Avertir le modérateur

19/02/2018

Les poubelles de l’histoire

83812145_027332072-1.jpg

La politique est l’anecdote plus ou moins sale de l’histoire - Salvador Dali

L’histoire frappe rarement à notre porte. On est plus souvent à la subir qu’à la faire. On se laisse la plupart du temps porter ou avaler par le torrent des jours dans l’impuissance politique et la passivité, même indignée, des évènements.

Mais il se trouve que parfois des hommes sont au bon endroit au bon moment et qu’ils ont la possibilité folle de tordre l’histoire, de s’en emparer et de changer le cours des choses ; non seulement d’en être l’acteur mais le réalisateur même.

Quand De Gaulle rompt avec sa famille politique, avec Pétain, son parrain militaire, avec son milieu son monde sa tradition légitimiste et part, non pas se planquer à Londres, mais résister en n’étant rien ou si peu, condamné à mort, déchu de sa nationalité, avec le risque probable de ne jamais refoutre les pieds dans son pays, il faut croire en sa démesure, avoir une conviction en acier et sans doute une audace instinctive tout autant qu’irrationnelle liée à un égo surdimensionné, bref s’élever au niveau du héros, en dessous des dieux mais au dessus des hommes, pour se projeter dans le grand destin.

DVX0INjXkAYui-x.jpg

Il n’est évidemment pas donné à tout le monde de sauter dans l’inconnu avec toutes les chances ou les malchances, malgré son courage ou sa vision, de sombrer dans le néant, de disparaitre dans les soubresauts troubles de l’épopée.

Si, entrer vivant dans la légende tels Mandela, Gandhi, Castro ou Arafat reste exceptionnel, en sortir tragiquement en y laissant très vite sa peau tels Guevara, Moulin, Sankara ou Luther King en marquant de leur empreinte le roman national et la postérité est déjà un exploit, il est surtout plus fréquent de finir victime anonyme et sacrifiée d’un Panthéon illusoire, soldat inconnu d’une mythologie que l’on n’imprimera pas.

Bref au jeu des péripéties, des furies et des intrigues, s’il n’est pas simple d’accéder à la cour des grands hommes, il suffit d’un peu de veulerie et de médiocrité pour grimper en rampant sur le piédestal branlants des François de Rugy et autre minable.

A chacun son envergure.

DJ21B_LW0AE5SQI.jpg

Tout ça pour dire que Tsipras eut l’opportunité d’entrer dans l’histoire en la fracassant (un peu) et y renonça totalement pour finir par gérer en petit administrateur pragmatique et conciliant le désastre grec et le désespoir des grecs, rajoutant même à son malheur (et au notre), comme Benoît Hamon ( dans une moindre mesure) eut l’occasion d’exploser la fabrication programmée des dernières élections en rejoignant les Insoumis et en ouvrant un véritable possible avant que de signer sa reddition et d’acter sa petitesse à 6%.

DWPwaaxWkAAdtqx.jpg

Attention je ne dis pas que sauter dans le grand vide de l’ l’histoire est facile. Je ne sais pas ce que je serais capable de faire face au mur de la destinée et dans le vertige de l’hybris. Ce que je dis c’est que certains hommes confrontés à un moment propice du réel deviennent immenses et d’autres demeurent petits, voire rétrécissent.

Pour Tsipras et Hamon l’affaire est entendue. On sait ce qu’ils valent à l’échelle de la plus ou moins grande histoire et l’on sait aussi que le facteur de cette histoire là ne sonnera pas deux fois. L’histoire ne repasse pas deux fois les plats ou alors comme l’écrivait Marx , si l’Histoire se répète, la première fois, c’est une tragédie, la seconde une comédie…

Ces deux personnalités sont peut-être des personnes estimables, sympathiques, humaines, gentilles avec les enfants, douces avec les animaux et éventuellement sincères et convaincues, ils ne sont simplement pas des personnages du grand roman humain, pas à la hauteur des grands déchaînements historiques.

Emmanuel-Macron-et-Benoit-Hamon-et-maintenant-le-selfie-!-photo_exact1024x768_l.png

Il y a les nains, il y a les géants, ceux qui sont faits pour les petites histoires, les arrangements, les compromis pourris et ceux qui sont destinés à la grande, se transcendent, se subliment, s’arrachent à leur condition, à tout risquer quitte à tout perdre.

Dans l’instant effroyable des grandes décisions, il n’y a de place ni pour les velléitaires ni pour les pusillanimes.

Même juchés sur des poubelles, les timorés de la petite histoire ne font pas la grande.

tgb

Share|






15:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Nous vivons sous le régne de la "médiocratie" selon Alain Denault: c'est "quand l’insignifiance prend le pouvoir.":
https://www.youtube.com/watch?v=Kus6n75VbAk

Écrit par : Robert Spire | 20/02/2018

oui excellente référence - les médiocres ont sans doute de tout temps triomphé mais ils se surpassent dans les périodes médiocres

Écrit par : tgb | 20/02/2018

La France n'est qu'un modeste Gouvernorat atomique sous le contrôle de Washington et Wall Strret qui n'ont surtout pas besoin d'un grand projet écologique et social qui pourrait faire boule de neige en Europe et aux USA. Sanders n'a pas insisté. Il tient à sa peau et celle de sa famille. Mélenchon sait. Et se taira toujours. La Moneda...ça suffit comme rappel.

Écrit par : ramdane Issaad | 20/02/2018

oui mais pourtant quelques félés ont réussi à changer le cours de l'histoire - c'est sûr les Chavez ne courent pas les rues et tout le monde n'a pas envie comme lui d'y laisser sa peau

Écrit par : tgb | 20/02/2018

Depuis 10 ou 15 ans on voit le mobilier urbain pensé comme repoussoir des plus miséreux. On progresse, voici le banc public interdit aux amoureux pauvres:
http://www.journal-du-design.fr/art/art-pay-sit-private-bench-par-fabian-brunsing-7184/

Écrit par : Robert Spire | 21/02/2018

oui j'avais vu j'avais même cru que c'était du mobilier fonctionnel - c'est une oeuvre d'art qui date de quelques années pour justement dénoncer ce qui allait advenir mais nul doute que la réalité dépassera très vite la fiction

Écrit par : tgb | 21/02/2018

Oui pour beaucoup d'humains, il va être dur de vieillir dans ce siècle. Pour en revenir aux "poubelles de l'Histoire" et bien que Simone Veil soit la 5e ou 6e femme à entrer au Panthéon, l'historiographie a tendance à oublier les "grandes femmes" (sauf quand elles font pire que les hommes!): http://rue-affre.20minutes-blogs.fr/archive/2018/02/19/es-poubelles-de-l-histoire-941370.html

Écrit par : Robert Spire | 21/02/2018

c'est juste ! pas bien mea culpa !

Écrit par : tgb | 21/02/2018

"On sait ce qu'ils valent [...]"

À l'opposé voilà un héros inconnu qui vaut infiniment mieux que tous les sinistres clowns des fauteuils capitonnés. Avec une belle citation de TGB pour finir.

https://yetiblog.org/sans-domicile-pourquoi-est-il-aussi-difficile-de-mettre-des-gens-a-labri/

Écrit par : Un partageux | 23/02/2018

témoignage bouleversant

Écrit par : tgb | 23/02/2018

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu