Avertir le modérateur

24/04/2009

Mr PROPRE ET LES CRADOS

mr-propre.gif

Le monde capitaliste doit, on ne sait pas bien à qui mais c’est comme ça, 4000 milliards de dollars.

Où trouver 4000 milliards de dollars,

qui eurent pu, il va de soi, éradiquer la faim dans le monde, le sida, la misère, sauver la planète, éduquer tous les enfants du globe et autres fadaises de ce genre… ???

Dans ta poche ducon.

Non pas que tu aies dans ta poche, pov’ blaireau privilégié, rmiste fainéant et chômeur profiteur, un porte-monnaie avec la somme exacte dedans, (vu ta tronche) mais disons qu’en taxant chaque cul terreux de ton genre (et du mien) ça devrait pouvoir faire le compte.

Mesdames messieurs, chers cons de contribuables, heureux possesseurs de livret A, vous devez 4000 milliards et vous vous dépatouillez comme vous voulez mais va falloir casquer fissa recta.

Et comment donc que vous devez subitement une somme pareille, qu’au-delà habituellement de 400 euros vous avez déjà du mal avec les zéros ?

Non ce n’est pas à cause d’un méchant crédit revolving que vous auriez contracté sans le savoir en achetant en trois fois, crédit gratos soi disant, un aspirateur de chez Darty gendre.

Non plus que vous auriez, pour épater votre dame, concocté un week-end de folie à Dubaï avec le jet, la limousine et toute la panoplie Rolex qui va avec.

Même pas que vous auriez mélangé vos pinceaux entre vieux francs d’avant et euros d’aujourd’hui pour le chèque à gaz de France qui baisse ses tarifs en avril mais qui augmente concommitement le prix de l’abonnement.               

Que nenni, ces 4000 milliards, ce n’est pas vous qui les avez Flambés, mais c’est bien vous qui allez les raquer.

Ça s’appelle : moralisation du capitalisme.

Un nouveau concept. Cherchez pas.
mr-propre.gif


Je vous explique en langage imagé.

C’est l’histoire d’un type, un premier de la classe, appelons le Mr Propre (sur lui ) qui exerce le charmant métier de Génie-de-la-finance, qui habite (à vos frais) une immense villa de disons 8000 mètres carrés baptisée d’un clinquant « Natixis », villa attenante à la maison mère un peu ringarde nommée « Caisse d’épargne », et qui, avec sa tornade blanche super mondialisée, bousille au kärcher, l’ensemble du sol au plafond, sagouine, dévaste et dégueulasse tellement, qu’on peut même plus s’y voir dedans.

Ce monsieur Propre, expert de la finance au ST Marc ménage, ravage tout, en expliquant aux proprios que ce sont des has been qui n’entravent rien au monde moderne du nettoyage immobilier libéral, et qui, un peu embêté sur la fin, le nez dans les gravats, appelle au secours son papa, qu’il méprise pourtant intellectuellement parlant.

Pas trop rancunier quand même, et pour le remercier, son papa qu’a un petit faible pour le rejeton, appelons-le Mr Etat, s’empresse, pour lui remonter le moral, de lui rendre sa caution, ça s’appelle chez ces gens-là, un bonus, lui refile en attendant un job de haut fonctionnaire pour pantoufler tranquille, le temps qu’on règle les menus broutilles et dégâts du jeune prodige.

Ensuite, Mr Etat, vient te chercher toi, disons Mr Crado, qui exerce le charmant métier de torche cul chez Continental, que papa n’aime pas particulièrement mais qu’il est bien content de trouver en t’expliquant que, ensemble vous allez faire du bon boulot :

Toi le boulot et lui le bon.

Il t’envoie une paire de flics te réquisitionner dans ton deux pièces cuisine, pour te faire refaire tous les travaux, les fondations, les peintures, la plomberie, nettoyer les chiottes, récurer la baignoire, ranger tout le bordel du fiston préféré puis et ça-doit-être-logique-discute-pas-tu-peux pas-comprendre, te refile la facture à la fin.

Enfin, quand tu as bien tout cliné, du sol au plafond, Mr Etat, dans toute son autorité paternelle là, t’enjoins illico de rendre les clefs bien poliment à Mr Propre (sur lui) pour que dans une modeste bicoque de 16 000 carrées, appelée en attendant mieux, Caisse d’Epargne-Banque Populaire, il puisse à nouveau laisser libre cours à ses exorbitantes et fantasques conneries, à savoir, pisser dans les lavabos, déféquer dans les placards et gerber tout son caviar Taittinger dans le jacuzzi.

Tout en t’expliquant scientifiquement, théories économiques à l’appui, que c’est pour ton bien.
mr-propre.gif

Bref, dans un monde normal, on enverrait Mr Propre (sur lui) aux galères ou, par pur clémence, dans une mine de sel du côté de la Sibérie, mais là non. On lui offre une plus grande maison.

Ça s’appelle chez ces gens-là : culture du résultat.

Autre nouveau concept – cherchez toujours pas -

Donc en résumé tu dois 4000 milliards, tu paies, tu t excuses et t‘évites de casser la vaisselle dans un mouvement d’humeur absolument inacceptable, parce qu’en démocratie occidentale, morale et civilisée, versus BHL, on ne supporte pas la violence.

Enfin particulièrement, la tienne.
sarko_monsieur_propre.jpg


Donc tu ramasses ta serpillière, ta spontex double face et ton canard WC, tu rappliques vite fait sans oublier ton chéquier, et si t’es sage, tu pourras regarder dimanche Cadet Rousselle-Drucker à la télé et ses trois villas.

tgb

16:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (19)

22/04/2009

"Débandaisons" pénales (et autres débandades)

 

securedownload-1.jpeg

L’exécutif, qu’a du mou dans le manche, six cerveaux et l’éjaculation précoce, tout à sa rééducation du périnée en vue d’élections matinales prochaines, nous ressort le vieux gag qui cartonna si fort dans les années 2000 :

l’insécurité. (rires enregistrés)

Le gag du chien méchant un rien éculé ayant fait un peu flop, le gag de la bande à Velpeau (rires enregistrés) piqué sans doute au désopilant Arthur (gagman officiel) nous est offert sur un plateau à Nice sans Brice (Hortefeux) mais avec Estrosi (Christian) et son casque de moto qu’il est prié d’ôter dans les manifs de vieux en salade (niçoise)

(rires enregistrés)

securedownload-2.jpegattention bande de vieux

Qu’est ce que le délit de bande organisée ?

- Tout groupe constitué et interpellé ayant permis, par l'un de ses membres, la perpétration d'un délit ou d'un crime -

Les racailles, malfrats, boulistes, et autres parasites malfaisants seront priés donc de se déclarer en association loi 1901 à la préfecture, avant, du moins, que la bande à Conti ne la dévaste.

Elle perpétue en cela une vieille tradition PMU-UMP d’agriculteurs-pècheurs-chasseurs en colère seuls habilités à flamber les monuments officiels.
Et ça tombe bien, vu que la bande à Conti, le nez creux, à votée à 60% en la commune de Clairoix, Narkozy aux présidentielles.

Cette proposition de loi, autrement appelée « anti-viagra Estrosien décalotté » examinée au mois de juin, prévoit donc une sanction de 3 ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende pour toute violence en bande.

securedownl1.jpeg



Le non-port obligatoire de la cagoule sera un facteur atténuant, tandis que, spécial bonus pour les victimes, un avocat en 3D sera fourni  "à la minute de l'agression" ...

Quand même balaise.

Des bandes combien y’en à ?

10 ? 27 ? 2234 ? un max ? 3 867 567 ?

non…

222 !

Avec 2250 membres. (en érection ? un doute subsiste, sinon c’est quand même assez précis )

Je ne sais d’ailleurs comment on les recense aussi scrupuleusement, mais admettons.

Interdit donc de bander à plusieurs
Sous peine d’absolue dissolution

Partouzardes, partouzeurs : débandez donc.

Et comme disait Brassens, si « dès qu'on est plus de quatre on est une bande de cons », je ne vous raconte pas ce que représente en densité cette bande là :

nicolas-sarkozy-2819396vddjh_1378.jpg



d'autant que dans le cas du chef de l’exécutif, et je mesure l’oxymore, on peut considérer qu’il est une bande à lui tout seul, même s’il l’a un peu molle. (la bande)

tgb

16:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

20/04/2009

Ceci n'est pas une pipe

Windmolentje_in_de_mond.jpg


Ceci n’est pas Monsieur Hulot
Ceci n’est pas Jacques Tati
Ceci n’est pas une affiche pour une expo hommage à la cinémathèque française
Ceci est la marque indélébile de la censure la plus débile qui soit.

L’abus de connerie hygiénique nuisant à la santé mentale, la régie publicitaire Metrobus, (filiale de Publicis) coutumière dans le zèle politiquement correct - on se souvient du refus de placarder un des slogans de la campagne de pub Télérama  « Nicolas Sarkozy devrait faire attention, voilà deux fois qu’il invite Michel Drucker à son émission » ou du refus encore d'une publicité de Courrier International, rapport encore à "l'Exécutif " - récidive.

Monsieur Hulot donc, en sa dégaine identifiable entre toutes, et chevauchant désinvolte son solex, ne fume plus la pipe, mais tète de l’éolienne.

Bienvenue chez les cons tati…llons.

Outre que l’esthétique en prend un méchant coup derrière les oreilles, les initiatives tranquillement  révisionnistes de Metrobus, (on a les retouches photographiques staliniennes qu’on peut) illustrent parfaitement le glissement soft totalitaire d’une société déterminée à nous faire mourir décervelés mais en bonne santé.

Pendant que la violence, la vulgarité, la crétinerie scabreuse s’étalent à longueur de pubs et d’émissions télés calibrées pour cerveau disponible, Metrobus, dans toute sa tartufferie et au nom de la loi Evin, redoute que la vue d’une bouffarde sur une affiche de la RATP, encourage, cela va de soi, les bambins à s’en bourrer une en loucedé.

Déjà, que, tout à revisiter l’histoire, « la Poste » s’était crue obligée de retirer le mégot de Malraux pour un timbre collector et la Bibliothèque Nationale, la clope de Sartre pour une affiche…ne reste plus maintenant qu’à virer les cigares machouillés de Churchill et Guevara des manuels et de les remplacer par des Chupa-Chups autrement plus crédibles.

Lucky Luke tout à sa brindille appréciera. 

Et quant à aseptiser la vision historique, on pourrait opportunément élargir l’affaire et contraindre Hemingway à la limonade et lisser quelque peu les ouvrages d’Henri Miller un peu trop porté sur la chose. 

Dans leur incommensurable intelligence donc, les petits censeurs du quotidien grignotent tous les jours un peu de notre libre-arbitre, pendant que les inamovibles prédateurs vénaux, aux milliards partis en fumée et qui eurent pu, ‘facile’, éradiquer la misère planétaire, nous demandent de rembourser leurs indécentes saloperies.

La scandaleuse obscénité, la voilà.

Puisque Métrobus, propagandiste depuis des générations, s’est voulu exemplaire dans la servilité, casseurs de pub et autres résistants au matraquage de la réclame mettez vous à la pipe, ça fera les pieds à ces Jean-foutre, cons comme des moulins à vent.

tgb

2009_094_16_jacques_tati_Entier.jpg

 

 

 

que ça ne vous empêche pas d'aller voir l'expo Tati quand même et sa véritable affiche.

Windmolentje_in_de_mond.jpg

11:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

16/04/2009

Auprès de mon arbre...

Pontoise.jpg


L’arbre discret en photo permanente sur la page d’accueil de « rue affre  est un ginkgo biloba.

Le plus vieil arbre du monde, d’origine asiatique
Arbre fossile et increvable ; la première chose vivante qui repoussa après Hiroshima pour dire.

C’est d’ailleurs parce que le CO2 le fait doucement rigoler, et peut être même le shoote un peu va savoir, qu’on le plante en zone urbaine.

Il sera encore là quand, nous n’y serons plus.
Je veux dire nous, l’humanité. Et ce n’est que justice : on n’a jamais vu un ginkgo tronçonner personne que je sache.

Arbre aux 40 écus, il resplendit et se couvre d’or en automne. C’est d’ailleurs en allant le photographier en octobre, il y a quatre ans qu’on s’aperçut que le seul arbre de Château Rouge, avec sa vieille guirlande de noël qui lui restait depuis x saisons en travers des branches, le seul donc, l’unique, avait été coupé.

Crac.

Pour faire de la place à la nouvelle place du pmu.

Depuis on a replanté d’autres arbres mais pas de ginkgo.

Comme il était le symbole de ce blog, que ça frisait le mauvais augure, et que je déprimais quelque peu, ma douce m’en offrit un pour mon anniversaire.

Un bébé ginkgo.

Je vous le présente. :
MyPicture.jpg


Il a maintenant trois ans. Il me fait ses dix feuilles jaunes par an, bien appliqué, bien cyclé, mais il n’a pas pris un cm.

Mes amis sûrement attentionnés me garantissent, (pour me remonter le moral ?) qu’avant de croître et d’embellir un ginkgo digne de ce nom fait ses racines et s’implante.

Je veux bien les croire même si un arbre souterrain c’est quand même moins folichon qu’un arbre flamboyant qui grimpe au ciel.

Mais bon patience !

Tout ça pour dire que, l’outrage étant réparé et le blog rue-affre florissant, je suggère que l’état français offre un arbre à chaque nouveau-né.

Il lui appartiendrait. Il en ferait ce qu’il voudrait, il le couperait s’il avait l’âme d’un capitaliste (mais les capitalistes ont-ils une âme ?) il graverait les initiales de sa chérie si c’était un sentimental, il se pendrait à la branche de SON arbre, quel luxe, s’il était dépressif.

Une chose est sûre, certain jour, notre petit prince tout à sa croissance se sentirait moins seul au monde avec son baobab.

Voilà c était ma proposition constructive et printanière, pour faire pendant à ceux qui ne voient en moi qu’un vil flingueur éreintant.

Mais comme je suis un flingueur quand même, mon ginkgo est aussi un acte de résistance face au déboisement africain qui enrichit messieurs Bolloré ou Pinault par exemple.

Je ne sais si les bois précieux qu’exploitent, comme les hommes d’ailleurs, ces bûcherons voraces, sont ceux, avec lesquels ils fabriquent la pâte à papier hygiénique de leurs journaux de m…, mais, si c’est le cas, c’est un sacré gâchis.

J’ai bien conscience que mon ginkgo résistant
ginkgo-4.jpg


est de peu de poids face à la déforestation cupide, et je dis ça avant que Zgur le jeune, Zgur l’ancien, Zgur le sage, heureux propriétaire lui-même de DEUX ginkgos (l’enfoi le coquin ) me le fasse remarquer, mais je maintiens quand même qu’il est plus jouissif de planter que d’arracher et plus enrichissant à s’appauvrir en semant, que de s’enrichir en déboisant.

‘Chacun ses valeurs’, comme dirait monsieur Bernard Henri Lévy père, qui légua sa fortune amassée sur le cadavre du bois africain à son philosophe chéri si joliment défriché du col.

Je ne sais si les bois précieux…sont ceux, avec lesquels il fabrique la pâte à papier hygiénique de ses bouquins de m…

Sinon, à part ça, j’arrive.

tgb

16:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu