Avertir le modérateur

04/12/2013

Ma compagne en campagne

 

Daniele Atala Fond Rouge.jpeg

La rue Affre, et c’est pas un scoop, à quelque sympathie pour le front de gauche et particulièrement le PG. Sympathie critique, sympathie vigilante, du genre à dégager plutôt qu’à s’engager, mais sympathie sincère de long compagnonnage.

Si ici, on n’a pas trop l’esprit militant, estimant par exemple comme Brassens qu’à plus de 4 on est une bande de cons, qu’une discipline de parti fait un peu trop partie d’une discipline et qu’une pensée mise en commun est une pensée commune, on est pourtant bien conscient qu’on ne fait pas grand chose à un tout seul, et qu’il faut bien que certains se regroupent manifestement, à remuer du drapeau du tract et de l’agit prop’ en réunion.

AH ce goût de la réunion, ce moment pittoresque où l’on peut pinailler des heures sur un mot avant d’accoucher d’un anecdotique compromis entre les diverses composantes, que moins t’es représentatif et plus t’es divisé, jusqu’au groupuscule à 1 adhérent susceptible de faire scission.

Les charmes et spécialités d’une gauche aussi vitale que parfois désespérante, à cogiter de la virgule tandis que l’ennemi t’envoie du bulldozer, du genre à finir enfin d’accords mais morts.

Sans compter le jeu des ambitions et des carrières, tandis que les petites mains se tapent le sale boulot et que les experts de la chose communicationnelle jouent des coudes sur la photo.

Daniele fond blanc.jpg

Bref tout ça pour dire que si Mr Rue Affre n’est pas un clown cynique mais un cynique avec un peu de clown autour, madame Rue Affre elle, non professionnelle de la profession politique et sortie du rang par la force de ses petits poings, est en revanche toute entière et toute investie et se voit officiellement bombardée tête de liste du Front de Gauche ( Paris Place au Peuple) pour le 18eme arrondissement.

Que v’la aut’chose ! Mais que c’est un excellent choix, vu que moi même l’ai déjà fait en toute conscience auparavant et ne m’en plaint pas.

Et c’est fort artisanalement, avec deux bouts de ficelle, mais pleine d’énergie et d’ardeur que Danièle Atala se lance à l’assaut des grandes industries politiques et de leurs compromis pourris aux positions schizo acrobatiques que ça fait mal rien qu’à les voir, pour certains.

C’est donc en toute camaraderie affectueuse (mais pas que), que la Rue-Affre apporte son soutien total à Danièle Atala et met dés aujourd’hui ses ‘immenses moyens médiatiques’ à son service pour porter, diffuser, catapulter sa parole, ses actions, sa révolution citoyenne, afin d’exploser les scores du Front de Gauche en notre arrondissement et participer avec elle au succès parisien de Danièle Simonnet.photo manif.png

Et devinez quoi ? en mars en tant que représentant unique de la Rue-Affre, et sans tergiverser (pour une fois) je voterai carrément pour elle !

tgb


photos Roger P. - Stéphane L.

10:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (28)

28/11/2013

Les pas tellement compétitifs

BFkMqaZCMAAnGJ0.jpg

Compétitivité, ce mot valise plombée, le terme le plus con de la langue française, sans qui tous les zexperts de la doxa à la pensée tunique, de celle qui t’habille pour l’été et te déshabille pour l’hiver, n’auraient plus rien à radoter sur les ondes où moins ils ‘pertinentent’ et plus ils pullulent.

Et pourtant pas tellement compétitifs ces gens-là !

Pas hyper compétitive la dame Parisot Laurence, que l’amour comme le travail est précaire et que pendant ce temps là l’ifop fait flop. Et tandis que l’ex patronne patronnait du patron, son usine à fabriquer l’opinion buvait tranquillement le panel en bouillon, qu’heureusement depuis, la fille à papa cachetonne au « Conseil économique, social et environnemental » aux frais de l’état épouvantablement providence.

Pas férocement compétitif l’assisté fonctionnaire Reynié Dominique et sa fondation Fondapol/ump. Ce Think tank libéral gavé à 73% de subventions publiques (1,6M€) pour phosphorer de la privatisation, de la déréglementation, à tout austériser, alemagniser, paupériser 3 en 1, sauf son salaire, il va de soi.

Pas ultra compétitif non plus le Varlin Philippe à manger sa retraite chapeau de 21 millions, le temps que l’on regarde ailleurs, vu les bons services rendus à PSA faillite : 5 milliards d’euros engloutis, 11 214 suppressions de postes et quelques milliards de garantie d’état.

Pas davantage ultra compétitif, le porte serviette Mosco du patronat Vi(n)ci, que si l'autorégulation exigeante indulgente ne fonctionne pas, alors qu’il faudra légiférer…un jour mais de préférence pas.

Quand même rigolo ces rigolos-là qui prêchent de la compétitivité quand leur spécialité est de vivre à nos crochets tout à nous culpabiliser du smic.

tgb

15:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17)

26/11/2013

La panoplie du super nazillon

hongrie-jobbik.jpg

Le néo nazi Marion Kotleba vient d’être élu gouverneur de la région de Banska Bystrica en Slovaquie.

1932800_zupne-volby-vuc-marian-kotleba.jpg

                              Kotleba en civil

slovaquie marian-kotleba.jpg

                   Kotleba en costume folklorique local

Ce qui m’a toujours amusé avant de me foutre la trouille, c’est ce goût immodéré des fascistes pour le costume d’opérette, l’accoutrement milicien, le déguisement à la soldatesque, cette esthétique symbolico-merdique aux relents pseudo ésotériques.

Déjà que j’ai une certaine aversion pour le défilé militaire, je ne vous raconte pas, rapport au paramilitaire.

Ce réflexe régressif et infantile en ces temps de noël de la panoplie du con au pas cadencé, de la parade carnavalesque quoique disciplinée, du défilé aux flambeaux by night. De l’apprenti mussolinien bien aligné, super viril à cinquante, à se retrouver unique dans l’identique, semblable à ses semblables et enfin quelqu’un, en se rangeant dans le rang.

Etre quelqu’un à plusieurs c’est sans doute échapper à n’être personne tout seul. Se donner l’illusion par l’uniforme d’exister dans l’uniformisation et d’arracher une miette de pouvoir par le matricule.

Oui même adulte, le con de mâle abruti continue à jouer au petit soldat, à modéliser du nazillon, dans cette fascination puérile et primaire pour les codes pompiers et les canons pompeux.

788019189.jpg

Avec toujours ces mêmes victimes désignées, le tzigane pour commencer, le pédé pour suivre, le communiste ensuite avant que de conclure définitivement si possible par le juif.

Ce qui ressemble à s’y méprendre à une pitrerie de crétins grégaires et attardés, à la mise en scène d’un mauvais fantasme refoulé, à la démonstration douteuse d’une virilité à la mords moi l’nœud, ne serait en effet que clownerie si dans certains mauvais temps ça ne finissait pas par se cloner et se propager.

Jobbik hongrie .jpg

                               Jobbik en Hongrie

jobbik.jpg

aube dorée.jpg

                           Aube dorée en Grèce

627489_des-membres-des-jeunesses-nationalistes-revolutionnaires-defilent-a-paris-le-8-mai-2011.jpg

                        On a les mêmes chez nous

Que l’oligarchie vacillante favorise ce genre d’énergumènes pour canaliser et détourner vers d’autres cibles la colère des peuples en dit long sur son degré d’humanité.

Tout et le pire, du moment que l’ordre établi se maintienne. Nouvel ordre mondial ou ancien tout pareil.

Moi, quitte à commander une panoplie, je préfère en rester à Zorro.

I-Moyenne-12803-1-panoplie-complete-zorro-taille-8-10-ans.net.jpg

Défendre la veuve et l’orphelin

Xi01ULWr9SiNJbXu-iVwQTl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9.jpg

c’est toujours plus exaltant que de les gazer

On a les super héros qu’on peut.

tgb

11:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (22)

22/11/2013

Ophélie dans le métro

800px-Alexandre_Cabanel,_Ophelia.JPG

 

Que la diaphane acronymée NKM prenne le métro ou pas m’indiffère. Perso je pourrais couper à ces « moments de grâce et de charme » et particulièrement aux heures de compression m’irait aussi bien. Personne ne doit se sentir obligé de subir les cohortes de fatigues, les odeurs de pisse N°5 et la promiscuité laborieuse.

Nul n’est responsable d’être né là ou ici, une cuiller en or dans la bouche ou pas. Le scandale n’est pas d’être de bonne famille ou issu des beaux quartiers. On peut être une grande bourgeoise et avoir l’intelligence de son humanité.

Ne confondons pas différence sociale et mépris de classe.

Le mépris de classe, il est justement dans ce besoin de faire peuple, dans cette nécessité affligeante de la jouer prolo, dans le calcul market de se déguiser en « vrais gens » avec la panoplie.

Ce syndrome Balladur de l’Edouard au métro comme au zoo et de la formule historique « Il fait chaud ! » de l’homme qui n’a rien à nous dire. Et où précisément explose le décalage social dans toute son indécence et sa vulgarité.

J’entends d’ici le conseiller en comm de la prénommée N : - Ma cocotte t’as un souci d’image, un peu trop « prout prout bobo » va falloir aller te crotter les Louboutin chez les gueux -

nkm1.jpg

Je me fiche parfaitement que NKM ou ses congénères connaissent le prix du ticket de métro, de la baguette tradition ou du petit noir au comptoir.

Je juge les politiques à leur politique pas à la récitation démago et sans faute de listes populistes apprises par cœur et fournies par des communicants.

Ce qui en revanche m’importe c’est que le prix du ticket de métro public reste abordable et que je puisse m’offrir encore une baguette de pain sans trop de saloperies dedans et sans que des privilégiés gorgés de subventions me traitent d’assistés, des oisifs à dividendes, de feignant et sans que des milliardaires défiscalisés me reprochent de toucher 483 euros d’un état providence qu’ils truandent à longueur de journée tout en me désignant comme ennemi un plus faible que moi.

L’affront n’est pas que ces gens-là ne foutent jamais les pieds dans le métro mais qu’ils y aillent comme en exotisme, avec ce regard compatissant de la dame patronnesse chez les ploucs.

Il y a entre autres, deux choses que je méprise :

- ceux qui jouent les riches quand ils n’ont pas le sou

- ceux qui jouent les pauvres quand ils sont pétés de thunes.

Déjà, si NKM évitait en toute évanescence de se la jouer Ophélie sur la photo confondant le réel et la scène, sa personne et son rôle, on y gagnerait beaucoup en représentation.

Et subsidiairement, mais ce n’est pas mon problème, lui éviterait probablement de boire le bouillon.

tgb

10:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu