Avertir le modérateur

15/02/2015

Sachant que...

B9uBC4wIgAAkkDU.jpg

Sachant qu’en France il est de bon ton à l’instar de l’élite exemplaire de frauder le fisc et de coûter à la communauté des milliards tout en dénonçant indigné la fraude sociale qui se chiffre en millions

Sachant que pour être considéré comme bon français mieux vaut chanter la marseillaise à tue-tête que de payer ses impôts en France

cahuzac-fraude-fisc.jpg

Sachant qu’il est plus prudent judiciairement parlant de mettre son pognon dans un paradis fiscal que de fouiller dans une poubelle pour survivre

Sachant que pour ne pas être Charlie vous risquez la comparution immédiate alors que pour être Balkany (par exemple) vous risquez de finir vos jours dans une de vos maisons aux caraïbes

B9iuN9mIUAAoD4O.jpg

Sachant que le schizophrène TIKI ex président des jeunes de l’ump militait au sein du courant moisi la France Forte pour s’expulser lui-même

Sachant que l’on vend au gentil dictateur égyptien à la justice pour le moins expéditive nos rafales tandis que nous nous abstenons de livrer au méchant Poutine nos frégates au nom des droits de l’homme

Sachant que des revues subventionnées par l’argent public passent leur temps à dénoncer l’assistanat de l’état providence sans qui elles n’existeraient pas

Sachant que les chiens de garde nous reprochant de vivre au-dessus de nos moyens depuis trente ans avec un smic par mois vivent au dessus des nôtres avec un smic par jour depuis toujours

Sachant qu’un chef d’état faisant une politique de droite totalement libérale nous rappelle fort heureusement qu’il est de gauche depuis le début

B90I_-eIMAAkCne.jpg


Sachant qu’un ancien président de parti mis en examen enseigne le droit in english à Sciences Po tandis qu’un ancien président de la république va vendre ses casseroles au Qatar plutôt que de les récurer ici

Sachant que l’état a donné plus de 40 milliards au Medef qui a donné plus de 56 milliards de dividendes à ses actionnaires

Sachant que la liste Falciani des évades fiscaux compte 3000 noms mais aurait du en contenir 6000 dont de très nombreux élus opportunément volatilisés

Sachant que mr Macron veut que les jeunes deviennent milliardaires à tout prix

Sachant que mr Malki avocat de Charlie Hebdo est aussi l’avocat de Clearstream

Sachant qu’en France on laisse en repos ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin (Chamfort)

B8wBs3XCQAECjqH.png

Sachant qu’il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens déclare le président de l’Europe Juncker mouillé jusqu’au coup dans l’affaire Luxleaks

Sachant que mr Rebsamen ministre du travail qui propose de mieux contrôler ces feignants de chômeurs a endetté sa ville de Dijon à 45 % d’emprunts toxiques tout en étant administrateur rémunéré de Dexia

Sachant que vu le comportement de nos élites, conflits d’intérêts, pantouflages, corruption, copinages… c’est à l’Ena, l’Essec ou HEC qu’il faudrait d’urgence réintroduire de la morale

Sachant qu’avec Nadjat Belkacem, il est mal venu que les élèves se posent des questions à l’école

...

education-civique-ecole-primaire-124.jpg

je souhaite bon courage et bonne chance à tous les instits profs et autres pédagogues pour instruire et sensibiliser la jeunesse à l’éthique, au civisme et aux valeurs républicaines dans l’exemplarité.

tgb

11:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

09/02/2015

Le djihadisme fiscal

 

2205-PARADIS-VLAHOVIC.jpg

D’après des sources bien informées, ils seraient plus de 10000 français à avoir rejoint l’Etat Helvétique, ce sultanat fondamentaliste du secret bancaire, pour y mener le djihad fiscal.

Si certains sont revenus sur notre territoire notamment pour s’y faire soigner, d’autres ont choisi de poursuivre le combat à Monaco, aux Iles vierges ou à Panama, enfin certains s’y sont définitivement implantés et à ce titre, pourraient être déchus à terme de leur nationalité française.

Mais c’est probablement plus de 100 000 combattants de l’exil fiscalo-fasciste, venus de 200 pays, véritable armée internationaliste, qui auraient rejoint clandestinement la Suisse, dont pas moins de 2000 Grecs, exfiltrés de la dette et de l’impôt y compris Monsieur Papandréou lui-même.

Car dans ce choc de défiscalisation et cette radicalisation de la fraude fiscale, si nombres de filières disséminées notamment dans les banlieues ouest de Paris ont été démantelées, l’on trouve des complicités dans les plus hautes fonctions de l’état, tel Jérôme Cahuzac ancien ministre des finances, Jean Claude Juncker patron actuel de l’Europe ou Stephen Green ministre du commerce anglais, ancien Emir de la mouvance HSBC, faisant émerger le risque même d’une cinquième colonne contre laquelle nous met en garde Manuel Valls en dénonçant à juste titre « l’ennemi intérieur ».

arton4959.jpg

Si de nombreux sites radicalisés sur Internet, le Monde, les Echos, Le Nouvel Obs… font dangereusement l’apologie de l’optimisation fiscale, heureusement un certain nombre d’hebdomadaires vigilants, Le Point, l’Express, Valeurs Actuelles…nous alertent régulièrement sur les dangers du fiscalo-fascisme par des unes brisant courageusement les tabous :

L’évasion fiscale que l’on cache

HSBC les vérités qui dérangent

Le danger fiscaliste

Ces banques sans gènes

Le spectre Suisse

Les fanatiques du compte anonyme

L’occident face aux paradis fiscaux …

Car en effet, les terroristes endoctrinés du secret bancaire et convertis au djihadisme fiscal sont prêts à tout pour rejoindre ce « paradis fiscal » promis par des banquiers intégristes sans scrupules.

Je suis Suisse !

Du côté de Neuilly on aura remarqué durant la minute de silence honorant les 1000 milliards d’euros sauvagement escamotés en Europe, de nombreux incidents, provocations et incivilités de certains enfants n’hésitant pas à crier au milieu de l’hommage « je suis Suisse » ou « je suis fraudeur » ou « ni imposé ni imposable ! » ou même pour certains de reprendre le slogan d’un certain extrémiste Macron « Nous voulons devenir milliardaires, réussir à tout prix ».

Des propos immédiatement dénoncés aux autorités et sanctionnés par la ministre de l’éducation nationale.

tgb

17:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

02/02/2015

Au joli pays de Charlie

 

dictature.jpg

Au joli pays de Charlie, être ou ne pas être Charlie, telle n’est pas la question.

Non, en ce joli pays de Charlie, on ne pose et ne se pose pas de questions inutiles ni même subsidiaires. S’en poser dans un esprit vaguement critique étant déjà suspect

Etre Charlie ne se discute pas. On est Charlie ou rien. Charlie ou personne. Charlie ou en prison.

Etre Charlie c’est comme l’école publique : gratuit et OBLIGATOIRE.

Car en ce joli pays, la bonne pédagogie consiste à ne, ni questionner ni se questionner mais à bien fermer sa gueule tout en l’ouvrant aux heures de gavage.

C’est ainsi qu’ici, en ce gentil pays de délateurs chroniques, les profs dénonçant leurs élèves tandis que dans une juste répartition des rôles, les élèves dénonçant leurs profs, tout en réglant quelque compte au passage, se demander simplement ce que recouvre ce slogan est absolument proscrit.

Mesdames et messieurs dans cette grande tradition qui fit l’honneur et la gloire de la France éternelle, dénonçons nous les uns les autres, le ministre de l’intérieur reconnaîtra les siens.

B7pL0TzIcAATXr3.jpg

On peut, éventuellement nuancer Charlie à la condition extrême d’être Charlie (et blanc).

Donc, étant lâche et n’ayant pas vocation à devenir martyr de l’union nationale, je le dis comme je ne le pense pas : je suis Charlie.

Cette formalité accomplie sous les caméras vidéos de mes voisins, maintenant réfléchissons :

Comme le capitalisme, sensé être basé sur la libre concurrence, donc le choix, et qui nous serine à longueur d’ondes qu’il n’y a pas d’alternative, tu es Tina, n’y aurait-il pas quelque contradiction à défendre la liberté d’expression tout en l’interdisant.

Tu es Charlie avec moi ou pas Charlie contre moi. Bon ou mauvais français.

Quand on réduit toute pensée dans une formule marketing à 2 balles, y a t-il encore de la pensée autre que pourrie ? Y a-t-il encore de la liberté de penser (comme dirait l’autre con) dans l’injonction solennelle à penser tous pareil ?

Dans le consensus mou et moutonnier quid de la dialectique ?

dictature.jpg

Pour un pouvoir quel qu’il soit, ce qu’il y a de bien avec l’hystérie compulsive collective, c’est que la foule se sentant des poussées nationalistes, des pulsions de croisade, des montées de vengeance tricolore, elle ne pense plus, elle éructe, elle mobilise, elle claironne, elle pavoise.

Ah ce goût pavlovien et grégaire pour le tout sécuritaire, quant à la liberté qu’en ferions-nous, tant qu’on peut pousser des caddy à Carouf le dimanche ?

Oui, quand elle a les craquettes, la foule déjà pas très fine en temps ordinaire devient con comme un balai, subtile comme une balayette à chiottes.

En ces temps galvanisés, l’on peut d’ailleurs vite se retrouver décoré de la francisque, la patrie reconnaissante, pour avoir courageusement affronté seul et à mains nues un dangereux enfant terroriste de huit ans et mis hors d’état de nuire tout une filière djihadiste d’école élémentaire.

Respect !

Oui mesdames et messieurs les bons français, pour ne pas l’avoir connue je la reconnais pourtant cette odeur familière de la nation profonde, ce parfum singulier qui fait notre identité nationale tout autant que notre ADN : la bonne pourriture des enfants de Pétain.

B7pL0TzIcAATXr3.jpg

Ainsi donc finirons nous par trouver normal de ne plus enterrer les petites filles Rroms, de mettre en garde à vue un petit garçon basané tandis que l’on se scandalise d’un politique devant un tribunal, de transformer les instituteurs en matons et les flics en juges, alors que la mauvaise haleine de Tesson et de ses acolytes continuent rèspectablement d’ empuantir nos narines à travers même les ondes.

Ainsi donc aussi, naissent les parfaites souricières et l’asservissement volontaire et le totalitarisme flasque et la fabrication du consentement .

Ainsi donc dans le Doubs, après avoir désespéré le peuple de gauche, en lui confisquant toute alternative par de l’alternance pareille (cause) puis avoir instrumentalisé l’extrême droite comme tonton Mitterrand lui avait appris, le parti solférinien tout à ses minables manigances exige de l’électeur et de l’élu DU Pacte Républicain contre la bête immonde (conséquence) qui monte qui monte et que l’on fait monter.

Entre l’inoculation de la rage et le prix de son vaccin, mon cœur ne balance pas :

qu’ils aillent tous se faire empapaouter ! (chez Syriza)

Je ne marche pas dans la sale combine.

A la question Es-tu Charlie ? les dessinateurs de Charlie eux mêmes, je n’ai aucun doute, d’un crobard bien torché pour dénoncer ce mauvais Charlisme dégoulinant, auraient répondu comme Oscar Wilde :

Je suis moi-même, les autres sont déjà pris.

tgb

20:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

27/01/2015

A l’ombre de l’âne (d’après Démosthène)

 

BbuBAFYIEAEMeNU.jpg

Alexis, un Athénien au chômage fut délégué par son village pour se rendre à Delphes afin d’y vendre la misérable marchandise collective : quatre dérisoires barils d’huile d’olive. (c’eut été du pétrole qu’Hollandréou fut venu à genoux pour lui rouler des pelles). Quatre barils d’huile d’olive pour toute fortune afin de soigner les familles dépourvues de couverture sociale, la malaria et la tuberculose ayant refait leur apparition, tandis que le sida faisait à nouveau des ravages.

Pour transporter sa maigre production, Alexis loua à prix d’or, un âne à la directrice du FME (Fonds Monétaire des Equidés) mme Lagardos qui suspicieuse et cupide, le suivit à la trace dans son 4X4 climatisé, sponsorisé par l’Arabie Saoudite.

En ce temps-là, la loi Macron n’étant pas encore votée, il n’y avait pas d’autocar.

En chemin, au bout de plusieurs heures de marche dans la caillasse, sous un cagnard accablant, l’homme épuisé, chercha désespérément une taverne pour s’y rafraîchir et s’y reposer un peu. L’austérité étant passée par là, la troïka ayant tout dévasté, pas la moindre auberge en activité ; le plus petit estancot ayant depuis longtemps mis la clef sous la porte.

B7p1WrVCEAEEQdr.jpg

Dans le concert incessant des cigales et pour se protéger du soleil de plomb, pas même un arbre à l’horizon, chaque morceau de bois ayant été depuis longtemps consommé l’hiver pour chauffer les écoles privées d’électricité, ou abattu pour laisser place à des complexes touristiques gardés par des vigiles, y compris dans les zones protégées, cédées à des spéculateurs immobiliers allemands.

Au bord de l’évanouissement, notre homme eut alors une idée : s’installer quelques instants à l’ombre de l’âne. A peine avait-il déposé le bât de l’animal, que la harpie défiscalisée du FME surgit en le menaçant et l’injuriant tout à la fois :

- dégage de là, sale assisté, tu n’as pas le droit !

- comment ça je n’ai pas le droit, je l’ai loué cet âne, non ?

- tu as loué cet âne mais pas son ombre et son ombre est à moi !

Pour l’instant nous en sommes là, et attendons impatiemment la suite de l’histoire...

Alexis+Tsipras+Podemos+Political+Party+Chooses+UvjRNkI-5UIl.jpg

Ainsi non seulement la Grèce martyrisée devait rembourser la dette, mais passait le plus clair de son temps et de son peu d’argent à rembourser les intérêts exorbitants des prêts, dont 70% allaient directement renflouer les banques.

« La Grèce est « en bonne voie pour achever son ambitieux plan d’ajustement budgétaire », osait la directrice générale du FME, exonérée d’impôts mais qui en exigeait des autres, tandis que le nul et incompétent Jean Claude Trichet, ex président de la BCE (banque centrale des Equidés – un partenaire et concurrent du FME) trouvait que « les efforts demandés à Athènes ne sont pas de l’austérité mais simplement le retour à l’équilibre ». `

Délicieux retour à l’équilibre en effet que l’augmentation de plus de 43 % de la mortalité infantile.

Pour dénouer cette histoire, me revient une parabole orientale.

BbuBAFYIEAEMeNU.jpg

Dans un souk de Tanger, un flâneur soudain huma une exquise odeur de tajine d’agneau et s’en délecta. Le marchand s’en apercevant exigea immédiatement cinq dirham au quidam pour le plaisir procuré.

- il n’en est pas question, dit le passant , je n’ai rien consommé, c’est portnawak…

- tu as humé, tu en as joui, tu me dois cinq dirham - s’énervait le marchand

Ils commençaient tous deux à en venir aux mains

Surgit un sage qui dit au quidam

– donne moi une pièce d’or…

- mais certainement pas je ne dois rien je n’ai rien acheté…

- donne moi une pièce d’or - insistait le vieux sage…

En désespoir de cause et de guerre lasse le passant confia une pièce d’or au vieux sage qui se tourna vers le marchand, frappa cinq fois avec la pièce de monnaie la faisant résonner sur la marmite où mijotait le tajine et dit au commerçant :

– te voilà payé !!!

– Puis il rendit la pièce d’or au quidam.

alexis-tsipras1.jpg

Je dis ça je dis rien, mais ça pourrait inspirer Syriza…

tgb

14:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu