Avertir le modérateur

20/04/2010

Petit précis de négociation à l’usage des perdants perdants

skdn.jpeg

Donnant Donnant

- Aux chômeurs en fin de droits l’état versera 460€/mois. "En échange", ils "ne pourront refuser" un contrat aidé ou une formation rémunérée, proposés par Pôle Emploi.

Donnant Gagnant

- Les six plus grandes banques Françaises en banqueroute, ont reçues de l’état 40 milliards d’euros SANS contrepartie. 

Donnant Perdant


- Les consultations  des médecins passeront de 22 à 23 euros
- 150 médicaments seront « déremboursés » de 35% à 15% à leurs patients.

Gagnant Perdant


- La rémunération de Jean-François Cirelli, vice-président de GDF Suez est passé de 460.000 à 1.3 millions d’euros en 2008, soit une augmentation de 180%
- Le 1er avril, le prix du gaz a augmenté de 9% au détriment des usagers.

Gagnant Gagnant

- En 2006 Goldman Sachs vend des titres subprimes à ses clients
- En 2007 le marché s’effondre.
- En 2008 Goldman Sachs parie sur l’effondrement des titres de ses clients

- En 2002 Goldman Sachs maquille des prêts en transactions sur devises, afin qu’ils n’apparaissent pas au bilan de la Grèce désirant intégrer la zone Euro et l’aide à planquer sa dette durant six ans.
- EN 2009 Goldman Sachs vends les informations sur la dette grecque réelle et la stratégie pour en tirer parti, à d’autres clients spéculateurs et fait sombrer le marché obligataire Grec.

Quand il y a un gagnant gagnant c’est que forcément y’a un perdant perdant.
On est rarement deux à faire une bonne affaire.

Tgb



08:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

17/04/2010

Liste de commissions médiatiques

presse_ecrite_unes.jpg

Le président mal communicant, mal compétent et mal populaire, a fait, fort prévoyant, ses emplettes de médias pour dans deux ans.

Déjà que dans son garde manger, il a tout un stock de provisions acquises à prix coûtant directement chez les grossistes :  Arnaud Lagardère (Europe 1, Paris Match, JDD, Elle, Télé 7 jours, NMPP…) Bernard Arnault, (les Echos, Investir, Radio classique…) Martin Bouygues, (TF1, LCI, TPS…)  Serge Dassault, (Le Figaro, Valeurs  actuelles…) Albert Frère, (actionnaire de M6), Vincent Bolloré (Direct 8, Direct soir …), tous présents au Fouquet’s, qu’a t’il encore mis dans son caddy en prévision des frimas ?

Voici sa liste de commissions à l’hypermédia du coin :

Rayon télé

PPDA -  Laurence Ferrari - Harry Roselmak (présentateurs TF1)
Jean-Claude Dassier  - directeur de l’info TF1
Laurent Solly - ( direction générale TF1)
Gérard Leclerc – président Chaîne parlementaire
Christine Ockrent - Directrice générale  France Monde  (TV5 France 24 RFI)
Alexandre Bompard ??? - (président France télévision )
Stéphane Courbit Alain Minc ??? - Régie pub France Télévision -   

Rayon journaux


Nicolas Beytout - présidence de DI Group (les Echos, Investir…pôle médias de LVMH)
Claude Askolovitch – Rédacteur en chef du JDD
Alain Genestar – (Paris-Match)
Denis Olivennes - Directeur général délégué - Le Nouvel Observateur

Rayon radio

Jean Luc Hess - Président du groupe Radio France –
Philippe Val  - Directeur de France inter

Divers

Emmanuel Hoog - Président de l’agence AFP
Françoise Laborde - membre du CSA

Espérons donc, qu’avec toutes ses menues provisions de bouche, notre président mal communicant, mal compétent, mal populaire, pourra passer un hiver politique glacial relativement calfeutré, jusqu’au printemps renaissant de 2012 et ce, malgré la dictature blogueuse dont l’antisarkozisme  primaire n’a d’égal que sa pensée unique primitive.

tgb

12:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (27)

14/04/2010

Cul-ture du résultat

 

arton10379-0c74a.jpg



Dans un mail inspiré, adressé à ses directeurs de vente, Rémi Karcher, le bien nommé directeur des bureaux de poste de Paris-Sud, demande à se « focaliser lundi en quinze sur « l’extermination » des vendeurs à 0… » appelant littéralement à la « chasse ouverte ».

Ainsi va, de la culture du résultat en ce monde capitaliste fraîchement moralisé.

Où l’on constate donc, que le management par le stress et la terreur à coup de rouleau compresseur, n’est pas l’apanage d’Orange, alias France Télécom, mais est largement répandu dans les grandes entreprises, tout à leur lutte acharnée au nom de la compétitivité et de la rentabilité du dividende à 2 chiffres, pour mieux broyer les hommes. 

Car faisons simple, broyer les hommes était bien le projet avéré d’une entreprise visant dans une démarche radicalement rationnelle et statistique, à se débarrasser de 22 000 employés entre juin 2005 et décembre 2008, protégés par leur statut de fonctionnaire, en les poussant à la démission. Le suicide n’étant qu’un avatar spectaculaire du plan NexT, validant par l’extrême, sa redoutable efficacité.

Que le mot « extermination » sorte alors sous les doigts visqueux d’un petit kapo du productivisme, les yeux d’abruti formaté bloqués sur son tableau de bord économiquement fascisant (avec primes), n’a plus rien d’étonnant. Nous sommes bien, ici, aujourd’hui dans la logique  déshumanisée d’un camp de travail, concentré sur sa culture du résultat rationalisé.

arton10379-0c74a.jpg



Culture du résultat mon cul ! tandis que les marronniers du printemps de surgir à la une de tous vos journaux sans lectorat mais avec subventions : classement des meilleurs lycées, hit parade des meilleurs hôpitaux, top 50 des meilleurs films façon Denisot : X millions d’entrées X millions de Dollars =  à voir absolument.

Culture du résultat mon cul ! incarnée outrageusement aujourd’hui par le dictateur financier FITCH. Cette agence privée au quasi monopole (1 concurrent) dont la pertinence économique reste à démontrer, elle qui hier encore accordait, par incompétence ou connivence, une note « AA » à des centaines de banques aujourd’hui en faillite et qui autorise par sa notation à dépecer la Grèce, bientôt le Portugal, et pourquoi pas la France.

En quoi la petite boutique de Marc Ladret de Lacharrière, conseillé par Alain Minc, toujours dans les bons coups, aurait-elle la légitimité d’imposer du « crédit révolving » à des états millénaires qui, par nature et contrairement à elle, ne feront jamais faillites ? Au nom de quoi et de qui, autorise t’on un cabinet d’experts comptables omnipotent à faciliter la spéculation d’un marché financier dont le moins que l’on puisse dire n’a pas donné que des satisfactions. Au nom de quelle fumisterie idéologique justifie t’on que « ceux qui produisent tout n’aient rien et ceux qui ne produisent rien aient tout »1

Et si l’on décrétait enfin que l’agence machin dans son droit de vie et de mort sur les politiques économiques et sociales des états et jouissant d’un extravagant pouvoir nous "fitchait" la paix. Et si les peuples enfin réveillés, envoyait tous les Alain Minc calamiteux, dont les résultats mériteraient largement un ZZZ-, se faire noter ailleurs. Par les Grecs par exemple.

arton10379-0c74a.jpg



Culture du résultat mon cul ! Cela fait 20 ans qu’en tant que formateur, je suis confronté aux évaluations de fin de stage. Evaluations vitales pour ma survie, puisqu’elles sont les critères subjectifs de mon travail. 20 ans que j’en constate les effets pervers. 20 ans que j’induis mes interventions en fonction de mes notations au détriment de ma pédagogie. 20 ans que, plutôt que d'enseigner je joue de la séduction et m’efforce de plaire. 20 ans que j’évite de trop déranger en « informant les gens de ce qu’ils ont envie de savoir, plutôt que de ce qu’ils ont réellement à savoir »2

La culture du résultat au nom de je ne sais quelle validation du travail quantifié est une véritable escroquerie.

Il est temps "d’exterminer" les experts comptables.

Plus de cul, moins de ture, on verra bien le résultat.

tgb

1 Karl Kraus
2 Alexandre Jacob

14:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (26)

12/04/2010

Docteur Amerikenstein

frankenstein-monster-replica-2.jpg



L’Amérikeinstein à toujours eût un goût prononcé pour l’élaboration en éprouvette dans quelque obscure officine, de monstres façonnés à son image et programmés à sa botte. Poussés tels des pions sur l’échiquier mondial, ces marionnettes made in US, parées de toutes les vertus morales, célébrées en exemple politique par le tam tam de la conformation média, surgissent à la tête de nations sous tutelles en supplétifs zélés de la maison mère. Du moins jusqu’à ce que ces joyeux larbins, par nature ambitieux, finissent par avoir d’étranges velléités d’indépendance et d’émancipation mégalo-nationaliste.

Ils deviennent alors subitement monstrueux et du jour au lendemain, d’odieux criminels de guerre dans le concert d’indignation humanitaro-kouchnérienne des brocanteurs de l’opinion publique qui, la veille pourtant, avant qu’on appuie sur le bouton, la fermaient encore fort consciencieusement. 

Ces pantins instrumentalisés,  arrivés souvent dans les soutes des bombardiers pacificateurs  à coups de bombes au phosphore et à qui l’ont fait une aimable courte échelle, n’ont alors plus rien à négocier que la longueur de la laisse et le diamètre du collier. Avec diamants tant qu’à faire.

A ce jeu du « je me sers de toi tant que tu me sers moi » on ne sait plus très bien qui se sert de qui et à quel moment exactement l’androïde échappe à l’emprise de son maître. Ce que l’on sait en tout cas, c’est que créateur et créature sont indissociablement liés, comme la chose de Frankenstein reste liée à son auteur Mary Shelley.

Chose qu’on utilise tant qu’elle se révèle malléable et qu’on jette après usage, si l’on peut encore la neutraliser.

Quelques exemples de créatures célèbres du docteur Amerikenstein devenues « out of control »

Certaines purent se révéler relativement coriaces  :  

Noriega Manuel : Caudillo  folklo et sanguinaire du Panama, dégagé par Bush père (ex patron de CIA) découvrant un matin en se levant que « face d’ananas » appointé depuis 20 ans par la CIA était une immonde ordure dictatoriale liée au trafic de drogue. Il fut chassé du pouvoir (2000 à 5000 morts) au nom de vagues principes démocratiques. L’idée saugrenue chez le général Tapioca de nationaliser le canal de Panama ne serait que pure coïncidence.

 

avant

noriega-2-77f7a.jpg

Après

Manuel_Noriega_mug_shot.jpg



Hussein Saddam
: Type épatant et serviable toujours prêt à aller guerroyer contre l’ Iran avec la bénédiction du Grand Satan pas trop regardant sur la qualité des armes sales généreusement fournies avant que d’être pendu haut et court pour incompatibilité d’humeur et utilisation d’armes sales. Un peu ballot quand même.

Avant Iraq,_Saddam_Hussein_(222).jpg après

saddam_hussein_execution_photo_video.JPG

 

Laden Ben : Milliardaire de bonne famille nombreuse et Saoudienne, antisoviétique primaire et fort disponible  pour bouter le Russe hors d’ Afghanistan avant que de se retourner contre la maison mère et ses tours jumelles par excès d’ingratitude et overdose d’empire. Porté disparu depuis 2001. Quelques messages sonores sporadiques et douteux sans images, nous laissent dubitatifs quant à sa capacité à être toujours photogénique.

avantBin_Laden_Poster2.jpg

apres

6B84711824BBC9C7CC9146F944717A.jpg

 

 

 

Tout ça pour dire que le prochain sur la liste, des chouchous ricains en voie de « tricardisation », pourrait bien être Hamid Karzaï et son célèbre « pakol » sur la tête, si tendance dans les rues de New York, il n’y a pas si longtemps.

hamid-karzai.jpg



"Démocrate exemplaire" et bon laquais servile jusque-là, ses envies autonomes de pactiser avec les Talibans pourraient bien le faire changer rapidement de statut.

0704-Afghanistan-A.jpg


Promu depuis peu au rang de corrompu, bourreur d’urnes, trafiquant et opiomane à ses heures (et si ce n’est lui c’est donc son frère) ce qu’il n’était évidemment pas la veille au soir, on pourrait bien y voir les signes d’une prochaine disgrâce scandalisée.

Opiomane en Afghanistan ? à peu prés aussi incongru qu’un buveur de vin en Bourgogne ; tous les journalistes intègres de tous les médias indépendants vous jurant noir sur blanc qu’hier encore pourtant il tournait au Chupa chups allégé.

Son remplaçant idéalement formaté dans les tuyaux se nommant Abdullah Abdullah, toutes les Arlette Pernault de la bonne infococo se réjouissent d’ avance du côté mnémotechnique de l’affaire. Quand même infiniment plus pratique à mémoriser qu’un ignoble "Ahmadinejad", ni simple à imprimer ni facile à prononcer.

Pour conclure, le petit jeu qui pourrait égayer ce lundi maussade consisterait à repérer notre « Boris Karloff » à nous. La chose encore en couveuse dans quelque incubateur ricain prête à se dévouer au cas où... pour la grandeur de la France....

Autant vous dire, que j’ai mon idée sur la question…

tgb

17:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu