Avertir le modérateur

25/05/2016

Etat de siège !

CaryHYgWcAEUxtH.jpg

En ces heures gibouleuses de chasse au strapontin ministériel où d’obscurs résidus écologistes à l’opportunisme laborieux rêvent de poser séance tenante leur séant ; en ces temps foireux de fine stratégie hollandaise - je pose ma triangulation au carré, divisée par mon cercle vicieux multiplié par mon effet pervers – où Normal 1er en conscience et dans un intérêt général singulier envisage de foutre le feu au pays pour mieux être réélu dans un fauteuil club, nos faucheurs de chaises bancaires à l’esprit taquin nous font comme une bouffée d’air sympatoche.

CZ5NsT8WIAEwy1N.jpg

En ces temps de chaises à porteurs pour les uns et de sièges éjectables pour les autres et à l’heure où les larbins des oligarques sur leur chaise percée font sous eux, tout en serrant très fort leur fromage, ces militants potaches, chapardeurs volontaires de sièges de bureau assez disparates, ont l’emprunt bon enfant, l’esprit facétieux et tout mon soutien.

CaWZcDeWEAAykWm.jpg

Nulle demande de rançon non non, pas plus de prise d’otage de chaises à la sauce Pujadas 20 heures, mais le rappel farceur qu’au-delà du procès du chasseur fraudeur Cahuzac, il ne s’agit pas seulement de juger un homme, mais bien le système de l’évasion et de l’évitement fiscal mis en place par les banksters eux-mêmes. Soit 1 000 milliards d’euros par an au niveau de l’UE escamotés aux budgets publics, tandis que 20 000 milliards de dollars s’abriteraient peinard dans les paradis fiscaux avec la complicité des banques.

f7f986667c390810b7dab28af7ca4231.jpg

Nonobstant, en ces temps terroristes et d’état d’urgence, 196 chaises réquisitionnées au cours d’actions de désobéissance civile dans 39 agences bancaires impliquées, recherchées âprement par toutes les polices de France, ne lésinant ni sur les perquisitions, ni sur les gardes à vue et pourquoi pas les assignations à résidence et la chaise électrique, et qui n’ont évidemment rien de plus urgent à faire, ont été remises ce lundi 8 février à 10 heures trente à la justice, dans un alignement impeccable sur les quais de Paris à proximité du tribunal.

Les chaises vont bien et les culs appelés à s’asseoir dessus, soulagés.

CZWbT14WIAA0NLZ.jpg

Face aux grèves essoufflées, aux mouvements sociaux poussifs et aux manifs galvaudées, ce harcèlement plaisantin, pourrait être une des nouvelles formes de la résistance potache et de l’insurrection espiègle.

Le jeu de la chaise musicale déconnante pourrait bien faire que ceux qui, calés dans leur rocking chair s’en balancent, restent debout. Et c‘est autrement plus pratique pour leur botter le train.

tgb

un clin d'oeil à Noël !

 

20:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Les loups et l' abattoir

CVjplGwWsAIaMYg.jpg

Aux urnes les moutons en troupeau bien serrés

Les dimanches allaient, passant par l’isoloir.

Bulletin noir bulletin blanc c’était organisé

Pour que civiquement, ils votent pour l’abattoir

 

Vous paissez largement au dessus d’vos moyens

Il nous faut donc vous tondre la laine sur le dos

Expliquaient les bergers du front républicain

Tout en suivant d’un œil le cours du gigot

 

Et que les moins grégaires alors sortent du rang

Ils se faisaient bouffer hélas par mégarde

Par les grosses louves blondes au sourire séduisant

C’était économique plus besoin de chiens d’garde

 

La terreur au service du grand loup capital

Peste brune, kamikazes et autres djihadistes

Les vigiles de l’hyper center commercial

Où n’ont jamais le choix les tristes panurgistes

CS6TlU-WcAArU1A.jpg

Aucune échappatoire négocions un sursis

Bêlait couardement, l’ensemble du troupeau

Ils sont au moins trois nous ne sommes que cent six

Et nous avons encore notre peau sur les os

 

Et que moi je vote pas un flingue sur la tempe

Les loups ou l’abattoir où est l’alternative ?

Je veux mourir debout tandis que toi tu rampes

Dit une brebis soudain pas bien compétitive

 

Dans les yeux je regarde cette salope de Tina

Vas y tire ma belle, après tout qu’est ce qu’on risque

Et le rapport de force de s’inverser….. ou pas

Dit encore la brebis qui s’rebiffe et se bisque

 

Il ne peut y avoir de choix démocratique

Contre les gros traités méga européens

C’est l’heure et c’est l’endroit de sortir la trique

Pour foutre sur la gueule de Juncker poids moyen

CS6TlU-WcAArU1A.jpg

 

Et le troupeau tremblant devant le prédateur

De traiter la brebis de sale abstentionniste

Et de rapp’ler Tsipras pour incarner la peur

Et de lui reprocher de pas être hollandiste

 

Quitte à n’avoir le choix de mourir ou mourir

Fixons la date et l’heure mon frère de courage

De nos craintes ou des leurs, de pleurer ou de rire

Va savoir ma sœur, la peur est si volage…

 

tgb

 

bonnes fêtes !

 

20:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

La tête au plancher

CcDM32EWEAAJj2A.jpg

Donc pour le très inspiré Jean-Jacques Urvoas, ministre de quelque chose mais je ne sais pas de quoi, peut-être du poirier, le plafonnement est un plancher. (rapport au code du travail).

A ce niveau de déliquescence sémantique on a bien compris que notre petit personnel politique marchait définitivement sur la tête d’Orwell et qu’il n ‘y avait même plus lieu de s’offusquer quand le dernier carré de larbins venait nous assener à longueur de stimulis merdiatiques que licencier c’est embaucher et que pour mieux gagner sa vie suffisait d’être moins payé.

On sent bien la putréfaction verbale de ceux qui disent de la merde.

Certes dans mon empilement urbain, mon plafond se trouve effectivement être le plancher de mon voisin du dessus comme mon plancher est le plafond de celui du dessous. Mais ce qui ne fait pas exactement que mon plafond est mon plancher ou vice-versa.

A ce stade de portnawak avancé ou de délire communicationnel pathologique, le pompeux verbeux cornichon devrait être immédiatement sanctionné d’une légion d’honneur puisqu’il s’avère que la breloque est dorénavant la distinction suprême de la déchéance morale et de l’infamie.

CXohHtKWsAAXulZ.jpg

Déjà que ce pauvre Jean-Jacques à de forts mauvaises fréquentations. Non seulement il est le pote de Valls en pleine décomposition narcissique et sondagière - savez celui qui convoque dix ministres pour dire que retenez moi où je démissionne tout en déclarant qu’il ne démissionnera pas – des bruits de chiottes tout ça…et qui amalgame joyeusement au diner communautariste du crif antisionisme et antisémitisme - voilà qu’il aggrave sérieusement son cas.

Je ne sais si son araignée se loge précisément dans son plafond ou sur son plancher mais franchement à ce degré de confusion mentale, d’éléments de langage disloqué, dans ce monde réellement renversé où le vrai est un moment du faux, je n’ai pas envie de le comprendre, ce serait l’excuser.

Et d’ailleurs, moi aussi je sais faire dans la novlangue, et si demain 9 mars, je te balance un pavé dans ta gueule mon Jean-Jacques, c’est que je t’aime très fort.

tgb

 

20:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Merci François

 

CcXbvovW8AAT7uM.jpg

Pour être original, je vais faire comme tout le monde et m’enthousiasmer pour le petit bijou, filou et poilant de François Ruffin : Merci Patron. Pas vous redire ce que d’autres ont déjà dit brillamment, mais insister sur le fait que contrairement aux comédies industrielles des professionnels à gags, c’est le film le plus fendard que j’ai vu depuis longtemps.

Et ce plaisir de se marrer avec une salle tout en vagues gondolantes. Rire ensemble.

Décidément, il n’est rien de mieux, face aux thèses laborieusement démonstratives et autres prises de tête militantes, que la légèreté pour attaquer les sujets graves.

Sachant que le ridicule ne tue plus, sinon il y aurait des monceaux de cadavres de cuistres à tous les étages, il y a bien peu de chances que cette charge impertinente, cette pochade dévastatrice nuise considérablement à la 13eme fortune mondiale et en finisse avec l’oligarchie triomphante. Mais au moins ce film nous venge-t-il et nous soulage des puissants. Le genre chamboule tout, pan dans ta gueule. Et c’est déjà beaucoup.

Surtout voir combien ces maîtres du monde sont entourés d’amateurs approximatifs, de baltringues bonhommes, de bavards suffisants, terrorisés par « les minorités à peine agissantes ». Et ce film de nous rappeler qu’il n‘est pas de grand homme pour son valet de chambre. Qu’on a bien tort de les craindre.

Cb4ls9SWEAAF4C1.jpg

Un exemple de maïeutique réjouissante et O combien pédagogue. La démonstration que le petit qui peut peu, peut faire trembler le grand qui veut tout. Voir le renard se jouer des loups, avec un peu de bol et le sens du traquenard, les voir s’emberlificoter tout seuls est un plaisir de fin voyeur.

Surtout dire mon admiration pour Ruffin, qui tout seul ou presque a réussi à monter le fanzine Fakir, à le maintenir à flot, le propager et à produire ce film avec les moyens du bord. Quel foutu agitateur ! Et de repenser à Cavanna qui disait de Choron. - Ce type, s’il n’avait pas fait dans le canard anar serait devenu milliardaire…- C’est bien tout le paradoxe de l’entrepreneur mettant ses talents au service des autres et s’attaquant au faiseur d’empire tout pour ma gueule.

logo.png

Merci Patron tombe à pile. Dans cette effervescence qui pétitionne à bientôt 1 million, qui #VautMieuxQueCa, qui chahute agricole, qui s’exaspère, à Notre-Dame-des-Landes ici , contre le gaz de schiste là, qui colère sourde et déborde les syndicats et s’enrage des partis… Ce film cristallise cette ébullition pré-printanière et cartonne au box-office. Pas de hasard.

Parce qu’à la fin, c’est nous qu’on va gagner

Va savoir…

tgb

 

20:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu