Avertir le modérateur

27/12/2014

Ceci n’est pas un banc

banccage.png

Xavier Bonnefont, maire UMP d’Angoulême a un foutu talent. C’est Marcel Duchamp revisité, Magritte réincarné, l’homme politique étriqué reconverti en génie de l’absurde.

Oui, une société productiviste qui invente le banc sur lequel il est interdit de s’asseoir ne peut que mériter le respect. Marque lucide d’une civilisation à son apogée ; matérialisation de l’intelligence humaine, dans toute sa quintessence.

Déjà en termes économiques c’est prodigieux. Non seulement on produit des bancs, mais ensuite on produit du grillage pour annuler le banc. Faire et défaire étant toujours faire, ça ne peut que mériter le respect.

Dans ce registre visionnaire et d’envergure on pourrait facilement décliner le concept et imaginer d’interdire la route aux véhicules, le train aux voyageurs et concevoir un téléphone qui n’appelle personne comme exposer un plug anal géant qu’on ne peut se carrer dans l’oignon.

Le boulot sans salaire mais avec expulsion existant déjà.

Car il est évident que dans l’histoire du banc, le problème central EST le SDF. Pas la société, ce monde sans pitié qui en fabrique par paquets de mille, pas la cause du désastre social mais bien sa conséquence directe : le pauvre.

Faites disparaître le pauvre et vous aurez éradiqué la misère. CQFD.

Car toute personne rationnelle et logique vous le dira : si vous voulez supprimer un problème il suffit d’en faire disparaître les conséquences, d’où l’invention de l’homo politicus, cet animal pragmatique de l’hyper compétitif libre et non faussé.

Oui s’attaquer aux symptômes paraît autrement plus urgent que de s’attaquer à la maladie.

banccasse_0.jpg

oeuvre de Jeppe Hein

Inventer un banc sur lequel on ne peut s’asseoir c’est comme inventer un monde dans lequel on ne peut ni vivre ni survivre mais où l’on rassure les marchés : le capitalisme.

tgb

10:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

22/12/2014

L’Entreprise Akbar

1199-STEPHFF.jpg

D’après de nombreux témoignages, c’est donc au cri de « l’entreprise Akbar » que l’intégriste libéral Valls, rasé de frais et vétu d’un costume gris anthracite, a fauché délibérément, au volant de son gouvernement, plusieurs millions de salariés français, détruisant sur son passage une grande partie de leurs droits sociaux.

Se réclamant de la mouvance terroriste « le Medef », une branche du fondamentalisme libéral ayant fait récemment allégeance à l’état mondialiste d’occident, il avait écrit sur sa page facebook peu avant l ‘attentat - Nous devons baisser notre dépense publique. Il en va de l'avenir de notre pays. (...) La France vit au-dessus de ses moyens depuis quarante ans."

Selon une source policière, cet activiste du nouvel ordre mondial aurait durant sa garde à vue déclaré « avoir agi pour les enfants de Gattaz ».

Il se murmure dans les milieux autorisés que d’autres actions radicales seraient en préparation sous la férule de l’émir Flanby devenu calife à la place du calife et très contesté aujourd’hui au sein même de cette nébuleuse.

tgb

19:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

16/12/2014

Les Bidochon se macronisent

 

fun_bidochons_800.jpg

- Raymonde ? `

- oui mon Robert…

- dorénavant maintenant on ira faire les courses le dimanche

- le dimanche ? et pourquoi plus le samedi ?

- parce que c’est pas moderne ! faut dire que toi Raymonde t’es pas moderne

- parce que c’est moderne d’aller à SALOPRIX le dimanche ?

- t’as pas vu les sondages Raymonde ? si tu vas pas faire les courses le dimanche, t’es pas moderne

- et mon poulet du dimanche je le ferai quand alors ?

- ben tu le feras le samedi ! ce sera toujours le poulet du dimanche mais le samedi

- C’est complètement con !

- Non c’est moderne !

- Ça sert à quoi ?

- Ça sert à relancer la croissance de la France Raymonde parce que sinon 0N pourrait aller faire nos courses à Lonnnnnnndres

- Parce qu’on va souvent faire nos courses à Londres le dimanche ?

- Non mais on pourrait ! y’a un risque !

- un risque… ??…le risque d’aller t’acheter un nouveau béret maidine chinois à Londres ?

- mais c’est le jeune Macron qu’est pas la moitié d’un con qui l’a dit et pis aut’ chose encore…

- autre chose de moderne ?

- parfaitement, maintenant dorénavant on ira faire nos courses en autocar

- Et la voiture alors,… c’est quand même plus pratique…

- C’est plus pratique mais c’est PAS moderne et toi Raymonde t’es vraiment pas moderne

- Je vois pas en quoi aller chez SALOPRIX en autocar le dimanche c’est moderne

- C’est le jeune hyper moderne Macron qui l’a dit, si tu vas pas faire tes courses le dimanche en autocar … t’es ar-cha-ï-que…

- Alors je vois pas pourquoi on a acheté une voiture si c’est pour la laisser dans le garage le dimanche, déjà qu’on la sort pas de la semaine…

- Mais parce que c’est moderne, tu voudrais quand même pas qu’on soit hasbine ?

- Et en quoi ne pas utiliser la voiture le dimanche va relancer la croissance de la France ?

- Ah ah ah… moi qui suis moderne contrairement à toi qui l’es pas, j’y ai réfléchi…

- Ah ouais ? et donc ?

- Et donc on l’a fera tourner DANS le garage pendant qu’on ira faire nos courses en autocar le dimanche, d’autant que le pétrole y baisse…

- Ben je vois pas l’intérêt…

- C’est normal ma pauvre Raymonde, contrairement à moi, t’es pas moderne !

tgb

23:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

08/12/2014

Evaluation, piège à con

evaluation.jpg

En Grande Bretagne des professeurs payés au mérite.

En tant que formateur, façon triviale, ou consultant, façon distinguée, cela fait plus de 20 ans qu’à chaque intervention, je suis évalué par mes stagiaires ou mes étudiants. ça se matérialise sous forme de notes, sur 5, 10, ou 20, avec des + des – ou des =, selon les raffinements d’usage, sans omettre les commentaires plus ou moins pertinents.

A chaud, à froid.

Depuis le temps, ces fiches d’évaluation, si je ne les bazardais pas au fur et à mesure, pourraient largement tapisser le loft que je n’ai pas, bien qu’elles soient de plus en plus informatisées et virtuelles aujourd’hui et donc verrouillées.

Ça paraît évidemment plein de bon sens d’évaluer l’intervenant, de valider son savoir faire, d’estimer son travail, sauf qu’il n’y a rien de plus pervers en fait et de plus contre-productif au final.

Ainsi, depuis plus de 20 ans toute ma pédagogie est biaisée par ce seul objectif : ramener de bonnes évaluations et donc conserver mon job et mon salaire. Ce qui n’empêche pas d’ailleurs, le jour ou « les acheteurs » ces arriérés mentaux qui considèrent qu’il est plus rentable de mettre 12 participants là où on en mettait 8 se mêlent de l’affaire, de dégager du jeu des appels d’offre au nom du moins disant, du moins coûtant, dans cet esprit si fin de compétitivité ambiante.

eval1.jpg

Le fait d’être évalué systématiquement induit nécessairement la séduction, la flatterie, une obligation de popularité qui n’a en fait rien à voir avec la compétence ou l’art d’enseigner ; la prime allant à l’intervenant cool et sympa, plutôt qu’au prof savant et didactique. Bref, l’objectif de la bonne évaluation se substituant totalement à la pédagogie.

C’est un peu comme ces candidats aux élections à la présence indiscutable, au charme et charisme avérés, visiblement doués pour la comm et la démagogie, qui, en définitive, font de piètres gouvernants, fonction pour laquelle ils n’ont pas le moindre talent.

Ainsi donc, la culture du résultat ou du chiffre dont on nous rabat les oreilles comme panacée universelle de l’efficacité et de la performance est une monumentale connerie.

Une connerie parce qu’elle traduit tout dans une vision comptable, comme si les effets d’une pédagogie active notamment en « développement personnel » devait être forcément quantifiée. J’ai vu un responsable de formation dont c’était le boulot, faire des stats sur 1 stage de 3 participants tout à sa vision « reporting » et son goût immodéré du « benchmark ».

Une connerie parce qu’elle pousse indubitablement à la triche, au trucage, au maquillage, à la pression psychologique sur les apprenants, à une forme de manipulation, à tout un jeu d’influence empirique afin « d’acheter » le résultat ou de le rectifier.

Une connerie parce qu’elle dévoie fondamentalement le rapport de confiance, la déontologie, et cette conscience professionnelle dont font preuve la plupart des enseignants considérant la transmission de savoir comme un acte fondateur et admirable. Se mettre dans une obligation de résultats, c’est nier précisément toute l’alchimie de l’enseignement et toute la subtilité de la maïeutique. La déception étant une composante vitale de la pédagogie.

evaluation.jpg

Sauf que ce boulot passionnant est suffisamment éprouvant, à la merci du premier pervers narcissique venu pour ne pas avoir la tentation de neutraliser tout impondérable. Oui ce job est suffisamment cruel, parfois destructeur, pour ne pas tendre à vouloir tout contrôler et imposer. Inutile donc de nous y encourager.

Ce que l’on dit chez les parapentistes, pas de bons pilotes, que de vieux pilotes, on peut le dire aussi de tout enseignant tant la discipline est féroce : pas de bons profs que de vieux profs : ceux qui n’ont pas pétés les plombs.

Ainsi donc, dans cette politique à court terme du tout quantitatif et selon quelques brillants abrutis qui n’ont jamais enseigné de leur vie, pourrions nous payer les profs au mérite.

Mais de quel mérite parlons nous ? et selon quels critères ?

Un travail d’émancipation de l’élève, lui donnant l’esprit critique, les conditions pour apprendre à apprendre, en développant sa curiosité, des structures mentales pour appréhender le monde et le mettre en perspective, les bases d’une culture générale pour un jour penser avec sa tête plutôt qu’avec celle des autres ou au contraire pour en faire une bête à concours, pour bien le calibrer à la norme Gattaz, taillable et corvéable à merci, dans la doxa d’entreprise et la soumission à l’ordre dominant ?

Une tête bien pleine quantifiable ou une tête bien faite difficilement mesurable ?

Un esprit sain dans un corps sain ou dans un corset ?

Car il n’existe aucun critère objectif, tout critère participant forcément à une forme idéologique, productiviste ou humaniste, libératrice ou aliénante. Cadrer les cadres, maîtriser la maîtrise, requinquer les quinquas…

eval1.jpg

Là où l’enseignement ne demande que bienveillance, doublée d’exigence, quitte à déranger, bousculer, pousser dans l’inconfort, n’y exercer au final ses talents que pour plaire et complaire est l’assurance de l’anti pédagogie formatée sur mesure.

Le seul mérite pour un enseignant est de faire le pari de l’intelligence de l’élève et de le gagner, pas de l’avoir satisfait façon branlette.

Fort de ce principe, je ne me commets jamais au grand jamais dans quelque évaluation que ce soit. rapport à quelque service bien ou mal rendu. J’en connais trop les effets pervers et la duplicité.

J’en connais trop les limites et l’arnaque.

tgb

12:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu