Avertir le modérateur

19/02/2018

Les poubelles de l’histoire

83812145_027332072-1.jpg

La politique est l’anecdote plus ou moins sale de l’histoire - Salvador Dali

L’histoire frappe rarement à notre porte. On est plus souvent à la subir qu’à la faire. On se laisse la plupart du temps porter ou avaler par le torrent des jours dans l’impuissance politique et la passivité, même indignée, des évènements.

Mais il se trouve que parfois des hommes sont au bon endroit au bon moment et qu’ils ont la possibilité folle de tordre l’histoire, de s’en emparer et de changer le cours des choses ; non seulement d’en être l’acteur mais le réalisateur même.

Quand De Gaulle rompt avec sa famille politique, avec Pétain, son parrain militaire, avec son milieu son monde sa tradition légitimiste et part, non pas se planquer à Londres, mais résister en n’étant rien ou si peu, condamné à mort, déchu de sa nationalité, avec le risque probable de ne jamais refoutre les pieds dans son pays, il faut croire en sa démesure, avoir une conviction en acier et sans doute une audace instinctive tout autant qu’irrationnelle liée à un égo surdimensionné, bref s’élever au niveau du héros, en dessous des dieux mais au dessus des hommes, pour se projeter dans le grand destin.

DVX0INjXkAYui-x.jpg

Il n’est évidemment pas donné à tout le monde de sauter dans l’inconnu avec toutes les chances ou les malchances, malgré son courage ou sa vision, de sombrer dans le néant, de disparaitre dans les soubresauts troubles de l’épopée.

Si, entrer vivant dans la légende tels Mandela, Gandhi, Castro ou Arafat reste exceptionnel, en sortir tragiquement en y laissant très vite sa peau tels Guevara, Moulin, Sankara ou Luther King en marquant de leur empreinte le roman national et la postérité est déjà un exploit, il est surtout plus fréquent de finir victime anonyme et sacrifiée d’un Panthéon illusoire, soldat inconnu d’une mythologie que l’on n’imprimera pas.

Bref au jeu des péripéties, des furies et des intrigues, s’il n’est pas simple d’accéder à la cour des grands hommes, il suffit d’un peu de veulerie et de médiocrité pour grimper en rampant sur le piédestal branlants des François de Rugy et autre minable.

A chacun son envergure.

DJ21B_LW0AE5SQI.jpg

Tout ça pour dire que Tsipras eut l’opportunité d’entrer dans l’histoire en la fracassant (un peu) et y renonça totalement pour finir par gérer en petit administrateur pragmatique et conciliant le désastre grec et le désespoir des grecs, rajoutant même à son malheur (et au notre), comme Benoît Hamon ( dans une moindre mesure) eut l’occasion d’exploser la fabrication programmée des dernières élections en rejoignant les Insoumis et en ouvrant un véritable possible avant que de signer sa reddition et d’acter sa petitesse à 6%.

DWPwaaxWkAAdtqx.jpg

Attention je ne dis pas que sauter dans le grand vide de l’ l’histoire est facile. Je ne sais pas ce que je serais capable de faire face au mur de la destinée et dans le vertige de l’hybris. Ce que je dis c’est que certains hommes confrontés à un moment propice du réel deviennent immenses et d’autres demeurent petits, voire rétrécissent.

Pour Tsipras et Hamon l’affaire est entendue. On sait ce qu’ils valent à l’échelle de la plus ou moins grande histoire et l’on sait aussi que le facteur de cette histoire là ne sonnera pas deux fois. L’histoire ne repasse pas deux fois les plats ou alors comme l’écrivait Marx , si l’Histoire se répète, la première fois, c’est une tragédie, la seconde une comédie…

Ces deux personnalités sont peut-être des personnes estimables, sympathiques, humaines, gentilles avec les enfants, douces avec les animaux et éventuellement sincères et convaincues, ils ne sont simplement pas des personnages du grand roman humain, pas à la hauteur des grands déchaînements historiques.

Emmanuel-Macron-et-Benoit-Hamon-et-maintenant-le-selfie-!-photo_exact1024x768_l.png

Il y a les nains, il y a les géants, ceux qui sont faits pour les petites histoires, les arrangements, les compromis pourris et ceux qui sont destinés à la grande, se transcendent, se subliment, s’arrachent à leur condition, à tout risquer quitte à tout perdre.

Dans l’instant effroyable des grandes décisions, il n’y a de place ni pour les velléitaires ni pour les pusillanimes.

Même juchés sur des poubelles, les timorés de la petite histoire ne font pas la grande.

tgb

Share|






15:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

14/02/2018

Les indiens des grandes prairies…

photo.JPG

« Les grandes puissances n’ont pas de principes, seulement des intérêts. » Henry Kissinger

Les indiens des grandes prairies avaient installé leur campement au coeur de la ville, tout près de la rivière. Ils avaient érigé leurs tipis faits de bâches, de plastiques et de briques sur des palettes en bois récupérées ça et là.

Réfugiés des grands espaces, des horizons là bas ou d’ici, loin de leurs ancêtres et des grands esprits ou si proches, les migrants du réchauffement climatique, les exclus économiques, les réfugiés politiques, venaient se les geler dans ce territoire tempéré, modéré, de la start up nation où l’on privilégiait ceux qui avaient tout en culpabilisant, exploitant, méprisant ceux qui n’avaient rien.

DVmTQwVWkAI4cMh.jpg

On les laissait crever de froid, de faim et de désespoir vu que c’était leur choix, leur liberté que de mourir dans la rue, sous une porte cochère, dans un abri de sans fortune, hérissé de piques d’acier et de tessons de verre, et que chaque homme dans ce monde libéral libertaire avait après tout bien le droit de vivre mais surtout de crever comme un chien.

DV3mHj0X0AACqDW.jpg

Dans ce pays civilisé, où l’argent ruisselait, on se faisait un devoir de respecter leur volonté d’être né quelque part et de n’être rien ni quelqu’un.

Les indiens de tous les pays y compris du mien, attendaient résignés l’assaut de la cavalerie comme à wounded knee, en se serrant les uns contre les autres pour conjurer la peur avec pour tout drapeau leur peau et leur dénuement.

Les indiens d’ailleurs et d’ici avaient l’insigne courtoisie de mourir par centaine discrètement et d’être ramassés à la pelle par leurs frères de misère et de voirie au petit matin blême.

DV709nXW0AEUe-1.jpg

Les indiens de la terre mère, les expulsés du profit, les nouveaux sauvages du nouvel ordre mondial et de la néo-barbarie, les derniers de cordée, les premiers des Mohicans qui seraient bientôt des milliers des millions à errer, à se clochardiser moderne en toute urbanité, commençaient à former cette cour des miracles, cette armée de gueux en haillons, faite pour effrayer le voisin enjambant sans les voir les cadavres pétrifiés avant que de traverser à gué dans les clous.

Les indiens des grandes prairies et des terrains vagues, les femmes et les enfants, les improductifs, les malades, les vieux, toute cette horde de sans noms, de sans dents, tous ces pestiférés et autres détritus, les déracinés aux pieds nus, les losers de la vie, les perdants de la ville, expérimentaient sans le savoir le lent et subtil génocide un par un de la déshumanisation marchande, avant que de connaître l’euthanasie programmée.

C-c9MjQWsAAOUi9.jpg

Les indiens des grandes prairies avaient installé leur campement au coeur de la ville des néo-yankees, tout près de la rivière infecte et polluée entre deux tas d’ordures.

Ils méditaient pensifs et incrédules sur cet étrange eldorado qui leur claquait la porte au nez tandis que s’effondrait sous leurs yeux, une civilisation.

tgb

Share|






09:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

05/02/2018

La cabane au fond du jardin

uU7uaDNf.jpeg

Depuis la nuit des temps, les gouvernements successifs tapent sur les classes moyennes avec une imagination sans bornes qui fait la fierté de nos grandes écoles d’administration française : clopes, essence, péages, gaz électricité, tva…

que tant de créativité justifie amplement de faire tant d’études. 


Dans l’impossibilité évidemment de taper sur les intouchables classes dominantes, vu que nos gouvernants sont élus avec leur pognon et se trouvent être leurs domestiques, et de racketter les plus pauvres, puisque par définition ils n’ont pas un rond, ils s’appliquaient à rogner le peu de gras des citoyens juste au dessus de la ligne de flottaison.

Mais ça c’était avant.

DVC7-ujW4AAyqyw.jpg

La grande nouveauté et j’oserais dire, la grande modernité de la bande à Macron c’est que, sans vergogne, tout en continuant de faire les poches du français lambda, elle s’attaque à la misère en lorgnant sur les pièces jaunes.

Gratter 5 euros d’APL par ci, tandis que l’on octroie mille Euros aux députés pour se loger et 40% d’augmentation aux maires des grandes villes, et 3 euros de retraite par là, tandis que l’on supprime l’ISF aux nantis, soit par exemple pour l’exemplaire ministre Penicaud, 69000€ euros de ristourne, telle est la noble vision sociale du macronard décomplexé des bourses.

Il faut lire, ou entendre, les témoignages des petites gens spoliées dans les émissions de comptoir (et autour de soi), pour découvrir l’effet dévastateur de l’opération grattage.

- 4 euros sur mon allocation adulte handicapée

- Sur une retraite Arco de 25 € ils m’ont retiré 1 €

- Ma fille une bourse de 110€ et sans que sa situation ne change, on vient de lui enlever 30€ !!!

Capture d’écran 2018-02-05 à 12.35.04.png

De cette mesquinerie misérable et méprisante au détriment des retraités dont on sait qu’ils votèrent massivement pour le jeune paltoquet arrogant, que dire, au delà de l’ignominie sociale, si ce n’est que l’opération est non seulement improductive mais totalement con.

Car loin des complexités du CETA, des lois liberticides et autre loi anti FAKE-NEWS… sans doute très abstraites pour la grande masse des citoyens, la taxation des petites retraites soudain se matérialise directement dans le panier des ménages et sur toutes les feuilles administratives que l’on dissèque avec stupeur.

Cette faute politique ravageuse, comme un coup de poing soudain à la gueule du petit peuple, ce véritable carnage social, ressemble à un incompréhensible suicide politique.

Et donc quitte à continuer dans la mesquinerie et tandis que l’on exonère le yacht, c’est avec une discrète opiniâtreté dans la saloperie que ce gouvernement totalement azimuté du réel s’attaque à la cabane de jardin.

DVIBkbEXUAAJl-A.jpg

On sait combien la tondeuse à gazon, la binette et le parasol sont des objets de luxe pour le jardin ouvrier et combien le clapier à lapins représente une marque de richesse ostentatoire. Dans cette folle dynamique imaginative on suppute déjà d’autres initiatives opportunes telles la taxation des sacoches de vélo, des caddies des petites dames au marché et du carton flambant neuf du sdf.

On se souvient, dans cette perspective grandiose des visionnaires du 21eme siècle, du coup d’éclat de la véranda à la Sarko. Si dans cet exemple précis, les deux politiques semblent antagonistes, en revanche on peut se demander pourquoi une telle obsession de l’appenti ou de l’abri de nains de jardins.

Cherchons pas, ça doit être le côté moderne furieusement jupitérien.

DVLF7CFX0AAuVmU.jpg

Et ce matin même, cette petite dame, qui me demandait si, avec sa bouteille de pétillant à 5,95 euros elle pourrait, pour l’anniversaire de sa petite fille, abreuver huit invités de sa petite famille. Lui avouant que s’ils picolaient comme moi huit bouteilles n’y suffiraient pas et devant sa pudique détresse, je lui offrais une bouteille supplémentaire.

Ma bonne action du lundi.

On se doute bien que ceux qui possèdent la moitié de la planète ne sont pas à 10 ou 20 milliards près, je ne suis pas certain que ceux qui nous dirigent savent concrètement ce que signifie au quotidien de regarder à 1 euro.

DVGI_-kW0AA_i0B.jpg

Quand on en est à taxer le cabanon du fond du jardin, nul doute que quelque part on a déjà les deux pieds dans la merde.

Pour Macron

DVQ6ssYXUAAkQDg.jpg

ça pue déjà.

tgb

Share|






12:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

29/01/2018

Le pot de déconfiture

moton84-c8a37.jpg

"Le spectateur ne trouve pas ce qu'il désire. Il désire ce qu'il trouve." GuyDebord

Bon on se bouffe de la merde c’est une affaire entendue. Il y va de la nourriture comme de l’éducation ou de la santé…une pour les pauvres, une pour les riches, selon que vous pouvez vous offrir le luxe de manger bon et sain, ou que vous devez subir la malbouffe, l’empoisonnement à petites doses par le minerais industriel : la junk food, la daube.

Cvi0vXbXEAAXFlo.jpg

Ensuite que le ministre des finances, le cuistre Le Maire fasse semblant de s’indigner de l’affaire Lactalis de celle là ou d’une autre après avoir supprimé 600 postes de fonctionnaires liés à la sécurité alimentaire - Trop de normes blablabla…trop de fonctionnaires blablabla…pas assez de compétitivité blablabla - les lobbies de la FNSEA et de la grande distribution, c’est à dire pour faire simple de l’agroalimentaire imposant leur loi ou plutôt imposant d’y échapper -

et que le macro-président au doux et double langage - L’État fera toute la lumière sur l'affaire du lait contaminé de Lactalis et il faudra en tirer toutes les leçons…Il n'y aura aucune tolérance…car la sécurité alimentaire est une priorité…blablabla - s’empresse d’éteindre la lumière laissant en toute impunité les géants industriels continuer à appauvrir les paysans, défiscaliser leurs bénéfices et cerise pourrie sur le gâteau rassis, intoxiquer nos bambins - sang ou lait contaminé même réflexe délirant : L’infâme et les profits d’abord ! - 

Rien de nouveau à Tartufland !

Circulez y’a plus rien à voir : pensez printemps jusqu’à l’hiver prochain.

DPyb4efXUAAoNu3.jpg

Et alors soudain le pot de Nutella.

Fait divers anecdotique mais signifiant que cette mini émeute liée à la pâte à tartiner et à tout déboiser en promo.

- Quand l'émeute montre la misère l'idiot regarde le #Nutella !

Comme l’écrit pertinemment JLM, le premier réflexe étant de s’alerter de cette ruée primaire vers l’or chocolaté non sans un soupçon de mépris pour cette foule en furie dans l’hystérie consumériste, il est bon d’analyser le phénomène sans forcément hurler avec les loups et le lire, comme le symptôme d’une pauvreté ordinaire, d’un pouvoir d’achat à trois euros près et du désir légitime d’offrir aux gamins un produit de marque à priori hors budget.

B7ll1YZIQAACoHO.jpg

Oui il est toujours facile de se moquer face à l’hystérie collective du tout marchandisé, de ses victimes conditionnées, plus ou moins consentantes.

Alors, ressortir son Bourdieu, sa sociologie de combat, son déterminisme social, sa reproduction de classe…

dont acte !

N’empêche que si l’on doit chercher à comprendre, à analyser à expliquer froidement et non dans l’excitation du buzz, il est aussi une autre forme de mépris que celle de nier avec complaisance toute conscience, toute responsabilité à quiconque et ce quelque soit sa classe.

tous les pauvres ne se conduisent pas comme des porcs

tous les démunis ne se ruent pas comme des veaux

tous les damnés de la terre ne sont pas à ce point dépolitisés qu’ils préfèrent voter pour Jennifer surtaxée dans telle merde de téléréalité plutôt que d’utiliser gratuitement leur bulletin électoral.

CeUqPoPWsAE7gb6.jpg

Car respecter le peuple c’est aussi lui accorder sa part de connerie, cesser de l’infantiliser ou de lui trouver des excuses.

Nous n’en sommes pas encore aux émeutes de la faim, même si ces bousculades pourraient bien en être les prémices, et si une foule en est presque à s’entretuer pour du chocolat on imagine ce qu’il en sera pour une bouteille d’eau quand il fera soif.

Et c’est pour bientôt.

Dans cette misère culturelle, économique et sociale organisée, encouragée, théorisée, abandonnant leur statut de citoyen pour un statut de consommateur, que les gens luttent et s’usent pour du dérisoire tandis qu’on leur supprime sans qu’ils réagissent, l’essentiel (libertés, acquis, conquis, droits…) tel est bien le projet idéologique, la politique en kit de la classe dominante et d’imaginer à la vue des images la joyeuse frénésie dans les bureaux du groupe Ferrero (quelle pub !!! ) et le sourire de contentement de l’oligarchie à savourer tout à la fois la dernière cuvée de Mouton Rothschild et la subtile moelle de leur stratégie d’épuisement :

- ils sont des millions nous ne sommes que quelques uns tant qu’ils luttent entre eux ils nous épargnent beaucoup. Nous restons tout, ils demeurent rien.

CjO2aVCWEAEO5kG.jpg

Non, pas de révolution à venir tant que le neuro-marketing sert de religion et promet 72 pots de Nutella au paradis de chez Auchan, à moins d’offrir gratos du pur Orangina sur les barricades ou à défaut des fraises Tagada dans les isoloirs.

tgb

Share|






 

15:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu