Avertir le modérateur

05/09/2017

Faudrait quand même que quelqu’un pense à changer les piles (ou pas) !

DGsurX0WAAAl9ws.jpg

« Vaincre Macron » dit il.

Je n’ai lu que le titre, c’est tendance, et le contenu ne devrait pas manquer d’intérêt vu la qualité de l’auteur (Bernard Friot) mais c’est quand même faire un bien grand honneur au foutriquet sorti de la cuisse de Rothschild que de chercher à l’affronter.

Défaire celui qui fut fabriqué devrait suffire, voire même se contenter de le démaquiller.

Car or le programme de contre révolution libérale réactionnaire et de régression sociale vieux de 40 ans au profit du 1% dont on connait le médiocre catéchisme sur le bout des doigts et qui n’est rien d’autre que l’accaparement de nos droits, de nos biens collectifs et de ce qui reste de nos richesses au profit d’une ultra minorité violente et cupide, tout le reste n’est qu’affaire d’esthéticienne et de trompe couillon.

Sous le fond de teint :

DI3ZAjeW0AEcqIw.jpg

la vieillerie.

Quand un petit cabot en panoplie de pompier ou de footballeur ou de cow-boy, veut, exige - et sinon quoi ? il se roule par terre et retient sa respiration ? - le démantèlement complet, vérifiable et irréversible des programmes nucléaires et balistiques de la Corée du Nord - alors qu’il n’est même pas foutu de se faire obéir par son chien, ça frise l’adolescence politique attardée.

M’est avis que les chinois sont terrifiés et que Poutine fait dans son calbut.

Bref, maintenant qu’il est établi dans le cercle des puissants du monde que Macron est un creux déjà cuit, abordons le sens du vrai combat : c’est sur le champ culturel et communicationnel que tout se joue. Et vu l’hystérie de la caste journalistique vautrée dont l’opportunisme et la servilité qui leur sert de plan de carrière, il semble bien qu’il y ait panique à bord et que, or la puissance médiatique au quasi monopole, ça commence à sortir les rames et les canots de sauvetage.

Car soyons bien persuadé que le nuisible, plus ça jappe moins ça mord.

117179395.jpg

A nous donc, non pas de répondre aux piteuses provocations, car répondre à quoi ? s’ils ont la maîtrise des tuyaux cela fait belle lurette qu’ils n’ont plus de parole, que l’argumentaire est d’une vacuité effarante et que le mascara n’arrive plus à masquer le vide.

A nous donc de mener le bal, de les faire courir dans l’arène, et de choisir les os que nous allons leur donner à ronger (petit). (sic).

Car depuis que la caste aboyeuse à rangé son épouvantail Lepen dans le tiroir du placard quelque part jusqu’à la prochaine fois, le fait que nous soyons désigné comme le seul adversaire, le seul qui les effraie, montre bien l’emprise que nous avons maintenant dans le jeu politique.

Nous sommes la menace.

Qu’ils aient peur. qu’ils s’affolent comme des lapins pris dans les phares.

Oui nous sommes aux portes du pouvoir et oui il nous faut nous y préparer. Le fruit est mur, pourri de l’intérieur. Il ne demande qu’à tomber. Il va tomber.

 Fini la résistance, fini le « ne rien lâcher » il s’agit maintenant de conquête et de victoire.

Il s’agit aussi de créer nos propres canaux d’information. Nous sommes 7 millions d’électeurs, soit 7 millions de lecteurs, d’auditeurs, de téléspectateurs potentiels. Plutôt que d’infiltrer leurs « C. de la merde » leur système endogamique à l’agonie et de s’indigner que ça pue, notre priorité doit être de créer nos propres médias.

DIMA9F-XgAUiKGR.jpg

Nous avons l’énergie, nous avons les talents, nous avons les contenus : notre projet immédiat doit être consacré à la plomberie.

Share|






11:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

30/08/2017

Se sortir de la rentrée

DIQcKODXkAEr_G_.jpg

Le problème avec la rentrée c’est qu’il y a toujours un moment où il faut rentrer.

Et alors, soudain, tes tongs ont des semelles de plomb.

Il serait pourtant si simple et efficace de ne pas rentrer, comme le préconise ma théorie fort (peu) élaborée de la révolution en tongs. Et plutôt que de se bouffer encore du tonfa et du gaz lacrymo, prendre tous ensemble 20 jours de rabio et voir tomber le gouvernement comme une feuille morte.

On serait deux dizaines de millions assis sur la berge à regarder les vagues, à attendre de voir passer le cadavre de nos ennemis, tandis que le châtelain Gattaz et ses valets de pisse, politiques, éditocrates, intellos de père en fils, socialistes…de nous supplier à genoux de revenir faire tourner la boutique.

Même le dimanche ?

 

Cqy4HGJXEAAgUmE.jpg

Et nous, l’esprit ailleurs, encore à faire la queue devant le marchand de glace à se demander citron noisette ou mangue noix de coco…tandis que les belles consciences à 40 000 euros par mois à rien penser rien glander de nous traiter de feignasses et de nous réciter les mantras de la mondialisation heureuse libre et obligatoire et qu’on n’entendrait même pas vu qu’on aurait encore de l’eau dans les oreilles et des brochettes sur le feu.

CxFcO11XcAAxyMO.jpg

Sauf que visiblement ça ne se décrète pas et qu’il va falloir encore affronter la machine à en découdre à mains nues.

Donc une rentrée de plus, mais c’est la dernière. Promis juré craché. La vie est déjà bien assez pénible comme ça, sans qu’on s’inflige en plus les affres du chagrin et de la productivité qui nous enterrera tous et la planète avec.

Vous faites comme vous le sentez vous, mais l’année prochaine je ne rentre pas. A la rentrée je sors. J’ai un an pour trouver l’astuce, la martingale, et, pour causer le Macron sans peine, le process.

Un an pour filouter la machine à pognon qui rend con, un an pour obtenir une dérogation au stress quotidien ou un an pour renverser le machin au bout du rouleau.

CuE6rU_XYAAGEV0.jpg

Mais peut-être même qu’il n’y aura rien à renverser du tout vu l’état des lieux déliquescent et l’envergure des ectoplasmes de la schlague.

Juste se pencher pour ramasser. Parce que si notre parka passera bien encore l’hiver, les figurants qui font si mal semblant de nous gouverner,

DGsurX0WAAAl9ws.jpg

c’est moins sûr.

tgb

Share|






11:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

18/07/2017

quelque part par là

DE3XwcNXkAACIIA.jpg

un endroit parfait pour se faire oublier et pour tout oublier...

je ne suis pas là mais je ne suis pas loin

à plus tard...

 

tgb

Share|






 

04:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

13/07/2017

17 scrupules comme autant de cailloux dans leurs chaussures

 

DCx2RQ4XoAQc0Ii.jpg

Du latin scrupulus qui signifie « petite pierre pointue » et au sens figuré « sentiment d'inquiétude, embarras, souci ». Les légionnaires romains portaient des sandales. Lorsqu’une petite pierre entrait entre le cuir et la peau elle gênait la progression du soldat. D’où, aujourd’hui, ce sens du scrupule qui taraude l’esprit l’empêchant d’avancer. Wiktionnaire

On est 17, on est 1700, et par un prompt renfort on est 170 000 insoumis à pas lâcher l’été. Et pendant que le gouvernement rétrograde et son jupiter beauf, raciste et impubère, démolit le code du travail et applique avec mépris la théorie du ruissellement

DEh4QbVWsAAvund.jpg

qui enrichit trois nababs pour appauvrir tous les autres gens, 17 députés acérés portes voix de 500 000 insoumis engagés et de 7 millions d’électeurs se battent inlassablement à l’assemblée et font plus de bruits que 400 godillots bien alignés dans leur casier comme autant de charentaises.

17 c’est pas beaucoup mais ce sont autant de scrupules, de petits cailloux dans la chaussure de chacun des mercenaires de ce gouvernement au service de l’oligarchie.

DEY1xHjW0AEU0Vh.jpg

17 petits cailloux dans la chaussure de Tina c’est l’air de rien autant de petites gènes d’abord qui empêchent d’avancer les marcheurs du marché au pas et qui peu à peu freinent la cadence et forcent à claudiquer.

17 petits rejetons de Mélenchon qui en créeront eux mêmes 17 qui en ensemenceront 17 sont et seront exponentiellement, comme autant de milliers de graines à faire chier les versaillais.

DDY2zYlW0AAtjXW.jpg

Oui on partira en vacances, oui on ira au farniente, oui on finira par se la couler douce en légitime insouciance mais sous chaque parasol, mais sur chaque barbecue, mais sur les sentiers des vaches mais derrière chaque meule de foin il y aura une sentinelle insoumise, un tract appelant à lutter, une caravane nomade résistante et offensive comme autant de sparadraps chiants à décoller.

Si vous avez l’impression que vous êtes trop petit pour changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique

L’été sera vigilant, mobilisé, dans un hamac peut-être, mais à chaque apéro, il y aura le tintement des glaçons insoumis, sur chaque pizza consommée il y aura de la sauce pimentée façon FI, et chacune des merguez grillées sera épicée d’avenir en commun.

YPDjopCi.jpg

ON ne lâchera pas, on ne les lâchera pas. On leur fera avoir des ampoules au pied, jusqu’à boiter, jusqu’à trainer la patte et se trainer, jusqu’à leur foutre la gangrène et leur casser les pieds et leur couper les jambes.


Et on pourrira leurs nuits de bzzzzz et de piqures irritantes jusqu’à boursoufler ces boursouflures.

et alors alors viendra la rentrée et le temps non plus de la résistance mais de l’offensive…

tgb

Share|






11:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu