Avertir le modérateur

13/01/2011

Merci qui ?

miroirmonbeaumiroir.jpg



On a eu l’assassinat des moines de Tibehrine par des terroristes assoiffés de sang impur. On sait aujourd’hui que ce massacre est dû à une probable bavure des forces armées algériennes.

On a eu l’attentat à Karachi d’islamistes fanatiques contre des ingénieurs français. On sait aujourd’hui que cet acte fut plutôt le résultat d’un sinistre règlement de comptes entre politiques corrompus.

photo_1273065222919-1-0_w350.jpg



On a eu la mort du skipper du Tanit, tué par des pirates. On sait maintenant que Florent Lemaçon est mort d’une balle perdue, tirée par le commando français venu le libérer.

grande-929189-1101567.jpg


On a eu l’exécution, selon Sarko himself, de Michel Germaneau par l’AQMI, avant de découvrir aujourd’hui que le responsable humanitaire était mort faute de médicaments.

Quatre versions officielles.
Quatre versions tronquées
Quatre versions démenties.

On sait que ce gouvernement ment.
On sait que ce gouvernement ment tout le temps.
On sait que ce gouvernement ment comme il respire.
Que le mensonge lui est consubstantiel .

Du bouclier fiscal allemand, en passant par Bettencourt, Servier,…jusqu’aux chiffres maquillés du chômage.

929214-1101604.jpg



Or, que croyez vous qu’il se passât, lorsqu’Alain Juppé ministre des armées vint droit dans ses bottes nous annoncer que les deux otages enlevés au Niger, les malheureux Antoine de Léocour et Vincent Delory avaient été exécutés par leurs ravisseurs ?

Prudence éditoriale ?
Scepticisme de principe ?
Conditionnel précautionneux ?
Enquête préliminaire ?
Opposition circonspecte ?

Que nenni ! une admirable unanimité de la clique médiatique et de la classe politique, dans une touchante unité nationale mon cul.

Aux (l)armes citoyens :

Le terrorisme ne passera pas.
La France et son président ont des couilles.
Ce fiasco total est une grande victoire. 
Jusqu’à la remarquable sortie de Joffrin-Mouchard, jamais avare d’une connerie pavlovienne  : « la responsabilité  de cet assassinat repose sur les assassins ».

Circulez y’a rien à voir.


Et de prendre pour argent comptant et sans discernement, les infos des menteurs ordinaires et les incohérences du discours officiel.

Et le cow boy en chef de sortir son bazooka de derrière le comptoir, et le mini Bush de jouer le matamore des sondages, son petit fling ramolli soudain en érection dans un déclenchement d’hormones mâles et de montée de testostérone tout à empiler les déclarations martiales :

« Et qu’on ne cédera pas au diktat des terroristes » et que « "ce crime odieux ne fait que renforcer la détermination de la France à lutter sans relâche contre le terrorisme et contre les terroristes » et que  "les démocraties, c'est leur honneur, c'est leur noblesse, doivent lutter pied à pied contre ces barbares venus d'un autre âge qui veulent terroriser le monde entier" et que de qualifier cet enlèvement d'"acte barbare perpétré par des barbares"

La bonne vieille rengaine du bien contre le mal, des méchants contre les gentils et qu’à la fin c’est nous qu’on gagne.

Du vieux story telling de western franchouillard.

Et le bon peuple de vrais français de saluer le courage du va t’en guerre avec le sang des autres, au Sahel ou en Afghanistan et d’applaudir le petit coq poseur d’ultimatum qui fait rire Gbagbo mais qui la ramène pas devant le Ben Ali.

"Aujourd'hui, l'espace des libertés progresse en Tunisie" (2008)

miroirmonbeaumiroir.jpg



Or il y a à voir.


Il y a à voir sur l’AQMI
Il y a à voir sur Areva
Il y a à voir sur la Françafric (que)
Il y a à voir sur l’hystérisation de l’anti-islamisme présidentiel qui le nourrit
Il y a à voir sur l’instrumentalisation du terrorisme qui fait peur.
Il y a à voir sur les trois échecs consécutifs de la stratégie œil pour œil.

Je ne sais comment ça s’est passé au Niger, je n’y étais pas.
Je sais juste que par nature et expérience, je me méfie des versions officielles.
Que des corps calcinés dans des jeeps calcinées, ça pue le collatéral .
Que l’interception par hélicoptère n’est pas des plus chirurgicales.
Que le mini Bush des sables, celui qui a des couilles avec le sang des autres n’aurait pas agi ainsi, si son Jeannot de chez Darty avait été dans le 4X4.

Que la rançon de tout ça, c’est qu’aujourd’hui, tout français pris en otage, est un mort en sursis.

Merci qui ?

tgb

 


12:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (22)

11/01/2011

L’équivoque univoque de Fredo et ses frères

 

Tunisie-Ben_Ali-Sarkozy.jpg



Opposition muselée
Presse censurée
Prisonniers politiques torturés
Régime policier institutionnalisé (1 flic pour 100 habitants)
Répression à balles réelles
23 ans de pouvoir ininterrompu
5 fois élu président avec, entre 89,6 et 99,9% des suffrages exprimés, sous les acclamations démocratiques des pays occidentaux

Ben Ali n’est donc évidemment pas un dictateur, puisque selon l’impayable Fréderic Mitterand, ministre fossoyeur de la culture en France :

"Dire que la Tunisie est une dictature univoque me semble exagéré"


Si l’on comprend bien qu’à l’instar de ses petits camarades de villégiature Besson Delanoë, l’équivoque Fredo, aspire encore et toujours à goûter du boxeur de 40 ans local dans un de ces hauts lieux du tourisme sexuel, rare ressource économique d’une jeunesse sacrifiée, c’est qu’à l’image des jolis pays démocratiques exemplaires, si à cheval tagada tagada sur la liberté de la presse (Italie, Hongrie, France…)  il est des régimes autocratiques moins salissants que d’autres selon nos intérêts bien sentis.

Qu’importe que Ben Ali soit une authentique crapule, dans la mesure où elle est la nôtre et lutte par la barbarie qui nous arrange contre la barbarie qui ne nous arrange pas, pour que Fredo, ministre de la culture en string et de la courbette civilisatrice, puisse continuer à faire des mouillettes  à Djerba.

170076-berluune-jpg_69346.jpg


La preuve quasi vivante de la supériorité de notre civilisation



Selon que vous serez Castro ou Lobo, Gbagbo ou Gnassingbé,  Milosevic ou Hashim Thaçi…la bonne conscience internationale et à géométrie variable vous estampillera dictateur ou pas, criminel de guerre ou pas, de l’axe du bien ou du mal, dans une fabrication subtile du choc des civilisations qui nous occupent pendant que les travaux du capitalisme continuent.

Les droits de l’homme à la carte.

Qu’est ce donc, pour l’ami Fredo, membre actif comme Val, Olivennes, Barbier... des jeunesses brunistes, et accessoirement, intermittent servile de la culture en espadrilles libre et non faussée, qu’une dictature univoque ?

Sans doute et selon les critères officiels de l’oligarchie et de ses médiocrates aux ordres, le Venezuela par exemple, où l’opposition possède 80% des médias, où s’organisent des élections libres que Chavez perd parfois, mais certainement pas un de ces merveilleux pays UPM (qu’est ce que ça devient ce machin-là ?) où il n’est ni question d’exporter notre démocratie exemplaire dans des valises à phosphore (encore heureux), ni urgent de faire de l’ingérence Kouchnérisé, tellement que le couscous y est démocratique et l’immolation de jeunes désespérés, divertissante dans le cadre des activités culturelles du club Med.

Tant que le comptoir carthaginois, succursale de la maison Atlantiste reçoit aimablement ses estivants low coast...

100723LPA912_galleryphoto_paysage_std.jpg



Que la priorité pour un socialiste manager né à Tunis, tel Delanoë, soit le soldat Shalit, ou l’otage mondaine Betancourt, de celle dont on paye la rançon recta, plutôt que les cadavres calcinés de la jeunesse tunisienne devrait juste nous faire honte.  

Dans la France pourléchante, le silence du pote du despote, si prompt à dégainer sa bombe A contre l’Iran, devient si assourdissant, que le voilà contraint même à sortir à minima, son pistolet à eau…

Dire que Fredo Mitterrand toujours clairvoyant :

« dans un monde lourdement travaillé par le fanatisme et la tentation de la violence, la Tunisie est un pays de paix, qui mérite largement qu’on ait foi en son avenir »

et ses semblables, sont des carpettes univoques, me semble à peine exagéré.

tgb




 

15:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

06/01/2011

Petit lexique du discours dominant à l’usage des ruminants dans le champ sémantique

vache.jpg


Populisme :  ce mot valise, aux définitions diverses et variées, permet aux tenants de la pensée officielle à court d’arguments, de faire l’économie d’une dialectique et de discréditer à bon compte toute personne sortant du cadre de référence capitaliste. Ce terme accolé à tout déviationniste sortant de l’ordre établi, a pour fonction essentielle de marquer du sceau de l’infamie, l’empêcheur de penser en rond dans le champ politico-médiatique. Tel un cri qui paralyse, cette notion est le Taser utile de la rhétorique paresseuse. Il évite une fastidieuse réfutation dont le mode d’emploi ne tient pas forcément dans les fiches de lecture utilement fournies par l’employeur.

Exemple : Melenchon = Lepen. Ce raccourcis démonstratif a l’avantage de déconsidérer le président du parti de gauche sans s’astreindre ni à lire ses livres ni à se confronter à son programme.

Mots tasers équivalents : Antisémite – Munichois

vache-1.jpg



Briser un tabou : Cette expression fort tendance sur les ondes permet de revenir sur des acquis sociaux tout en soulignant l’audace de l’émetteur et son côté iconoclaste. Briser « courageusement » le tabou des 35 heures, par exemple, consiste à redire pour la énième fois ce que toute l’oligarchie dominante et ses larbins répètent à l’envi, tout en paraissant à la pointe du combat. Si on peut briser "courageusement" le tabou de la retraite à 60 ans, on doit noter que le « bouclier fiscal » ou « la spéculation » n’étant pas de l’ordre du tabou, l’utilisation de l’expression n’est donc pas appropriée. Briser un tabou consiste par petites touches à justifier toute régression sociale et à revenir au 19ème siècle tout en affichant une posture avant-gardiste.

Mots équivalents : réforme – modernisation.

vache-1.jpg



Etre pris en otage : contrairement au sens commun, cette expression ne signifie pas « être prisonnier au fond d’une grotte afghane durant un an, attendant le versement d’une rançon» mais ne pas avoir de métro pour se rendre à son turbin et participer activement aux profits des actionnaires. Faire la queue à la poste peut être considéré comme une forme de prise d’otage (on en souhaitera donc vivement la privatisation) contrairement au fait de subir une file d’attente à Carrefour. La preuve ? vous n’entendrez jamais personne dans la queue souhaiter la nationalisation du temple marchand.

Expressions similaires :  feignants de grévistes, fonctionnaires…

vache-1.jpg



Etat providence : Cette locution est à prendre dans son sens le plus péjoratif. Il ne s’agit évidemment pas d’y voir l’organisation solidaire d’une société civilisée qui répartit l’argent, le redistribue et évite aux plus fragilisés, par exemple, de finir dans la rue, mais bien l’expression d’une administration dilapidant l’argent des vrais français en le donnant à des bons à rien, immigrés bien souvent. Quand le gouvernement achète à Dassault des "Rafale" dont aucun autre état ne veut on ne peut à proprement parler d’état providence, en revanche il est conseillé de le faire quand on évoque le RSA ou toute autre indemnité sociale. 

Notions similaires : assistanat, charges…

vache-1.jpg



Maintenant faisons une phrase avec toutes ces notions mises bout à bout et apprécions le résultat :

Pour en finir avec les populismes , il est temps de briser le tabou de l’état providence prenant en otage nos impôts.


Vous me la copierez cent fois et pourrez remplacer opportunément tout éditocrate du barnum médiatique.

Avec les mêmes notions et dans un ordre différent jouez aussi...

A suivre….

tgb

15:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (28)

05/01/2011

blackout

17:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu