Avertir le modérateur

27/04/2015

L’invasion de la pizza hallal

 

B4cJ4RQCEAAyhjO.jpg

 

Je sais bien qu’il y a des catastrophes internationales qui captent autrement  l’attention des medias : drames, calamités, séismes et autres tragédies. Je sais bien que le chômage, le coût de la vie, la disparition du petit Kevin.. sont la priorité des choix éditoriaux. Je sais bien qu’il ne faut pas alimenter le choc des civilisations et se conformer au politiquement correct de la pensée unique et défaitiste.

Mais il est quand même bien étrange, pour ne pas dire suspect, que cette arme de conversion massive, cette forme déguisée de djihadisme alimentaire,  cette insinuation sournoise de la tomate en burka, de la merguez islamo-fasciste, de la mozzarella barbue ne soit pas dénoncée à grand fracas :

L’invasion de la pizza hallal

L’islamisation de la quatre fromages

Le complot mondial de la calzone à ceinture explosive

Le conspirationisme du pizzaïolo intégriste

Le « Pizza Akbar » hurlé comme une menace par le kamikaze en mob rouge

Bref, le terrorisme contagieux de la livraison radicale en moins de dix minutes. 

Pourquoi ce silence gouvernemental , lâche et munichois ?

Pourquoi cette omerta complice d’une presse gauchisante et bienpensante aux ordres ?

Qui dénoncera enfin les fourbes agissements de la cinquième colonne musulmane infiltrée dans la pâte à pain ?

Qui osera lutter contre l’éradication ethnique des petits lardons en garniture ?

Qui, loin de tout atermoiement  complaisant alertera la population française menacée dans son identité nationale et culturelle ?

Alors que l’on sait que dés la première bouchée de Régina, l’envie irrépressible de vous précipiter à la mosquée vous prend, qu’à peine la digestion entamée, une pulsion irrésistible de conversion vous saisit, pas plus Fourest, Botul ou Finkielkrault de nous alarmer sur ce fléau, comme pas la moindre une sur cette guerre rampante dans le Point, l’Express ou Valeurs Poubelles.

Comme si soudainement tous les lanceurs d’alerte islamophobes avaient mystérieusement désertés le combat patriotiquement gastronomique.

Consommatrices, consommateurs français de pizza de souche, il est urgent de relancer, revendiquer, défendre et multiplier comme des petits pains la pizza Reine cochonnaille hostie, entièrement  garantie d’origine chrétienne :

Notre civilisation éclairée et nos valeurs occidentales en dépendent.

tgb

 Share |

17:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

22/04/2015

Faire du bruit avec sa bouche

rien.jpg

D’après un tweet un brin désabusé de Laurence Haïm, journaliste d’I télé aux USA : - « Hillary » selon son « pool » a fait une visite surprise dans un café du New Hampshire qui proposait une tarte aux légumes. »

Fin de  l’information.

Et l’on en reste pantois et sur sa faim…

Quel café ? Quels légumes ? pâte maison ? combien la part ?…

On n’en saura rien.

Vous me direz qu’au moins pour une fois, l’info est sans doute fiable, vérifiable, et qu’une investigation assez basique permettrait facilement de la recouper. Certes, il reste bien des questions en suspend mais en enquêtant un peu…

Bien sûr, tout le monde se fout déjà, du futur combat titanesque et médiatique à coups de milliards de la deuxième Clinton contre le troisième Bush pour faire pareil et balancer des bombes partout, mais ne pas savoir si la tarte aux légumes est bio ou pas reste quand même assez frustrant.

Quant à notre tarte aux légumes à nous, elle est venue paraît-il dimanche sur canal + dans l’émission de je ne sais qui, dire je ne sais quoi, devant, et d’après un sondage personnel sur un échantillon de pas grand monde mais quand même, à peu prés personne.

Honnêtement qui a regardé Flanby à la télé dimanche ?

BykIOD1CAAEFR7q.jpg

Quand François Trollande n’a rien à dire, il se précipite à la télé pour l’annoncer et ça tombe bien vu que personne ne l’écoute. Je parle pour ne rien dire à des gens qui ne m’écoutent pas : on peut donc en conclure positivement que le peuple français et son président sont enfin en phase.

Bref, quand les politiques n’ont rien à dire, ils font un communiqué, quand ils n’ont prise sur rien, ils font de la com, quand ils n’ont pas de fond, ils font dans la forme. La forme étant le fond qui remonte à la surface d’après Victor Hugo, quand il n’y a pas de fond, il n’y a plus de forme, plus qu’un type ou une nana qui fait du bruit avec sa bouche.

Du vide avec du rien !

Cette inanité qui les pousse à réfléchir au vote obligatoire. Cette vacuité qui les oblige à faire dans le métalangage, à coups d‘éléments sémantiques préparés par une batterie de communicants.

Parler donc jusqu’à trouver enfin quelque chose à dire.

Quand on ne peut veut pas changer les choses on change les mots.

Quand on est tout poisseux on change le sigle : France Télécom/Orange, UMP/Républicains...

Quand on a tout abandonné de la politique, on s’en tient à la course à l’échalote et à ses pronostics.

Quand on en est au stade de la gestion comptable, obscur rouage d’une oligarchie financière et technocratique on fait dans l’algorithme verbal.

Quand on est la voix de son maître, on ventriloque.

BrSRD_kIMAEDTvY.jpg

Ainsi donc, après moult remue méninges élyséens et analyses scrupuleuses des courbes et camemberts, notre motard à trois roues était venu nous dire les pantalons sur les chevilles, qu’il ne lâchait rien, que l’épouvantail Jean-Marine Lepen était très méchante, histoire de ramener les brebis égarées à l’abattoir.

Fin de la représentation.

Quand on est dans l’indigence politicarde à ce point, on pourrait au moins faire l’effort d’avoir un minimum de talent pour donner illusion : même pas !

Tu crois que dans le secret des dieux et d’états monsieur Poireau nous aurait révélé à quels légumes était la tarte ?

Macache !

tgb

10:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

17/04/2015

Tout à l'énergie !

2962104504_2e4c48579f_o.jpg

Je me suis toujours dit en regardant s’égayer les mômes dans les cours de récré, qu’avec une telle débauche d’énergie et un soupçon de technologie, il devrait être possible un jour, de chauffer l’école tout l’hiver.

Sorte de mise en abyme : les gamins se chauffant eux-mêmes.

Plaisir suprême du cancre : compter les mouches, collé à son propre radiateur.

Et bien voilà. Nous y sommes. Ou presque !

Nous allons devenir, à terme, notre propre centrale de production, notre propre générateur, notre pile électrique, en toute autonomie et autosuffisance, à condition toutefois de se bouger un peu le cul et de faire ses fameux 10 000 pas comme le préconise la sagesse orientale.

Par exemple, le « pedipower » sorte de prototype de semelle pour chaussure est maintenant capable de récupérer l’énergie cinétique produite par le talon lors de la marche. Inventé par des étudiants de l’université de Rice aux USA, il ne risquait pas de voir le jour ici, vu notre propension atomisée au tout nucléaire et au triomphe de l’imagination Mollande au pouvoir.

Vu d’ailleurs que les petits cadres sup de l’état comptable et gestionnaire dans leur servilité ont décidé de détruire le meilleur, social, éducation, culture, santé… et de développer le pire, flicage surveillance, austérité, profit….autant apprendre à commencer sans lui et à se bricoler son monde en autarcie tout seul sans être trop à côté de ses pompes, une fois rechargées :

- j’suis pas dans mes baskets aujourd’hui…

- nan, justement, t’es dans les miennes !

tn_AzG4mPabiJ.jpg

Je ne vais pas m ‘étendre non plus sur les ressources insoupçonnées de notre pipi/caca, dont les propriétés énergétiques une fois recyclées sont une manne à venir qui devraient faire saliver sous peu traders et autres spéculateurs.

Un bémol toutefois devant cet enthousiasme printanier, on sait pertinemment que si la merde valait de l’or, le cul des pauvres ne leur appartiendrait plus et je connais personnellement quelques personnes chères qui, produisant trois crottes par an se débrouilleraient encore pour être dans la dèche.

En attendant d’être taxé tous les cent pas sur les chemins de Compostelle, les promesses obligées d’une forme de décroissance sophistiquée feront qu’un jour, nous irons faire le tour du pâté de maison à trois heures du mat’ sous la pluie, sans même avoir de chien en laisse.

- Qu’est ce que tu fous là, à cette heure ?

- Rien, je recharge mes batteries !

tgb

10:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

08/04/2015

Guerre aux pauvres

B7ll1YZIQAACoHO.jpg

Si au Kansas une proposition de loi prévoit de restreindre l'accès aux piscines, aux salles de jeux ou aux cinémas à toute personne bénéficiant de l'aide sociale, n’y voyons aucun mal, paranos gauchistes que nous sommes, mais juste une façon subtile d’encourager les gueux tout juste bons à dilapider leur pognon au bistrot, à dépenser leur argent de façon «raisonnable».

Le « raisonnable » donc au Kansas consiste pour un pauvre à n’avoir ni le droit à la piscine, ni au cinéma, cette frivolité culturelle bien connue, ni même au Missouri, de manger de la viande ou des fruits de mer ; faudrait voir quand tu vis de bons alimentaires à pas trop abuser de la fine gastronomie.

Bref, tu commandes ton steak chez le boucher, tu sors ta carte de pauvre et hop on te refile recta de la merde officielle estampillée Monsanto, que si t’es pas dans ton assiette, le gouvernement lui y est.

Il est même paradoxal à l’heure où le jeune Macron de la gauche moderne des années 80 plastronne, d’interdire les salles de jeux aux va-nu-pieds rêvant de devenir milliardaires, suivant en cela le crédo triomphant des nouvelles valeurs socialistes : profits et pépettes.

Bref, dans cette perspective de la vie low cost dépressive et sous contrôle, si, dans un moment d’égarement il te venait l’idée saugrenue de faire plaisir à ton gosse en lui offrant une glace à deux boules fraise chocolat, tu verrais surgir immédiatement du congélo, un flic à tête de comptable intimant au marchand de ne servir qu’une boule vanille sur cornet simple et encore…

B_p_j-ZWAAAIpfN.jpg

C’est ainsi que sous le règne de quelques milliardaires de bonne famille façon Cameron, l’Angleterre renoue avec ses vieilles traditions à la Dickens de crève la dalle suspect, tandis qu’en Belgique on surveille de près les compteurs électriques du fraudeur social potentiel qu’est le pauvre n’ayant pas l’opportunité d’accéder à la fraude fiscale autrement mieux considérée.

Dans cette tendance mondiale à faire la guerre aux miséreux et à les infantiliser, il ne viendrait évidemment à personne l’idée folle de se demander comment les riches craquent leur pognon, et par exemple, juste par curiosité intellectuelle, comment un Carlos Ghosn triplant son salaire, arrive à claquer ses 7,2 millions d’euros par an.

Je sais bien que l’oligarque a des frais mais bouffer une telle somme doit tenir de la performance.

«L’accord de compétitivité est un état d’esprit. Nous sommes prêts à continuer. » nous dit-il. Apprécions ensemble ce « nous » de majesté, tandis qu’il augmente ces salariés de 0% et son salaire de 300% dans une diète austéritaire parfaitement équilibrée.

Ne parlons même pas de Carlos Tavares, patron de PSA dont l’augmentation dérisoire de 211% cette année doit faire rigoler dans les salons du Medef.

CA2YcvjW8AAuHC4.jpg

Un bémol toutefois à cette orgie salariale au sommet : plus les riches sont riches, plus ils s’ennuient. et plus ils s’ennuient, plus ils ont tendance à soigner leur neurasthénie en faisant de l’argent. Leur seul médicament.

L’avantage au moins, c’est que les riches devenant plus riches, les pauvres deviennent plus pauvres et tout à leur survie oublient manifestement d’avoir des états d’âme.

La mélancolie, ce luxe hors de prix, ce signe ostentatoire de richesse, ce privilège du dominant confisqué à la masse des dominés, comme le concept de lutte des classes qui n’existe plus…

sauf pour les riches.

tgb

13:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu