Avertir le modérateur

18/12/2008

« 24 heures Sarko »

bomba_cia-a6373.jpg



Donc j’ai visionné et en avant première, le deuxième épisode de « 24 heures Sarko » sorti dans les salles.

Déjà, je dois l’admettre, je n’avais pas été ébouriffé par le premier Opus

Tarnac.


Jeu de mot grossier (t’arnaques), scénario filandreux, intrigue vaseuse et, question, effets spéciaux, à pleurer de rire aux larmes :

Deux TGV en rade sur des voies ravitaillées par les corbeaux, trois caténaires vaguement esquintés et une descente de GIGN dans un bled Auvergnat… Franchement, pas de quoi hurler au génie, ni donner des insomnies à Spielberg (qui a d’ailleurs perdu tout son pognon chez Madoff mais c’est une autre histoire).

Ne parlons même pas du dénouement :

Neuf fumeurs de pétards emprisonnés, dont sept libérés presque aussitôt…

Ni même des quelques répliques foireuses qui ne deviendront jamais cultes :

« L’ultra gauche Déraille » à la une d’un quotidien social démocrate peu inspiré

« Ils ont adopté la méthode de la clandestinité. Ils n'utilisent jamais de téléphone portable…. »

ou

«  l’enquête avançe assez vite, sans privilégier aucune hypothèse »

Dans la bouche de l’horripilante et cabotine, Michelle Alliot-Marie, de moins en moins bancable, et assez peu crédible en ministre de l’intérieur, il faut bien l’avouer.

D’ailleurs, rapport casting, il y aurait beaucoup à dire :

Si on peut apprécier la performance sobre et sournoise du fîcheur obsédé et assez malsain agent Bauer

 

jpg_687632_alain_bauer-a2308.jpg

une vraie présence et en plus il est beau

 

on peut émettre quelques doutes sur la prestation assez poisseuse du jeune Lefebvre,

d06dfd4286002fbc63bfe76fccf6de29.jpg

(à ne pas confondre avec Jean, bien plus drôle) consternant sous son nom de code lobbyiste Groscon.com en liberticide pervers ;

Bref on espérait mieux du second volet de la série annoncée comme un quasi remake du 11 septembre.

Et bien disons le tout net

16/12 est affligeant.

On sait bien qu’une production française, même à gros budget ne peut rivaliser avec les blockbusters Hollywoodiens mais quand même !!!

Déjà le pitch :

Une attaque terroriste dans un grand magasin en période de noël n’était pas au départ une idée bien décapante, mais quand en plus on découvre qu’elle est perpétrée avec des moyens rudimentaires soit – trois vieux bâtons de dynamites tout pourris, planqués dans des chiottes miteux (je ne savais même que ça existait encore ce genre d’explosif ) pour un pays qui se veut en pleine révolution moderniste ça fout un peu la chouma.

D’autant plus que la dramaturgie souffre carrément d’incohérence – Comment par exemple désamorcer des bâtons de dynamites qui n’ont pas de détonateurs ? – Cette incongruité restera tout le long du film sans réponse.

On se demande d’ailleurs immédiatement, (et c’est une des failles du scénario) pourquoi les islamistes nous traitent avec un tel mépris : zéro blessé zéro mort, zéro explosion, alors qu’à Londres, Madrid, ou Istambul ils te montent un attentat grand spectacle en te dévastant une gare minimum, un métro ou un autobus à impériale facile, le tout en cinémascope, renforcé par des séquences vidéos prises sur le vif avec jeux réalistes de pixels.

Pour tout dire on se sent un peu blaireau, rabaissé, humilié d’être si mal considéré par le terrorisme international islamo-fasciste.

Quant à la grande scène tout en travelling, sensée être effroyable, la scène de la foule en panique (passage obligé) des consommateurs hagards du Printemps Pinault obligés d’évacuer dare-dare le rayon lingerie pour finir leurs emplettes de noël aux Galeries Lafayettes, je le dis comme je le pense :

C’est carrément nous prendre pour des dindons.
Ou des chapons si vous préférez (ça se discute)

Une centaine de figurants au mieux, plus désinvoltes que terrorisés et sans doute davantage préoccupés par leur menu réveillon que par la tragédie en cours.

Tout ça pour au final, reboucler l’intrigue avec en queue de poisson cométeuse, l’ultra gauche du premier épisode déjà laborieux…

On a connu auteurs plus créatifs.

324117647_0001_PG_1.jpg


Bref, en ces périodes troublées de crise financière et d’explosion sociale, cette pseudo méga-production franchouillarde au rabais, qui ne fait ni boum ni psssschit mais franchement flop ne risque pas de divertir ( au sens de diversion) le public français.

Non ce n’est pas avec ce genre de story telling à la manque qu’on va rebooster la fréquentation des MK2 de l’ultra gauchiste défroqué Marin Karmitz.

D’ailleurs mon conseil du jour (et de fin d’année) :


N’allez plus au ciné, ça tue la télé
(publique)

tgb

15:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

15/12/2008

Darcos chez les Grecs

tsamikoA1.gifEt les Athéniens nous atteignirent

Depuis les révoltes de la génération 600 euros mixées à la débâcle du capitalisme en short, on dirait bien que la pétoche à soudain changé de camp.

Ceux qui n’ont rien à perdre et tout à gagner pourraient bien finir par renverser le rapport de force avec ceux qui ont tout à perdre et qui essaient encore de grappiller le peu qu’il nous reste tout en continuant sans vergogne à nous adresser leur facture du  pressing (à sec) de leur smoking au nom de la liberté hyper modernisée, plus trivialement nommée chez le vulgum pecus : esclavage.

Mais que c’est pour notre bien.

 

attention bonne nouvelle

nouveau.gif


Donc le matamore qui ne reculera pas parce qu’il en a une super paire en bling bling plaquée titane, le shérif de ces dames monté sur escarpins qui ne cédera pas avec mouvement martial du menton décomplexé, vient d’opérer un repli stratégique sous les jupes de Darcos.

Sarkos serait il soudain touché par la grâce vénéneuse du Sirtakis ?

En tout cas Darcos le tout rond en dehors de chez tout dur en dedans, en chasse patate dans le Tourmalet, celui qui ne sera pas " le ministre de l’hésitation nationale " n’a finalement pas hésité trop longtemps. Il remballe sa réforme des lycées dans ses cartons avec du papier bulle autour à faire claquer nerveusement dans l’attente de jours meilleurs. (un an à peu prés)

A considérer qu’il y en ai.

Et que je te passe la marche arrière plutôt que la seconde. Un truc à faire péter l’embrayage.

Serait ce le syndrome des pompes qui se téléportent toutes seules dans la gueule de certains va t’en guerre en pré-retraite ? où, l’envie immodérée (modérée toutefois par Opinion Way ) d’essuyer nos semelles de tatanes crotteuses sur le paillasson présidentiel (paraît, dixit Chirac, que ça porte bonheur) toujours est il que ça calenche dans les pignons et qu’il y a comme un coup de moins bien (comme on dit rayon cycliste) dans l’inflexibilité sur la flexibilité de nos élites un rien tétanisées.

Déjà qu’en Guyane et en loucedé le Jégo s'est fait rôtir le bermuda et que ça à tellement plu que ça se propage en Guadeloupe et en Martinique, manquerait plus que Carolis

medium_logo_tf1_copie.jpg

ne signe pas son propre suicide télévisuel pour qu’on finisse tous par faire la grasse mat le dimanche voire mieux.
(Tous les jours me paraît une proposition de réforme assez convenable.)

De plus, sachant qu’après avoir fait les poches des pauvres, en glanant quelque mitraille misérable, certains cadors du Nasdaq se mettent carrément à soulever les bijoux de famille des rupins faute de mieux, on pourrait retrouver quelque égalité dans la file d’attente des soupes populaires et ça pourrait, y'a des chances, égayer nos reveillons ascétiques.

;;;;.jpeg


Deux bonnes nouvelles dés le lundi ne peuvent qu’augurer d’un joyeux bordel festif à venir au pied des sapins. (gardons les bûches à mon avis ça pourrait resservir)

De les voir reculer comme ça, sans même jeter un œil dans le rétroviseur, en mouillant leur petite culotte Grosbateau de chez Bolloré, tout ce bonheur cumulé auquel on nous avait si bien déshabitué, ça foutrait presque la trouille dis donc.

Tgb

17:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

12/12/2008

L'Erasmus du cocktail Molotov

2008-01-22T180422Z_01_NOOTR_RTRIDSP_2_OFRTP-FRANCE-BANLIEUES-GAUCHE-20080122.jpg
S’il est bien une des rares réussites Européenne, c’est le programme Erasmus.

S’il est bien une arme de la jeunesse saccagée et révoltée c’est le cocktail Molotov.

S’il est une identité commune à la génération Européenne qui vient, c’est l’Erasmus du cocktail Molotov.

En effet

Quelle différence y a t’il

entre une voiture qui brûle à Athènes

dscn8298.jpg

et une voiture qui crame à Montfermeil ?

05110311400249zifl8p0unevoitur.jpg


Entre un tonfa sur la tête d’un Brestois et une matraque sur le crâne d’un Athénien ?

Entre une grenade lacrymo sauce Bolognaise ou une grenade assourdissante sauce Bordelaise ?

A l’heure, du déni Irlandais, où Bruxelles essuie ses pieds crades, une fois de plus, sur la démocratie populaire, se sentir enfin, se sentir vraiment Européen en la mémoire d’Andréas Grigoropoulos peut être le terreau d’une autre Europe.

A l’heure de l’aumône sociale ici à défaut de justice, du mépris politique et de la violence économique, que la fureur monte des rues gréco-latines nous rappelle enfin notre culture humaniste et rebelle.

Non pas les mêmes problématiques, mais le même mépris d’une même oligarchie qui exige toujours plus de sacrifices modernes et s’octroie en permanence toujours plus de privilèges féodaux.

Que toute cette caste si peu exemplaire, qui aujourd’hui même se vote la sécurité de l’emploi, pour les élus, bénéficiant déjà de niches fiscales, de retraites mirifiques, de 60 mois de chômage luxueux aille se faire voir chez les grecs.

Aux mêmes causes mêmes conséquences. Au même crachat satisfait et moralisateur au visage de la jeunesse de Grêce, d’Italie, ou de France, d’Athènes, de Bologne ou de Brest, le même glaviot à la gueule de la nomenklatura corrompue et repue.

Du énième ricochet de balle, selon l'autopsie officielle, là-bas où des disparitions de dossiers ici, la même police au-dessus des lois et la même impunité pour les shérifs aux ordres du formatage institutionnalisé à 700 euros.

Alors quand enfin, les facs et les lycées convergeront vers les cités et se rejoindront au cœur de Paris, comme une odeur de foudre
comme une traînée de poudre, comme une odeur de printemps en hiver.

Juste une question d’étincelle.

Révoltés de tous les pays d’Europe, réservez votre mois de Janvier. De Berlin à Salonique en passant par Nantes et Paris, la tendance sera au blanc moussant. Le surf se pratiquera direct sur la neige carbonique.

tgb

17:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

09/12/2008

Et le désir s’accroît quand l’effet se recule°

20081204SarkoPubHome.jpg


Le même jour Sarko avance

Le même jour Sarko recule

et c’est comme ça en nous sondant qu’on nous enc…

 

tgb

 

° Pierre CORNEILLE : POLYEUCTE

21:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu