Avertir le modérateur

18/11/2014

Les termites

flytox.jpg

 « Les termites sont des insectes sociaux, qui vivent au sein de colonies hiérarchisées et organisées en castes. » (wikipédia)

Donc tu intègres l’école de journalisme de sciences PO, tu signes la charte déontologique qui stipule que    " tout étudiant ne commet aucun plagiat, ne fait pas passer la pensée d'autrui pour la sienne, et cite explicitement les confrères dont il reproduit un texte ou même un fragment de texte de quelques mots " et fier de marcher sur les pas d’ Albert Londres tu finis stagiaire bandeau à I télé, où tu apprends que ta directrice à l’instar des immenses penseurs du branlage de manche, Minc Attali…, copie-colle allègrement ses petits camarades.

Et te voilà tout chose.

Un peu comme si tu découvrais, mais c’est impensable, que tel ministre du budget chargé de fraude fiscale possédait un compte en Suisse..., tel premier ministre déclarant martial que « nous vivons au dessus de nos moyens » dissimulait l’étendue de son patrimoine ou que tel dirigeant Luxembourgeois faisait la chasse aux paradis fiscaux à la tête de l’Europe.

Bref, tu percutes enfin que dans ce vaste foutage de gueule, les règles du jeu auxquelles on t’astreint ne s’imposent qu’à toi et tes semblables, tandis que tous les pontifiants trichent, truquent, falsifient, resquillent, maquillent, bernent, abusent… s’exonèrent en s’essuyant les pieds sur les principes sans plus de honte et que c’est même à ça qu’on les reconnaît.

Ils ont l’amour propre sale.

cahuzac-fraude-fisc.jpg

Dans le genre xylophage, du sol au plafond, avec cette absence tranquille d’exemplarité, ces insectes ravageurs rongent les poutres de la confiance, ces nuisibles grignotent les boiseries civiques, ces parasites gangrènent les charpentes sociales, tout ce cadre sans qui il n’est point de vie commune.

Sauf que quand plus personne ne respecte les règles du jeu de société, il n’est plus de jeu ni de société.

Et un grand matin ou un petit soir, crac, ça s’effondre.

Quand tu commences à gratter et que tu perçois derrière les papiers peints et les vernis de la jolie baraque France, tous ces petits tas de sciure, tu supputes le vermoulu et l’état de décomposition et subodores que tu devrais te tirer avant de te prendre le toit sur la tronche.

La termite à se goinfrer la panse est le fléau de la maison commune.

Faut fissa flytoxer.

tgb

22:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

12/11/2014

Du pourrissement de la 5éme république par la tête (et les jambes)

francois_hollande_foot_politique_photo.jpg

Dans le mano a mano impitoyable que se livrent les deux principales équipes du championnat de France du pourrissement de la 5éme république par la tête, apprécions l’intensité du match et les plus belles actions de part et d’autre.

Si l’affaire Cahuzac avait donné un indéniable avantage que l’on crut décisif au parti solférinien, un de ces buts de légende contre son camp, prenant à contre pied toute la classe politique, il faut bien reconnaître que la superbe affaire Bygmalion remettait aussitôt l’ump dans la partie.

On retiendra d’ailleurs la mémorable confession du lampiste Lavrilleux dans une tentative de dribble larmoyant et le jeu magistralement sournois d’un Jean-François Copé au summum de sa forme, écopant malheureusement d’un deuxième carton jaune (après le bourrage d’urnes de l’ump) le mettant provisoirement sur la touche et privant son équipe d’un des pire joueurs de coups tordus et de tacles par derrière de sa génération.

B2PnysnCYAA2of4.jpg

Dans cet affrontement sans concessions, où les adversaires se marquant à la culotte se rendent coup pour coup, inventant chaque fois de nouvelles combinaisons pourries, de nouvelles stratégies pour mieux s’autodiscréditer, on notera la succession de rebondissements et de retournements de situation : l’affaire de l’hippodrome de Compiègne répondant à la fabuleuse affaire DSK, l’affaire Karachi le disputant à l’affaire Thévenoud, l’affaire Tapie-Lagarde tentant de reprendre la main après l’affaire du Carlton, l’affaire des sondages de l’Elysée répondant à l’affaire Aquilino Morelle…

Tricheries, mensonges, détournements d’argent, rétrocommissions, prévarications, conflits d’intérêt, passe-droits, fausses factures, emplois fictifs, corruptions, pantouflages, petit pont entre public et privé, barrage surdimensionné entre amis, aéroport de complaisance…les différents acteurs sur le terrain faisant ainsi la brillante démonstration de l’étendue de leurs talents sur la palette de la crapulerie et d’une non exemplarité à montrer dans tous les centres d’entraînement.

sarkozy12.jpg

Si à l’UMP on sait pouvoir compter sur l’inamovible Balkany une des meilleures enflures à son poste, hélas en fin de carrière, afin d’exploiter au moment opportun quelque saloperie dont il a le secret, et évidemment puiser dans les neuf affaires judiciaires de l’ancien capitaine de l’équipe cherchant d’ailleurs à récupérer son brassard de première racaille chef, au PS on s’inquiète quelque peu après les tentatives avortées de l’affaire Le-Guen ou de l’affaire du patrimoine caché de Valls qui ne donnèrent pas le désastre escompté.

N’empêche à défaut provisoire d’arguments tactiques, la récupération en reprise de volée de l’affaire Fillon pour en faire une affaire Jouyet restera comme un modèle du genre. Alors que tous les ingrédients étaient réunis pour que l’ump prenne une option gagnante dans ce set, la parade admirable du PS consistant à retourner le scandale en sa défaveur ne peut que forcer l’admiration.

Une nouvelle figure donc dans la panoplie de nos petits joueurs politiques : le démenti de démenti qui devrait très vite devenir un classique du genre.

Il est vrai que l’intrigant Jouyet ayant évolué dans les deux équipes et passant d’un camp à l’autre à chaque mercato, il est difficile au final d’attribuer le point à l’une équipe ou l’autre.

20140302-234110.jpg

Et c’est bien le risque de cette confrontation confuse. Faire que deux équipes antagonistes faute d’acteurs et de spectateurs finissent par fusionner. On voit d’ailleurs émerger certaines tentatives de scandales venues de deuxième division ; UDI, FN…participant allègrement à la déliquescence générale.

Quand on sait qu’au moins 60 parlementaires sont en « délicatesse » avec le fisc (fraudeurs quoi !) , on imagine aisément en salivant d’avance, les prochaines indiscrétions de part et d’autre et malgré les multiples esquives et impunités solidaires, les dégâts à venir.

Merci donc à notre classe politique de participer ardemment à ce grand jeu du « qu’ils s’en aillent tous « et « du passé faisons table rase » en contribuant activement à l’avènement d’une 6éme république fraîche et mentholée.

Petite précision, la jeune et prometteuse Nabilla est hors concours…

Quoique …

tgb

12:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

07/11/2014

Là-bas si j’en suis !

tous-les-jours-dimanche-manolo-mylonas-12.jpg

Je sais bien qu’à la une de l’actu du jour, dans cette hiérarchisation subtile qui n'appartient qu'à la médiocratie, il y a la présidente Nabilla qui a poignardé la starlette de scooter éjectable Flanby devant 8 millions de téléspectateurs ou quelque chose du genre et que c’est diablement passionnant.

Mais comme il y a longtemps que le vide le disputant au néant, même dans un réflexe de fascination/répulsion, cette bouillie ne m’amuse plus même en me chatouillant sous les bras, je ne lis plus ni les journaux de référence Tina, ni les torchons à l’agonie Tina, ni ne suit et poursuit quelque jt formaté Tina, ni aucune chaîne d’infos sans infos avec de la potiche dedans et du stagiaire approximatif pro Tina sans le savoir.

Je suis bien conscient qu’il faut faire de longues années d’étude à sciences Po puis à telle école de journalisme pour obtenir le rare privilège d’aller en reportage sur le trottoir d’en face et annoncer à la France qui se lève tôt ou pas, qu’il fait super beau pour octobre, super froid pour novembre, où que les usagers qui ont super chaud ou super froid sont pris en otage sur le front ouest de la gare du nord.

Mais je m’en carre.

Bn8iHZhIAAIliJN.jpg

Pour être à peu près informé, j’ai bien pigé qu’il ne fallait surtout jamais biberonner aux merdiocrates et qu’il y avait plus à apprendre de ce qui est tu, que de ce qui est débité sous cellophane.

De toute façon et pour faire simple, mon organisme ne tolère plus depuis belle lurette l’habillage visuel et sonore du produit pseudo informatif racoleur et braillard ; ni les pubs criardes, ni les jingles stridents, ni la tronche en tranche des liseurs de prompteurs, ni le rythme tachycardique et anti zapping des hommes troncs s’éjaculant de la question tout en se branlant de la réponse.

Pas plus donc du fond creux que de la forme pisseuse, les deux m’horripilant de conserve.

Oui l’info est au final exactement celle qu’on ne te dit pas et qu’il te faut aller pêcher sous d’autres latitudes et profondeurs.

Et par exemple à Londres, à Bruxelles…, ces centaines de milliers de manifestants anticapitalistes hier, tandis que le nouvel ectoplasme de l’Europe Juncker se fait déjà renifler le paradis fiscal aux mille vierges multinationales ou qu’en ce jour même 20 lycées parisiens sont bloqués pour dénoncer les violences policières et autres mensonges d’état et que la conformation des merdias associés a la délicatesse de ne pas t'infliger.

tous-les-jours-dimanche-manolo-mylonas-3.jpg

Bref et de guerre lasse, je me contentais jusqu’à présent du moins pire, à savoir France culture et son long ruban de soft Tina justifiant au moins mon réveil grognon.

Mais voilà que viré par France Inter qui devrait vite et amèrement le regretter, Daniel Mermet et l’équipe de là-bas si j’y suis, nous proposent enfin du meilleur dés janvier : un 7/9/9 d’infos autrement, en ce créneau matinal stratégique, et que cette putain de bonne idée de dope anti-tina au réveil, je l’espérais depuis des millions d’années lumière.

Hop là, me voilà abonné (enfin ma meuf mais c’est pareil) et que pour la première fois depuis des lustres, à l’aube de 2015, il y aura enfin dans mon esgourde de l’alternative matutinale.

Plus rien à attendre et tout à commencer, ici ou là-bas.

J’en suis !

tgb

15:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

02/11/2014

Djihadistes verts mes frères

7775006476_opposition-entre-les-forces-de-l-ordre-et-les-opposants-au-barrage-de-sivens-le-9-septembre-archives.jpg

Xavier Beulin, le président de la FNSEA, a fustigé ce mercredi les opposants au barrage de Sivens, ces        "jihadistes verts" présentés comme un mouvement pacifique et extrêmement bien organisé".

Djihadistes verts donc, Talibans verts ou Khmers verts…on notera ici, sur la palette des craquettes tout en nuances, le subtil rapprochement lexicologique avec tout ce qui est censé foutre la pétoche dans les chaumières de France. Manquent au tableau, pédophiles verts ou terroristes verts et l’on aura à peu près couvert le champ non point agricole mais sémantique des fantasmes urbi ruraux et orbi urbains.

Faut dire à la décharge de Beulin et pour continuer dans la personnification imagée, ce petit Pol Pot du nitrate et de l’agroalimentaire trafiqué, qu’en termes de manifestations pacifiques de la FNSEA, ce pollueur-casseur-pas-payeur, le commis agricole de Monsanto en connaît un rayon.

petit florilège non exhaustif dressé par Isabelle Sénécal :

B1IDS4zCUAA-DX7.jpg

Mais après tout « djihadistes verts » pourquoi pas et plutôt que d’aller mourir pour les Saoud ou je ne sais quelle arnaque impérialiste en Syrie, autant que la jeunesse mène courageusement le combat vert ici, pour préserver notre maison commune, cette seule planète assez peu renouvelable. Et du courage, il en faut, comme de passer l’hiver dans une cabane, une yourte ou sous une tente.

En son temps, les musicos des « négresses vertes » retournèrent l’insulte en marque de fabrique revendiquée. J’aime assez qu’au final, la peur change de camp et que le peuple retraité, biberonné à la propaganda des télés poubelles, commence à regarder sous son lit, des fois qu’un écolo égorgeur ne s’y planquerait pas.

Tant au final, on ne finit par ne respecter que ce que l’on craint.

IMG_5828-300x171.jpg

Certes la violence c’est mal. Et tandis que le productivisme effréné envoie à la casse des centaines de milliers de gens d’un simple claquement de doigt, il nous faut bien admettre que raser une forêt pour rien ou pour quelque arrangement spéculatif entre copains, c’est quand même bien moins grave que de briser holala, la vitre d’une banque multi assurée dont on a déjà grassement remboursé la dette.

Car dans l’échelle de nos valeurs libres et non faussées, l’oxygène c’est quand même nettement moins vital qu’un distributeur à sniffer du billet.

Pas de violence non, pas casser, pas moufter, au pays des bisounours et des Gandhi aplatis, juste se laisser tabasser en silence, et se faire éborgner, matraquer, cracher dessus par des petits Valls au petit menton, ces sales petites frappes à la carrière pliée dans la soie ; ces vigiles serviles du nouvel ordre mondial au profit de quelque uns et au détriment de tous.

Que Thierry Carcenac, digne représentant de ce socialisme notable en putréfaction se rassure, si «mourir pour des idées…c'est quand même relativement stupide et bête», il en est confortablement préservé. La dernière idée du dernier neurone de cette sorte de gestionnaire pourrissant sur pied consiste à conserver ses privilèges, à sacrifier le patrimoine commun à l’intérêt particulier.

13-02-24-GRAFFITIPOCHOIR-Marseille-archyves.jpg

Mourir à 20 ans pour des idées est un noble et triste gâchis, comme mourir à 40 d’un cancer des poumons, du à l’épandage intensif de pesticides.

Mais du point de vue des abeilles, les sentinelles de notre propre survie, c’est Rémi qui est vivant et Carcenac qui est mort.

tgb

12:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu