Avertir le modérateur

02/08/2009

Bronzer sur un volcan

 

IMG_0154.JPG

On décroche des évènements scabreux du monde tel qu’il va. On met sa santé mentale à l’ombre d’un parasol sicilien, à surveiller l’Etna du coin d’un œil flemmard ; des fois qu’Empedocle viendrait récupérer ses sandales, abandonnées juste au bord du cratère…

On traîne en plein pisolino (sieste) à l’heure des chiens et des français dans la fournaise du théâtre grec de Taormina à relire Euripide.

On sirote une granita lemone dans la torpeur tranquille de Syracuse, en attendant la passeggiata. Ce moment rituel où la société sicilienne parade, aimant à voir et à être vue.

On slalome comme on peut dans un essaim excité de scooters et de scippatori (voleurs à l’arraché) entre palais baroques palermitains soit restaurés soit en ruine soit les deux.

On savoure la gentillesse sicilienne, tout en s’envoyant un plat de spaghetti al vongole, arrosé de bière Moretti et d’hospitalité.

Prego
.

On cossarde dans des hôtels quasi vides, devant les TV achat Berlusconiennes consacrées entièrement à la vente de masseurs vibrants censés faire fondre la cellulite sans efforts.

On a bien une pensée émue sur l’autostrade, quand on passe devant le monument dédié au Juge Falcone explosé là avec toute son escorte dans sa voiture blindée par les gens de Corleone, épaulés par quelques nervis des services secrets d’une Italie schizophrène.

Mais on en reste à la surface des choses et à l’indolence toute méditerranéenne. A la quiétude estivale, les tongs bercées par les vagues.

Jusqu’au jour du départ. Aéroport de Catane.
Jusqu’à ce que l’actualité tenace nous rattrape.
Jusqu’à l’étrange ballet de quatre hommes aux aguets épousant de leurs corps les déplacements d’un cinquième.

IMG_0160.JPG



On regarde l’homme assis, à deux mètres, fumant cigarette, sur cigarette, perdu dans ses pensées, jonglant avec ses téléphones, plaisantant avec ses gardes du corps, jeunes, aussi désinvoltes que vigilants, un flingue glissé dans la ceinture.

On pense à Pasolini. On ne sait pas trop pourquoi. A l’élégance raffinée.

Et l’on sent bien qu’on est au cœur du sujet. De l’héroïsme ordinaire d’un homme qui se lève le matin en ignorant s’il sera vivant le soir.

Et l’on se met à regarder alentour avec l’œil inquiet du flic qui finit par trouver que tout est suspect. Le chauffeur de taxi, comme la valise sur le chariot.

On suppose que l’homme assis est un juge. On se rencarde. C’est un homme politique. Il s’appelle Rosario Crocetta. Il est maire de Gela, député européen depuis juin dernier, communiste, homosexuel déclaré et en lutte ouverte contre la mafia.

Rien que ça.

IMG_0162.JPG



Dans l’Italie pourrie et populiste de Berlusconi oui, il y a encore des citoyens pour élire (largement) des types aussi atypiques, libres pédés intègres ( et chretien en plus) que Rosario Crocetta qui nous réconcilie avec la politique.


et l'italie


Rosario Crocetta essaie de nettoyer Gela, une des villes de Sicile les plus infiltrée par la pieuvre. Il se bat contre le pezzo, l’impôt mafieux qui ruine les commerçants. Il se bat contre l’anarchie immobilière et l’empire financier si indissociablement lié à l’empire tout court si lié à la crise.


Il se bat pour l'état de droit.


Et je crains qu’un jour, comme pour Falcone, Borselino et les autres héros ordinaires, je lise dans un canard, en entrefilet, que le maire de Gela vient d’être victime avec toute son escorte, quatre jeunes mecs , fonctionnaires, aussi désinvoltes que vigilants, courageux, d’un enieme attentat...

autant pas...

Voilà, j’aurai eu l’honneur de passer quelques instants aux côtés de Rosario Crocetta, héros admirable, citoyen libre, atypique et intègre d’une Sicile volcanique aussi douce que cruelle.


tgb

photos d.a

20:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

23/07/2009

Information éditeur

Affr’euses, Affr’eux, accroses, accros…

Ma tendinite du bras droit, ainsi que mon hygiène mentale ont le plaisir de vous faire part de mon abstinence blogueuse et estivale pour quelques jours.

En attendant et pour pallier, au manque TéGéBesque évident, une nouvelle :

parapente.jpg
image007.gif

 

 

 

 

VOL 093

écrite par un certain tgb (comme quoi y’a des coïncidences dans la vie…)

En attendant, et pendant que le monde continue à tourner à sa perte, la rue Affre décline toute responsabilité en cas de saloperies gouvernementales (probables) de ré-effondrement bancaire (prévisible) ou d’apocalypse nucléaire (potentielle).

 

tgb

11:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

21/07/2009

Sale putsch

 

tegucigalpa-honduras-armee-putsch.jpg



Si, comme seul combat, en ces temps de contre révolution néo-conservatrice, de paupérisation et de désespérance, mme Ségolène et son Royal cheese de chez photo maton, n’a que la condamnation d’Orelsan et sa bluette adolescente en dépit amoureux versus 2009 à se mettre sous la langue, autant alors, qu’elle la fourre sept fois dans la gamelle de son néo chéri et qu’elle la ferme.

 

segogu8.jpg

Parce que si chanter « sale pute » sur scène est juste grossier, exhiber son bikini sur paris match est carrément vulgaire.

Faut dire, qu’au concours de la vacuité obscène, de l’inanité scabreuse et de la mesure de quequette molasso-démocrate et socio-rencentrée, le PS est assez balèze.

Tant d’énergie à s’auto détruire, d’inventivité à se dissoudre, de logomachie à se parodier, tant de compétitions ‘d’égo’ morts nés, aussi enflés que creux pousserait presque à l’admiration.

Si ce n’était le peuple qui en faisait les frais ;

Et tandis que les quadras mal recadrés, petits coqs déplumés à la crête libéralement gominée tentent le grand paon et entrent dans la posture rebelle par la porte de derrière du financial Times, les quinquas mal requinqués, emplissent de leur vide sidéral ces médias de juillet qui en raffole tant.

Je ne parle même pas de ces philo-boursicoteurs, à la spéculation méta financière qui cogito ergo sum en leur limousine.

b261a442-73cf-11de-b262-d83329ccac2c.jpg



Une main sur le buzzer du télé crochet de Pue-la- vase-les flots, une autre plongée dans les petits fours Elyséens, qu’ils adhèrent enfin à la Garden Party et qu’ils nous lâchent la gauche.

Car ce qu’on voudrait entendre de la bouche d’un opposant non castré non ménopausé, on s’en fout, on n’est pas sexiste, c’est surtout la condamnation, par exemple de ce « sale putsch » au Honduras, où d’éviter pour le moins d’élire un plombier polonais à la présidence du parlement Européen se vantant sur CV d’avoir pour trophées, 22 fermetures de mines au dessus de sa cheminée.

Parce que pendant que l’oligarchie banquière se shoote une dernière fois aux bonus toxiques, avec cette frénésie symptomatique de l’addict qui pressent l’overdose, les tueurs d’utopie et autres fossoyeurs d’alternatives, infoutus d’oser un autre monde, d’inventer une autre vie, feraient bien de s’inscrire dare-dare au groupe thérapeutique des politiques anonymes afin de décrocher enfin.

Quant à moi, à cette « sale pute » bien inoffensive, quasi fleur bleue, je préfère de loin cette version anti « sale putsch » à jamais indémodable.

tgb

14:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

19/07/2009

Si, les terroristes d’hier sont les héros d’aujourd’hui, peut-on conclure que les terroristes d’aujourd’hui…

 

13883_mandelasmall.jpg




A l’heure new-yorkaise où Mme Bruni, épidermiquement de gauche, de cette gauche raffinée de chez OMC, FMI et Bilderberg réunis, qui fait honneur à un PS rayonnant comme jamais, et annulairement de droite, épouse consentante d’un néo-conservateur français assez connu, minaudait sa bluette louangeuse aux oreilles de l’immense Mandela, réfugié en duplex, fort opportunément, à 12821 kms de là, je m’en voudrais de ne pas lui rappeler pour info, qu’il y a un an à peine, Mr Georges Bush, fort admiré par son mélomane de mari, signait tout juste une loi, en vue de retirer le même Mandela de la liste noire américaine des terroristes.

Je subodore assez ce que pouvait penser du grand Nelson, il y a 20 ans, le visionnaire Mr Bruni et ses amis atlantistes, mais n’épiloguons pas.

Ainsi donc, il apparaît que si le terroriste d’hier (un an encore) est le héros d’aujourd’hui, il y a bien des chances que le terroriste d’aujourd’hui devienne le héros de demain. Ce qui permettra à notre première dame gloussante d’en pousser encore une devant son connaisseur de mari, fan avéré de Barbelivien, Montagné et Sardou, que du lourd promis à une brillante postérité.

Pour deviner qui, des terroristes désignés aujourd’hui par le jury officiel de la Star Ac atlantiste, deviendra demain le Héros sanctifié, mort ou vieux de préférence, enclin à faire tourner la machine à laver les biffetons, la méthode est assez simple :

Il suffit de prendre le contre-pied de ce qu’ergotent Béchamel, Glucksmann et autre constant cocu fourvoyé de l’histoire pour ne pas se planter.

1242689-1620466.jpg



Ainsi donc spéculons.

Je ne sais si, (et je m’en fous) mme Bruni, miaulera toujours de l’onctueuse mièvrerie dans 20 ans, mais il se pourrait bien qu’elle sévisse alors à l’Arafat Day, (à titre posthume cette fois çi), à susurrer admirativement un « quelqu’un m’a dit que Yasser était vachement sympa et Barghouti assez joli mais c’était pas Nicolas ».

02.jpg



Et précisément, au moment où le « Libération de Joffrin-Mouchard » relayant avec une alerte complaisance, l’offensive de déstabilisation en Amérique centrale, se demande en caractères gras si le président de l’Equateur, Rafael Corréa, n'aurait pas été élu avec l'argent forcément sale des Farc sanguinaires (il est conseillé journalistiquement parlant de rajouter sanguinaires au mot Farc), info tombé d’une vidéo opportuniste, elle même tombée d’un camion providentiel, au moins il (le libération de Joffrin/Mouchard) ne se demande pas si dans les 250 000 cadavres, tableau de chasse assez conséquent des para militaires colombiens, copains comme cochons des Uribe Brothers, il n’y aurait pas un terroriste d’hier appelé à être canonisé demain.

Ce qui n’est pas très élégant, reconnaissons le, pour aider à l’hommage futur de notre Guitar Héro Carlita, qui déjà prit la Madonna Betancourt, pour la Guevara locale.

1226489088.jpg


Je ne vous parle même pas de ces activistes "douteux" du Honduras, résistants dans l’indifférence internationale au Golpe de Estado, si confortablement réglementaire pour nos médias, sachant toujours trier avec un rare discernement les bons morts Iraniens ou Tibétains qui les arrangent tant des mauvais morts indiens qui les dérangent pas. Chanter Pinochet bien vivant avant que de célébrer Allende bien mort n’a toujours eu que des avantages.

470326304.jpg



Mettre au pouvoir nos ordures collabos permet de maintenir sous tutelle nos colonies, statufier les terroristes d’hier en héros inoffensifs d’aujourd’hui, permet d’en faire d’excellents produits de consommation.

Une chanson par exemple…

tgb

21:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu