Avertir le modérateur

16/11/2010

Tout doit disparaître

400_F_8374147_y8PvZX5XG5o6RTojqRgCQYJWqag2FN03.jpg



Dans les rayons foisonnants de la superette hyper démocratique, les citoyens consommateurs attirés par les marques rivalisant de pubs prometteuses, de logos accrocheurs, de promos alléchantes, semblent n’avoir que l’embarras du choix.

Sauf qu’à force d’épuiser les produits électoraux, du tout classique au tout nouveau, ils finissent par comprendre, accablés, qu’au-delà du packaging matraqué, tout à toujours le même goût.

Que 86% d’électeurs de droite aiment d’amour le patron du FMI, devrait finir par nous convaincre que l’intitulé du produit, quelque qu’il soit, ne masque plus son goût génétiquement formaté.

Qu’ils préviennent, accélèrent ou accompagnent la purge libérale, ces produits clonés, placebos de consommation ordinaire, finissent tous par produire les mêmes effets intestinaux et la même nausée : le dégoût.

C’est ainsi qu’aux dernières élections régionales et municipales en Grèce, berceau de la démocratie dois-je le rappeler, et dans un contexte de vote obligatoire, 55% des électeurs se sont abstenus et jusqu’à 66% à Athènes sans compter les 11% de bulletins nuls.

Après avoir tâté de la désastreuse droite Nouvelle Démocratie, puis de la calamiteuse gauche Pasok, le citoyen consommateur grec, tâte du blanc de chez nul et de la pêche à la ligne assumée, ce qui n’empêche évidemment pas le premier ministre Papandreou, Secrétaire Général de l'Internationale Socialiste à ses heures, de se considérer conforté par le vote populaire dans sa politique épaulée couchée.

A ce jeu-là, un sondage quelconque sur une échantillon plus ou moins représentatif, eut fait l’affaire ; je suis certain qu’ils y pensent déjà.

400_F_8374147_y8PvZX5XG5o6RTojqRgCQYJWqag2FN03.jpg



Le peuple anglais après avoir subi durant des années l’ersatz de "gauche blairiste" et se méfiant des héritiers de Thatcher comme de la peste mentholée, finirent par se laisser aller à tester du Nick Clegg, Lib/Dem, qui aux heures bénies de sa pré dégustation en avril dernier ravissait à 72% de satisfaction les papilles britanniques. Six mois après et suite à de forts jolis reniements électoraux coalisés, le Nick Clegg, tête de gondole, plafonne à un ravissant 9% d’opinions favorables, ce qui ne présage rien de bon pour la reconduction de ce produit d’illusoire substitution.

Je ne parle même pas de l’espérance Obama, noyée dans la machine à Dollars de Wall-Street.

Qu’on tâte encore, en désespoir de cause, du gros populisme qui tache ici ou de la nauséabonde démagogie bien épicée là, qu’on se débarrasse enfin d’un Berlusconi en Italie pour, histoire de s’en convaincre une dernière fois, choisir pire encore, dans la gamme des produits surgelés de la politique pas la peine, les peuples semblent se résigner peu à peu à ne plus rien voter du tout.

D’ailleurs pour peu qu’une fois, ils optent vraiment pour un choix non conforme, on saura leur rappeler que dans un référendum, ils peuvent effectivement voter oui ou non dans la mesure où la réponse est oui.

A bon entendeur…

400_F_8374147_y8PvZX5XG5o6RTojqRgCQYJWqag2FN03.jpg



La Belgique n’a plus de gouvernement depuis des mois. L’administration expédie les affaires courantes. L’Europe au doucereux totalitarisme managérial gère le reste et l’oligarchie de constater qu’elle peut se passer avantageusement de tous ces artifices démocratiques et de ces pseudos autorités trop sensibles encore à l’opinion publique.

Comme en Chine enfin, un parti unique, composé d’échelons administratifs à la Kafka, d’un strict contrôle policier et de médias abrutissants et aux ordres devraient finir par nous empaqueter tout ça (ce soir spot présidentiel sur 3 chaînes privées et publiques …pourquoi seulement 3 ?)

A moins que, le consommateur maté au plasma, réveille le citoyen rebelle qui roupille en lui sur son canapé…

tgb







13:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

11/11/2010

En français dans le texte

 

001.jpg

On nous avait vendu de l’anglais résigné, du british apathique, du rosbeef flegmatique, gagné à l’idée raisonnable de « l’austérité juste », de la réforme radicale de l’état providence, déjà taillé en pièce par la gâteuse Thatcher et le criminel de guerre enrichi Blair : 

 

My ass !!!

 

On nous avait vendu de la coalition Conservateurs/Lib/Dems (libéraux démocrates) furieusement audacieuse, terriblement post moderne, carrément visionnaire, au grand enthousiasme de nos éditocrates en pré retraite, July, Fottorino, Aphatie et autres ectoplasmes de la pensée surgelée, ironisant sur notre incapacité française à nous adapter à la mondialisation heureuse.

 

My bollocks !!!

 

C’est au cri de « tous ensemble, tous ensemble, ce n’est qu’un début… » en français dans le texte, que 50 000 étudiants britanniques ont manifesté mardi 10 novembre, dans les rues de Londres, jusqu’à aller botter le cul de leur petit marquis poudré de la high classe, David Cameron, apprenti premier ministre en son sursis et QG.

 

C’est au cri de « grève générale » en français dans le texte, et « Tory racaille » que les jeunes manifestants remontés comme des pendules contre le triplement des droits d’entrées à l’université : 3290 livres soit 3777euros aujourd’hui et 6000 à 9000 livres demain, sont allés fort opportunément, saccager le siège du parti prédato-conservateur.

 

Oh la belle idée.

 

Et c’est une foule en une colère spontanée qui submergea soudain une police aux abois, ne soupçonnant même pas cette fureur rentrée qui se libérait soudain.  

 

 « J’ai vu des images montrant des gens se livrant à la violence et à la destruction de biens, ce qui est complètement inacceptable » nous déclare le petit Lord Cameron, fossoyeur de la classe moyenne anglaise où ce qu’il en reste, et nous sommes bien d’accord avec lui.

 

Que les casseurs planqués, les saccageurs en gants blancs de l’oligarchie politico financière, infligeant de la misère, rebaptisée rigueur en leurs éléments de langage pernicieux, de derrière les vitres fumées de leur Bentley, soient châtiés et congédiés enfin comme ils le méritent.

 

Que les petits merdeux du mécano libéral, consistant à toujours prendre aux classes inférieures pour toujours redistribuer à la classe supérieure, afin de bien satisfaire au AAA de la police privée des marchés, commencent à mouiller leurs caleçons déjà bien douteux.

 

Oui, il y a comme un pandémie insurrectionnelle, qui enfin se propage en Europe, et les peuples cocufiés, dressés à bien courber l’échine, le regard baissé sur le caniveau enfin se relèvent.

 

Et c’est, comme souvent, la mobilisation exemplaire et opiniâtre du peuple français contre la racaille ploutocrate qui redonne de la force et du courage aux autres peuples méprisés.

 

Et c’est la meilleure des réponses circonstanciées au larbin Pujadas, demandant sans vergogne à Thibault, s’il n’avait pas le sentiment d’être la risée de l’Europe.

 

Ce n’est pas une risée, mais bien une vaguelette ici, une vague là, qui s’en viennent à cogner à la porte de l’histoire . Et ça pourrait bien être soudain, un tsunami social et populaire, nourri à la violence qui nous est faite, qui pourrait balayer d’un revers de main ces pouvoirs fantoches, pendus à leurs privilèges et emporter comme fétus de paille, les marionnettes Clegg, Cameron et autre petit cadre fanfaron du pseudo ordre mondial.

 

Les médias tout à la discrétion anglaise et à la pudeur servile nous démontrent en creux, combien ils redoutent ce retour de lame :

 

Ici ou ailleurs le combat n’est pas fini, juste, il commence.

 

tgb

16:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (19)

08/11/2010

Le Cesar du Goncourt de la queue du Mickey

9782260018346.jpg




Une bonne chose de faite. Michel Houelsoupe, l’homme qu’a vu l’homme qu’a vu l’homme qu’a vu la littérature, vient de se chopper enfin, au premier tour de manège, la queue du Goncourt avec de grandes oreilles.

On est content pour lui. 

Le Michou tout en posture étudiée, va pouvoir doubler ses ventes déjà mirobolantes, avec bolduc autour pour mon beauf de Noël, mettre son pognon dans son paradis fiscal et nous lâcher le stylo bic, tout en continuant, malgré une critique unanime depuis dix ans, à nous minauder de l’auteur maudit en son exil irlandais.

Cruel, que  cette misanthropie à ce point rentable.
Dur dur, d’être incompris quand on est à ce point consensuel.

C’est donc avec son dernier produit calibré, « la carte et le territoire » que notre Mimi, finement blasé, décroche le prix d’excellence au concours Lépine du romancier germanopratin. Fallait bien qu’à force de tremper son clavier dans le vide et d’écrire de ces banalités confuses et d’un air pénétré sur notre société relativement contemporaine, que notre cabot désabusé, rencontre en plus du succès ordinaire, la gloire galvaudée, rejoignant ainsi la centaine d’auteurs honorés, dans l’anonymat posthume de l’imposture à haute réussite sociale.

Le César de la littérature surgelée est attribuée à Houellebecq :

Bien fait pour lui.

Avec un peu de chance, le Michel dont la littérature pas la peine n’est pas plus mauvaise qu’une autre, va pouvoir vaquer à autre chose et par exemple aller bouffer ses lieux communs par les racines, tandis que nous pourrons à nouveau nous préoccuper sans plus de pollution médiatique de littérature par exemple.

Fouad_Laroui-1.jpg



C’est ainsi que l’autre soir, loin des mondanités, dans une petite librairie de mon18ème, je rencontrais avec une poignée d’aficionados assis en rond sur des cubes en bois, Fouad Laroui, écrivain franco-marocain ; un de ces auteurs discrets qui ne se croit pas obligé et malgré son immense culture et son méchant talent de se la péter à chaque point virgule.

Fouad Larroui, petit bonhomme rondouillard et débonnaire à l’écriture joviale et acérée, qui porte sur le monde un regard aimable et d’une tranquille intelligence, tout à la fois chaleureuse et distante, venait présenter son dernier Opus : « Une année chez les français ». Souvenirs plus ou moins autobiographiques (entre 0 et 100% dit-il)  d’un enfance marocaine au lycée Lyautey de Casablanca.

J’avais lu, il y a longtemps « Méfiez vous des parachutistes », un de ces petits bouquins délicieusement drôle, sobre et pas prétentieux et me souviens encore, comme pour une chanson, du jour du lieu et des circonstances. Il y a dix ans, sur un banc d’un parc de Coutances, entre deux rayons de soleil capricieux. 

Une petite heure à échanger avec un Fouad Laroui volubile et tout plein de malice, pas narcisse et pontifiant pour un rond, et qui pourrait en apprendre sur notre culture française, à n’importe quel Zemmour approximatif et arrogant, loin du circus vulgaire d’une littérature consumériste et industrielle. Encore un de ces immigrés basanés qui parle mieux la France qu'un certain président inculte.

Sans jugement, sans posture et sans artifices, Fouad Laroui espiègle, en une petite heure d’anecdotes désopilantes et terriblement signifiantes nous en dit plus sur l’humanité qui va et sa civilisation survivante que l’œuvre tartinée de Houeldaube et de sa bande poseuse.

Avec toute mon admiration et ma gratitude, je ne peux que souhaiter à Fouad Laroui qu’il ne lui soit jamais infligé quelque Goncourt que ce soit.°

Un tel écrivain ne mérite pas ça.

Tgb

°retenu parmi la première sélection du Goncourt 2010.

15:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

04/11/2010

Toi aussi joue à photoshop

Si, faut pas jouer au riche quand on n’a pas le sou, faut pas non plus jouer au pauvre quand on est plein aux as.

« Les Nouvelles du 12e » ???

Une publication propagandiste, à l’initiative de Christine Lagarde, Ministre de l’économie et des finances et accessoirement élue municipale fantôme, tirée à 60 000 exemplaires, en quadrichromie, distribuée gratuitement tous les deux mois dans les boîtes à lettres du 12e arrondissement.

En couverture du dernier numéro, une Christine Lagarde radieuse et tout en austérité de crise question breloques, avec pour décor, les arcades de l’avenue Daumesnil, principale artère d’un 12éme arrondissement où elle ne fout jamais les pieds.

Sauf que  :

Avant

photo_originale_1__m.1288772481.jpg



Après

 

nouvelles.1288771464.jpg

Les bijoux de la Castafiore ont disparu (encore un coup des Roms sûrement ) mais les arcades sont apparues



Tu n’as pas bien vu ? je recommence !

Avant

main2.1288773027.jpg


Après

 

main1.1288773008.jpg


Si toi aussi ça t’amuse de bidonner les photos, fait comme l’ami Stéphane, du Parti de Gauche, joue à photoshop :

 

_IGP3341.jpg

 

C’est rigolo hein ?!!!

 

tgb

19:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu