Avertir le modérateur

22/01/2014

Le premier de la classe

93201964.jpg

Si, comme le disait Confucius, une image vaut mille mots, alors cette photo devrait nous épargner un long discours, tant elle est emblématique de l’organisation du monde politique occidental tel qu’il se présente.

Le maître et ses deux assistants de cours assidus devant un parterre d’élèves studieux et appliqués prenant des notes.

Notons qu’au premier rang de ce joyeux cénacle, nous retrouvons ce qui nous sert de faux cul président, concentré et attentif, dans cette attitude familière que nous reconnaissons tous. Celle du putain d’enfoiré de fayot cafteur et zélé dont on cassait la gueule à la récré, après quand même on n’est pas des sauvages, lui avoir retiré ses lunettes.

Rappelons au passage histoire de rigoler ou de libérer une grosse bouffée de haine, qu’aujourd’hui même est l’anniversaire du discours du Bourget et que l’ennemi de la finance qui n’a pas de nom mais peut-être bien des listes de noms qui s’évaporent entre deux renvois d’ascenseurs, sert de valet de pied à la banque tout autant qu’au fils à papaz du merdef.

A propos du Pacte de responsabilité : - 'Hollande a changé le nom mais c'est bien le pacte de confiance que nous avons proposé. Ne le répétez pas, surtout vous les médias, mais le président Hollande est à la solde du Medef" dixit le président du MEDEF de la région Anjou.

Flanby terrassant sur son beau scooter blanc l’hydre spéculative et le dragon financier , une image d’Epinal qu’on n’est pas prêt de voir sur nos écrans.

Finalement quand on constate combien le cassage de gueule au collège finit par nous coûter des années plus tard on est en droit de regretter soit le côté brutal et primaire du défoulement bon enfant, soit le fait de ne pas avoir bien fait le travail à grands coups de tatanes.

Encore sur cette photo, n’avons-nous qu’une simple représentation des petits Kapos et autres cadres sups de l’oligarchie mondialisée, puisque l’on sait aujourd’hui que les 85 personnes les plus riches du monde pèsent autant que les 3,5 milliards d’entre nous les plus pauvres et que ce ramassis de chefs de bureau en séminaire n’est rien d’autre au final que la courroie de transmission laborieuse et appliquée des donneurs d’ordre.

Pour se faire une idée, 85 personnes dans un pré,

454368_17275914_460x306.jpg

                            ça donne à peu prés ça !

On peut se demander comment quelques gardes-chiourmes au service d’une poignée de seigneurs féodaux arrivent à juguler la colère de plusieurs milliards d’individus, mais le monde étant cupidement malade et l’argent son unique médicament, on peut comprendre aisément comment s’achète la servilité des uns, promotion sociale assurée, l’abrutissement de masse des autres par le jeu des merdias, sans même parler d’asservissement volontaire ou de syndrome du larbin.

Au gré d’un triste fait divers, on pourrait se mettre un instant à rêver, mais compter sur la fatalité paraît bien hasardeux. Le plus raisonnable serait évidemment d’aller chercher l’argent où il est, plutôt que là où il n'est plus et de le répartir justement tout en s’asseyant sereinement sur leurs dettes.

Il semble assez évident que ce n’est pas avec des premiers de la classe en triporteur qu’on risque d’y arriver.

C’est à quelle heure la récré ?

tgb

11:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

16/01/2014

A Paris, place aux arts

130108-FACEBOOK…E FdG PARIS.jpg

L'art et la culture s'invitent dans la campagne du Front de gauche

AU LAVOIR MODERNE PARISIEN - Samedi 18 janvier de 14h30 à 18h 35, rue Léon 75018

Événement animé par Valérie de Saint Do, journaliste culturelle et auteur. en présence de Danielle SIMONNET, candidate à la Mairie de Paris et de Danièle ATALA, tête de liste pour le 18ème arrondissement, artiste plasticienne et membre du front de gauche Culture.

Liste non exhaustive des intervenants : Nicolas Frize, Grand Magasin, Judith Bernard, Quentin Cherrier, Queer flat, Julien Beller, Libre accès, 100 mètres de bande d’interdiction, Anaïs Massola, Marina Damestoy et la fédération des arts de la rue, Xavier Duchaussoy,...

Convaincus que l’art et la culture sont le laboratoire d’une société meilleure, qu’ils permettent d’accueillir la diversité, qu’ils sont la condition du débat, de l’invention et de la circulation des idées, nous parions que la création est une clef essentielle de l’accès à la citoyenneté et à la vie politique.

Construire une société basée sur la participation et l’échange est une urgence pour le Front de Gauche et ses listes municipales « A Paris, place au peuple ».

Paris, ville lumière a sa part d’ombre. Le budget de la culture parisien est très inférieur en proportion à celui de toutes des grandes villes de France (moins de 6%). Ce budget privilégie la ville vitrine, la ville musée au détriment de l’art en vie, de l’art en ville. Face à la consommation de produits culturels, à l’art-spéculation, à l’asphyxie des cultures populaires et des lieux indépendants, nous proposons au contraire de libérer l’expérimentation, d’encourager les pratiques amateurs, d’abattre les murs entre créateurs et spectateurs.

Aux opérations médiatiques nous opposons la présence artistique urbaine, pour mieux nous emparer de nouveaux lieux pour l’art, d’espaces publics de réalisation et de partage. Le 18 janvier 2014 au Lavoir Moderne, au cœur de la Goutte d’Or, des artistes, des amateurs, des acteurs culturels feront irruption dans cette campagne pour évoquer leur vécu des lieux de création, pour croiser leurs aspirations.

Cette respiration artistique et donc politique sera jalonnée d’installations, de performances et d’interventions dans la rue et dans le lieu. Ce temps pour la culture dans la campagne « A Paris place au peuple » sera le point d’orgue d’une semaine pour un Paris sans pub, ponctuée d’actions créatives, artistiques, éphémères, parce que créer c’est résister. 

Share |

09:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

13/01/2014

tête à queue

 

1780728-francois-hollande-la-photo-retiree-par-l-afp-a-ete-detournee.jpg

C’est une affaire entendue !

Que le gélatineux se tape Ségo, Valou, Julie ou les trois à la fois, on s’en fout !

Que le socio flapi, le soir en son alcôve, joue au scrabble ou au docteur, on s’en tape !

Que les vapeurs de la Marietoinette la conduise d’urgence à l’hosto, on s’en carre !

SAUF QUE NON !!!

Sauf que quand ce président tout en fromage mou et blanc fait adopter l’article 20, promulgue la loi LPM, portant massivement atteinte aux droits fondamentaux, autorisant la surveillance généralisée des contenus et communications sur internet, alors on ne s’en fout plus du tout.

Si comme l’affirme Edward Snowden, un bébé qui naît aujourd’hui ne connaîtra plus jamais de vie privée, alors il est juste, il est légitime, il est de salut public que nos politiques qui confisquent nos vies privées soient privés de leur vie et tenus en joue en permanence par nos zooms et objectifs.

1780728-francois-hollande-la-photo-retiree-par-l-afp-a-ete-detournee.jpg

A poil le Flanby transparent. Qu’on le démoule l’inconsistant. Qu’on le répande et qu’on l’ausculte. Aux rayons X le Fanfoué ! Qu’on le fouille anal, qu’on le coloscopie, qu’on lui colle une webcam et qu’on le scanne. Que l’on sache tout de lui, tout et tout le temps.

Et s’il chie dur et s’il chie mou, et combien il pèse et combien il pète, et ce qu’ il a sur son compte officiel et ce qu’il planque sur son compte off shore et s’il fait du chasse neige avec Merkel, et s’il roule des pelles à Gattaz…

Pas de quartier pour les vilains tartufes, les voyous, les voyeurs, le ministère des flics et de la culture, l’œil collé à l’œilleton, nous vidéo surveillants à l’envi, faisant de nos sociétés de vastes « loft story », tandis que nous bons cons et bons joueurs serions sommés de respecter l’intimité de nos big brothers.

Que nenni que non ! ils sont indignes soyons le.

Que le président banal nous épargne sa conférence de presse à rien dire et nous montre son cul.

1780728-francois-hollande-la-photo-retiree-par-l-afp-a-ete-detournee.jpg

Il ressemble tellement à sa politique qu’un thermomètre suffira pour prendre la température.

On gagnera du temps.

tgb

11:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (18)

10/01/2014

Chercher le clown

d17e3ea79c67e49b0155f8620c2d59eb.jpg

Dans cette société du spectacle, ce grand barnum à l’hystérie médiatique, depuis que les comiques ont l’humour noir et glauque et que les politiques maquillés font rire jaune, chercher le clown.

Chercher le clown, derrière la courbe qui grimpe tout en s’inversant dans la hausse tendancielle de la baisse du grand nawak de France ; derrière le masque à gag, chercher l’impunité du marchand d’armes et la condamnation du syndicaliste.

Même pas drôle.

Derrière la diversion outragée au gros nez rouge, le grand marché atlantique pas farce, la tva pas marrante, et le choc de l’austérité dans ta gueule façon tarte à la crème pas burlesque du tout, chercher Charlie.

1785527_7_2698_francois-hollande-et-le-roi-abdallah-d-arabie_df38a85fe81d76d864cb7df54bff79a6.jpg

Depuis que le président dans sa gélatine, qui couche on s’en fout mais surtout qui se couche devant le fils à papaz, en appelle de chez les obscurs Saoud à guerroyer fort moralement contre de la quenelle géante envahissant Paris, ici et , chercher le clown.

2384503.jpg

Chercher le clown derrière l’homme au triporteur qui ne prend pas plus de tournant libéral, qu’il ne va socio tout droit tant il fait avec zèle, depuis son GPS programmé, de l’itinéraire à droite, sa seule priorité.

Chercher le clown derrière le fabriqué de chez Fouks, au racisme ordinaire, à l’islamophobie tranquille, à l’anti rom de circonstance, donnant dans la censure préalable et l’interdiction de principe, ouvrant la boîte de pandore de l’arbitraire démocratique et de l’art officiel.

L’humour sur ordonnance. De la banalisation du mal à la bananisation tout court.

enhanced-buzz-18492-1363212013-6-1.jpg

Dans l’industrie du rire, à produire du pas déranger, à consommer sur place ou a emporter, chercher le clown réfugié monégasque, le clown à légion d’honneur, le clown cloné, le bouffon autorisé, le comique légal, à touiller du vulgos, à alimenter la machine à bien décérébrer, à faire pleurer de rire pour ne pas rire aux larmes.

Derrière le sinistre auguste chercher le clown blanc, white, blancos.

tgb

11:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu