Avertir le modérateur

25/05/2016

L’esprit Johnny

 

CV703anW4AApLsX.jpg

Il y a un an descendait sur la France un esprit saint et obligatoire : l’esprit Charlie. En ces temps d’unanimisme compatissant, valait mieux être gagné par la chose, une auréole sur la Tête et plutôt intérêt à cocher la case Charlie sur la fiche S, sinon c’était menottes, comparution directe, prison, sans passer par la case Balkany.

7743452246_cet-homme-qui-reste-les-bras-croises-s-appellerait-august-landmesser-selon-le-washington-post-il-a-epouse-une-femme-juive-en-1935-soit-un-an-avant-que-ce-cliche-soit-pris-leur-union-etait-interdit-par-la-loi-nazie.jpg

Oui, il y a un an, dans la foule, il était plus facile de trouver Charlie sur la photo que de trouver un pas Charlie, vu que les pas les peu ou les pas trop Charlie rasaient les murs.

Après l’annonce faite à Marie vint donc l’injonction faite à être Charlie.

Et pour peu que tu ne sois pas tout à fait dans la pure tradition française consistant à bêler avec les loups tu risquais assez vite le : Monsieur le commissaire, mon voisin semblerait ne pas avoir succombé à l’esprit Charlie vu qu’il achète Siné mensuel et que ce dimanche de charlisation officielle, il n’a pas marché en rang derrière les grands Charlie de ce monde et du siècle naissant. Veuillez agréer… Signé Charlie

Derrière cet admirable slogan publicitaire « Je suis charlie » qui évitait confortablement de réfléchir à la chose et masquait astucieusement le vide de la pensée tunique, c’est au cri de « plus jamais ça » qu’on s’endormit avant de se réveiller un vendredi 13 novembre, jour de tirage du super loto, où tout le monde gagnait le droit de poursuivre son bonhomme de chemin sécuritaire, sauf 130 personnes au mauvais endroit au mauvais moment.

CYi7QEzW8AAcMTT.jpg

L’esprit Charlie donna donc, dans l’état d’urgence, la déchéance de nationalité, le flicage partout et la justice nulle part, sauf il va de soi, pour les 8 syndicalistes terroristes de Goodyear ;

CYnALmOWMAAt272.jpg

le pneu bonne année à la Santé.

De la dèche à Daesh, de l’inauguration de plaque mortuaire à la canonisation de dessinateurs anars, tout à son déchéancier électoral, le président normal d’un pays d’impuissance moyenne passa ostensiblement de l’esprit Charlie radical à l’esprit Johnny modéré - quoi ma gueule qu’est ce qu’elle a ma gueule - du délit de faciès au délit de solidarité.

Oui ça existe.

Ainsi donc, quand vous croiserez la route d’une petite fille réfugiée de 4 ans vous serez prié de la laisser dans l’état de barbarie où vous l’aurez trouvée. On ne va quand même pas égarer notre civilisation au nom des grandes valeurs, merde !

tgb

 

19:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

Eloge du trois fois rien (mais c’est déjà beaucoup)

Cas63TLXEAAitnW.jpg

Bien sûr on peut toujours attendre le grand soir

CbMD_k9WAAER1fx.jpg

 Ou croire en ça

Ca84In6XIAEe17j.jpg

Des images motivantes qui, à n’en pas douter crédibilisent farouchement la politique.

Et puis on peut ne pas attendre et par des petits riens du tout, là où on est, là où on peut, produire de petits actes de résistance marrants, mettre quelques cailloux dans les chaussures pour faire claudiquer les puissants, réquisitionner des chaises (voir plus bas) ou se tirer la bourre entre libraires et faire dérailler la machine à story telling en toute innocence (ou presque).

CbQ8OyWW4AA57lK.jpg

Surexposer plein de jolis livres avec plein de rien dedans et redonner du sens au vide par la mise en scène et en vitrine, c’est peu et c’est beaucoup à la puissance de quelques millions d’esprits farceurs et créatifs.

CbV48TkXEAArLbV.jpg

Et puis, avec un soupçon de panthéisme et de personnification, sachant qu’il existe 3000 milliards d’arbres sur la planète et qu’on en perd 10 milliards par an, imaginons les angoisses d’un chêne centenaire appelé à finir en pâte à papier pour imprimer ça :

41f6o01pcmL._SY291_BO1,204,203,200_QL40_.jpg

 410 exemplaires (sources edistat) vendus. Ça fait cher du tronçonnage pour finir au pilon.

De ces petits actes de résistance, là où on peut, là où on est, comme modestement Katia 72 ans brutalisée par la police en s’opposant à Poitiers à l’abattage de platanes ou à plus grande échelle, Wangari Maathai, ou Yacouba Sawadogo, qui plantèrent des millions d’arbres - A priori pas spécialement pour que quelques cuistres indigents y signent de leur égo leur vacuité.

Il y aura peut-être Corbyn ou Sanders ou re Mélenchon, autant de Tsipras dévoyés peut-être ou de héros triomphants va savoir. On ne peut pas perdre tout le temps. Il y a surtout Assange ou Snowden ou Manning ; autant de prisonniers politiques de l’occident, de refuzniks de dissidents comme l’on disait alors quand ces choses là ne concernaient que l’ennemi totalitaire tandis que nous du monde libre et bien pensant…

mais bien plus d’anonymes encore, de lanceurs d’alerte et de petites mains qui, là où ils sont, là où ils peuvent et sans forcément se sacrifier ne serait ce que socialement, firent boiter la machine à faire du pognon et à tout saloper, ne fut-ce qu’un instant.

Individuellement ou collectivement je crois en la force de l’inertie agissante, du zèle scrupuleux, du geste insignifiant mais signifiant, bref de la pichenette harceleuse, de la guérilla à coups d’épingle et de la facétie.

Si vous avez l’impression que vous êtes trop petits pour pouvoir changer quelque chose essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez lequel des deux empêche l’autre de dormir…(Dalaï Lama).

tgb

 

19:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

La peau du drapeau

coupe-du-monde.ou-etiez-vous-le-12-juillet-1998.jpg

C’était le 12 juillet 1998. Une belle soirée d’été. Un temps que déjà les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Nous étions tout une foule mélangée devant un écran géant à Stalingrad. Et puis 1 et 2 et 3 zéro et soudain tout un peuple d’exploser de joie et une liesse populaire de s’emparer de Paris libéré.

La France pavoisée ! des drapeaux tricolores sortis de nulle part aux fenêtres partout, agités et brandis en toute spontanéité.

Et les blacks de me dire que la France c’est Dessailly et les rebeu de me dire que la France c’est Zizou et les antillais de me dire que la France c’est Thuram et les arméniens, et les bretons et les marseillais… et l’équipe de France de faire de la France une équipe et tout le monde de s’embrasser sur le crâne fraternellement dans l’allégresse et de revendiquer sa part de chauvinisme bon enfant.

Un soir, une nuit, deux jours de bonheur enivré avant que cette folle effervescence de finir recyclée à embrasser un mac do. C’était court c’était dense c’était éphémère, mais ça a existé même si ça paraît loin.

securite-liberte-506x380.jpg

Je n’ai rien contre l’étendard sanglant élevé, même si j’ai bien conscience avec Sweig que dans le lever du drapeau toute l’intelligence est dans la trompette. Le patriotisme étant l’amour des siens, le nationalisme la haine des autres (Romain Gary) je ne vois pas pourquoi, on laisserait les symboles républicains à la crapule fachoïde et le bleu blanc rouge et la Marseillaise et nos mythes et nos héros.

Déjà que la laïcité dévoyée entre leurs mains s’est travestie en islamophobie avec crèches dans les mairies, on imagine aisément ce qu’ils finiront par faire, sauce Orwel, la guerre étant la paix, la liberté l’esclavage, l’ignorance, la force, de Liberte Egalité Fraternité, notre socle républicain.

4508711_3_746f_manuel-valls-francois-hollande-et-emmanuel_b8949093982ef95aa6bcf6bdb55ad603.jpg

Tout ça pour dire que l’injonction cocardière de François W. Pays Bas, va t’en guerre à géométrie variable, à s’ériger du drapeau dans une laborieuse tentative de récupération politicarde, il peut se la carrer jusqu’à la hampe dans son état d’urgence électoral.

Quand il cessera de piloter son pédalo nucléaire à vue et nous proposera un projet une vision un horizon un peu noble et ambitieux pour ce pays autre que le taux de stabilité ou de croissance à chéquier wahabbite ou l’escalade sécuritaire, on en reparlera.

perfectly-timed-photos-26.jpg

En attendant notre Guy cuit Mollet pourrait avoir la décence de ne pas spéculer sur le cours du sang et la peau des autres et ne pas s’accaparer l’abreuvage de nos sillons dont il porte une évidente irresponsabilité.

tgb

 

19:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Maman j’ai encore raté l’élection

 

CJ9K5VsWUAELTxh.jpg

Bon, allez cherchez plus, c’est moi ! C’est moi l’abstentionniste responsable de tout.

C’est pas le NO alternative, qu’on se retrouve tous dans la nasse compétitive à se cracher dessus.

C’est pas les merdias mainstream qui font leur beurre avec le cul de la crémière populiste et l’islam qui fait brrrrrrr peur.

C’est pas le nabot et son mentor Buisson qui a ouvert les vannes de la haine et de l’identité nationale.

C’est pas non plus Flanby, son Macron, son Valls, et son état d’urgence, ses milliards au merdef, sa dépendance aux monarchies pétrolières et à lOtan, sa triangulation performante et sa stratégie géniale à faire monter les fachos pour être réélu président sert à rien en 2017  (pas fichu de viser dur ou mou mais dans le trou ), avec 50,0001 % des voix devant les bruns.

Non non, je reconnais, j’admets, c’est que moi et 50% d’autres irresponsables.

J’ai toujours eu la vocation du bouc émissaire.

B1wUmMnIEAACHT4.jpg

Mais d’abord quelques précisions :

1) Je ne me suis pas abstenu, du genre à aller à la plage en décembre avec mon râteau et ma pelle en remerciant le réchauffement climatique. J’ai raisonnablement, sciemment, délibérément refusé de participer à ce simulacre.

2) J’ai bien compris que je vote blanc ou noir, rouge ou vert, jaune ou indigo, « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens »

3) J’ai bien pigé que la liste pour laquelle j’aurais éventuellement pu me déplacer, à savoir celle menée par le charismatique Pierre Laurent que je considère au passage comme le responsable de la casse d'un Front de Gauche devenu illisible à force d'accointances opportunistes avec le PS, allait direct négocier ma voix pour quelques strapontins en Ile de France.

Fusion ou regroupement technique qu'ils appellent ça. Je les laisse à leur novlangue honteuse, en ces temps d'interdiction de tout rassemblement.

4) J’avais bien noté que Syrisa ou pas, ça consistait au final à manger son chapeau plutôt que de la moussaka.

Certes j’aurais pu voter blanc. Heu…. Quelqu’un peut me dire le nombre de bulletins nuls exprimés à ces régionales ? On est d’accord !

Au moins, en m’abstenant, l’on me commente, l’on me désigne, voire on me stigmatise. J’existe.

B8wBs3XCQAECjqH.png

Alors bien sûr l’épouvantail FN. La peur du méchant loup à te faire rentrer dans le rang pour suivre le berger et ses chiens de garde jusqu’à l’abattoir. Le loup ou l’abattoir ? sacré dilemme. Aller voter pour acheter un sursis ? Encore quelques secondes monsieur le bourreau...

la belle affaire !

A défaut de choisir le moins pire je me prépare au pire. Et il faut du courage à sortir du story-telling, à ne plus se raconter d’histoires.

A propos du pire, ça n 'a pas l'air de trop inquiéter les marchés cette affaire-là ! + 0,88 pour le CAC 40. C 'est dire si Gattaz a des insomnies.

Je m’empresse donc de vous dire à l’heure des bilans, des mobilisations et des petits arrangements de façade qu’en toute bonne conscience, je n’irai pas non plus voter dimanche, me fichant bien de savoir, qui de Pécresse, Bartolone alias Huchon, défilera sous l’arc de triomphe.

Pour le coup je ne suis pas résigné, plus vigilant que jamais, je me contente d’être lucide.

Evidemment, ça fait toujours un peu mal à la tête de penser avec.

tgb

 

19:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu