Avertir le modérateur

24/04/2016

Filmer les filmeurs

CZZ8vmRWIAAje4b.png

Etonnant comme, dés qu’on retourne le miroir, les filmeurs filmés ont de soudaines pudeurs.

Observer la machine à fabriquer l’opinion et alors les montreurs d’ours de ne plus se montrer, tel Orphée se retournant sur sa belle et faisant disparaître Eurydice à jamais.

Montrer ce qu’ils montrent, comment ils le montrent et surtout ce qu’ils cachent, par l’angle et le prisme, monter et démonter le misérable dispositif et alors de gripper les engrenages et la grande chaîne médiatique à produire du vide.

Comme si soudain l’exhibitionniste se voyant à poils, d’aller se rhabiller.

827050684.jpg

Car en vrai, le journalisme mainstream, à mouliner du rien ne montre pas. Il se montre. Il commente, il souligne, il réduit tout au cadre. Il se plante dans le décor, il se filme. Et le sujet alors de devenir accessoire, les acteurs, figurants et tout de lui tourner autour dans une vulgaire mise en abîme pixellisée.

L’image de l’autre ne faisant qu’alimenter l’image de soi. On ne montre alors que pour se montrer soi. Tout á exiger de l'ordre pour dènoncer le dèsordre.

Etonnant oui, qu’à simplement montrer les montreurs, la machine à réduire, la machine à pathos de se déconstruire et de s’autodétruire dans ce brouillage soudain de la routine télévisée.

Et le regard du grand reporter de guerre sur le terrain avec fixeur, bodygard, gilet pare-balles…à 800 mètres de chez lui, soudain d’implorer : - On ne peut pas me montrer moi puisque c’est moi normalement qui montre me montrer -

CaUOxYTWAAAjDt1.jpg

Juste décaler l’angle, devenir témoin du faux témoin, un soupçon de métajournalisme et alors la virtualité du grand mensonge d’être à peine surexposé qu’il se décompose illico et retourne à son néant.

Le montreur n’ayant rien à montrer et se sachant montré n’a donc plus rien à dire. Ou à faire.

sarkozy-camargue2.png

Le journalisme de trottoir ou de bétaillère, à toujours tout montrer du doigt, a pris la mauvaise habitude de zoomer sur ce doigt pour ne surtout rien montrer ailleurs.

L’info devenant le doigt, à simplement désigner le doigt qui ne montre que lui-même et alors de voir en gros plan l’index soudain dans le pot de déconfiture.

Le montreur démontré.

tgb

 

12:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

19/04/2016

Les vieux cons

CfDh9wXWIAAI4aC.jpg

Si les jeunes maquerelles finissent en vieilles bigotes, alors nous en avons, avec la bande à Finkie, la parfaite illustration.

Rapport à Nuit Debout :

Cohn Bendit – Il faut arrêter de rêver

Bruckner – Je ne pense pas que ce mouvement doive se poursuivre. Ces jeunes gens se croient tout permis

Goupil – Ce mouvement n’a pas d’avenir

BHL – …nuit debout s‘est déshonoré…

Couturier – en sillonnant la nuit debout on croise toute la galerie habituelle des névroses qui hantent la gauche bobo…-

La disparition de Glucksman nous privant d’une ineptie supplémentaire au catalogue.

3054454-4354616.jpg

De jeunes cons à vieux cons, sans omettre la séquence néo-cons, c’est avec une belle constance dans la connerie, que les yéyés du maoïsme, les bolcheviks en bermuda auront fait carrière. Les rentiers du monôme 68, dépositaires officiels de la marque « révolution et cotillons », les empiffrés de la bamboula lacrymo, tiennent à conserver leurs dividendes comme autant de privilèges.

De la lutte armée à la pensée assise, en parfaite adéquation avec la pire de la pensée moisie : Ciotti Brunet Reynié Lepen Rioufol…

Les anciens contestataires de l’ordre ancien sont aujourd’hui même les pires représentants bedonnants du paternalisme satisfait.

Prière de ne pas déranger tonton Bruckner dans sa sieste digestive à roter sa suffisance et son mépris.

Jeunes gens, veuillez vous indigner dans les clous et prendre les patins avant le matraquage.

Cbt_C6nWIAA-0pG.jpg

Dans le carré VIP de la chemise déboutonnée du haut, mieux vaut ne pas froisser les petits maîtres sous peine de repasser à genoux sa leçon en suivant bien les plis. C’est que nos subversifs momifiés ont l’esprit de caste et l’aigreur facile voire jalouse.

Abonnés depuis presque 50 ans à la révolution sans peine et sans entraves, à la transgression tout confort et à l’intégrisme libéral et Bushien, il ne fait pas bon venir les chatouiller dans leurs charentaises à glands et leur triturer la prostate embourgeoisée.

Pour une fois que le petit Alain avait la permission de minuit, voilà t’y pas qu’il se prend dans la vraie vie de la cour de récré, du réel en pleine face. Et le cœur de la pleurnicherie outragée complice de toutes les guerres sales et de toutes les saloperies atlantistes, d’y aller de son sparadrah humanitaire et scandalisé.

Crime de lèse majesté. On aurait touché à un poil de cul de notre Socrate sur vibreur et bipolaire. Et l’opprimé de la censure gauchiste de répandre son gnagnagna sur toutes les ondes de France.

La bonne blague.

CYwxDIWWkAANugz.jpg

Oui ami islamo-gauchiste, djihadiste vert et autre nuitdeboutiste, va falloir arrêter de t’excuser de tes colères, de demander la permission à tonton Dany et revendiquer haut et fort le dérangement, sans passer par le Lexomil.

Quand ils nous laisseront la parole peut-être alors les autoriserons-nous à accéder à notre crachoir. En attendant quelque chose aura vraiment changé, quand, lorsque nous leur cracherons vraiment à la gueule, c’est eux qui s’excuseront de nous avoir gâché de la salive.

tgb

 

15:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

16/04/2016

L’insurrection qui vient est venue

 

CeYjhsIWEAEpLlr.jpg

On l’attendait, on n’y croyait plus. On s’exaspérait de tant d’inertie face à tant de violence sociale et de mépris de classe et de gabegie écologique et de foutage de gueule moral, et de Goldman Sachs et de vendus, de médiocres, de postures et d’imposteurs et de compétitivité à tout saloper. Les âmes, la planète, la dignité, l’honneur, la liberté-égalité-fraternité nom de dieu.

Et l’intelligence.

Tant d’arrogance crasse et de tartufferie.

CbzsXMzWEAA_73d.jpg

On s’impatientait, assommé par trop de servitude volontaire, de soumission docile, de à quoi bon…

Cf00ASuVAAAzJnd.jpg

Il y avait bien parfois une chemise déchirée, mais on te faisait payer si cher le pressing !

On l’imaginait comme d’hab cette insurrection à venir, violente, romantique, solaire. Elle a surgi comme d’hab, sans qu’on la voit venir ; peinarde, multiple, tenace dans le froid, imperméable à la pluie, bordelisée organisée tout à la fois.

Fragile.

Cflp-0lWQAA02yl.jpg

Elle a posé ses valoches à la République puis ailleurs puis partout, diffuse, confuse, jusqu’à des bleds improbables, un peu sympa, foutraque, vaguement boy scout, debout assise, insaisissable.

CVzfTrGWoAA00qw.jpg

Et soudain tout à vieilli. Tout ce qui était vieux et repeint de modernité ringarde s’est flétri et papy Macron et sa dame et Valls musette et pépère à la télé, les retraités parlant aux retraités, et Le Maire rasé de frais et déjà rassis et tout ce plein de vide et leurs salonards de l’éditocratie, de l’entre soi à s’enivrer de parole rémunérée, de platitudes suffisantes et de confort verbal à rien dire.

CfRLcj-WEAAJu6A.jpg

Qui de machin ou de truc choppera la queue du Mickey ? rien à foutre camarade. Allez vous faire trouer le cul dans vos croisières idéologiques et vos excursions sondagières. La télé, elle est sur les portables et les chroniques y sont sauvages. Le talent est gratuit et la politique partout sauf chez les politiciens.

josefina-alain-pratt.gif

Tous soudain tocardisé, sauf Bernie, Badiou, sauf Morin, sauf Corbyn, sauf Chomsky, les vieux de la vieille adulés pour ce qu’ils sont restés. Fidèles. Convaincus. Pas modes. Avec de vilains pulls.

Tendance.

La modernité était nichée dans l’intégrité, l’humain et la patience d’autre chose à rien transiger, rien céder.

noam-chomsky-2005-14.jpg

Et le pull moche.

L’insurrection qui devait venir est venue. Une verveine, un lexomil et au lit le vieux monde de ceux qui dénonçaient le vieux monde. Au dodo les primaires. Et un anus artificiel pour Cohn Bendit. Et le bassin pour Bruckner.

Leur printemps républicain pubard vient de se faire grave empapaouter par la nuit de l’impro.

Et que si rien n’a encore changé tout est déjà différent, tant les cadavres encravatés de l’ordre et de l’oligarchie pourrissent sur pied.

CdH3XIyWoAA70ju.jpg

C’était plié ?! on déplie tout.

Alors quoi qu‘il arrive et quoi qu’il advienne elle a surgi, gauche, étonnante, merdique, glorieuse, incertaine…

l’insurrection qui vient est venue.

tgb

le 47 mars 2016

 

09:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

11/04/2016

La primaire des primaires

CaUOxYTWAAAjDt1.jpg

Devant la multiplication des primaires, primaire écolococosocialocollabo, primaire fachocentrorepublicanosarko et primaire sociocivicofrancodroito, il serait sage et judicieux d’organiser une primaire des primaires afin de ne pas trop encombrer les primaires.

Parce qu’on a beau dire trop de primaires finit par tuer les primaires.

Donc avant de procéder à la primaire suprême qui désignera le candidat du secondaire, soit le premier tour du championnat de celui (ou celle) qu’à la plus grosse, sélectionnons la meilleure primaire de toutes les primaires.

Je sais pas si vous me suivez.

Un bel exemple en tout cas de compétitivité civique et illustrée. Soit 4 élections en tout.

On voit tout de suite le côté simplifié de la chose.

CbMD_k9WAAER1fx.jpg

Il est évident que tous les candidats des primaires non retenues seront automatiquement éliminés. Ce qui dégagera de la compétition un certain nombre de baltringues distingués aussi dispensables qu’insipides en grappes.

Non on ne redouble pas une primaire. Non, on ne rejoint pas en douce la primaire gagnante. Ce sera quitte ou double et tous les candidats se foutant sur la gueule la veille disparaîtront ensemble dans un bel exemple d’échec fraternel et solidaire.

Seuls les participants de la primaire gagnante pourront continuer à s’insulter copieusement avant de former un gouvernement éventuel.

Bref, pour résumer, on fait un tournoi préalable de primaires avant de passer à la primaire qui désignera le candidat final opposé aux autres candidats pas passés par les primaires.

CfEBLdRXEAA6lON.jpg

Vous me direz que c’est un peu injuste, rapport aux petits malins s’exonérant de primaires et je vous répondrais qu’en effet c’est ni sport ni équitable mais qu’il faut être un peu con pour participer à des primaires quand rien dans le règlement ne vous y oblige.

Je vous rappelle que l’heureux gagnant des primaires précédentes fut notre immense président dont l’inconsistance le dispute à la pluviométrie.

Notons également qu’avec 5% au concours, on peut finir premier ministre. C’est dire si l’enjeu des primaires en vaut la peine et que ce mode de désignation électoral reste incontestablement le meilleur moyen de choisir le moyen le meilleur.

Est ce clair ?

Cfwe1_KXIAAOnl5.jpg

Devant un tel challenge parfaitement enthousiasmant, je ne vous cache pas que je suis moi-même à deux doigts de lancer ma propre primaire, parce qu’à 50 ans si t’as pas participé à une primaire t’as quand même vachement raté ta vie.

tgb

 

17:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu