Avertir le modérateur

05/10/2010

Mon pays c'est le fric

riche_12374002051.jpg



Il serait très étonnant, appliquant la loi anti-burqa, qu’on oblige les épouses d’un prince saoudien polygame ayant réservé un étage entier au Crillon, pour peu d’ailleurs qu’il n’en soit pas le proprio, à ôter leur tchador de chez Dior à l’entrée.

Comme il serait très étonnant, qu’en Helvétie par exemple, ce pays aux verts pâturages, défiguré par au moins trois minarets et demi, l’on expulse le prince des gitans, réfugié peut être mais fiscal, du moment qu’il possède un fort anonyme compte en banque avec plein de zéros dessus. Si l’étranger pue, l’argent n’a pas d’odeur. L’affaire est entendue.

Si dans l’élan nuptial d’un mariage un peu gris, le sinistre Besson ose la mixité avec la jeune Yasmine, n’y voyons nulle mésalliance banlieusarde, mais comprenons bien que madame ex Tordjman, comme Rama Yade d’ailleurs, n’est pas une vulgaire « radasse » des glauques cités, mais la fine fleur d’une oligarchie exotique, petite nièce tunisienne de Bourguiba en ce cas.

Et si le rejeton Oussama tourna un peu mal, mettant ses coudes sur les tours jumelles, cela n’empêcha quand même pas de faire sortir discrètement mais avec courtoisie, le reste de la famille milliardaire et Laden par la porte de derrière les USA. Malgré les travaux les affaires continuent. On reste groupir.

securedowd-6.jpeg



Bref et pour dire, chez ces gens-là, dans le monde gratiné et interlope de l’oligarchie politico-financière, il n’est point de racisme, couleurs ou religions, pas plus de noir de jaune que de blanc ou de gris, tout métissé qu’ils sont dans le vert dollar.

Et guère de lois non plus.

On se fréquente dans les mêmes sphères tamisées, les mêmes luxueux palaces, les mêmes écoles élégamment privées, les mêmes lieux de villégiature à haut standing ajouté : Dubaï, Gstaad ou St Martin. On y a les mêmes codes culturels et sociaux. On y porte les mêmes marques. On n’y est pas du genre à avoir raté sa vie à 50 ans. On y exploite le même personnel de maison, qui parfois, planque des magnétophones dans les soupières mais c’est une autre histoire.

Pour faire simple et reprenant un dicton juif :

Un juif pauvre est un « youpin », un juif riche est un riche.
Un arabe pauvre est un « bougnoule » un arabe riche...

S’il est bien aujourd’hui une internationale à la solidarité cosmopolite, ce n’est pas cette risible internationale socialiste présidée par le travlo FMIsé Papandréou mais bien une internationale du fric présidée par personne mais qui pète la santé merci.

Car si chez Prédator and co, il est de bon ton de spolier la classe moyenne ou d’exterminer le misérable, façon Subprime ou Bhopal, toutes les variantes sont bonnes, il est en revanche assez mal vu d’arnaquer son prochain et particulièrement son partenaire de golf.

A la Madoff, ça casse un peu l’ambiance.

taxe_pauvres.gif



Le racisme donc est fait pour les pauvres. Pour que les pauvres haïssent d’autres pauvres et y consacrent leur énergie. Comme l’exploitation des petites mains couseuses des nations les plus défavorisés est faite pour vendre aux plus défavorisés des pays riches.

Par exemple, le Rom jeté en pâture à la haine aveuglée des peuples en voie de paupérisation, Rom qui n’y est pour rien mais qu’il nous arrive de croiser, permet d’éviter de s’en prendre à la classe dominante, qui y est pour beaucoup mais qu’on croise rarement au bar tabac du coin.

Les politiques n’étant que les cadres intermédiaires et larbins de cette nomenklatura-là.

Si le riche qui ne se bat pas avec un autre riche, pas si con, fait se battre un pauvre A contre un pauvre B, pour bien les occuper durant leur chomdu, c’est que sinon, vu le nombre, les pauvres A + B tailleraient à l’Opinel numéro 12 un costard au riche et pas forcément sur mesure.

Qu’il y ait autant de crétins se vautrant dans la combine la bave aux lèvres, rageant que l’immigré mangeur d’enfant lui bouffe sa sécu sans voir qu’on la lui privatise tranquillement au profit de la cupidité de quelque uns, montre que l’oligarchie tout à cliver, à canaliser les haines abruties, n’est pas tout à fait nulle en calculs.

Apprenons à compter.


tgb

17:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

02/10/2010

Point mort

Tony autoportrait à #316A69.png



Ainsi donc le Ouebe est une poubelle, ainsi donc le blog est son ordure. Une grosse langue de pute bien baveuse qui colporte sa rumeur, infuse sa médisance, diffuse sa calomnie.

En revanche au Point P, de chez Giesbert/Pinault, là c’est du sérieux solide. De l’investigation ‘achement rigoureuse. De l’enquête fiable et recoupée. Du déontologique de référence. Du vrai journalisme vrai avec de vrais morceaux de faits vérifiés dedans.

De l’info bio coco, 100% nature sans adjuvants.

Sauf qu’à force de se faire enfler par Françapeur Hebdo, ce gros journalisme qui tache, ce journalisme margarine qu’on tartine à la une, cette presse qui cachetonne aux stéroïdes toxos, aux stéréotypes raccords, les Djeunes des cités se mettent à penser. Sauf qu’à force d’observer du grand reporter de guerre sauter sur Clichy/cliché, « au cœur de l’enfer des cités » et de voir fabriquée à coups de biffetons, de la bagnole qui flambe, « le fixeur » commence à se fixer.

Et le fixeur fixé de décrypter l’image et le fixeur fixé de déjouer le scénar et le fixeur fixé de dézinguer la machine.

Cette machine folle et molle au totalitarisme mou à l’idéologie racoleuse, au sensationnalisme creux, au matraquage émotionnel.

Et les manipulateurs, tout à leur paresseuse et ordinaire manipulation, de se faire manipuler par pas si con. Et les falsificateurs de l’info botoxée tout à leur angle putassier, de tomber nez dedans.

Et faute de mieux, la presse de connivence au reportage de caniveau de dénoncer outragée l’indigne imposture, comme l’escroc s’indigne de se faire escroquer.

Chapeau Abdel, chapeau l’artiste, à retourner la bouffonnerie, à désaper d’un simple coup de fil, la racaille médiatique.

De la bonne soupe de femme polygame avec de gros morceaux de burqa délinquante dedans ?! t’en veux j’t’en vends et d'la bonne !! Ne reste plus qu’à fabriquer de cette bonne farine d’info pour la mangeoire aux cons.

Et pour l’Express de Barbier de servile, c’est Sarko qu’on stigmatise 
Et pour Arte de Leconte toc en stock c’est la femme qu’on assassine.

Le contenu au service du contenant.
Le témoignage à découper suivant les pointillés.

Mais voilà que la mécanique se grippe
Mais voilà que la machine à consentement part en vrille.

Peillon
d’abord et qui s’excuse
Mélenchon ensuite et qui ne s’excuse pas
Montebourg enfin qui ne s’excuse pas et qui accuse.

Puis Abdel alias Bintou, vengeur masqué qui démasque l’arnaque embobinant le bidonneur.

On connaît maintenant le mode d’emploi…

Quant à retirer de la nationalité française, autant qu’on expulse Giesbert.

tgb

 

dessin - Tony - autoportrait

14:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

29/09/2010

De la fabrication de bon français

img294.jpg



« Si la conclusion de cet entretien est que mon ministère doit être une fabrique à bons Français, j'y souscris bien volontiers …Qu'est ce qui serait gênant à ce que le ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale…soit une usine à production de bons Français ? C'est très bien ! »


N’étant pas tout à fait nigaud et conscient que cette déclaration putassière du sinistre Besson est un enième os à ronger, épaulé jeté, afin de nourrir et canaliser notre indignation blogueuse en jouant de la diversion et du leurre°, je me permets quand même de rappeler au « fabricateur » ministre que sous Pétain, vrai français de boue de France qui ne ment pas, était considéré comme bon français, tout citoyen dénonçant fort civiquement un juif à la milice.

Il ne nous surprendra pas que le haut délégué à la question étrangère, l’aspirant veule et zélé au poste de Xavier Vallat, futur directeur de camp de rééducation hexagonale, rajoute une ligne infâme à son copieux CV, encore faudrait-il qu’il nous définisse précisément ce qu’il entend par "bon français".

Commençant à cerner le personnage et la politique de bar-tabac à laquelle il collabore activement, je veux bien tenter ici et pour l’aider une ébauche de définition :

En Sarkozie centrale est considéré comme bon français tout citoyen de plus de 65 ans souscrivant avec allégresse à la dénonciation motivée de métèques, prêt à renvoyer crever chez eux les étrangers qui forcément grèvent la sécurité sociale, à priver par pur ressentiment les plus jeunes de retraite, de rémunération décente et de protection sociale et enthousiaste à l’idée, dans ce fort climat d’insécurité islamiste, à mettre en prison les parents de délinquants pauvres, sauf le chef de la police, père privilégié de sale petit con riche et arrogant.

Quelques têtes exemplaires de « bons français » répondant plus ou moins à cette définition :

Dominique Paillé

dominique-paill2-190x190.jpg



Condamné en 2004 par le tribunal correctionnel de Paris à une peine de dix mois de prison avec sursis et 30 000 euros d’amende, pour « abus de confiance » : 40 000 euros d’argent public, prélevés pour ses voyages privés et des dépenses personnelles .

Patrick Balkany

400px-patrick_balkany.jpg



Condamné en 96 par la 9e chambre du tribunal correctionnel de Nanterre, à quinze mois de prison avec sursis, 200 000 francs d'amende et deux ans d'inéligibilité pour rémunération aux frais du contribuable, d’employés municipaux, s'occupant de son appartement et de sa résidence secondaire.

Gérard Longuet

gerard_longuet.jpg



Condamné en 67 à 1 000 francs d'amende pour complicité de « violence et voies de fait avec armes et préméditation », en même temps que douze autres militants d'extrême droite, dont Alain Madelin et Patrick Devedjian. (autres bons français)

Bernard Tapie

148407-bernard-tapie-637x0-1.jpg



Condamné en 97 par la cour d'appel de Paris à 18 mois de prison dont 6 mois ferme pour fraude fiscale et à 30 mois de prison avec sursis pour abus de biens sociaux et banqueroute.

brice-hortefeux-cout-depense.jpg


Brice Hortefeux

Condamné en 2010 par le tribunal correctionnel de Paris à 750 euros d'amende pour injures à caractère raciste, 2 000 euros de dommages et intérêts et à publier le jugement dans un journal.



je vous laisse imaginer ce que sont, en revanche, les mauvais français…

tgb

 

° Je visualise assez bien le ministre et ses collaborateurs assis sous les ors de la république à se demander quelle nouvelle saloperie ils pourraient bien balancer à la meute pour occuper la journée.

10:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

27/09/2010

Dépasser la dose prescrite

21a0fc8ad35019929874705140a0-grande.jpg



Dans cette subtile et délicate odeur de pieds et de graillon populiste qui exhale partout en Europe sa pestilence assumée et exalte sa beauferie flatulente, décomplexée et avachie - on est habilité maintenant par exemple à penser très fort que les Roms sont une sale race et Zemmour un brillant intellectuel - on trouve quand même de ci de là quelques relents fleuris embaumant l’odorat des derniers raffinés du groin, résistant encore et toujours au remugle bourrin, dont moi.

Par exemple l’élection quasi surprise en Grande Bretagne, de « ED le rouge », frangin cadet d’une fratrie supposée rose bonbon, à la tête du parti travailliste.

Simplement, que l’escroc et criminel de guerre Blair, ait pu considérer selon le Mail on Sunday, qu'une victoire du petit dernier des Miliband serait un « désastre » devrait suffire à notre bonheur relatif.

On a les plaisirs modestes ces temps ci.

j49-2-100920_une-47-490.jpg



Cela dit, rassurons immédiatement les parents des petits Manuel Valls, Dominique Strauss Kahn (candidat en cours de fabrication médiatique) et Gérard Collomb, (le club des socialistes de droite ayant loupé leur examen d’ouverture gouvernementale à quelques points près) à peine élu « Ed le rouge » s’est déjà rué à la téloche pour, fort libéralement, se défendre d ‘« opérer tout virage à gauche », affirmer qu’il ne s’opposera pas à toutes les coupes budgétaires et confirmer que les services publics devront apprendre à faire mieux avec moins.

Il ne s’agit quand même pas de désespérer la City : nous voilà soulagés.

Oui Dieu soit loué, le jeune Miliband, s’il est bien travailliste sur les bords n’est quand même pas de gauche. Quand même pas déconner mon ami. La honte j’te dis pas, des fois que ça viendrait à se savoir au FMI, alors que la planète compte déjà un bolchevique islamiste à la tête des USA…

Autant le dire, nous ne nous faisions aucune illusion et supposions que le positionnement un poil de cul socialiste du petit dernier des Miliband, tenait plus à une fine stratégie électorale (son aîné occupant l’aile droite, lui restait guère le choix) qu’à de la pure conviction couillue, mais en ces heures d’émanations rances de tricot d’porc douteux, que le bonhomme soit autant à gauche que Laurent Joffrin ne doit pas occulter le fait qu’il existe enfin une aspiration anglaise à une réelle inclination gauchère (quand même pas dire gauchiste, restons corrects).

C’est toujours ça de pris.

Néanmoins, constatons avec accablement qu’il est pour le moins curieux et révélateur mes amis, qu’à l’heure où la machine à décerveler arrive à faire avaler grosso merdo que si les banques nous ont enflés de 700 milliards c’est quasi la faute à la burqa, qu’on soit à ce point pusillianime rapport à nos idées et aussi prompt à s’excuser d’oser penser ailleurs.

Nous vivons curieusement une de ces époques où l’on peut vomir sa bestiale connerie soi disant briseuse de tabous et de pensée unique sur tous les écrans de la machine à cons et se croire voué au déshonneur pour quelque humanisme à peine conscientisé.

A ce jeu-là, et je le dis comme je le pense, à s’excuser de rien, à avoir honte de tout, on n’est pas prés de renverser la vapeur et de botter le cul des dominants. Et, face à la centrifugeuse hyper droitière, on a plutôt intérêt à bien s’ancrer à l’extrême gauche de Besancenot, pour tenir à peu prés une position Giscardienne.

securedownload-1.jpeg


Je ne vous parle même pas d’Hugo Chavez, qui par simple postulat de base, est décrété dictateur officiel par à peu prés tous les médias planétaires et dont la dernière victoire législative, engrangeant les 2/3 des députés, est analysée comme une déroute électorale par le tam tam médiatique.

Ici 2/3 on s’en contenterait.

Sûr qu’il va falloir sacrément augmenter les doses prescrites pour faire bouger le curseur et carrément assumer Staline pour oser Castro.

C’est pas avec des sarbacanes qu’on répondra aux bazookas.

L’histoire ne retient pas les tièdes.

tgb

17:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu