Avertir le modérateur

25/05/2016

Merci François

 

CcXbvovW8AAT7uM.jpg

Pour être original, je vais faire comme tout le monde et m’enthousiasmer pour le petit bijou, filou et poilant de François Ruffin : Merci Patron. Pas vous redire ce que d’autres ont déjà dit brillamment, mais insister sur le fait que contrairement aux comédies industrielles des professionnels à gags, c’est le film le plus fendard que j’ai vu depuis longtemps.

Et ce plaisir de se marrer avec une salle tout en vagues gondolantes. Rire ensemble.

Décidément, il n’est rien de mieux, face aux thèses laborieusement démonstratives et autres prises de tête militantes, que la légèreté pour attaquer les sujets graves.

Sachant que le ridicule ne tue plus, sinon il y aurait des monceaux de cadavres de cuistres à tous les étages, il y a bien peu de chances que cette charge impertinente, cette pochade dévastatrice nuise considérablement à la 13eme fortune mondiale et en finisse avec l’oligarchie triomphante. Mais au moins ce film nous venge-t-il et nous soulage des puissants. Le genre chamboule tout, pan dans ta gueule. Et c’est déjà beaucoup.

Surtout voir combien ces maîtres du monde sont entourés d’amateurs approximatifs, de baltringues bonhommes, de bavards suffisants, terrorisés par « les minorités à peine agissantes ». Et ce film de nous rappeler qu’il n‘est pas de grand homme pour son valet de chambre. Qu’on a bien tort de les craindre.

Cb4ls9SWEAAF4C1.jpg

Un exemple de maïeutique réjouissante et O combien pédagogue. La démonstration que le petit qui peut peu, peut faire trembler le grand qui veut tout. Voir le renard se jouer des loups, avec un peu de bol et le sens du traquenard, les voir s’emberlificoter tout seuls est un plaisir de fin voyeur.

Surtout dire mon admiration pour Ruffin, qui tout seul ou presque a réussi à monter le fanzine Fakir, à le maintenir à flot, le propager et à produire ce film avec les moyens du bord. Quel foutu agitateur ! Et de repenser à Cavanna qui disait de Choron. - Ce type, s’il n’avait pas fait dans le canard anar serait devenu milliardaire…- C’est bien tout le paradoxe de l’entrepreneur mettant ses talents au service des autres et s’attaquant au faiseur d’empire tout pour ma gueule.

logo.png

Merci Patron tombe à pile. Dans cette effervescence qui pétitionne à bientôt 1 million, qui #VautMieuxQueCa, qui chahute agricole, qui s’exaspère, à Notre-Dame-des-Landes ici , contre le gaz de schiste là, qui colère sourde et déborde les syndicats et s’enrage des partis… Ce film cristallise cette ébullition pré-printanière et cartonne au box-office. Pas de hasard.

Parce qu’à la fin, c’est nous qu’on va gagner

Va savoir…

tgb

 

20:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Les Tsipras (en tournée)

CV3eiAlWoAA79JB.jpg

Manquent Coquerel, Macron et Robert Hue…

Pas s’moquer !

tgb

 

19:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Le talent des autres

 

CWA-ZViXAAInDEt.jpg

Quelques citations récoltées sur twitter, qui n’ont hélas, même pas le bon goût d’être de moi.

- Les amis de mes amis ne seront jamais mes amis tant que mes amis n’arrêteront pas d’avoir des goûts de merde en amis.

- Quel est le pire fléau de notre époque l’ignorance ou l’indifférence ? - J‘en sais rien je m’en fous !

35345257.jpg

- On s’en fout de la beauté intérieure, on veut de l’intelligence extérieure. -

- Je comptais arrêter le Lexomil mais finalement je vais plutôt arrêter les gens !

Cbrt1S_WIAAYp-e.jpg

- Ce soir mon beau frère nous a expliqué son plan pour détruire Daesh en 8 jours, lui qui a mis deux mois pour réparer le velux de sa salle de bain.

- Je n‘ai jamais abusé de l’alcool, il a toujours été consentant.

CbrGR05XIAAZOh8.jpg

- J’aime bien ce monde, dommage qu’ils aient mis des gens dedans.

- Il faudrait sérieusement qu’on pense à arrêter de travailler pour faire quelque chose de nos vies.

tgb

 

19:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

L’esprit Johnny

 

CV703anW4AApLsX.jpg

Il y a un an descendait sur la France un esprit saint et obligatoire : l’esprit Charlie. En ces temps d’unanimisme compatissant, valait mieux être gagné par la chose, une auréole sur la Tête et plutôt intérêt à cocher la case Charlie sur la fiche S, sinon c’était menottes, comparution directe, prison, sans passer par la case Balkany.

7743452246_cet-homme-qui-reste-les-bras-croises-s-appellerait-august-landmesser-selon-le-washington-post-il-a-epouse-une-femme-juive-en-1935-soit-un-an-avant-que-ce-cliche-soit-pris-leur-union-etait-interdit-par-la-loi-nazie.jpg

Oui, il y a un an, dans la foule, il était plus facile de trouver Charlie sur la photo que de trouver un pas Charlie, vu que les pas les peu ou les pas trop Charlie rasaient les murs.

Après l’annonce faite à Marie vint donc l’injonction faite à être Charlie.

Et pour peu que tu ne sois pas tout à fait dans la pure tradition française consistant à bêler avec les loups tu risquais assez vite le : Monsieur le commissaire, mon voisin semblerait ne pas avoir succombé à l’esprit Charlie vu qu’il achète Siné mensuel et que ce dimanche de charlisation officielle, il n’a pas marché en rang derrière les grands Charlie de ce monde et du siècle naissant. Veuillez agréer… Signé Charlie

Derrière cet admirable slogan publicitaire « Je suis charlie » qui évitait confortablement de réfléchir à la chose et masquait astucieusement le vide de la pensée tunique, c’est au cri de « plus jamais ça » qu’on s’endormit avant de se réveiller un vendredi 13 novembre, jour de tirage du super loto, où tout le monde gagnait le droit de poursuivre son bonhomme de chemin sécuritaire, sauf 130 personnes au mauvais endroit au mauvais moment.

CYi7QEzW8AAcMTT.jpg

L’esprit Charlie donna donc, dans l’état d’urgence, la déchéance de nationalité, le flicage partout et la justice nulle part, sauf il va de soi, pour les 8 syndicalistes terroristes de Goodyear ;

CYnALmOWMAAt272.jpg

le pneu bonne année à la Santé.

De la dèche à Daesh, de l’inauguration de plaque mortuaire à la canonisation de dessinateurs anars, tout à son déchéancier électoral, le président normal d’un pays d’impuissance moyenne passa ostensiblement de l’esprit Charlie radical à l’esprit Johnny modéré - quoi ma gueule qu’est ce qu’elle a ma gueule - du délit de faciès au délit de solidarité.

Oui ça existe.

Ainsi donc, quand vous croiserez la route d’une petite fille réfugiée de 4 ans vous serez prié de la laisser dans l’état de barbarie où vous l’aurez trouvée. On ne va quand même pas égarer notre civilisation au nom des grandes valeurs, merde !

tgb

 

19:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu