Avertir le modérateur

01/03/2010

Florence for ever

florence_aubenas[1].jpg

Je viens de finir le livre de Florence Aubenas « Le quai de Ouistreham ».

C’est le genre de bouquin qui vous laisse orphelin. Comme en manque.

C’est une enquête et ça se lit comme un roman.

Avec un vrai sujet, de vrais personnages et tout un climax.

Bien loin des inanités nombrilistes de sous auteurs nous contant par le menu leur aérophagie existentielle.

Florence Aubenas : ancienne de libé centre gauche passée au nouvel obs centre droit ; dans le paysage journalistique dévasté : d’accord personne n’est parfait(e)

N’empêche, Florence Aubenas, des mois de captivité en Irak, qui nous épargna par décence ou pudeur, la capitalisation littéraire et financière de sa terrible expérience, à qui l’on doit en grande partie la réhabilitation des outragés d’Outreau, a l’inconvenance, dans cet univers narcissiquement onaniste moi je, de s’intéresser aux autres et aux sans grades : déviation perverse quasi insensée s’il en est.

Donc pour Aubenas : six mois à récurer à genoux, les chiottes du capitalisme sordide, dans la précarité, l’humiliation et la misère ordinaire, pour nous offrir au bout du compte, du journalisme debout tandis que ses confrères assis, pratiquent entre deux cocktails, un confortable journalisme couché : chapeau bas.

Car faut-il le rappeler, deux reporters France 3, otages en Afghanistan et tentant, quelle incongruité, de faire leur métier d’informer, coûtent bien plus chers selon nos délicates autorités, qu’un journaliste embedded ou qu’un stagiaire au rabais, recopiant avec fautes d’orthographes itou, les dépêches AFP.

Oui, dix journalistes comme Aubenas en France et le pays médiatique en serait radicalement transformé.

Dans la misère quotidienne des précaires en voie de paupérisation donc, à éponger la merde du sol au plafond, Aubenas nous fait exister ses damnés camarades du balai brosse, acculturés, dépolitisés, tout à l’immédiate survie, dans la machine infernale statistique et truqueuse du pôle emploi, dans le mercenariat hideux du nettoyage par le vide, jusqu’à nous rendre visible enfin cette cohorte d’ombres truculentes pourtant, autrement plus talentueuse et instructive que quelque vulgaire TV réalité dont elle est (cette cohorte) paradoxalement grande consommatrice.

Six mois oui, à courber l’échine, la peur au ventre, dans la résignation et la soumission lambda face à l’esclavagisme moderne libre et non faussé.

Mieux qu’une étude sociale, plus évocateur qu’une thèse fouillée, le récit d’Aubenas drôle et acide, appréhende férocement et l’air de rien, la logique infâme d’un monde cupide et sans pitié. Et pour peu que comme moi, vous ayez vécu un peu à Caen, s’ajoute la connivence intime des lieux et des gens.

Admirable Florence, qui, cerise sur le gâteau, explose en vente et au passage, le Bernard Henri Levyde, tout à sa suffisance autocentrée.

Comme la revanche rassérénée, du savoir faire sur le faire savoir.

tgb

15:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

26/02/2010

De l'ouverture à la fermeture

002.jpeg

 

 

C’est donc toujours avec son courage légendaire, derrière ses 22 gardes du corps, sa claque de figurants œufs de l’ump et ses cordons de crs, qui lui permettent de sonder au mieux le cœur de la France réelle et de rester en phase avec la population (les vrais gens quoi) que notre immense président du comice agricole clôturera le salon de l’agriculture 2010.

Il aurait évidemment préféré venir pour l’ouverture qui est, je vous le rappelle, une spécialité sarkozienne, mais, pas de bol, il avait justement piscine ce jour là. Y’a des fois, c’est con mais on fait pas ce qu’on veut.

Pressentant le lancer d’œufs pourris avec atterrissage sur costume présidentiel, ce qui vaut quand même mieux à tout prendre, qu’un lancer de nain dans les poubelles de l’histoire, notre expert en France profonde de Neuilly se contentera donc de tâter du cul de vache en catimini (je rappelle que le catimini n’est pas un airbus de fonction mais bien le signe ostentatoire du pétochard craignant pour son image d’Aldo la classe)

001.jpg

 

Pour un type dont l’électorat semblait pourtant provenir des mugissantes campagnes qui ne mentent pas, venir faire les foins en loucedé à l’heure où l’on commence à rentrer les bêtes à l’étable n’est pas de meilleure augure.

Il eut pu certes déléguer la chose à madame Carla B. dinde royale piémontaise, nourrie paraît il à la fondue savoyarde, plat diététique s’il en est, qui eut pu nous en pousser une au beau milieu de la basse cour mais les éleveurs et autres producteurs de lait vendant déjà à perte et craignant pour la qualité de leur lait et la santé mentale de leurs troupeaux (élevés sur du Mozart en fond sonore dans les fermes modèles), les 3567 communicants de l’Elysée, après un brain storming rural, renoncèrent assez vite à cette idée bucolique.

C’est donc probablement Monsieur l’EX, le maître étalon Chirac et son jeune poulain Villepin, qui profiteront de l’opportunité médiatiquement vagale, pour se peloter de la croupe bovine en primeur et se bâfrer du fromage de tête arrosé à la Corona dans la cohue joyeuse de la foire au boudin.

Pas de « cass’toi pôv, con » rituel à prévoir cette année à la ferme des célébrités hélas et c’est bien dommage car ça reste tout de même et de loin, la meilleure réplique du meilleur sketch du meilleur comique quinquennal ( la preuve : on la ressortira encore avec une certaine allégresse en l’an 2012).

Venu à la fumée des cierges, faudra quand même pas que le camembert président un peu fait de l’identité nationale qui fouette du slibard s’étonne de ne pas trouver le buffet en grande forme.

Quand on passe de l’ouverture politicarde qui déchire Charasse, à la fermeture de la France à Pernaut, on peut y voir comme de la métaphore crépusculaire.


tgb

 

10:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

23/02/2010

Haleine Frêche

 

hsa001-nazir-ibn-hamid.jpg



Heureusement que, face à l’halalisation de la France, voyant surgir des mosquées de nos villages islamisés des hordes d’auvergnats en burqa, casquettes à l’envers, hamburgers Quick entre les dents, une organisation réduite à la clandestinité (le crif) lutte et résiste encore à l’envahisseur,  en convoquant tout ce que ce pays compte de ministres en smoking, afin de pourfendre le communautarisme et l’importation du conflit israélo-palestinien en notre territoire occupé.

Heureusement que, dans nos écoles à feu et à sang, d’héroïques enseignants osent encore l’apologie de la politique civilisatrice d‘Israël face à des élèves au bord de l’Intifada, revêtus de tee shirts prosélytes, d’une Palestine dévastant sauvagement une population pacifique israélienne  enfermée entre quatre murs.

securedownload-4.jpeg


Heureusement oui, que de courageux briseurs de tabous, tel le preux Zemmour, oeuvrent à la réhabilitation des races et dénoncent en s’exposant à la quasi-lapidation, dans des samizdats confidentiels (RTL, canal + France 2 le Figaro) une islamisation obscurantiste, accaparant les médias et forçant à la pensée unique.

Encore heureux, qu’au péril de leurs vies, de courageux enfants de la patrie, résistants de l’aube, se lèvent pour hurler sur les murs des mosquées pullulantes délicatement profanées, les cris taggés de leur sang national,  alors que le ministre de l’intérieur, laxiste  et capitulard, renonçant déjà à l’identité nationale, considère qu’un ça va alors qu’un est déjà de trop.

Heureusement oui qu’une poignée de patriotes, Val, Valls,  Rioufol…,  lutte contre cette vague fourbe et polygame, à la natalité animale, trustant les pouvoirs politiques, médiatiques, économiques, noyautant la police, l’armée et la haute administration, et faisant de notre beau pays de France, une obscure Musulmanie. Faudra t’il  instaurer un triste quota de blancs, relégués aujourd’hui aux tâches subalternes, dans nos grandes écoles, pour ne pas désespérer Neuilly ?

securedownload-8.jpeg


Heureusement encore, que de téméraires fonctionnaires au civisme irréprochable dont l’admirable Besson, résistant lui-même à la sournoise  conversion, nous débarrassent avec discernement de jeunes étrangères perverses, poussant le vice jusqu’à se faire violenter pour susciter compassion et indulgence et éviter la juste expulsion qu’elles méritent en se victimisant.

Et heureusement enfin que de téméraires iconoclastes sont là, honneur du journalisme, pour défendre contre la calomnie, notre immense philosophe, reporter, cinéaste, témoin vivant et visionnaire, commercial infatigable  de chez Vuiton ; un harcèlement pestilentiel digne de la nuit de cristal, prenant prétexte d’une étourderie littéraire pour mieux s’acharner, avec la lâche complicité de médias munichois à la censure systématique.(Car enfin si BHL avait réellement voulu citer un philosophe qui n’existe pas, il se serait cité lui-même. Si c’est pas une preuve ça ?)

Oui, encore heureux, que face au péril sarrasin, la France éternelle, enfante ses Charles Martel, sentinelles lucides et vigilantes, faisant de leurs corps défendant et de malheureux Karcher, un rempart sacrificiel contre la barbarie hégémonique islamofasciste, rouge verte et brune afin que l’haleine Frêche exhale à nouveau en notre belle patrie.

tgb

09:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

21/02/2010

Fins de mois difficiles ; merci Fevrier

zj.jpeg

L’autre matin, je vais retirer 20 euros à mon distributeur habituel.
Comme souvent un récépissé négligé dépasse de la fente du DAB.
Par curiosité un peu malsaine, je jette un œil sur le carré de papier.
La personne me précédant a retiré 10 euros.
Sur son compte reste 2,32 euros.
Nous sommes le 18 du mois.

Février,
Un bon mois pour les fins de mois difficiles.
Quoique, 2,32 pour survivre encore dix jours…

Tgb

S’il vous reste plus de 2,32 et sur les conseil d'agathe : aujourd’hui à Montreuil : les pieds dedans un spectacle autour de l’affaire de Tarnac.

09:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (24)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu