Avertir le modérateur

06/06/2008

trop d'bonheur

1437044867.JPG


En ce premier jour du reste de notre vie, et puisque je sens bien qu’à taquiner un quotidien fort déprimant ça fini par fortement nous déprimer je vais plutôt aborder le côté positif de la chose en soulignant, une fois n’est pas coutume mais que ça ne se reproduise pas, une bonne nouvelle.

Je n’aborderai donc pas l’histoire des 150 plus grandes fortunes françaises quasiment exemptées d’impôts : vous chômeurs, rmistes, pigistes, vacataires, intérimaires, peuple branlo-prolo de France, qui rêverait tant de n’en payer même qu’une tranche, je crains fort que ça vous assombrisse davantage.

Pas plus d’ailleurs que je ne traiterais en ce jour et à l’heure où le groupe de rap , la Rumeur, harcelé par un ancien ministre de l’intérieur grimpé depuis dans la hiérarchie, doit justifier encore « d’un mort aux vaches » réactualisé devant une justice nulle part, de la dénonciation des 250 jeunes banlieusards (à peu prés) flingués par la police partout entre 1977 et nos jours.

Je n’abuserais même pas de cette phrase pourtant relativement explicite :

« La seule chose qu’on n’apprenne pas dans les écoles de police, c’est comment ne pas se servir de son arme
«  Maurice Rajfus – historien -

Je pressens bien que ça vous rendrait maussade.

Et même si, avec votre côté lunatique, vous me demandiez ardemment d’aborder de front, le fait que le gouvernement commence sérieusement à nous avoir (nous blogueurs) dans son collimateur anti-buzz en soulignant que la contre-info gratos des bricolos du net fait un tort économique considérable à l’info-com gratos des yatchmen blindés en multi-médias, je vous répondrais tout de go de ne pas insister et qu’aujourd’hui je ne mange pas de ce pain là.

Pas plus que je ne remettrais sur le tapis le fait que massacrer tout un village en Irak n’est militairement parlant pas réellement condamnable où qu’avant même de commencer sa véritable campagne présidentielle, notre ami Obama a déjà fait allégeance à tout ce que compte de lobbies et de conservatismes, y compris Mr Murdock monopolisateur de grands sous-médias néo-conservateurs, en son joli pays qui stratégiquement à choisi de garder le fond du stock tout en changeant la vitrine.

Pas aggraver mon cas.

Je ne me risquerais même pas à évoquer le renoncement de la France à boycotter la chine, vu que maintenant c’est la chine qui nous boycotte  et qu’avec mon acrimonie légendaire je serais tenté de demander à Robert Menard de nous rembourser la différence

On y verrait encore de l’esprit chagrin. –

Une bonne nouvelle donc….


ça pourrait être évidemment le fait qu’Elkabbach soit, en partie, lourdé d’Europe 1, mais d’expérience, sachant que plus on lui crache dessus plus vite il revient je ne garantirais pas l’info comme définitivement réjouissante.

Il ne s’agit pas non plus, petits esthètes cinéphiles, du 1000éme épisode du chef d’œuvre de la télévision publique ‘ plus belle la vie ‘ qu’Hollywood nous envie.

C’est vrai que c’est déjà une énorme nouvelle mais c’est encore plus balèze que ça

Vous pourriez croire aussi que cette bonne nouvelle est le compromis du FAO se promettant de réduire la faim de moitié d’ici 2015.
Mais n’avoir qu’a moitié faim dans sept ans ne me rassure justement qu’à moitié.

La bonne nouvelle précisément aurait aussi pu venir de la bouche de notre susurreuse présidente qui nous annonce tout de go deux très  excitantes nouvelles :

Par laquelle je commence ?


- notre président à quatre ou cinq cerveaux
156897412.jpg

mais avec votre esprit de gauchiste mal tourné ça pourrait encore mettre en évidence son aspect monstrueux

- qu'elle-même ne s’interdit pas de prendre position

mais paillard comme nous sommes je nous entends déjà brailler que dans le kamasutra politique et laïque on lui conseille plutôt la levrette, que le missionnaire.

allez allez, ne protestez pas je vous connais…

La bonne nouvelle ça a failli être franchement l’arrestation, enfin, du voleur de nains de jardin récidiviste du Doubs, au soulagement bien compréhensible, de tous les habitants traumatisés du lotissement martyr.  .

Et dans la même veine, la concommitence troublante de ces deux brèves :

1) la mise sur le marché de la boite anti-jeune marketée plus aimablement : Beethoven

2) la parution d’une étude scientifique démontrant que l’on gagne de l’espérance de vie à fréquenter la jeunesse

Ce qui nous permet de conclure tout ragaillardi, que les cons reclus partiront les premiers.

Mais non, la grande-vraie-bonne-nouvelle de la semaine,
c’est que dans cette forêt amazonienne, poumon vert émeraude de notre planète o combien fraternelle, le président du Brésil, Lula, n’arrive toujours pas à lutter contre la déforestation (mauvaise nouvelle donc que nous ne traiterons pas) mais qu’on y trouve encore….

Et ça c’est de la bonne grosse roborative et revigorante info

Des tribus primitives en autarcie, qui n’ont jamais, jamais, au grand jamais, entendu parler de nous.

Et là carrément, c’est trop d’bonheur !!!!

471032221.jpg



Pour eux.


tgb

 

photo Daniele Atala - le Louvre : oeuvre de Yan Fabre  

 

 

17:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

03/06/2008

Le moral déménage

1429689352.jpg


Le printemps est pourri
Les perspectives maussades
Et le moral des Français tout pareil.

C’est pas pour balancer,
Mais depuis que l’abonné des cimetières
Le poseur de la photo victimaire et lacrymale
(six gosses et une star c’est de la bonne semaine coco)
a pris le pouvoir dans les dents
la météo est pluvieuse
et la ménagère itou.

C’est pas que c’est de sa faute
Mais je constate.

La Météo morose

Et l’encéphalogramme plat.

- Je serai le pouvoir du président d’achat -

Qu’elle avait dit, ou un truc du genre…
La grenouille à grande bouche.

En termes de culture de résultat ?
Zéro plus zéro égal la tête à Sarko.
Si j’étais lui je me virerais illico et sans indemnités encore.

Petit syllogisme :

Si,

on ne peut augmenter les salaires
Because Trichet et l’inflation
(Sauf pour le petit chef + 200 % et les patrons du cac 40 +40%
mais eux c’est pas pareil , z’ont une dérogation)

 et si,

quand même faire en sorte que la populace, en ait pour son euro et son bulletin de vote et de notes

alors
Donc,
 
- Et sur les conseils avisés de nos deux plus grands intellectuels : Jacques Attali et Michel-Edouard Leclerc –

Y’a qu’à faire de la France une immense superette
ouverte même le dimanche
avec Fillon en chef de rayon,
Xavier Bertrand en tête de gondole
et Carla en rollers et promo, genre quinzaine commerciale.

Bref y’a qu’à faire du hard discount.
Du sous ED (ça va être difficile)
Du sous Leader Price (une gageure)
Du sous Lidl (un pur défi)

En voilà une idée qu’elle est bonne !!!
Installer les gens dans la misère et la contextualiser.

Bienvenue au pays où TA vie est moins chère
Où elle vaut plus un rond :
 
Wallmart-land

Tout ça me rappelle vaguement un sketch de Fernand Raynaud
Un sketch méconnu et féroce, un aspect trop gommé de l’humoriste politiquement assez grinçant.

1947449134.JPG



En gros, c’est l’histoire d’un pauvre ouvrier qui vient demander une augmentation à son patron.
Il explique maladroit et intimidé qu’il a un loyer de tant…voilà voilà voilà...et un salaire de tant…voilà vloilà voilà....et qu’il ne peut s’en sortir.

Le patron ferme mais compréhensif constate économiquement l’affaire et l’assure que d’ici trois jours, il aura résolu son problème…

En lui trouvant un loyer moins cher.

c’est la chute.
Et l’effet comique.
En ce temps-là,  ça faisait encore rire….

Sauf que, c’est exactement aujourd’hui, cette politique-là, assez peu désopilante, que nous propose très sérieusement ce gouvernement de petits rigolos :

Vous crevez la dalle ?
Vous êtes exploités ?
Vous êtes pauvre et travailleur ?

On va vous trouver de la malbouffe pas chère.
Dégueu, malsaine, sous-payée, avec des salariés au rabais dans un hangar de merde.

voilà voilà voilà...

Quand un sketch de Fernand Raynaud des années 60, devient officiellement la politique ambitieuse et « moderne »  d’un gouvernement aux abois, on peut comprendre aisément que le moral des français déménage.

Ce pouvoir est nul et incompétent
Mais le plus impardonnable
C’est qu’il n’est même pas drôle…

Fernand revient.


tgb

13:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

30/05/2008

Vini,Vidi, et pas Vinci*

418428915.jpg

Trop venere…
Comment que j’ai les bollocks…
Les grosses, de celles qu’on se stocke en lingots platinés dans les coffiots par ici.
J’te raconte pas.
Enfin si.

Je regarde le jet d’eau surpuissant du lac de Genève et j’ai comme une lancinante mélancolie, qui me prends là, en haut à gauche, du côté du portefeuille. Comme une éjaculation précoce.

C’est dur ce sentiment d’injustice, ce sentiment terrible de spoliation.

Je tape sur le Dab de l’agence UBS, juste en bas de chez moi et qu’est ce que je vois ???
Qu’il me reste allez quoi…. ?!!!  250 M d’euros* à peine pour finir le mois.

Je fais quoi moi, ici en Helvétie avec 250 M d’Euros…
je me tape une fondue ?

Et je te parle même pas de mes minables 2,5 millions d’euros annuels de retraite. (ouais d’accord j’ai bien des jetons de présence qui traînent encore et des plus values sur mes 12 millions d’actions mais ça fait mesquin)

Parce que je te parle là de préjudice financier, mais j’ai la pudeur quand même de ne pas évoquer le préjudice moral. Et pourtant préjudice moral y’a.

A la raclette-partie de Davos, devant les potes du cac 40, qui se sont goinfrés comme des porcs cette année, y va avoir l’air de quoi le pauvre Tonio ?

Lui reste plus qu’à monter un club des perdreaux de l’année avec Bouton et Forgeard, le Zacharias et son RMI à peine patronal…
La zermi quoi…

Gandrange/Tonio même combat….
Martyrs du libéral

13 millions de parachute doré qu’ils m’ont refilé ces empaffés de chez Vinci.
13 millions !!! même pas un parapluie.
J’ savais que ce 13 allait me porter la scoumoune…

Empapaouté de 81 millions.
Grand seigneur j’aurais bien transigé à 80 tout rond mais sans oublier les intérêts de retard, question de principe.
Non !!!!
81 millions qu’ils m’ont filouté les terrassiers.
A vous débecter des services rendus.

Tiens justement, question services rendus, quand je regarde l’eau du lac, ça me fait penser au coup tordu de LYON.

132579675.jpg



1986, changement de majorité.
Michel Noir prend la mairie et moi la flotte lyonnaise.
Tu sais, l’eau vitale, l’eau publique, l’or bleu…
Je te la leur Barbotte à des conditions ahurissantes et pour la plus grande gloire de la CGE. (Compagnie Génerale des Eaux)
La privatisation, on l'a bien arrosé avec Charlot.
Question liquide…

Charlot ?

Charles Beraudier, l’adjoint aux finances.
A sa mort, (en 88) on à même retrouvé des liasses entières dans son coffre de la mairie.
Quel blaireau !!! et les comptes anonymes en Helvétie c’est fait pour les St Bernard ?

Bref à partir de ce jour, le DEJOUANY (le boss de l’époque) je l’avais dans la poche et à son départ – Bonjour la compagnie – C’est le Tonio  qu’est devenu calife
PDG de la CGE rebaptisée Vinci, (pour faire oublier qq vilenies ) 

Belle promo pour un petit ingénieur hydraulique Alsacien non ?

Oui quand je vois ce foutu lac….
Et toutes mes larmes dedans de pauvre exilé fiscal...
Non y’a pas de justice
Enflé de 81 millions par ces culs-terreux du BTP le Tonio…

Enfin ce qui me remonte un peu le moral (en Berne) c’est qu’heureusement, presque à la même heure, le tribunal administratif de Pontoise se déclarait incompétent (c’est le juste mot) pour juger une éventuelle "faute" de service des flics qui poursuivaient les trois mômes électrocutés en 2005 à Clichy-sous-Bois.

Non, parce qu’en plus si Zyed et Bouna gagnaient leur procès (même à titre posthume) pendant que mezigue, le triste Antoine Z...se faisait tirer sa carte Gold, ce serait carrément une prime à la racaille non ?


tgb


*venu, vu et l’ai dans l’cul ( en traduction simultanée )
* patrimoine estimé

20:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

28/05/2008

Back in Rungis


1542552260.jpg

C’est comme ces vieux chanteurs sur le retour, qui tentent un improbable come-back en surfant, un rien pathétique, sur les modes fugaces du bon vieux temps. Le genre : le chanteur de mes parents.

Les années 80 : La Compil

Chantal Goya, Patrick Juvet, Fréderic François, Goldorak…

La merde d’hier en revival pourri d’aujourd’hui, patinée par la douce et indulgente nostalgie.

Qui nous expliquent que non non, on ne les a pas oubliés, que certes ils ne sont plus au top des hit-parades mais
qu’ils n’ont jamais arrêté de tourner en province.
Qu’hier encore ils ont fait un carton à la foire exposition d’Amberieux en Bugey.
Qu’aujourd’hui encore, ils sont la vedette de l’inauguration de la superette de Sainte Honorine des Pertes.
Que demain encore ils seront en Guest Star sur le podium du critérium du Dauphiné libéré.

Le côté Lucien Jeunesse quoi….(in memoriam)

Qu’il ne faut pas mépriser le public des grandes surfaces, des maisons de retraite, que c’est la vraie école. Que c’est là qu’on retrouve ses vrais fans. Que comme la terre (Pétainiste), le terrain ne ment pas. Que certes la groupie a vieilli mais que la ménagère de plus de 50 ans et son beauf de mari qui pousse le caddy, reprennent toujours par cœur les refrains populaires passés aujourd’hui dans le patrimoine et l’identité nationale. Qu’ils viennent en famille. Que quand on touche toutes les générations c’est y pas une preuve ça de la longévité….

Alors on ressort les vieux tubes

- Travailler plus pour gagner plus
- Les vrais gens
- Ceux qui se lèvent tôt
(en Remix Club House-electro.)

Alors on reprend en cœur les plus grand succès en tapant dans les mains

- Bling-bling c’est fini
- Tu l’aimes ou tu la quittes
- Cécilia pour la vie
( remasterisé en Carla)

C’est comme ces vieux chanteurs ringards qu’ont tellement voulu faire modernes qu’ils finissent par ne faire même plus contemporains. La star pipole de la coiffeuse, la tête de gondole en promo chez Monop devenue inaudible, faisant partie des meubles qu’on écoute sans entendre. Qu’on reconnaît de façon pavlovienne sans pourtant y mettre un nom…

Un poster jauni sur panneau électoral.

On ressort et on verse une larme sur les vieilles pochettes de disque :

23024114.jpg

1662553442.jpg1824104341.jpg

 



C’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure tambouille certes, alors on ripoline les classiques :

- le pouvoir d’achat – (en duo disco avec Jean-Pierre Pernaut)
- la racaille au kärcher - et sa nouvelle version « dance » - casse pas mes abribus -

les standards indémodables comme l’indéfrisable :

- si y’avait pas d’chômeurs y’aurait pas d’chômage -


et même les succès d’estime

- mon ami double W -

On chauffe la salle comme on peut avec le tube de l’été du début des années 2000, un putain de slow bien spongieux sur lequel on avait emballé l’électeur du camping des flots bleus… mais on a beau chauffer la salle comme on peut, au métier, en showman, ça sent quand même le réchauffé, la tournée d’adieu et ça fini par faire presque pitié.

C’est le comble.


tgb

 

photo : Alain Chabat alias Gilles Gabriel, chanteur fictionnel, auteur du tube ‘Flou de Toi’ en 1983, vendu, selon le site MySpace de l'intéressé, "à plus de 133.000 exemplaires en France (disque de bronze)" dans le film "La Personne aux deux personnes"
 

11:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu