Avertir le modérateur

10/03/2009

Pause pré printannière

securedownload-3.jpeg
A la semaine prochaine...

10:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

08/03/2009

ça se fête !

securedownload-5.jpeg

Une petite brésilienne de 9 ans est violée par son beau père – elle avorte de jumeaux ; l’église excommunie sa mère.

Marie Christine, une caissiere de chez Auchan (famille Mulliez) est licenciée pour un bon d’achat de 0,60 centimes d’Euro.

Pareil pour Barbara autre caissière (syndicaliste) de chez Kaiser’s (Allemagne) licenciée pour 1 euro 30.

L’église et le capital toujours très soucieux de célébrer

la journée de la femme (8 mars)

tgb

quant à moi, modestement, j'ai préféré féter cette journée en écoutant Gisèle Halimi, (ce que j'aime chez les femmes, c'est elle) au Zenith pour le lancement du front de gauche

23:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

05/03/2009

Etude de cas : la ferme des re-célébrités

image029.JPG

Sachant que, Gilbert Montagné, voyeur non chantant, un grand pas dans la musique d’ascenseur social, et David Douillet, Judoka fiscal, numismate à ses heures, (médailles et pièces jaunes) réfugié olympique aux îles Sponsor  

deux pitres donc,

intègrent la nouvelle direction de l’ump ;

répondez à ces 2 questions préalables :

1) combien y a t’il de directeurs à la direction de l’ump, depuis le temps qu’on en rentre par fournée ?

2) l’ump est elle une machine à retraiter les résidus présidentiels viable ?

Sachant également, que quand on en est à considérer Gilbert Montagné et David Douillet comme des célébrités, signe évident de dégénérescence mentale pathologique et avancée, calculez ce qu’il peut bien rester en rayon sarkozien, de personnalités présentables, tenant compte du fait que Lang Jack, strapontin en retour d’âge vient d’être carbonisé 14 et que Séguela Jacques, yaourt aux UV bioactif, plaqué toc de chez Bolloré, peut être considéré comme perdu définitivement pour l’horlogerie française.

h-20-1431957-1235220920.gif


Sachant également que le gros Douillet, dont les compétences en termes d’extinction de flamme diplomatique en survêtement est un fait avéré, sera nommé responsable de la section sport judo au sein du parti et qu’il militera pour plus de sport judo en France tandis que tous les militants UMP d’applaudir parce que quand même, fallait y penser ;

sachant aussi que Gilbert Montagné sera nommé responsable de la section

Musique ? Quand même pas !!!

Mais handicap/accordage de piano au sein du parti et qu’il réclamera du mieux non voyant en France tandis que tout le monde de s’esbaudir en disant « c’est ok, du moment que tu chantes pas » ;

peut-on considérer qu’il existe une forme de cruauté ricanante à l’ump ou tout simplement un cynisme badin pas très original, inhérent à toute famille politique faisant dans les fonds de tiroir ?

h-20-1431957-1235220920.gif



Après avoir disserté sur toutes ces problématiques en soulignant votre point de vue dans une perspective historique de crise et après avoir répondu à cette dernière question test :

1)- Quel handicap vous bouleverse le plus chez Mimi Mathie, Josephine umpiste tendance miévritude gnangnan

- femme de petite taille ?
ou
- comédienne ?

h-20-1431957-1235220920.gif



calculez le temps qu’il reste au parti majoritaire, à force de caser à la direction des bons à rien qui n’en veulent, avant que l’atomisation du PS  (gauche caviar) passe pour une aimable plaisanterie rapport à la nucléarisation champignonesque de l’ump (œufs de lump).

Vous avez deux heures.


tgb

11:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

02/03/2009

Le jour où Tina me quitta…

image020.JPG



Le jour où Tina me quitta, elle partit, tant qu’à faire, avec la caisse, la carte de crédit, les clefs de l’appart et du 4X4 et en me laissant, la garce, un méchant découvert à la banque.

Tout était à son nom, sauf naturellement, le compte commun et les crédits. J’attends maintenant mon expulsion de notre duplex parisien et comme je fus assez naïf pour être son salarié, mon propre licenciement.

Et me voilà aujourd’hui en pleine dépression.

Avec Tina, ce n’était pas un mariage d’amour non, mais plutôt de raison.
Les anglo-saxonnes ont ceci de particulier qu’elles sont plus pragmatiques que romantiques et plus matérialistes que sentimentales.

Certes la cupidité, la vénalité de Tina me gonflaient depuis un certain temps. Sa propension à en vouloir toujours plus, à consommer toujours davantage, à acheter de la marque, à entasser, à posséder, à paraître, m’exaspérait. D’autant que pendant qu’elle touchait les dividendes je devais bosser toujours plus, être toujours plus flexible, atteindre des objectifs toujours plus élevés, sacrifier mes vacances, mes loisirs, mes amis, ma santé et mes aspirations personnelles.

A force même, de me culpabiliser sur ma soi disant paresse, elle réussit à me foutre au boulot le dimanche, tout en justifiant décomplexée (et pendant que je lui apportais son petit déj au lit) de sa propre grasse matinée bien légitime.

La pauvre.

Travailler plus pour gagner plus certes mais aussi pour baiser moins, parce que question oreiller, avec Tina, c’était pas la joie du tout.

D’une part parce que cela nuisait à mes performances économiques disait elle, d’autre part, parce qu’ à moins de procréer ça n’était d’aucune utilité. Et surtout parce que de son côté, elle se tapait un certain Madoff qui la faisait grimper aux rideaux rapport qualité prix.

Quand je m’en ouvrais à mes parents, ma mère me rappelait opportunément que, vu mon âge et vu l’époque, je ne pouvais guère espérer mieux, que je restais un éternel rêveur adolescent, qu’ heureusement pour moi, cette nana avait les pieds sur terre.

Mon père quant à lui, évoquait ma première épouse soviétique qui avait passé son temps à me fliquer avant que de se tirer une balle dans la tête entre deux vodkas à une roulette russe Gorbatchevienne.

- On sait ce qu’on a on ne sait pas ce qu’on trouve -
concluait il définitivement philosophe.

Y’avait bien mes camarades qui me disaient de me méfier de cette furieuse Tina qui m’aliénait, me manipulait, m’exploitait, qui m’enjoignaient à retrouver ma liberté, qui me juraient qu’une autre fille était possible, cette vénézuelienne par exemple, fougueuse et ensoleillée…

Mais Tina avait fini par me convaincre qu’en dehors d’elle : qu'illusions et utopies ; que les autres femmes avaient forcément mauvais genre, et que, de plus, j’avais méchamment intérêt à ne pas reluquer ailleurs si je ne voulais pas être remplacé sur le champ.

L’embarras du choix, affirmait elle.

2009835309.jpg



Le pire c’est que, quand, dans une passe économique délicate, on devait faire quelques sacrifices, c’est toujours à moi qu'incombaient les efforts. Je devais rogner sur mes clopes, sur mes bouquins, sur mes sorties, tandis qu’elle s’offrait royalement une semaine de thalasso à ma santé.

Y’a des jours je la trouvais carrément saumâtre. De là à me révolter…

Donc le jour où Tina me quitta, le sol se déroba sous mes pieds, et j’avais tellement intégré le fait qu’en dehors d’elle aucune alternative n’était possible qu’il ne s’agissait plus pour moi, seulement de la remplacer mais carrément de réinventer l’amour.

Sacré défi !!!

Et le plus drôle de l’affaire, c’est qu’hier j’ai reçu une carte postale d’Ibiza, où elle se propose de moraliser ma vie dissolue et de me prodiguer quelques conseils conjugaux, à mes frais

… cela va de soi.

tgb

16:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu