Avertir le modérateur

09/10/2008

Une belle brochette Européenne

fcdab72a-922a-11dd-8129-8eecddf95cf2.jpg
de gauche à droite :

premier ministre de paradis fiscal ayant « pour les banquiers une considération proche de zéro»
président de conseil italien milliardaire et populiste allié à des néo-fascistes romains
chancelière de droite allemande en chute libre bavaroise
vendeur de voitures électriques
Premier ministre anglais libéralo en profits nationalisateur en pertes
Président de conseil Européen maoïste en sa jeunesse reconverti en néo-con Bushien
Président de banque européenne en guerre contre l’inflation et la hausse de salaire sauf le sien

L’Europe, l’Europe, l’Europe…




21:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

06/10/2008

Nous sommes tous banquiers

8743_image_zoom_P116B.jpgBien frustrant que le Sarko-Royaliste Colombani ne soit plus le patron du journal de ré- (f) - v- érence en avance d’un jour sur son temps.

Il eut pu nous gratifier d’un de ces titres taquin et inspiré, dont il avait le secret et qui dans dix mille ans résonnera encore comme la fulgurance de l’esprit journalistique mièvre et tiédasse.  

En attendant… : la récession près de chez vous

Que d’acrobaties sémantiques et autres contorsions de langage ce week-end pour ne pas appeler un chat un chat.

Les pseudo-décomplexés de la lexicologie assumée eurent tout à coup de ces pudeurs de pucelle assez réjouissantes.

Décroissance, réduction de la croissance, perte de croissance,
croissance extrêmement faible pour Woerth tout à son contournement discursif ;
croissance ralentie pour Trichet concentré sur son euphémisme ;

ralentissement de l’économie pour Luc Chatel ciselant la litote ;

croissance molle pour Fredéric Lefebvre, champion de l’acrobatie verbeuse ;
croissance « légèrement négative  “mauvaise passe conjoncturelle  temporaire” pour la gagnante haut la main et à l’unanimité du jury (moi) l’incontournable Christine Lagourdasse..

J’avoue qu’en ces heures de Nobel, l’idée de croissance négative titille agréablement mon cortex et enthousiasme mon imaginaire.

Bref, de la récession technique (histoire d’accoler quelque chose au mot sale) aux turbulences récessives (histoire de dire sans dire tout en disant ) nous eûmes droit en cette fin de semaine cacophonique, à un concours de rhétorique et de langue de gros bois, de belle facture.

Tout a leur stratégie fine de com et d’évitement linguistique, nos communicants finirent par faire du mot tabou connoté et un rien racaille, la star du jour en son joli vacarme.

On ne parla que de lui :

Récession
.

Donc en ces temps d’unité nationale, de solidarité avec les banquiers du monde et de plan panique sur la comète financière et sans plus chipoter du vocabulaire, je propose  cette semaine comme exercice de style et figure imposée à nos chers ministres, d’ergoter autour du mot star à venir :

Dépression

(Il est évident que Mme Lagourdasse, que nous soupçonnons d’user d’EPO de cerveau est hors concours.)

Enfin pour conclure et c’est une idée qui me traverse d’un coup, promis juré, ne sachant trop quoi offrir à ma copine pour son anniversaire, je viens de me décider grave :

Je vais lui offrir une banque

A découvert depuis 20 ans, ça lui fera sûrement plaisir


tgb

16:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

03/10/2008

petite musique de nuit

bee200-29730.gif

 

 

une douceur pour le week-end

 

 

 

tgb

20:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

02/10/2008

Livret A, plan B, escalier C

sarkoUE_2.jpg

«Ce qui arrive aujourd'hui a commencé aux Etats-Unis dans le domaine économique et financier (...) Il ne s'agit plus de l'irresponsabilité de personnes concrètes, mais l'irresponsabilité d'un système qui prétendait être le leader. Et le plus triste est que nous voyons désormais l'incapacité (du système) à prendre les décisions adéquates.» Vladimir Poutine

Livret A

Et les voilà donc tous à la Foirfouille, chacun pour soi et Dieu pour Betancourt s’il en reste, à chercher en toute hâte, le mode d’emploi de leurs dernières conneries libérales et atlantistes.

L’Europe

Leurs conneries arrogantes, modernes
Et décomplexées Bling bling…

Z’ont tout cassé
Tout salopé.

Un vieux monde con et frelaté, rebaptisé Moderne vient sous nos yeux de se casser la gueule.

C’est beau !!!

Assis sur le bord du fleuve, l’alter archaïque regarde tomber les tours, les banques et les vanités, dans cette esthétique panique du désastre et savoure.

Beau comme un happening

Certes leurs banques d’Europe si saines, si fiables si solides, qui ont le chic pour éviter olé, tous les cumulo-nimbus toxiques, n’ont besoin que de 300 petits milliards de rustines pour colmater la machine folle et molle…mais quand même…

Ça fait cher de la doxa :

Ceci est ma pensée unique
Un seul monde est possible
Le nôtre tant qu’à faire
Et vous on vous encule.

Heureusement tiens, et contrairement aux Ricains qui vivent à crédit sur notre gueule et sur celle d’à peu prés tous les autres, la couche moyenne française, où ce qu’il en reste, celle qui à voté Starko (hihihi) celle qui est déjà ruinée par les expérimentations foireuses et modernes du petit mauvais, celles qui devait financer péniblement le RSA de l’abbé Hirsh, celle là possède

un livret A .

- Penser à essorer la classe moyenne avant de partir
– marqué sur un Post it au cul moderne du président.

 

arton3577.jpg

Plan B (polonais)

Transfert :

22 milliards pour les PME

quelques autres pour Bouygues
Tapie s’est déjà fait…

Et rien pour la sécu…

La  France est en Faillite mais, ça dépend pour qui.

En attendant Moralisons !!!

Moralisons le capitalisme donc, faisons copier cent fois à quelques lampistes encravatés – on ne joue pas avec l’argent à table – et recommençons à nous goinfrer à donf et de conserve sur le dos des petits épargnants au cerveau disponible…

Génial !!! déclara Alain Minc qui aussi sec, en fit un plagiat. Juste avant Attali, pas d’bol.

Sauf que moraliser le capitalisme, m’est avis que c’est comme re-puceler Carla Bruni, où admettre le méchant flair du socialo-libéral, le manager Delanoé, même avec le docteur Séguela au story telling, la Rachida en cloque (c’est une fille) ou Jean-Marc Rouillan en super méchant qui ne regrette rien (manquerait plus que ça – c’est moi qui souligne)

ça va pas être facile.

securedownload-5.jpeg

 


Escalier C

Pendant ce temps là, super-Fion pour faire l’intéressant rate l’avion et

sent le gaz

On évacue Matignon.

Sage précaution.

 

tgb

21:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu