Avertir le modérateur

02/11/2014

Djihadistes verts mes frères

7775006476_opposition-entre-les-forces-de-l-ordre-et-les-opposants-au-barrage-de-sivens-le-9-septembre-archives.jpg

Xavier Beulin, le président de la FNSEA, a fustigé ce mercredi les opposants au barrage de Sivens, ces        "jihadistes verts" présentés comme un mouvement pacifique et extrêmement bien organisé".

Djihadistes verts donc, Talibans verts ou Khmers verts…on notera ici, sur la palette des craquettes tout en nuances, le subtil rapprochement lexicologique avec tout ce qui est censé foutre la pétoche dans les chaumières de France. Manquent au tableau, pédophiles verts ou terroristes verts et l’on aura à peu près couvert le champ non point agricole mais sémantique des fantasmes urbi ruraux et orbi urbains.

Faut dire à la décharge de Beulin et pour continuer dans la personnification imagée, ce petit Pol Pot du nitrate et de l’agroalimentaire trafiqué, qu’en termes de manifestations pacifiques de la FNSEA, ce pollueur-casseur-pas-payeur, le commis agricole de Monsanto en connaît un rayon.

petit florilège non exhaustif dressé par Isabelle Sénécal :

B1IDS4zCUAA-DX7.jpg

Mais après tout « djihadistes verts » pourquoi pas et plutôt que d’aller mourir pour les Saoud ou je ne sais quelle arnaque impérialiste en Syrie, autant que la jeunesse mène courageusement le combat vert ici, pour préserver notre maison commune, cette seule planète assez peu renouvelable. Et du courage, il en faut, comme de passer l’hiver dans une cabane, une yourte ou sous une tente.

En son temps, les musicos des « négresses vertes » retournèrent l’insulte en marque de fabrique revendiquée. J’aime assez qu’au final, la peur change de camp et que le peuple retraité, biberonné à la propaganda des télés poubelles, commence à regarder sous son lit, des fois qu’un écolo égorgeur ne s’y planquerait pas.

Tant au final, on ne finit par ne respecter que ce que l’on craint.

IMG_5828-300x171.jpg

Certes la violence c’est mal. Et tandis que le productivisme effréné envoie à la casse des centaines de milliers de gens d’un simple claquement de doigt, il nous faut bien admettre que raser une forêt pour rien ou pour quelque arrangement spéculatif entre copains, c’est quand même bien moins grave que de briser holala, la vitre d’une banque multi assurée dont on a déjà grassement remboursé la dette.

Car dans l’échelle de nos valeurs libres et non faussées, l’oxygène c’est quand même nettement moins vital qu’un distributeur à sniffer du billet.

Pas de violence non, pas casser, pas moufter, au pays des bisounours et des Gandhi aplatis, juste se laisser tabasser en silence, et se faire éborgner, matraquer, cracher dessus par des petits Valls au petit menton, ces sales petites frappes à la carrière pliée dans la soie ; ces vigiles serviles du nouvel ordre mondial au profit de quelque uns et au détriment de tous.

Que Thierry Carcenac, digne représentant de ce socialisme notable en putréfaction se rassure, si «mourir pour des idées…c'est quand même relativement stupide et bête», il en est confortablement préservé. La dernière idée du dernier neurone de cette sorte de gestionnaire pourrissant sur pied consiste à conserver ses privilèges, à sacrifier le patrimoine commun à l’intérêt particulier.

13-02-24-GRAFFITIPOCHOIR-Marseille-archyves.jpg

Mourir à 20 ans pour des idées est un noble et triste gâchis, comme mourir à 40 d’un cancer des poumons, du à l’épandage intensif de pesticides.

Mais du point de vue des abeilles, les sentinelles de notre propre survie, c’est Rémi qui est vivant et Carcenac qui est mort.

tgb

12:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu