Avertir le modérateur

03/11/2010

Pauvre comme "job"

 

7072460-.jpg


Alain Minc, figure emblématique de la grande confrérie des escrocs du paf, expert de tout et de rien, dont l’incompétence suffisante et fumeuse n’a d’égale que l’épaisseur de son carnet d’adresse, déclarait en 2007, toujours puissamment visionnaire, au sujet du type qui nous sert aujourd’hui encore de président :

« Je pense que c'est celui qui est le mieux à même de faire le job...»

Faire le job : étrange expression appauvrie d’une indigeste logomachie managériale.

Faire le job, comme on fait ses courses, son lit, ou sa tambouille du soir ; faire le job, stigmate singulier d’une novlangue avachie et désincarnée.

Ce glissement sémantique du langage vers le jargon pseudo entrepreneurial à la sauce anglosaxonne en dit long sur l’abdication du politique face à l’économique et sur la chosification des valeurs.

Ainsi donc, le président, qui lui même avec cette modestie qui n’appartient qu’à lui affirmait hier «J'ai tué le job de ministre de l'Intérieur.... » est à ce point désacralisé qu’il n’a plus pour fonction aujourd’hui que d’être, un triste manager administrant avec plus ou moins d’efficacité la productivité de l’entreprise France, un insipide dircom challengeant ses collaborateurs dans un souci constant de performance et de compétitivité, un ordinaire responsable de ressources humaines gérant sa masse salariale dans une dimension culturelle certes, mais de résultat.

3552111744-the-apprentice-you-re-fired-ss.jpg



Et de nous poser la question : l’homme politique fait-il encore l’histoire où court il désespérément derrière en feignant d’y être pour quelque chose à titre anecdotique ?

On le sait depuis Ernst Kantorowicz, le corps du roi (ou du président) est toujours double («Les deux corps du Roi»). Il est composé du «corps naturel et physique », ce corps prosaïque qui marque la proximité d'un président actif (voire gesticulant) ancré dans la réalité et le "corps spirituel et hiératique » qui symbolise la distance et la solennité de la République ; une sorte de corps mythologique transcendé par la fonction, rattaché à un fondement de légitimité, quasi théologique, au risque même du culte de la personnalité.

Père de la nation donc et pas forcément petit père des people.

Ainsi également et suivant l’exemple laborieux et carnavalesque venu de l’étage supérieur, le putatif prochain premier ministre fait il également le job, qui consiste d’ailleurs, avec ce qui reste de pouvoir à l’impuissance politique, d’hanter les couloirs des médias pour ne surtout rien dire.

Quid d’une vision portant un projet ?
Quid d’une volonté traçant des perspectives ?
Quid d’une voix inventant un futur ?

NADA

faire le job : job d’étudiant, job à domicile ou job d’été 
Le Must 2010 ? - étaleur de crème solaire !

Tout un programme…

tgb

13:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

01/11/2010

Lire entre les lignes

 

220px-Babar.jpg



Claude Bébéar, entre deux chasses de grands fauves en Afrique, a pris le temps de se fendre d’une petite interview au journal de révérence, le Monde, pour nous prodiguer sa fine et sage analyse libérale, rapport à l’art de la réforme sous anesthésie et l’urgence de la retraite par capitalisation.

Rien de très original jusque-là.

Qu’entre deux amabilités de circonstance et trois doses homéopathiques d’humanisme à la sauce patronnesse, le retraité le plus influent de France, particulièrement bien placé pour ergoter sur les difficultés sociales ( bénéficiant d’une retraite de 438000€, plus 360000 €  de jetons de présence, plus 1 M€ de plus-value de stock-options) et qui est, en toute modestie, le parrain du capitalisme français, le boss des boss, faisant passer dame Parisot pour une sous directrice de superette, nous balance de la doxa capitaliste n’a rien de particulièrement bouleversant.

Pourtant, au-delà  de sa prose d’une rare vacuité, il n’est pas inutile de lire le discours entre les lignes et les messages sous-jacents qui ne s’adressent pas forcément au vulgum pecus que nous sommes.

Rappelons tout d’abord qui est Claude Bébéar.

970874_3_d1f7_claude-bebear-ancien-president-du-conseil-de.jpg



Ancien grand patron du groupe Axa et toujours président du groupe de surveillance de l’assurance number one en Europe, Bébéar est le fondateur du think tank, "l’institut Montaigne" (rapport à l’Avenue j’espère et pas à l’écrivain, pauvre Michel) et le centre d’un de ces cercles d’influence, soudé par un esprit de caste, où l’on s’échange postes d’administrateur et jetons de présence.

Un de ces pôles oligarchiques qui fait jouir-en-Josiane, l’étudiant HEC.

Cette mouvance de patrons libéraux où l’on retrouve le noyau dur du Cac 40  Henri Lachmann, Jean-René Fourtou, Serge Kampf, Michel Pébereau, Thierry Breton, Daniel Bernard, Gérard Mestrallet, Martin Bouygues, Pierre Dauzier…se réunit à l’occase pour disserter entre deux petits fours, sur l’état providence fort dispendieux cher ami sauf quand il nous renfloue des banques, les nouveaux pauvres et les anciens riches, ces manants, ou comment éviter le plafonnement de nos revenus de grands patrons injustement assujettis .  

Bref, quand Bébéar, dont on baise la bague pour se faire adouber au collège libéral des cardinaux, l’ouvre, le petit personnel politicard, la met en veilleuse, le doigt sur la couture du bermuda.

Et que dit explicitement ce bon vieux Claude, entre deux banalités économiques, sorties directes du catéchisme ordinaire : je résume – il dit que si le fond du rabougri qui nous sert du président est bon, la forme laisse à désirer et que vu que le style c’est l’homme, il ferait bien d’être moins agressif avec l’ensemble de la populace.

Et maintenant penchons nous sur l’implicite et traduisons le message du boss à son larb1 élyséen à la moitié de son CDI  :

« Ecoute mec, on n’est pas du même monde d’accord, on n’a pas élevé les cochons ensemble en Hongrie certes, mais sois bien persuadé que ça ne nous gène pas plus que ça que tu sois un vulgaire parvenu, inculte et cupide du moment que tu sers nos intérêts et fais le job. Sauf qu’il faudrait voir à te calmer, parce que la chienlit c’est pas trop notre truc et qu’on a un type bien élevé, un peu queutard certes mais avec tact et doigté du côté du FMI qui pourrait bien faire l’affaire. Donc t’arrêtes de foutre ta zone ou tu dégages. »

C’est une interprétation assez brut de forge, j’en conviens mais qui me semble contextuellement judicieuse.

Suite à ce conseil d’ami qu’on pourrait tout aussi bien lire comme une injonction hierarchique, nous verrons donc et pour la énième fois, le petit hargneux nous déclarer qu’il a changé, pris de la hauteur, de la distance et tout ça, qu’il écoute et tient compte, que quand il y a une grève il la remarque, qu’il est le président de TOUS les français qu’il aime et comprend mais que le devoir avant tout…jusqu’à ce que sa sale nature belliqueuse…

0373410c-d7a1-11df-8356-f07e5f08fba2.jpg


étudiée ici en laboratoire par un collège d’éminents psychiatres


…reprenne le dessus et cherche à nouveau la bagarre, parce que ça lui est intrinsèque :

Il n’aime personne d’autre que lui.


tgb

13:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

30/10/2010

trois petits conflits d’intérêts ordinaires et autres onomatopées

 

bee200-29730.gif



1) bzzzzzzzzz


2) miam miam

3) brrrrrrr

tgb

12:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

28/10/2010

Un barbu c’est un barbu…

G3876_400073263.jpg






trois barbus c’est des barbouzes


Quand trois journalistes enquêtant sur l’ultra sensible affaire Woerth Bettencourt, à savoir les financements illégaux et occultes de la Sarkozie pourrie, se font chourer leurs ordinateurs (CD roms oui réfugiés Roms non) quasiment en même temps, pas la peine de chercher l’œil de Moscou ou la main de ma sœur : c’est signé Furax.

Furax DST, Furax RG…bref quelque officine de basse fosse pour basses œuvres et entourloupes plombières.

Comme le souligne Plenel, patron de Médiapart, si la filouterie ne se veut ni subtile, ni discrète, c’est simplement parce que la petite autocratie en place qui s’énerve et a les craquettes, envoie un bruyant et cynique message aux journalistes et à leurs sources, facile à décoder : vos gueules les mouettes.

Parce que question source, y’a pas que les flics qui sont capables d’infiltrer et de se déguiser en casseurs. Nous sommes également quelques millions à nous être glissé dans les failles du système, à porter un costard cravate ou un képi et à faire chauffer la photocopieuse ou la clef USB pour mieux transmettre infos et documents, à ce qui reste de médias fiables. (Inutile de vous préciser qu’on a rien volé chez Ferrari ou Pujadas.)

Sabordage ou sabotage, contre cette oligarchie-là, tous les coups sont permis et si les grèves et manifs n’y suffisent pas, des millions de petits coups de canifs au quotidien pourraient bien finir par épuiser la bête, si sensible du jarret soudain quand on y regarde de trop prés.

Sans compter évidemment les petits meurtres entre amis, dans un sérail politique en pleine déliquescence ou chaque strapontin attise les convoitises et pousse à affûter les surins.

Et pendant que le juge de fine lame Philippe Courroye bientôt dessaisi de l’affaire et tout à ses lucides fulgurances, déclare sans rire : " Quel gâchis !… Ce que l'on me reproche, c'est l'efficacité  des enquêtes que je conduis", son camarade de manche, le procureur Jean Claude Marin, dans le cadre de l’affaire Karachi, fignole le sur place avec la même énergie.

306711164.jpg



Sinon la routine

un bon à rien au conseil d’état


un martyr ras du cul qui phosphore pour rien…


un plagieur flappi qui fait flop malgré l’incruste


un manager entre deux siestes socio-libérales qui flatule

un ministre exemplaire qui met de la crème dans sa retraite Chantilly


Un barbu c’est un barbu, trois cambriolages c’est des barbouzes.

Au bal des postiches et avant la prochaine phase électorale du rasage gratis, le pouvoir sur les dents à le cran d’arrêt facile et le coupe chou fébrile

C’est bon signe.

tgb

10:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu