Avertir le modérateur

18/05/2014

L’humain babord !

6995728-hamsa-main-amulette-utilise-pour-conjurer-le-mauvais-oeil-dans-les-pays-mediterraneens1-200x300.jpg

Le 9 janvier 2011 Nicolas Demorand chroniqueur désinvolte de radio publique puis privée puis publique puis privée…agressait verbalement dans un interview Jean Luc Mélenchon jusqu’au clash. Le 13 février 2014, il était poussé à la démission de la direction de Libération par ses salariés ne supportant plus son autoritarisme et son incompétence. Il redevenait simple chroniqueur de radio publique puis privée puis publique puis privée…

Le 8 janvier 2013 en direct à la télévision devant la France entière le ministre greffeur de cheveux Jérôme Cahuzac balançait à Jean Luc Melenchon qu’il était un homme seul. Quelques mois plus tard le 10 avril de la même année, Cahuzac pestiféré, au bord du suicide, dormait dans sa voiture dans un total dénuement, abandonné de tous.

Le 5 mai 2014, Natalie Nougayrède, directrice du journal de révérence le Monde, signait un éditorial au vitriol contre Jean Luc Melenchon. Quelques jours plus tard, le 14 mai, elle quittait son poste, sous la pression de sa rédaction exaspérée par ses comportements hautains et sa ligne droitière.

Mal_diction.png

Etrange malédiction qui s’abat sur les ennemis du leader du PG, qui frappe tour à tour dénigreurs, manipulateurs, désinformateurs et autres chiens de garde, soudain rattrapés par quelque sortilège.

Ainsi déjà pouvons-nous trembler pour le renégat libéral libertaire Bové faisant dans l’amalgame Melenchon = Lepen d’une folle originalité populiste ce 17 mai en une de Libé. Ce journal militant socio libéral et anti-melenchonien, comme par fatalité, en faillite.

Ami journaliste d’intox, du cadre circonscrit et de la doxa Tina, chers Alemagna, Quatremer, Barbier…pour échapper au maléfice et te protéger par quelque grigris ou talisaman, je ne saurais trop te conseiller cette amulette

vote_utile_fdg.jpg

aux pouvoirs magiques éloignant le mauvais œil à condition de l’introduire le dimanche 25 mai dans l’urne consacrée.

Je dis ça je dis rien, c’est juste que je ne voudrais pas qu’il t’arrive une bricole malfaisante.

tgb

11:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

14/05/2014

Même pas peur !

6_8s2se.jpg

 « Tant que l'homme sera mortel, il ne sera jamais décontracté » écrit Woody Allen tout à ses angoisses existentielles.

Eh ben ça dépend !

Il est quelques rares cas de mortels qui, face à la mort, ont cet étrange détachement qui laisse aussi admiratif que pantois. Une sorte de distance ironique face à leur bourreau qui semble signifier que s’ils sont bien la victime, l’autre est bien l’esclave, que si l’autre me tue, il ne m’atteint pas et que malgré les apparences, mes liens me font libre et ses armes le rendent faible.

Même pas peur.

Je suis plus fort, plus vivant, plus éternel que toi.

Ma maîtrise fait de moi le maître et renverse le rapport de force :

Feu !

fortino.Samano.jpg

Ainsi la fameuse désinvolture de l’ami Fortino Samano, compagnon du révolutionnaire mexicain Zapata, face au peloton d’exécution, mains dans les poches à mâchouiller son cigare et l’œil goguenard du genre à dire - c’est quand tu veux mon vieux, surtout te gène pas pour moi -.

Jean-Carre.jpg

Ainsi la grimace comme un bras d’honneur du jeune communiste résistant Jean Quarré au caméraman allemand juste avant d’être fusillé. (Nul doute que l’héroïque Michel Onfray, la Chantal Goya du concept, saura nous démontrer dans un de ces combats surhumains tout à éplucher du fond de poubelle, que Jean Quarré comme Guy Moquet ne fut pas résistant mais qu’un vulgaire salopard bolchevik, mais c’est une autre histoire qu’il nous racontera plus tard en faisant (de la philo) dans son froc).

historical-photos-8.jpg

Ainsi cet espion russe en Finlande, le revolver sur la tempe n’ayant pas l’air de prendre tout ça bien au sérieux, la vie, la mort et la vodka…

Cul sec ?

200px-Larbi_Ben_M'Hidi_-_1957.jpg

Ainsi encore le sourire tranquille et triomphant de Larbi ben M’hidi, héros national algérien, lors de son arrestation avant d’être torturé puis pendu par le Général Aussaresses. Convaincu comme par évidence que s’il tombe - un ami sort de l'ombre a sa place - et que c’est en mourant justement que justement il gagne.

36358660_p.jpg

Ainsi enfin, Georges Blind, connu comme ‘le fusillé souriant’, subissant détendu un simulacre d'exécution, avant de mourir en déportation et que cette photo fasse le tour du monde.

D’où ces hommes, jeunes pour la plupart, tiennent t-ils donc cette force, cette sérénité, cette drôle de plénitude là où chacun irait de son désespoir ? D’où tirent ils encore cette liberté du pied de nez à la mort tout autant qu’au tortionnaire dans un ultime « viva la muerte » plein de morgue ?

Sans doute ont-ils compris qu’ils n’avaient rien à perdre que leur vingt ans, autant dire pas grand chose quand on a vingt ans et que lorsqu’on a rien à perdre on est maître du monde même désarmé. Alors que nous qui osons si peu, connaissons les affres et l’extrême gravité de louper les soldes de printemps et la sortie vitale du prochain I phone.

Sans doute aussi croient-ils par la force de leur conviction qu’ils meurent pour quelque chose et que leur sacrifice leur survivra.

Je pense souvent quand je me baigne sur une de ces plages de Normandie, que peut-être à l’endroit même où j’étends ma serviette un jeune mec de l’Arkansas mâchant du chewing-gum est venu mourir pour que je puisse faire trempette en toute insouciance et que l’Eurovision de la chanson puisse cartonner à la télé.

C’est dire si ça valait le coup.

Je ne jurerais pas que les autres baigneurs avec glacière tout à mater du monokini y pensent aussi. Mais ainsi va Eros et Thanatos et la vie qui continue.

6_8s2se.jpg

Le sourire de Fortino, de Jean, de l’espion russe, de Larbi ou de Georges, c’est le sourire du chat d’Alice. Le sourire qui reste quand tout a disparu. Le panache, l’élégance, l’honneur…

Même si on voit plus souvent dans ce monde trivial « un chat sans sourire plutôt qu’un sourire sans chat ».

tgb

11:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

10/05/2014

François Hollande, l'autre pays du fromage

Capture-d’écran-2014-02-28-à-20.28.04-300x232.png

Ah mes amis, vous croyiez naïvement habiter un pays, une histoire et une géographie, avec ses paysages contrastés, ses légendes, ses héros, ses salauds et ses gens. Toute une sociologie mélangée, toute une mythologie universalo-franchouillarde. Vous pensiez innocemment que la France dans toute sa transcendance, avec sa conscience tourmentée et son inconscience tranquille était la matrice de voltaire et Rousseau, de Hugo et Rimbaud…et de la divine cantatrice Morano.

Cette exception culturelle.

Que nenni mes amis, vous vous trompiez lourdement, vous vous égariez dans cette sorte d’immanence et de mauvais territoire. Vous habitiez sans le savoir une petite entreprise d’import export dont vous élisiez tous les cinq ans le chef comptable.

"Il faut aller encore plus loin, encore plus vite", pour obtenir des "résultats", remettre en marche "l'entreprise France" et améliorer sa "compétitivité" alors qu'elle a failli "déposer le bilan"

Ainsi parlait l’ectoplasme plat en cette novlangue corporate, ce sabir de la fonctionnalité énarque, cet art de la métaphore de supérette, devant son staff HEC, ses N+1 N+2 à tête de genoux binoclards, tout à tracer de la courbe power point pour mieux offrir comme destin au peuple de France l’épopée ardente de la réduction du coût du travail.

Anaphore en trois Bullet points au conseil d’administration :

1) Moi chef comptable, je ramènerai l’endettement à 3%

2) Moi chef comptable j’allègerai les charges patronales

3) Moi chef comptable j’ouvrirai les magasins de bricolage le dimanche

4412930_3_cc91_la-macif-qui-est-actionnaire-du-reassureur_a1f8fb645641129bd834f9ba37b6c036.jpg

Immense idéal, qui allait à coup sûr faire souffler sur nos têtes les grands vents de l’histoire et faire résonner à nouveau la voix singulière de la France éternelle dans le concert des nations : ouarf ouarf.

Accroché au gouvernail du pédalo le capitaine dans la tempête, en gilet de sauvetage jaune fluo bedonnant, fixait le cap au doigt mouillé et nous exhortait à pédaler ferme afin de tenir la trajectoire, de ne pas sortir de l’histoire sans que l’idée même de la faire puisse l’effleurer un instant en cette ambition décoiffée de la synthèse du macaroni cuit et du chamallow rose.

La France, vous la rêviez conquérante, indépendante, humaniste et pionnière, vous lisiez au fronton des mairies de la république non sans une émotion certaine, les mots "liberté égalité fraternité" avec ce petit frisson révolutionnaire qui sommeille encore en chaque auditeur des grosses têtes.

« Productivité, compétitivité, employabilité » répondait en chœur la chorale HEC du fond de la succursale. L’histoire de France s’écrit avec une calculette.

Mitterrand disait qu’après lui il n'y aurait que des comptables, François Nollande tout à présenter du camembert de parts de marché, lui rétorque avec cet humour et ce panache qui le caractérise tant :

Power point l’autre pays du fromage

slide suivant !

tgb

11:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

06/05/2014

L’opinion publique a t’elle une opinion ?

Mayor_Quimby.png

Réunissant ses administrés pour faire valider en sa salle des fêtes je ne sais plus quel projet foireux, le maire de Springfield, ville bien connue pour y abriter la célèbre famille Simpson, donnait à ses ouailles le choix suivant :

Si vous êtes pour dites « oui » !

Si vous êtes contre hurlez « mort à l’Amérique ! »

C’est ce que l’on appelle en termes de communication une induction (plus ou moins finaude) ou une question alternative (vachement) orientée. Bref quand la question détermine le champ de la réponse, y’a plus trop de suspens quant au résultat.

C’est le principe même de la question rhétorique à la Sarko : Croyez vous Mr Pujadas que je doive laisser en liberté l’égorgeur cannibale qui découpe en morceaux avant que de les faire rissoler les petits enfants innocents de nos villes et nos campagnes ?

Bon courage à super David qui tenterait le oui, mais y’a pas de danger.

enhanced-buzz-18492-1363212013-6-1.jpg

Maintenant, prenons les derniers sondages, rapport à la fabrication en présidentiable, du dernier premier ministre à la mode Bilderberg, l’espèce de Drucker de la politique botoxée, Valls.

Le baromètre CSA lui attribue 39% de popularité.

Ipsos : 44%

Ifop : 58%

BVA : 64%

Soit une étonnante fourchette faisant le grand écart avec une modeste marge d’erreur de 25%.

C’est vous dire l’extrême fiabilité du truc.

Bref, selon que le sondage sera commandé par vos propres communicants de la bande à Fouks aux prestigieuses références ( Jospin, DSK, Cahuzac…) dans cette fabrication du consentement maintenant bien identifiée ou au contraire par un clan concurrent, le résultat variera plus ou moins du simple au double, le principe étant au final fort commercialement de faire plaisir au client.

Mayor_Quimby.png

Ainsi du dernier sondage bidon du torchon libéral dont l’intérêt est surtout de parquer en son sein les journalistes et experts les plus cons de France « L’Opinion » où il est démontré dans une interprétation acrobatique que le français est un libéral qui s’ignore alors qu’on y constate surtout une grande confusion mentale, un réflexe négatif quasi pavlovien à certains stimuli rabâché du genre « état providence » et au final un véritable attachement aux services publics.

Bref, une chose et son contraire. Damned encore raté.

S’il était une photographie de l’état du pays, c’était au moins le jour des élections. On prenait les résultats, on mesurait l’état de l’opinion, on projetait les tendances et les aspirations… Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Quand près de la moitié des électeurs s’abstiennent, que le pire des maires corrompus peut se retrouver triomphalement réélu avec 25% des électeurs inscrits ça ne révèle plus grand chose de tangible, si ce n’est que ceux qui votent encore, sont ceux qui regardent encore la télé, à savoir les abonnés du déambulateur, les installés de la zapette et les affalés du sofa.

Pas d’bol.

Mais c’est ce plus grand chose justement, cette part d’ombre croissante qui pourrait bien un de ces jours nous surprendre, puisque de moins en moins, mesurable, analysable et donc prévisible, ce trou noir de l’opinion qui commence sérieusement à échapper aux commentateurs de la commanterie officielle et blablateuse.

enhanced-buzz-18492-1363212013-6-1.jpg

Ainsi quand un de ces exégètes patentés y va de son « les français pensent ou les français nous disent » je commence sérieusement à me demander de quoi ou de qui qu’il cause si ce n’est de lui-même, de son partenaire de golf ou de son jardinier sans papiers.

En tant que français, franchement je ne sais pas ce que les français pensent, je ne sais même pas s’ils pensent quelque chose d’ailleurs, je me dis juste que dans ce grand jeu de dupes, à force de faire les questions et les réponses, il se pourrait bien qu’un de ces quatre, l’on retrouve attaché à un poteau, un de ces tristes cuistres.

Ce qui pourrait d’ailleurs sous un angle radical, lui donner enfin un point de vue relativement différent.

tgb

12:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu