Avertir le modérateur

03/01/2014

Radiés ou irradiés ?

1526674_2430938…340406339_n.jpg

Et ben voilà, suffisait d’y penser, des SDF japonais recrutés pour nettoyer Fukushima…

Des crèves la dalle, taillables et corvéables à merci pour curer les chiottes du productivisme.

Des morts en sursis qui nous feront la grâce de ne pas toucher leur retraite, pour torcher radioactivement l’ultralibéralisme.

D’où l’intérêt de posséder et d'entretenir un vaste réservoir de miséreux, de pauvres gens prêts à mourir demain pour ne pas crever aujourd’hui : Sdf, sans papiers, chômeurs, précaires, travailleurs (en pièces) détachés, personnes surendettées, prisonniers politiques ou de droit commun, esclaves déguisés, électeurs socio démocrates…

D’où l’intérêt d’un électro choc de compétitivité, d’un pacte de responsabilité, de ces formules creuses sorties de la novlangue solférinienne, pour au final, mieux mettre en rivalité les uns avec les autres, les uns contre les autres...

D’où l’intérêt d’une crise permanente savamment entretenue permettant de puiser dans un vivier sans fond de mains de basses œuvres n’ayant plus le choix.

D’où l’intérêt de mettre suffisamment peu de foin dans les râteliers, histoire que les salariés se battent et libèrent leurs pires instincts. Combat de nègres, combat de chiens, combat de travailleurs entre eux, entre licenciés d’aujourd’hui et ceux de demain.

1526674_2430938…340406339_n.jpg

On peut dire ce que l’on veut, en ce sens, le capitalisme à des ressources inépuisables pour non seulement pallier à ses effets mortifères et donner les réponses à ses immondes saloperies mais encore pour en tirer profit.

Non, le désastre n’est pas une simple conséquence du capitalisme, il en est parfaitement consubstantiel. Il en est la composante indispensable, la dimension nécessaire, faisant de l’humain une simple variable d’ajustement et de la planète une porcherie.

Nous noterons d’ailleurs qu’en ce cas d’école, que nous pouvons voir comme une parfaite métaphore du nouvel ordre mondial, ce sont des sous-traitants gérés par la mafia japonaise à travers des sociétés écrans qui font la sale besogne.

Bref, enfin au grand jour, l’union de l’entreprise criminelle et de l’entreprise privée, de l’argent sale et du sale argent, réunis depuis longtemps dans les mêmes circuits financiers opaques et scellant officiellement leurs penchants naturels dans cette grande famille du pognon sans traces et sans frontières.

Et là où dans un monde juste, les actionnaires gavés, les classes dirigeantes cupides, les politiques corrompus, ayant poussés au maximum la rentabilité au détriment de tout et notamment de la sécurité, se devraient d’être sacrifié à pelleter de l’uranium aussi enrichi qu’eux, au contraire l’argent continue d’aller à l’argent et la misère de coller à la misère additionnant les handicaps jusqu'à mener une vie même plus de chien.

1526674_2430938…340406339_n.jpg

Non, le capitalisme ne se réforme pas plus que la merde ne se parfume, on le tue ou il nous tue.

En ce sens là en effet, il n’y a pas d’alternative.

tgb

11:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

01/01/2014

Ma première bonne résolution

Bc1OuFGCcAAwIFp.jpg

12:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

14/12/2013

Tu ne peux pas ne pas...

1770515_3_17ab_mouches-qui-copulent_677058cf63fff0bc1f6cb367c268a30e.jpg

Paraît que tu ne peux pas ne pas revenir…

Pour ne pas ne pas, faudrait déjà que tu sois parti, que tu nous aies un peu lâché la grappe, alors qu’à peine congédié tu nous grattes à la porte, à japper ta gamelle, je pars pas mais j’reviens…

Mais admettons

Paraît que tu ne peux pas ne pas revenir…que ce serait inéluctable, fatal et programmé. Du genre mektoub fatum et tralala, qu’on peut pas y couper, que la noire galaxie réclame tes lumières.

Surtout te sens pas obligé, va pas te faire du mal, rassure toi mon nabot providentiel, mon de Gaulle tout raccourci…on survivra !

Si t’es en manque, tu nous manques pas, t’as plus besoin de nous qu’on a besoin de toi, et ça se soigne !

1770515_3_17ab_mouches-qui-copulent_677058cf63fff0bc1f6cb367c268a30e.jpg

Allez, je suis sûr que tu peux ne pas revenir, un peu de volonté, concentre toi, fais un effort, pense à nous, et enlève-moi ce doigt de ton nombril, que tu vas encore nous gicler partout.

T’es pas indispensable, les nuisibles ça pullule ,les méchants incompétents, les vaniteux péteux, les incultes vulgaires, les cupides de la compétitivité rentière y’a que ça, à quémander du merdias, à s’aplatir du merdef. Du va t’en guerre ami de la finance, du cracheur de haine et de Rom, ça se bouscule tellement de l’urne que tu ferais double emploi.

Va te faire assister chez les Grecs, par Goldman Sachs ou ta riche héritière que c’est pas un métier à ton âge de remuer de l’air, à vivre à nos crochets.

Tu ne peux pas ne pas et pourtant tu pourras, parce que tu manques tellement pas que si tu ramènes encore ta fraise, on va pas te manquer !

1770515_3_17ab_mouches-qui-copulent_677058cf63fff0bc1f6cb367c268a30e.jpg

Allez dégage enfin que ça nous fasse des vacances, que si tu le fais pas pour toi, au moins pour la France…

tu ne peux pas ne pas mais si tu peux ne peu !

tgb

16:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

11/12/2013

La prostate de Madiba

610x1.jpg

C’est bien beau d’enterrer du grand homme, du géant, de la figure tutélaire comme de la princesse anglaise, mais s’est-on seulement penché une seconde sur la prostate de Mandela ?

Parce qu’il ne suffit pas dans l’hommage à l’immense, conserver le côté Diana et omettre l’aspect Barghouti,

1242689-1620466.jpg

souligner le peace and love pour mieux gommer le combat communiste, encore faut il s’intéresser à l’essentiel, à savoir l’anecdote, châtrer l’Histoire pour en faire des histoires.

Sanctifier pour mieux taire. Emouvoir pour brouiller. Encenser pour denier le sens.

1450238_550113075070214_2005364475_n.jpg

Car, quand l’Histoire te montre la lune, le journalisme prostatique t’enfonce le doigt, te fait de l’enterrement entertainment, façon football, et l’état de la pelouse après le concert de Justin Bieber, et la revue du gratin dans les gradins, mais pour ce qui est du petit nom complet du FNB stadium de Johannesburg, soit le First National Bank Stadium, ce qui t’éclaire un chouïa sur l’état des choses mondialisées, tu repasseras.

Le journalisme prostatique ne fait pas de politique, il fait dans la coloscopie, et au bal des faux culs, pendant qu’une centaine de chefs d’état rendent hommage à ce qu’ils ne sont pas, la machine à fabriquer du consentement canonise aujourd’hui ce qu’il rangeait au rayon terroriste hier avec cette même propension à décerveler, à faire du rien de tout.

Non l’expert prostatique ne fait pas de politique, dans les manifs contre la TVA il compte les drapeaux, à Kiev, il regarde tomber Lenine sans s’attarder sur qui l’abat, avant que de couler un bronze à Baroso que ç’est d’une autre stature. A Caracas, le Jean-Michel Aphatie du toucher rectal te décrit l’apocalypse collectiviste sans trop noter la victoire de Maduro aux élections municipales que c’est quand même ballot.

Et tandis que mister Oblabla entre deux drones, fait dans l’éloge inspiré d’un homme que son pays balança aux afrikaners et qui en ce jour glorieux entre par la grande porte comme homme africain universel dans l’histoire, certains dans les gradins se tapent encore l’incruste sur le paillasson à regarder dessous des fois qu’il y aurait la clef.

1903068-hollande-sarkozy-presque-complices-aux-funerailles-de-mandela-photo-video.jpg

Si pleurnicher faux derche sur une étoile ne rend pas forcément brillant, célébrer un résistant quand on passe son temps à céder n’octroie pas spécialement un diplôme de rebelle. On ne peut à la fois couper en deux Léonarda et appeler à la réconciliation nationale, encourager à brandir de la banane ou lyncher Kadhafi financeur de l’ANC et opportunément se prosterner devant le vieux singe sage.

Le journalisme prostatique ne te dira pas non plus que Lumumba ou Ken Saro-Wiwa eurent pu accéder aux grandes pompes funèbres de l’internationale tartufe, pour peu qu’ils passent entre les balles occidentales et les gibets pétroliers, en revanche, ils te feront comprendre qu’un bon communiste est un communiste mort.

François Hollande était accompagné de Robert Hue.

Le journalisme prostatique se passera avec soulagement de l’hommage du vice à la vertu, l’apartheid sauce Netanyahou au vainqueur de l’apartheid, Mandela. Il préférera faire un sujet sur le prix des billets d’avion pour Soweto et un micro trottoir pour savoir si Flanby, l’ami Ricoré de Bibi, pu passer le prendre en Air-Sarko à Tel Aviv.

MANDELA-ARAFAT.jpg

Bref, le journalisme prostatique préfèrera toujours enterrer du Mandela inoffensif d’aujourd’hui plutôt que du Nelson dangereux de demain.

L’on peut se réjouir que Chavez et Arafat aient échappés à ce barnum hypocrite tandis que le journalisme prostatique bavant devant la photo de l’élite pipolisée rêve de coloscopie générale.

tgb

11:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu