Avertir le modérateur

08/02/2014

Managez les bébés...

bebe-qui-imite-papa_14613_w460.jpg

« Il faut enseigner la culture de l’entreprenariat dés la maternelle » G. Fioraso

En voilà une idée qu’elle est excellente, quoique encore timorée.

Et pourquoi ne pas former de bons petits managers dés la fécondation in vitro ? Fabriquer des fœtus performants afin d’obtenir des bébés compétitifs qui donneraient enfin des bambins rentables dans une mise en concurrence, plus communément nommée dumping bon enfant ?

Par exemple à la crèche, la notion d’un biberon pour dix, créerait à n’en pas douter, une saine émulation et l’esprit d’entreprendre, notamment à marcher sur les autres.

bebe-qui-imite-papa_14613_w460.jpg

Depuis que la dictature économique a pris le pas sur le politique, que le vocabulaire, les valeurs, la culture de l’idéologie entreprenariale s’est imposée puis disséminée dans nos sociétés, notre quotidien, notre vie intime, à gérer le frigo, tchéquer la liste de commissions et benchmarquer le Lidl et le ED, tout le monde sait parfaitement que le but intrinsèque de notre humanité tout entière est de faire du profit, de conquérir des parts de marché et d’accéder à l’Eveil façon Bill Gates ou plus prosaïquement Bernard Tapie.

Nous avions fait un rêve, le monde considéré comme un vaste supermarché, Fioraso Geneviève, ministre de l’université, des multinationales et de la recherche en dividendes va nous le réaliser recta.

La start up dés la couveuse…

635513_0203176815558_web_tete.jpg

Mais rappelons tout d’abord les quelques faits d’armes de l’ultra visionnaire Fioraso.

Très proche des cercles nucléocrates, privilégiant Proust en version doublée, genre globish d’aéroport, elle n’hésite pas à l’occasion à censurer tel ou tel spectacle n’ayant pas reçu l’approbation du ministre de l’intérieur et du bon goût.

Inspirée par Richard Descoing (paix à ses cendres), ancien patron de Sciences PO, chantre de l’enseignement libéralo-rentable, notamment pour l’équipe de direction, elle prône une université pragmatique de profitabilité supérieure ou le savoir consistera à réciter par cœur le classement de Shanghaï dans la langue de novlangue avec option CDD.

Considérant que la culture Générale ne sert à rien d’autre qu’affûter un esprit critique assez peu utile chez Mac DO ou Wallmart, elle préfère, tel un ancien président citant Roland Barthesse dans le texte ou les RouJon Macquart, les 10 propositions du Medef à « la princesse de Clèves » pas même diplômée d’HEC.

Avec ses petits camarades Pellerin, Moscovici, Cazeneuve... et les autres membres d’un gouvernement élu pour faire chier systématiquement ses électeurs, Fioraso se livre à un concours de haute voltige pour savoir qui placera le plus souvent le terme « entreprise » dans son discours ; le gagnant recevant « le petit livre bleu » dédicacé par son auteur, l’immense poète du CAC 40 Pierre Gattaz.

bebe-qui-imite-papa_14613_w460.jpg

Pour en revenir à une polémique consternante, quitte à enseigner une connerie à la maternelle, j’aime autant que ce soit la masturbation. Cela dit, je me doute bien que les petits nenfants trouveront la technique tout seuls, contrairement à madame Fioraso qui visiblement ne sait que se branler du chef devant l’oligarchie.

tgb

12:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

04/02/2014

Faut-il euthanasier le parti socialiste ?

electrocardiogramme-plat1.jpg

 A ce stade de régression sociale et de reniement, seul faisait encore vaguement illusion l’aspect sociétal et ses quelques avancées servant de paravent au grand renoncement.

Mais depuis…

Devant cette énième capitulation, il devient urgent en tout cas de sauver une ultime réforme avant une totale dissolution solférinienne : "la légalisation du suicide médicalement assisté"

En effet lorsque l’on voit l’état de délabrement tout autant physique que cérébral du PS, il faudrait être bien insensible ou cruel pour ne pas songer à l’euthanasie.

Franchement, j’ai beau n’avoir aucune estime pour Hollandréou (et son orchestre), je ne peux assister à sa terrible agonie, ses râles et convulsions, sans éprouver un sentiment profond de compassion et d’empathie.

electrocardiogramme.jpg

Oui en tant qu’humaniste, quand on voit que même les fortes doses de morphine libérales n’ont plus aucun effet sur le mourant, qu’il n’est plus même un seul instant de lucidité socio-démocrate, on est en droit de se poser la question thérapeutique de l’acharnement politique.

Jusqu’où, jusqu’à quand doit-on ainsi laisser un parti en souffrance ? Au nom de quoi ou de qui peut-on légitimement imposer la douleur ? Qu’espérer encore d’un gouvernement à l’état végétatif ? Est-il digne de maintenir en vie un cadavre ambulant si peu compétitif ?

Il me semble évident que les multiples tentatives de suicide de ce parti dégénérescent, ses automutilations à répétition, ses plongées soudaines et comateuses, sont autant d’appels à l’aide pour en finir, autant de signes révélateurs d’une véritable pulsion de mort.

Le Parti Solférinien veut mourir : c’est son droit ! respectons le.

cardio4.jpg

S’il est déjà trop tard pour qu’il le fasse dans la dignité, du moins pourrait-on l’accompagner dans le soulagement et éviter ainsi que dans sa volonté de se détruire à tout prix, il produise certains dégâts collatéraux comme y entraîner le parti communiste, voire la gauche tout entière.

En Grèce, l’exemple du Pasok, parti zombi à l’état de décomposition avancée (de 44% en 2009 à 4% selon les derniers sondages) devrait largement nous alerter.

Oui, mes amis, aux prochaines élections, votons utiles, abrégeons fraternellement les souffrances du parti socialiste français.

tgb

17:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

31/01/2014

E pericoloso sporgersi

1870295672.JPG

@Attention, pendant que vous vaquez à vos occupations ordinaires, des gens malfaisants en profitent, pour vous ouvrir un compte en Suisse, et comble de malhonnêteté, vous l’approvisionner. Même si les sommes déposées paraissent dérisoires, 2 ou 3 000 000 euros, tout juste un reliquat, ces manœuvres abusives doivent être condamnées avec la plus grande fermeté. (Un compte aux 3 suisses reste toutefois toléré).

@Attention, le commissaire européen UMP Michel Barnier, dans une timide tentative de réforme bancaire assez inoffensive, essaie d’usurper sournoisement le titre d’ennemi de la finance au moi président. Heureusement François Hollande, vigilant, déjoue immédiatement les manigances gauchistes du commissaire. - Faudrait voir à pas oublier qui c’est le moins dangerous de la bande ! - déclare solennellement le président Français avec autorité.

@Attention, si l’ami Cavanna vient de mourir, Charlie Hebdo est enterré depuis longtemps. Et tandis que l’anar François hélas se décompose, c’est Philippe Val qui pue.

@Attention, à propos de « Ce soir ou jamais » animé par le dangereux esprit libre Taddeï échappant à la pensée eunuque, Régis Debray écrit : “Cette émission est à mes yeux l’honneur de la télévision publique française. La liberté a son prix et le prix à payer, c’est que l’on a les cons contre soi.” - « Et les connes ! » Sœur Caroline de rajouter outrée par tant de machisme.

1870295672.JPG

@Attention, si le gouvernement français voulait bien être « la putain » de l’obscurantisme en acceptant éventuellement de faire la guerre à la Syrie contre un chèque de l’Arabie Saoudite, il est en revanche rigoureusement interdit aux jeunes exaltés de France d’aller faire le Djihad en amateur. Non à la concurrence déloyale. Nous rappelons que l’armée française recrute.

@Attention, la laïcité française instrumentalisée contre l’islam en France est priée de fermer sa gueule au Qatar.

@ Attention, par simple courtoisie, penser à remercier fiston Gattaz pour les contreparties diverses et attentionnées, relatives au pacte de responsabilité.

@ Attention, pour Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur made in globish, Arthur Rimbaud ne serait pas assez compétitif.

tgb !

13:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

27/01/2014

Dur du mou !

 

iMessage-Icon.jpg

Pour rejoindre la grande cohorte du bourrage de mou médiatique aux éléments de langage rudimentaires pas besoin d’avoir fait polytechnique, puisqu’il vous suffit d’apprendre par cœur une poignée d’éléments de langage rudimentaire, summum de la pensée dans toute sa vacuité :

Baisser : les charges, les dépenses publiques, les impôts, le coût du travail !

Briser le tabou de : l’assistanat, de l’état providence, du smic…

Réduire le nombre de fonctionnaires…

En intégrant adroitement le mot « compétitivité » quelque part.

Félicitations donc à Valérie Pécresse qui aura réussi l’exploit de placer quasiment tous les mots clés en une seule phrase :

" Le gouvernement dit que notre politique est la bonne, la baisse des charges, la compétitivité, l'emploi marchand, la baisse des dépenses, la baisse des impôts. Maintenant, qu'il le prouve !"

On regrettera toutefois qu’elle n’ait pas pu placer le « coût du travail » pour réussir d’emblée le grand chelem et le côté un peu scolaire et laborieux du procédé façon Valou.

iMessage-Icon.jpg

Avec ce bréviaire basique et minimal, vous pouvez maintenant courir en tant qu’expert les émissions radios télés, tenir chroniques dans quasiment tous les journaux hebdos et mensuels rédiger ou faire rédiger une dizaine de best-seller opportunément déclinistes ou entreprendre une brillante carrière politique.

On notera l’économie de moyens, le peu d’investissement intellectuel nécessaire et la facilité d’assimilation de cette méthode. Ne reste plus ensuite qu’à la décliner inlassablement avec une évidence de conviction.

Bien sûr dans la vraie vie, tout le monde sait qu’appliquer ce discours ne fonctionne pas. Qu’il est folie de répéter les mêmes erreurs en espérant des résultats différents.

Sauf qu’en fait, personne n’espère de résultats différents.

Dans la vraie vie, Hollande sait que Moscovici sait que la CFDT sait que Gattaz père et fils savent que tout cela n’est qu’un vulgaire habillage pour au final « défaire méthodiquement le programme du CNR » comme l’a déclaré explicitement et sans complexes Denis Kessler vice président du Merdef.

Bref, qu’il s’agit dans un esprit revanchard de détruire ni plus ni moins l’état social, profitant d’un rapport de force favorable.

iMessage-Icon.jpg

Prochaine cible miam -miam : la sécu !

Dans la vraie vie, l’on mesure depuis 30 ans que pas plus la niche fiscale Copé, que la suppression de la taxe professionnelle, ou la baisse de TVA pour restaurateurs, ou quelque CICE ou ANI quelconque n’a crée le moindre emploi ou « libéré » quelque croissance que ce soit.

Le pacte de responsabilité mon cul pas davantage.

Dans la vraie vie quand papa Gattaz déclarait «Supprimez l’autorisation administrative de licenciement, et je m’engage à échéance de trois ans à créer 540 000 emplois.» tout le monde sait que 3 ans plus tard, la France comptait 200 000 chômeurs de plus et que Gattaz senior s’engageait à que dalle.

Dans la vraie vie, l’on s’insurge surtout du coût du capital, des salaires dépassant tout entendement, du creusement des inégalités, des paradis fiscaux et d’une nouvelle forme de communisme inversé : le nivellement par le bas.

Dans la vraie vie, l’on se doute qu’avoir pour toute utopie un taux de croissance à 3% ne peut constituer sérieusement le socle d’un projet de civilisation durable et enthousiasmant. Qu’il faut avoir toute la finesse d’un expert-comptable flatulent pour saliver devant une courbe power point.

iMessage-Icon.jpg

Il faut donc bien du décervelage pour nous persuader que l’on peut envisager le 21éme siècle avec une mentalité du 19éme et bien du matraquage pour nous contraindre à faire notre malheur nous-même.

tgb

17:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (21)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu