Avertir le modérateur

28/01/2011

Et sarkoflop et fiaskozy

no-sarkozy-no-future-no-politics-L-1.jpg

Du premier cercle au dernier carré.

Par la porte de devant, Foutriquet moralise hop là, le capitalisme tout démoralisé en chasse neige à Davos.

Par la porte de derrière Foutriquet fait le paon tout en rasant les murs, devant son premier cercle de donateurs dans les caves de l’Hôtel Meridien.

Par la porte de devant, le modeste à pompons, tout à se re-re-re présidentialiser, donne de la conférence de presse G20 et de la taxe Tobin à qui n’en veut et pour ainsi dire personne dans l’incrédulité générale.

Par la porte de derrière Foutriquet de fanfaronner du biscoto et de racoler actif le compte anonyme du paradis fiscal qui n’existe plus du notable irréprochable, de ces 300 membres du club donnant donnant et corporate.

Et l’homme qui a tellement changé qu’il est toujours pareil, de se scandaliser des inégalités nord sud par devant et de l’ISF par derrière et tout en même temps avec cette duplicité tranquille du président de tous les français….de Neuilly.

Le président donc de tous les Français… riches, de ce 1% de la population concentrant le 1/4 des richesses du pays de faire de la retape devant le premier cercle du dernier carré sans plus d’éloge posthume sur nos chers disparus du chéquier : Servier, Bettencourt, Ben Ali, Bongo…

Et tandis que l’ancien trésorier Woerth excusé pour une gastroentérite de conflit d’intérêt se morfond du fusible, son remplaçant lampiste Dord, joyeux fonctionnaire libéral tout à sa ringardise, de vendre sa ville à la découpe et de faire des ronds de jambes obséquieux au dernier carré VIP qui paraphe en loucédé, on n’est jamais trop prudent, du virement préventif au gauchiste DSK.

Entendez vous encore cette vieille partition usée, cette rengaine d’ascenseur, faite de vanité et d’auto-insuffisance du pauvre pantin bravache laissé sur place par l’accélération de l’histoire et qui se fait sans lui ?

C’est sarkoflop et fiascozy les deux faces d’une même pièce de boulevard, qui ne fait plus rire que lui.

tgb

12:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

25/01/2011

Le Barbier des barbus

 

100px-Pincers.jpg

 

Dès les premiers balbutiements de l’émancipation tunisienne, les agences de notation s’empressaient donc de dégrader la note de la jeune démocratie naissante, pour lui apprendre, cette leçon vaut bien une dictature sans doute, que la révolution c’est bien beau mais faudrait voir à pas perdre de vue l’essentiel : la liberté ç’est plus cher en emprunts que l’ordre policier.

ça leur apprendra à faire les malins.

Première branche de la tenaille.

Seconde branche de la tenaille, l’oligarchie–ploutocratie-technocratie et ses valets de pisse de l’éditocratie, de jeter en pâture les mots définitifs qui évitent de penser : terrorisme, islamisme et barbu.

C’est ainsi que les experts de la chose préemballée, les valets de pied de la grosse pointure, les proto facho façon Barbier, celui là même qui met de si jolies unes populistes à son si joli hebdo

h-20-2277456-1287752879.jpg

(où sévit le Alain Duhamel du crobard tout Plantu se faisant fort de démasquer à coups de dessins qui puent le pseudo poujadisme des autres)

1235728_plantu2-b02d2.jpg

 

de nous balancer :

- Je veux la république. Si la république passe par la démocratie, c’est tant mieux, mais s’il faut parfois combattre les mécaniques démocratiques pour sauver la république…

Nous apprécierons les points de suspension.

C’est donc pour sauver la république des généraux d’Alger, que la caste à Barbier salua l’annulation des élections algériennes et la victoire du Fis : 200 000 morts.

C’est donc pour sauver la Palestine occupée que la clique à Barbier s’autorisa à combattre les mécaniques démocratiques en applaudissant à l’arrestation des députés du Hamas et au plomb durci. (Un Hamas largement instrumentalisé par Israël pour mieux se débarrasser du Fatah laïque d’Arafat.)

C’est donc, et à l’inverse, en ramenant Ben Laden et ses barbares barbus dans les soutes militaires que la bande à Barbier bouta le méchant communiste hors d’Afghanistan.

afghanstudentswww.jpg
afghanstudentswww.jpgLes femmes afghanes dans les années 70/80

 

 

afghanwomensalgado.jpg

 

les femmes afghanes dans les années 90/2000

Et c’est donc bizarrement, en éliminant un tyran certes mais laïque (et une partie de son peuple au passage), que les boss de Barbier mirent au pouvoir en Irak, du chiite islamique, tout en versant des larmes de croco sur quelque massacre chrétien.

L’instrumentalisation du « barbu » dans un sens ou un autre importe peu. Pas plus qu’importe que Ben Laden soit vivant, mort ou en bandes dessinées.

binladenhorseback.jpg

 

Ce qui importe avant tout c’est que l’on fasse entrer de gré ou de force, le réel dans le schéma préconçu : le choc des civilisations.

Sinon rien de changé : Plutôt Hitler que le front populaire. Plutôt Lepen que Besancenot. Plutôt Moubarak que les frères musulmans. Et les privilèges des puissants seront bien gardés.

Quitte à serrer la tenaille.

Qu’importe de laisser bouillir la marmite populeuse, du moment qu’on fout un bon gros couvercle dessus donc.

Sauf que dans les faits une opposition muselée se radicalise. Sauf que dans les faits, tels les chrétiens démocrates ici, un parti islamiste arrivé au pouvoir, l’AKP turque par exemple, se démocratise. Sauf que la Tunisie par exemple, échappe au modèle pré vendu. Et c’est bien ce qui dérange les petites mains sales du système.

Et de chercher laborieusement et de toute urgence, dans les rues de Tunis, de l’islamiste qui fait peur à défaut de burqa. Et les petits rentiers de l’islamophobie rentable, Zemmour à droite, Fourest à gauche, de nous prédire, de nous prévenir et probablement d’espérer, l’instauration de la Musulmanie bestiale dans les six mois à Tunis.

Oui, en oligarchie centrale ça commence à penser qu’une bonne dictature éclairée c’est quand même plus pratique qu’une vieille démocratie poussive. Que c’est stable. Qu’on gagne du temps. Qu’on fait l’économie d’une opinion publique qui sent des pieds. Que ça dit pas non à Lisbonne. Que ça bosse pour 2 ronds et que ça la ferme. Que ça aime la Bruni et que ça hait le Rom.

Et de regarder soudain le régime chinois avec envie.

100px-Pincers.jpg

Si, paradoxalement en Tunisie ce sont les militaires qui sont garants de la démocratie, ici c’est l’éditocratie qui commence à rêver d’une bonne dictature. A coups de Ben Ali plutôt que Ben Laden. A coups de AAA plutôt que de LEF (Liberté, Egalité, Fraternité)

Sauf que le Ben Ali et Laden sont les deux créatures du même système.

Sauf que le AAA est le bras armé de dame TINAAA.

A ce jeu-là, à ce rythme là, demain nous irons prendre des leçons de démocratie au Maghreb.

tgb

 

13:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : ben ali, ben laden, barbus, barbier

22/01/2011

La révolution n'est pas une marchandise

 

drapeau_tunisie.gif

 

 

Commencent à me bassiner grave, les résistants mondains de la 25éme heure avec leur révolution jasmin.

Ce besoin qu’ils ont, les parfumeurs de l’info, de nous les exhaler vendables, les insurrections populaires et d’en faire recta un produit calibré, à consommer sur place ou à emporter dans l’explosion florale.

La révolution populaire passée de toute urgence au Saint-Marc ménage et à l’air wick WC pourvu que ça sente bon, pourvu que ça sente rien, pourvu que l’odeur du sang et de la sueur populaire soit recouvert fissa par le déodorant Narta.

Oui commencent à me brouter sérieux les colorieurs d’images, et orange en Ukraine, et verte en Iran et des roses en Georgie, et de velours en Tchécoslovaquie, et des œillets au Portugal. A nous réduire en concept market le bottage de cul sanglant de quelque prédateur.

Ce réflexe marchand de tout édulcorer au numéro 5, d’ émasculer la chose pour mieux l’annexer et mieux la lessiver, pour bien la rendre inoffensive.

Cette tentative permanente du consumérisme et de l’ordre à tout passer à la machine à recycler et à enjoliver et à flouter la mort et à laver l’affront en dépolitisant pour mieux l’accaparer en produits dérivés : tee shirts briquets, préservatifs, mugs…

Un pays, c'est une marque nous la bave Seguela, le pubard momifié des années 80.

Un pays c’est un peuple nous a hurlé soudain la foule de Tunis, filant un coup de vieux aux modernes ringards calcinés aux UV.

La révolution française fut française, ni des cerises, ni du laurier en fleurs.

La révolution Tunisienne restera tunisienne, pas plus jasmin que fleur d’oranger.

N’en déplaise aux châtreurs patentés chargés de formater le peuple de la marchandise.

tgb

19/01/2011

Mme Fiasco et Mr Flop

alliot-marie-michele.jpg

Donc nous aurions mal compris les propos de la mère Michèle qu’aurait perdu, si ce n’est son chat, du moins une occasion de se taire. Ce qu’elle fit admirablement et fort servilement pourtant, en tant qu’incompétente ministre de la défense, inconsistante ministre de la justice, transparente ministre de l’intérieur et indécente ministre des affaires qui semblent lui être étrangères, du moins jusqu'à la semaine dernière, appliquant scrupuleusement et en toute lucidité, la phrase du facétieux Pierre Dac:

"Mieux vaut fermer sa gueule et passer pour un con que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet"

Nous voilà donc fixés. Faire pire que Kouchner relève quand même de l’exploit à signaler.

Non seulement donc, nous aurions mal compris ses propos, mais en plus, malveillants que nous sommes, nous, français, tunisiens, occidentaux, arabes, terriens, …les aurions déformés.

Vieille rengaine laborieuse ‘des propos sortis de leur contexte et insidieusement interprétés…’

Retournons donc au verbatim et penchons nous tranquillement sur la question sémantique :

…Le deuxième problème est effectivement celui des décès et des violences constatées à l'occasion de ces manifestations.

Mme Fiasco donc identifie comme un « problème » et pourquoi pas un dysfonctionnement pendant qu’on y est, les « décès » apprécions l’euphémisme (glissades ? infarctus ? tourista ? ) et les « violences » lesquelles ? celles des manifestants ? de la police ? du dictateur ? (ça doit être une sorte de mix de tout ça ) constatées...

On ne hiérarchisera donc pas entre les gourdins d’un côté et les balles réelles de l’autre, on s’en tiendra prudemment à la précaution oratoire et au flou diplomatique.

On ne peut que déplorer

Notons dans la déploration, le zest à minima du constat à l’amiable, nulle condamnation, nulle indignation cela va de soi

des violences (toujours non identifiées) concernant les peuples amis..

vu l’ampleur de la réaction officielle ici, je vous laisse imaginer comment les autres peuples pas amis (du Honduras, de la Colombie…) peuvent aller se faire foutre.

Ça c’était la mise en bouche, comme qui dirait le minimum syndical de la compassion vaine et obligée, les mignardises de la solidarité française, au côté paraît-il des peuples opprimés (voir note précédente).

Entrons joyeusement maintenant dans le cœur du sujet et de la polémique :

Pour autant,

bien comprendre, dans le pour autant, que la mini dose compatissante et préliminaire étant expédiée on peut attaquer le fond du lourd :

je rappelle que cela montre le bien-fondé de la politique que nous voulons mener quand nous proposons que le savoir-faire de nos forces de sécurité, qui est reconnu dans le monde entier, permette de régler des situations sécuritaires de ce type.

Et là, je ne vois pas très bien en toute objectivité comment nous pourrions lire autre chose dans le dénoté que ce qui y est écrit. Nul sous entendu, rien d’implicite : du simple du brut du technique ;

232_1000.jpg

Relisons :

je rappelle que cela montre le bien-fondé de la politique que nous voulons mener quand nous proposons que le savoir-faire de nos forces de sécurité, qui est reconnu dans le monde entier, permette de régler des situations sécuritaires de ce type.

La France propose donc à un peuple en train de se faire massacrer en direct, de la formation sécuritaire à sa police, (training, performance, efficacité) du flash ball à ses milices, du taser à son ministre de l’intérieur, du tonfa et de la lacrymo à Mr Ben Ali. De la répression donc mais allégée.

Touchante marque de sensibilité humanisto-humanitaire, dont on ne peut que s’enorgueillir.

Enfin finissons en avec cette charmante offre de prestation commerciale (elle ne donne pas les tarifs, mais on suppose que tout est négociable)

C'est la raison pour laquelle nous proposons aux deux pays (Tunisie Algerie – peut être qu’une commande groupée pourrait occasionner quelque rabais) de permettre, dans le cadre de la coopération, d'agir dans ce sens, afin que le droit de manifester soit assuré,

bien aimable pour la bougnoulie.

de même que la sécurité.

Quelle sécurité ? celle du tyran local ? des populations ? du club med ?

Applaudissements sur les bancs du groupe UMP. Silence poli sur les bancs socialistes, qui, bien que nous n’ayons plus d’illusions sur leur inanité, nous étonneront quand même toujours.

Constatons donc, qu’à l’heure du carnage mme Fiasco n’a d’autre proposition que de la balle à blanc à offrir pour maintenir à flot une dictature afin que ça ne dégouline pas de trop sur le plasma de la télé.

Si mme Fiasco avait la moindre dignité, le moindre sens de l’honneur et de la responsabilité, (concept si cher aux libéraux qu’ils préconisent aux autres mais ne s’appliquent jamais) elle aurait évidemment démissionné sur l’heure, et, ne serait ce que par intelligence ou stratégie, se serait excusée au pire de sa maladresse, au plus juste, de sa grossièreté.

2487514550.jpg

Bien sûr elle ne s’excusera, ni ne démissionnera pas, pas plus que le ministre de la santé Servier, pas plus que mme H1N1, pas plus que mr Univoque ou Mr Auvergnat, les baltringues obscènes d’un gouvernement mort né et pas plus naturellement que mr Flop, à son niveau d’incompétence avéré particulièrement en forme ces temps ci.

tgb

15:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (31)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu