Avertir le modérateur

18/01/2017

Vive la spéculation

Cy6fMklXEAARAPt.jpg

 Spéculer - Littéraire. Réfléchir sur une question, en faire un objet de réflexion, d’étude.

- Faire des opérations financières ou commerciales sur des valeurs négociables, afin de tirer profit des variations de leurs cours.

- Compter sur quelque chose pour en tirer avantage, pour parvenir à ses fins.

En ces temps de spéculations boursières ou de cupidité commerciale, à nous les spéculations philosophiques et politiques, à nous de nous réapproprier le concept même.

Si dans l’agonie de ce capitalisme qui dure et qui dure et qui peut durer encore un certain temps vu qu’ils sont 8 milliardaires à tout posséder et que nous ne sommes que 7 milliards à nous partager le reste, il y a une bonne nouvelle : c’est que la gauche (et quand je dis la gauche, je dis la gauche on se comprend), se remet à penser.

et ça dépote.

Cckb5DEXEAULCEC.jpg

Qu’on adhère ou pas, qu’on y mette des nuances ou des objections, n’empêche, après avoir entendu ou lu ce que nos fortes têtes pensantes qui pensent avec leur matière grise et pas avec celle des autres, on se sent plus intelligent, mieux ventilé du crémol et décapé des couches de catéchisme appauvri accumulées en strates depuis 40 ans.

Grosso modo depuis qu’une brochette de médiocres poseurs imposteurs du prêt à penser domestique et du tout à l’égo subventionné par papa, ont mis un couvercle botulien sur l’ébullition intellectuelle de ce pays.

Je ne parle même pas de la Chantal Goya du concept dont les propos de bistrot accompagnés d’un vittel menthe n’ont même l’excuse de l’ivrognerie plus ou moins fulgurante.

Que ce soit Lordon, Todd, Zizek ou Stiegler pour ne citer que les plus connus, c’est autrement plus tellurique que le moindre prout cacateux d’un nouvel élu à l’académie ou les fadaises d’un visionnaire plagieur assez tiède du bulbe.

Car la pensée est faîte pour déranger, créer de l’inconfort. On doit en ressortir différent qu’avant d’y être rentré. Déstabilisé, changé, indisposé même, pas forcément dans ses convictions mais dans ses représentations, dans sa façon même d’appréhender les choses, dans ses raisonnements avant de les reconsidérer au scalpel.

Penser c’est d’abord penser contre soi, contre ses circuits imprimés, ses certitudes verrouillées et ses petits arrangements avec les idées à consommer sur place ou à emporter. C’est confronter son entendement à plus costaud, s’obliger à changer d’angle, à dépasser son système de réflexion et de compréhension, accepter de se prendre une opinion comme un gnon dans la gueule.

Que cette pensée « radicale » se déploie à nouveau, et ensuite tout le reste suivra…et forcément les suiveurs,

C2X6ovxXUAArt7g.jpg

toujours soucieux de penser comme tout le monde quand il s’agira à nouveau de penser autrement.

tgb

Share|






17:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Et que vivent les séismes de la pensée, les turbulences acides des trublions, les tirades des citoyens en citoyenneté vengeresse !

Écrit par : babelouest | 18/01/2017

ben voilà faut que ça pense à contre sens et même à contre essence

Écrit par : tgb | 18/01/2017

...et Vive la Révolution!

Écrit par : Robert Spire | 20/01/2017

autrement dit !

Écrit par : tgb | 20/01/2017

Le temps de la Révolution n'est pas révolu, il n'est que suspendu...

"O temps suspends ton vol..."

Un coup de ciseaux, et paf !
https://i37.servimg.com/u/f37/11/40/28/12/comydi10.jpg

Écrit par : babelouest | 21/01/2017

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu