monde ayant montré l’exemple en venant à la manif en autocar ce dimanche, seront Charlie à Paris quand bon leur semblera dans le quartier VIP prévu à cet effet. Ils pourront évidemment ne plus être Charlie du tout en rentrant chez eux et embastiller du journaliste à leur guise, vu que ça ne nous regarde pas.

Les hommes politiques faisant un procès à Charlie en diffamation le lundi, pourront être Charlie dés le mardi quel que soit le verdict. Et pour mieux défendre la liberté d’expression et se préserver de tout angélisme, ils pourront tout à loisir la supprimer, montrant ainsi aux ennemis de la démocratie qu’ils ne sont pas plus cons qu’eux et que pour bien revendiquer ses valeurs, rien de mieux que de s’asseoir sur le crayon.

Les bretons feront Charlie à Montparnasse. Les habitants de la goutte d’or (dont moi) feront Charlie à leurs risques et périls. En cas d’égorgement probable, le gouvernement déclinera toute responsabilité. Les néo cons iront faire Charlie par charter en Irak, tandis que Botul ira chercher Charlie en Libye.

images.jpg

Précisons que si bourré il vous venait l’idée saugrenue de crier « vive le Djihad » vous seriez immédiatement jeté en prison par comparution immédiate. (Comme quoi la justice peut aller vite ! dixit Mr Bygmalion). Il est donc conseillé aux pochtrons, à l’instar de certains intellectuels à jeun, de balancer plutôt du « mort aux nègres et aux bougnoules » ce qui pourrait vous valoir une chronique à « Valeurs actuelles ».

Confirmons enfin que le jeune sans papier malien, Lassana Bathily, bientôt décoré de la légion d’honneur comme Mimie Mathy, n’est absolument pas un homme ayant sauvé d’autres hommes en juste qu’il est, mais bien un musulman ayant sauvé des juifs. Cet été sur les plages de France, quand vous sauverez héroïquement quelqu’un de la noyade soyez assez civique pour décliner votre religion et celle du rescapé.

A bientôt, donc, à la prochaine union sacrée et citoyenne par communauté d’appartenance pour ensemble communier autour de notre devise républicaine :

Liberté, Egalité, Fraternité, Loi Macron.

tgb

14:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu