Avertir le modérateur

27/03/2015

L’appareil du PS s’écrase

1400203-crash-d-avion-pour-survivre-mieux-vaut-etre-assis-a-l-arriere.jpg

A ce stade des investigations, et grâce à l’analyse minutieuse de la boîte noire, on connaît un peu mieux maintenant l’enchaînement des faits qui conduisit au crash de la gauche, enfin d’une certaine gauche solférinienne en ce mois de mars 2015.

C’est donc bien le jeune copilote inexpérimenté Manuel Valls aux 5% d’heures de vol tout mouillé qui, enfermé dans son cockpit a délibérément actionné le bouton programmant la descente inexorable et vertigineuse de l’appareil (du PS) vers le crash.

D’ailleurs, l’on sait, après une enquête scrupuleuse, qu’il aurait, il y a quelques mois, prévenu de ses intentions malfaisantes en envisageant de changer le nom de la compagnie et en déclarant carrément :    

« oui la gauche peut mourir »

On se doutait déjà qu’il serait pour quelque chose dans cette mort programmée, on n’imaginait pas qu’il était prêt à sacrifier ses millions d’électeurs coincés à l’intérieur.

parti-socialiste-rose-logo2.jpg

Le déroulement probable des évènements :

On entend très distinctement sur la bande magnétique retrouvée dans la boîte noire, le pilote François Hollande ancien capitaine de pédalo recyclé dans l’aérien lowcost, sortir du cockpit pour aller faire un brin de causette à l’hôtesse Julie Gayet.

Puis quelques minutes plus tard, on entend ce même commandant de bord tambouriner mollement à la porte blindée et verrouillée du cockpit. Selon la stratégie bien connue du pilote Hollande – « je tambourine un peu mais pas trop histoire de pas déranger » ou « je suis l’ennemi de la finance mais I am not dangerous ! »

Une certaine aptitude en effet à s’écraser.

On perçoit également dans la bande son quelques mots de Pierre Laurent , le chef de cabine inquiet mais philosophe, se disant qu’après tout, perdu pour perdu, autant profiter encore huit minutes de son siège éjectable et de son plateau repas.

On reconnaît également la voix du jeune Macron, l’un des stewart assurant péremptoire, que tout cela ne serait pas arrivé s’ils avaient choisi l’autocar et se désolant de ne pas avoir pris plus tôt le virage du Thatchérisme en privatisant le bastringue et en misant sur le pilotage automatique à réduire les coûts.     

« Une gestion quand même plus moderne » conclut-il, tout en ajustant son parachute doré.

4626727_163-338563-01-02_545x460_autocrop.jpg

Vers la fin de la bande magnétique on distingue en fond sonore assez précisément la psalmodie du second stewart JC Cambadélis répétant inlassablement et à mesure que l’appareil se rapproche dangereusement du sol et de ses habitations « plus proche de vous, plus proche de vous, plus proche de vous… » tandis que domine la voix du contrôleur aérien Jean Luc Mélenchon implorant fermement l’équipage suicidaire d’attaquer la cloison du cockpit à la hache sous les commentaires moqueurs de son assistante Clémentine Autain, le traitant de dangereux complotiste voyant le mal partout.

Une fine analyse de Clémentine qui finit visiblement par aller se faire éplucher ailleurs.

Voilà à peu près reconstitué le vol kamikaze de l’appareil socialiste bien décidé à exploser en plein vol mais au final privilégiant le crash au sol tandis que les passagers résignés, se laissaient à ironiser sur le slogan de la compagnie : le changement c’est maintenant !

Ils ne le voyaient pas comme ça.

tgb

14:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (20)

23/03/2015

L'article automatique

BuC59WYCUAEONZs.jpg

Comme le fait remarquer l’ami Jacques Rosselin sur twitter, c’est historique :

Voilà le tout nouveau, tout beau premier article d’un journal de référence oligarque atlantiste, rédigé par un robot et sans les mains (écrit en collaboration avec Data2Content, une marque de la société Syllabs).

Il est vrai que se taper tous les résultats des bleds des cantons des départements de la France moisie Vallsienne et les rédiger avec les pieds à la sueur du pigiste précaire qui s’en carre, ça pouvait être  fastidieux, surtout en ces temps de réduction des coûts et de la matière grise.

Donc tu rentres les données, t’appuies sur envoi, ça fait sa tambouille et t’as un truc du genre Aphatie, ses conneries en moins.

Tu me diras qu’on gagne en objectivité, en factuel. Oui, Sauf que ça dépend de ce que tu mets dans le bouzin, du logiciel et du bourrage de la banque de données, selon que t' as une vision de la patrie visionnaire avec tranche de jambon à la cantine ou pas.

Mais pour un premier essai, c’est pas mal, au moins tu t’épargnes les éditocraties des petits kapos cintrés de l’info, leurs interprétations niaiseuses, leurs fulgurances formatées vu qu’eux-mêmes sont aussi feignants que programmés, n’utilisant au quotidien que 5 occurrences environ :

- Compétitivité – Allemagne – Austérité – Réforme – Moderne

BrSRD_kIMAEDTvY.jpg

Ainsi donc à ce jeu passionnant du « passons du démocrate libéral pro empire au républicain libéral pro Otan avant de repasser au démocrate libéral pro empire et de se fâcher tout rouge en votant pour le républicain libéral pro otan », autant laisser les machines sans états d’âme en synthétiser les comptes rendus.

Ça change pas grand chose.

Si seulement ça permettait de virer les membres de la chorale de l' ordre mondial assisté à trente mille boules par mois qui nous exhortent à travailler plus pour moins mais j’ai des doutes. C’est plus probablement l’obscur stagiaire à que dalle de l’heure qui risque d’y laisser sa plume intermittente.

Faut dire que chez ces gens-là, question économies on touche un peu sa bille, comme par exemple à Radio France où le jeune éphèbe qui n’en veut a le sens du sacrifice partagé. A toi le licenciement à moi les dorures restaurées, tandis que je m’accroche au pinceau et que telle chroniqueuse trempe sa solidarité dans son nombril plutôt que dans celui des autres.

Mais, vu sous cet angle, on pourrait pousser la technologie un chouïa plus loin et présenter comme candidats aux élections dont la moitié des électeurs se fout, de véritables robots. Constatant la disparition du politique pour la cuisine politicienne, on gagnerait à confier la gestion comptable et la rationalisation du citoyen par des machines.

Cela nous éviterait de subir carriérisme, clientélisme, conflits d’intérêts et autre étalage d’égos et de pathos.

B9zN9X7IMAAhZrk.jpg

Et comme en absence de tout lendemain qui chante en ce printemps sans cerises, mais bon même la désespérance finira bien par se lasser, et devant mon manque d’enthousiasme à traiter cette actu qui me procure une puissante allergie, je vais moi-même me pencher sur la question du logiciel à écrire automatiquement mes notes.

Quelques concepts lexicologiques de base :

- Cravate – lanterne – pendre – banquier – insurrection

Je dégage toute responsabilité quant à la rédaction.

tgb

15:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

17/03/2015

Un temps de suspension...

B33lAcUCIAEipeh.jpgAffr’euses affr’eux,

vous aurez noté, ici même, comme un temps de suspension…

J’en ai besoin !

Occupé, préoccupé, un peu accablé aussi par une triste nouvelle...

j’ai besoin de reprendre ma respiration.

Quelques jours encore

Et je reviens

avec le printemps

tgb

19:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu