Avertir le modérateur

14/02/2009

Du danger de l'exportation managériale et du déstockage de patrons en flux tendu

 

securedownd-3.jpeg



Si avec Jégo, pas plus en Guadeloupe qu’en métropole, pas de hausse des bas salaires, manquerait plus que les pauvres bouffent à leur faim, avec Parisot, pas de baisse des hauts salaires non plus : manquerait plus que le big boss national cesse de cumuler 400 smic annuel.

La honte à Davos.

Et puis comme nous l’explique Laurence Merdef, avec cette pertinence que tous les épiciers arabes de mon quartier lui envient, le risque, dans cette compétition mondiale du mercato patronal, serait de voir partir le fleuron de la fine fleur de l’élite de la crème du top management français à l’étranger.

De la délocalisation de patron ? ça jamais !!!
Merci Laurence pour ce cri du cœur patriotique.

Et ce n’est pas parce qu’ OBAMA, dans un sursaut d’exemplarité civique plafonne les rémunérations des grands Patrons américains touchant des aides de l’état à 500 000 Dollars annuel, qu’on va laisser les multinationales étrangères (sic) nous débaucher sournoisement de la pointure de leadership gaulois produite à la louche par nos grandes écoles de fromage blanc gestionnaire.

Et l’on tremble avec Laurence P. qu’aux enchères de la foire aux bestiaux entrepeneuriale, on nous recrute en loucedé les meilleurs compétitifs d’entre nous.

Du pur winner élevé sous la mère patrie
Du killer bio nourri au bon grain de chez nous.

Et je le dis avec Laurence, protégeons nos requins gagnants gagneurs du pays de France. Oui au protectionnisme du prédateur à haute compétence ajoutée. Non au pillage éhonté de nos perforateurs de la performance au profil corporate nom de dieu !

. Quelques exemples de patrons célèbres et Hexagonaux que le monde entier nous envie :

 

jean-marie-messier.jpg

Jean Marie Messier - ex patron fossoyeur mieux que bien de Vivendi universal. Décrêteur officiel de la « fin de l’exception culturelle Française. Encaisseur méritant de 2 010 559 dollars de bonus pour plantage chevronné et qui nous revient triomphalement prodiguer gratos quelques conseils de sortie de crise moralisée.

Un exemple évident de culture du résultat.

 

Tchuruk.jpg

Serge Tchuruk – brillantissime polytechnicien marseillais, assumant en patron responsable la géniale stratégie foireuse d’Alcatel Lucent et consolé par 5,7 millions d'euros pour six trimestres de pertes abyssales et la suppression de quelques milliers d'emplois.

Une preuve on ne peut plus fiable du « key performance indicator »

 

0507-cac40-6.jpg

Daniel Bouton - président de la Société Générale, réalisateur avisé d’une plus-value de 1,3 million d'euros sur ses stocks options en pleine débandade bancaire et déclarant avec courage, les yeux dans les yeux de la caméra : « c’est pas moi c’est Kerviel  » Noêl Forgeard autre entrepreneur éthique apprécia.

Une ode à l’évaluation objective du juste effort et de la revalorisation du travail bien fait.

Quelques citations motivantes de Grands patrons visionnaires :

8-guy-dolle.jpg

Guy Dollé : patron cow-boy d'Arcelor scalpé par l’indien Mittal.

 

6-jacques-maillot.jpg


Jacques Maillot
- Grande Gueule radio monégasque - y’a qu’à faut qu’on - Galvanisateur héros de petits actionnaires - président (non éxécutif) de la société Eurotunnel. Jeteur d’éponge à la sixième reprise sur KO.

 

11-baudoin-prot.jpg

Baudoin Prot - Directeur général de BNP. Neuf jours après cette déclaration extra lucide (ci-dessus) concernant trois fonds d'investissement de la banque (titres adossés à des portefeuilles de créances, dont des crédits immobiliers hypothécaires) la banque décidait de tout geler. L’encours était passé de 2 à 1,6 milliards.

5-arnaud-lagardere.jpg



Arnaud Lagardère – Frère putatif de président. Soit malhonnête soit incompétent. Ne pas exclure qu’iil puisse posséder le don d’ubiquité.

 

10-guillaume-sarkozy.jpg

Guillaume Sarkozy – Frère aîné laborieux de.

3 ans après cette magistrale déclaration audacieuse, son entreprise - les Tissages de Picardie - déposait le bilan. Depuis le 30 juin 2008, délégué général opportun, (il connaîtrait quelqu’un au gouvernement) du Groupe Malakoff Médéric (protection sociale complémentaire,) il s’intéresserait de très prés à notre sécurité sociale.

9-carlos-ghosn.jpg



Carlos Ghosn - Polyglotte DG de chez Renault – Génial lanceur de 4X4 en pleine crise du pétrole – Toucheur de subventions d’état et licencieur par paquets de mille. Vendeur pollueur de bagnoles hors normes. Adepte de rationalisation productiviste et de redistribution à hauteur de 20% aux actionnaires. (Quelques victimes suicidées collatéralement déplorables).

Christian Streiff - PDG de PSA dont l’ambition clairvoyante est de passer la barre des 15% de parts de marché en Europe d'ici 2010 : pas mieux.

Liste non exhaustive….

Oui tous ces valeureux patrons héritiers comptables, fonctionnaires ultra-libéraux à l’occase, qui entre deux pantouflages dans la haute fonction publique osent avec témérité prendre tous les risques de la libre entreprise avec pour seule sécurité, à peine quelques ceintures de stocks options, jetons de présence, à peine quelques bretelles de golden hello, golden parachute, retraite chapeau, sont la cible permanente d’odieux chasseurs de tête cosmopolites.

Chômeuses chômeurs, futurs licenciées, futurs RMIstes, luttons avec Laurence Parisot pour conserver à la France son admirable et envié patrimoine patronal :

augmentons les.


tgb


infos et illustrations tirées de http://www.journaldunet.com/

17:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

12/02/2009

Tous ensemble tous ensemble…..m'ouais

securedownload-5.jpeg

C’est entendu, le pouvoir part en sucette.

Déjà, il est de notoriété publique que le président Fillon, songe sérieusement à remplacer l’omni-premier ministre Sarkozy, fusible calamiteux omni-cramé.

De plus, la sortie du conseil des ministres ressemblant davantage à un bal d’éclopés qu’à une joyeuse garden-party printanière, les limousines commencent à avoir sacrément des allures d’ambulances.

Le spectacle désolant de ministres emplâtrés entre deux béquilles médiatiques, (Pecresse, Laporte, Albanel…) quand ce n’est pas directement étendus sur une civière (Dati, Kouchner, Devedjan,…) est sur ce point assez édifiant.

photo_2313_460_260_24090.jpg



Il était d’ailleurs assez émouvant de voir tout ce beau monde, retenir ses larmes en voyant s’éloigner Yves Jégo, parti se faire becqueter par les indigènes antillais.

Le premier d’entre eux préférant encore passer ses vacances en Irak c’est dire…

hugo_chavez_fidel_castro_evo_morales640_1_-b5082.jpg



Donc camarades frondeurs, le pouvoir n’étant plus qu’à portée d’une pichenette populaire, ne reste plus qu’à se rassembler sous une même banderole et tous ensemble tous ensemble ouais….

Ah ouais ?  Ben non parce que tous ensemble tous ensemble ça fait deux mots peu compatibles par chez nous. Et, y’aura encore un paquet de petits matins blafards à se shooter à la fraise Tagada avant le dit grand soir encore déprogrammé.

Ne parlons naturellement pas des managers socialistes, en congé maladie pour toujours, intéressons nous simplement à ce qui fut comme la promesse (bien illusoire j’en conviens) d’un front de gauche enfin.

photo_0302_459_306_18558.jpg



Au mercato d’hiver, Bové étant parti porter sa caution oui mais non au DCB sporting club du sous marin vert non mais oui, ça branlait déjà un peu du transgénique.

Mais sous des prétextes incontournables, genre Melenchon porte des cravates super moches et Marie Georges Buffet, une coupe de cheveux ridicule, Besancenot et son NPA col mao et bien peigné, décidait (comme prévu) dans une stratégie super révolutionnaire, de faire cavalier seul.

Ce qui nous permettra aux Européennes d’additionner nos petits pois et nos carottes pour compter combien de députés européens anti-capitalistes nous n’aurons pas.

Guerre des gangs donc…

Un peu comme cette guerre des bandes des cités, aux clivages bidons et géographiques, utilisant leur énergie à se foutre sur la gueule plutôt que sur la gueule des prédateurs.

Les loups organisant avec délectation le championnat de France de la baston, entre moutons se bouffant avant que d’être bouffés.

Epatant.

459225717.jpg



Pourtant la clef des champs, c’est bien l’omni-mari de Carla, qui pour une fois, nous la donne, et c’est pas compliqué, y’a qu’à suivre le mode d’emploi :

"S'il y avait une connexion entre les étudiants et les banlieues, tout serait possible. Y compris une explosion généralisée et une fin de quinquennat épouvantable" NS - 2006.

Pendant ce temps là, la France sale et feignasse : chercheurs, artistes, intellectuels, fonctionnaires, chômeurs, précaires, intérimaires, salariés aux 35 heures, guadeloupéens, martiniquais, étudiants, lycéens, infirmiers, psychiatres, immigrés, banlieusards…c’est à dire à peu prés tout le monde moins Parisot et ce retraité lecteur du Figaro qui conclue son commentaire sur ce slogan frais et moderne « Pour une France propre et besogneuse » la France sale et feignasse, disais je, dans ses luttes catégorielles au quotidien se renifle le trou de balle un jour tous les deux mois.

et aprés....

A force de tant d’atomisation, moi même, seul aux commandes de mon blog autogéré et dans une tentation schizophrène et dyslexique, je me trouve à deux doigts de me "scissionner".

A jouer chacun perso, après tout, on a peut-être tout simplement, le pouvoir que l’on mérite.

tgb

17:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

09/02/2009

L’art ulta-moderne et post-compétitif.

 

82234454.aVbDsJhD.jpg

Le Président veut des "artistes plus compétitifs".

Non, ne vous laissez pas submerger par une vague d’incrédulité hilare en relisant cette formule, à première vue ‘débile,’ pour la 234éme fois.

Plus rien ne doit vous étonner de la part de l’inculte chef de rayon de la supérette France, qui nous sert, paraît-il, de président.

Un homme qui « s’ennuie à la comédie Française », qui a pour amie la fine fleur de la vulgarité show biz et qui balance à la secrétaire perpétuelle de l’académie Française (la consternante) Carrère d’Encausse du :

« Hélène, qu’est-ce que j’pourrais faire pour booster l’Académie française ? »

ne peut forcément que masquer son génie par une couche de connerie pudique, afin de ne pas étaler son immense érudition par pure modestie.

Non, ne nous laissons pas égarer donc par l’inculture affichée et décomplexée du beauf de Neuilly allergique à " la princesse de Clèves" dont le film préféré est « le Grand restaurant » avec de Funès, et qui manie la langue Française avec une telle approximation que, ça ne peut qu’être une pure stratégie communicante et prolétarienne.

Car oui, après tout, et après mure réflexion, l’artiste créateur Français, pourrait bien faire un effort, et troquer sa culture générale contre de la culture de résultat. De celle qui fonctionna si bien dans l’industrie bancaire, automobile et policière.

De la culture managériale performante enfin plutôt que de l’installation performeuse dégénérée. Du rentable, de l’objectif annuel, de l’évaluation, avec notations et entretiens afin de conquérir triomphalement des parts de marché artistiques et mondiales.

Car il faut bien se l’avouer, un peu plus de cul et un peu moins de ture, en ce doux pays bobo-cultureux, ne nous ferait pas de mal.. Carla Bruni, chanteuse libre et obligatoire, empalée sur sa guitare à Eurodisney  confirme.

Qu’en cette période de triomphe économique on pense enfin à la création quasi visionnaire d’un cac 40 de l’œuvre d’art, est en soi déjà l’ébauche intuitive d’un concept génial et futuriste qui tend au sublime.

4857.jpg



Quelques pistes de travail à étudier :

- Systématisation de la fabrication des œuvres d’art en chine à moindres coûts


- Création d’un label « artiste officiel français » chapeauté par Jean Reno.


- Parrainage d’un artiste compétitif par un élève de l’école primaire


- Définition annuelle d objectifs motivants et quantitatifs pour chaque discipline ( prix Nobel – Oscars …)


- Mutualisation des créativités diverses et dispersées en un bureau centralisé officiel de l’inspiration et du bon goût Français.


- Obligation motivante et quotidienne pour chaque artiste national de chanter la Marseillaise


- Edition d’un numéro vert de délation pour stigmatiser les artistes glandeurs (en confier la responsabilité à Eric Besson)


- Adoption de la langue Américaine pour une diffusion internationale porteuse


- Nomination de Bernard Laporte au poste de ministre-coach de l’art compétitif


- Organisation des championnats du monde d’art compétitif à Paris en 2012 sous la direction d’un nouveau transfuge dépressif : B. Delanoë.


- Diffusion en prime time sur le service public, des créations audacieuses du plus talentueux des comédiens et metteurs en scène Français – le subtil Bernard Tapie. (déjà expérimenté)


- Rétrogradation des artistes peu vendeurs en deuxième division


- Exposition de l’immense et avant-gardiste Bigard au Vatican (déjà testé)


- Délocalisation de l’écriture des scénarios cinématographiques, dans des pools open space, d’écrivains défiscalisés en Lituanie.


- Externalisation systématique du secteur de la composition musicale sous la haute direction de Didier Barbelivien


- Sous traitement à des sociétés basées dans des paradis fiscaux de la création de ballets, opéras, spectacles….


- Programmation à la télévision française ( TF1, la 6, France 2) d’une soirée exclusive et obligatoire de la plus grande artiste française non subventionnée : l’incomparable Carla Bruni

securedownload-9.jpeg

 

 


- Instauration de deux périodes de soldes artistiques annuelles


- Elaboration d’un réseau « leaderprice » de la littérature facile avec que des mots simples dedans et du bon sentiment sous la direction avisée de Marc Lévy


- Réquisition des 62 000 prisonniers qui ne foutent rien et qui coûtent un max pour les substituer aux acteurs et figurants intermitents gauchistes français.


- Création adaptée et industrialisée des œuvres d’art en fonction des goûts et couleurs majoritaires et consensuels du public lambda à partir de sondages ajustés (confié à Opinion way)


- Normalisation ISO et définition de processus et procédures, des créations artistiques


- Renaturalisation express de  Johnny Vacances.


- Apprentissage dés la maternelle de l’ouvrage de chevet « Kouchner Dreyfus même combat »  par le ministre de la philosophie nationale BHL et son secrétaire d’état à l’humour moral Philippe Val.



Car, pour conclure, n’oublions jamais, en paraphrasant le phare lumineux du Génie Français président,  luttant à mains nues pour la moralisation du capitalisme que si :

- l’homme n’est pas une marchandise comme les autres –

 

                                                                                           l’artiste oui !!!

tgb


18:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

06/02/2009

et c’est pourquoi je n’ai pas écouté et n’en tiens pas compte…

29 01 2009 - un rapace.jpg
29 01 2009 - un rapace.jpg

Ainsi donc, l’homme aux six cerveaux clonés dont 4 officiaient hier soir sur TF1 France 2 la 6 et RTL (que faisaient donc les deux autres ?  la grève ? ) en est psychanalytiquement parlant resté au stade oral.

Cas pathologique digne d’intérêt, qui mériterait sans doute, pour la gloire de l’évolution scientifique française, d’être observé in vivo en laboratoire, mais les crédits de la recherche étant largement rognés, il serait étonnant qu’on en fit une priorité.

Dommage.

Dommage, de ne pas éprouver en éprouvettes le blocage problématique d’un homo communicans pas fini.

Stade oral donc, celui qui procède du narcissisme primaire (jusque là tout va bien) et précède, normalement, le stade anal, fabrication jouissive du « boudin fécal » avant l’ultime stade du développement infantile, à savoir le stade avantageusement phallique.

Pas forcément TBM.

Coincé donc, l’animal libidineux président, du côté de la succion médiatico-maternelle, du suçotement journalistique et mammaire, du bégaiement rhétorique et verbeux, complaisamment relayés à la petite cuiller par les accoucheurs en rond de la maïeutique médiocrate.

Stade oral non dépassé donc, confirmé par certaines pulsions suceuses déviantes comme l’ attirance symptomatique pour le stylo oblong et le cigare clandestin.

Bref tout dans la diarrhée « verbalisante », (déformation professionnelle sans doute) et un tantinet verbante, tout dans la logomachie délirante et discursive, mais un rien constipé, le bavard, sur l’idée obsédante de conserver le cap sans jamais relâcher ses sphincters des fois que…

un mauvais vent voire pire…qui le soulagerait pourtant et nous avec.

(Cap discutable d’ailleurs mais de toute façon dissout en cet automne eschatologique, économico-implosé.

Et je crains que, scotché dans son oralité dégoulinante, le président blablateur, lâchant du boniment réchauffé et de l’argutie malodorante, un peu comme un vieux pet défroqué, ne parle et ne se répande que dans la perspective laborieuse de finir par trouver quelque chose d’intelligent à dire.

M’est avis que ça pourrait durer un quinquennat au moins.

Etrange phénomène de rétention freudienne, à confier d’urgence à quelque proctologue distingué, que de sortir par le haut, en une forme de défécation buccale, ce que tout le monde se contente pudiquement de sortir par le bas et que l’on nomme avec une certaine tendresse puérile : colombin.

N’ayant donc pas eu accès à la phase délicieusement scabreuse du « pipi caca prout » notre infantilisant président, dans son flot flou de déjections verbalisées commence visiblement à refouler du goulot et ce n’est pas le moindre des paradoxes, par nous faire, républiquement parlant, "chier".

Et c’est pourquoi je n'ai pas écouté…..

Tgb

14:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu