Avertir le modérateur

13/11/2013

Contribution altruiste à la gentillesse environnante

Le-web-peut-etre-gentil-journee-de-la-gentillesse_w670_h372.jpg

Dans le cadre de la journée de la gentillesse, voici ma contribution désintéressée et constructive afin de démontrer que contrairement aux apparences, l’époque est à la bienveillance et les gens particulièrement serviables et intentionnés.

Ainsi, par exemple, lorsqu’un torchon fait sa une sur une ‘guenon et sa banane’, fine allusion à la respectable ministre de la justice, nous faut-il bien comprendre qu’il n’est nulle intention nuisible, rance et obscurantiste mais bien plutôt un hommage au Darwinisme et à la lumineuse théorie de l’évolution dans une volonté généreuse d’éducation populaire.

Que si, aujourd'hui, 46% du patrimoine mondial appartient seulement à 1 % des ménages, à l'inverse, des deux tiers des adultes de la planète ne possédant seulement que 3% de la richesse globale, n’en déduire que le souci d’une élite responsable à bien gérer la cagnotte commune dans l’intérêt général et la préservation de la planète. Les pauvres à l’hygiène douteuse et sujets à l’alcoolisme génétique étant malheureusement fort dépensiers, autant les protéger d’eux mêmes.

Journée+de+la+Gentillesse.jpg

Ainsi quand Peter Brabeck, PDG de Nestlé déclare qu’en tant qu’être humain, avoir accès à l’eau est une solution extrême, ne pas interpréter cela comme le droit de vie ou de mort arbitraire sur les populations, mais au contraire comme la sage préoccupation d’un véritable humaniste quant à la qualité douteuse de certaines nappes phréatiques et par exemple celles de Bretagne polluées par le lisier des élevages intensifs de porcs.

Pollution d’ailleurs partant d’un noble sentiment puisque, grâce aux producteurs à bonnet rouge et à leur lucide prévention, la prolifération des algues vertes permet de protéger le littoral d’un tourisme de masse destructeur.

Oui comprenons bien que lorsqu’un ministre de l’intérieur expulse de jeunes lycéens vers des contrées inconnues, il ne le fait pas pour flatter d’immondes pulsions démagogues et sa courbe de popularité tout en même temps, mais bien dans l’aimable perspective d’enrichir par des voyages linguistiques le bagage de jeunes défavorisés, en toute empathie, afin de lutter contre les inégalités sociales.

Qu’une vieille peau en vison, conspue un chef d’état en pleine commémoration, ne signifie évidemment pas l’expression pathétique de la haine en fourrure et de la connerie botoxée, mais bien plutôt la volonté d’une performance décalée au second degré d’artistes désopilants se moquant avec tact et délicatesse d’une certaine bourgeoisie un peu caricaturale.

Apprécions en ces temps moroses ces happenings gratuits voués à nous dérider quelque peu et à nous remonter le moral.

Merci+%C3%A0+Didier+pour+cette+jolie+photo..jpg

Oui, si Laurent Fabius, homme sincère s’il en est, fait capoter l’accord historique avec l’Iran, ce n’est pas non, qu’il s’aligne platement sur les positions d’Israël, d’Arabie Saoudite ou du Qartar contre le reste du monde, mais parce qu’en homme convivial et chaleureux, il meurt d’envie de retrouver encore une fois ses homologues perses autour d’une bonne raclette en Suisse, juste après la visite de François Hollande à Tel Aviv.

Ne voyons décidément pas le mal partout.

En ce siècle sympatoche, les gens sont bien souvent plus obligeants et urbains qu’on pourrait le penser et cultivent une forme discrète et élégante de bonne volonté.

D’ailleurs quand on voit combien ce gouvernement de 'gauche' si serviable ne sait comment être agréable à un patronat de droite qui n’aspire lui-même qu’à faire reculer le chômage et la misère on ne peut être que confiant en l’avènement de la gentillesse en ce monde fraternel.

tgb

12:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

09/11/2013

Choc culturel et encombrants

encombrants.jpg

On (c’est à dire madame tgb) se débarrasse de notre vieux sommier, qui d’ailleurs est encore en relatif bon état et ça ne tiendrait qu’à moi, adepte du bricolo,… mais bon, n’étant pas seul à flemmarder dessus et On, aimant les choses en parfait état…

Bref, On, fait ça bien, civiquement, scrupuleusement, appelant les encombrants, lesquels lui demandent de mettre un numéro référent sur chaque élément de la chose et de déposer le tout une demi-heure avant le passage des valeureux ramasseurs d’objets hétéroclites de notre opulente société de consommation, à savoir tel jour entre 13 h et 14h.

Ce dont ON me charge en tant que bourrin de service.

Le jour dit à l’heure dite, le bourrin de service dépose donc le barda bien rangé, bien référencé, contre le mur de la porte cochère.

A peine ai-je déposé le tout, qu’une nuée de nos baltringues locaux, passant le plus clair de son temps à glander dans la rue, se jette sur le sommier, tout à me demander s’il n’y aurait pas et les pieds et le matelas et la latte manquante et pourquoi pas et les draps et les taies d’oreilles…

Bref c’est le folklore ordinaire de ma rue pittoresque. Faut le prendre à la cool

- Les pieds y’a pas, les vis faut voir…

encombrants-4i1.jpg

Après un grand conciliabule technique dans un échange international et cosmopolite et au centre d’un cercle grandissant, le matos finit par disparaître par les portes adjacentes des immeubles voisins.

Autant que ça serve à quelqu’un. Je retourne dans les hauteurs de mon 3éme étage. Fier du travail accompli et content que l'objet en question poursuive sa destinée. Une forme de recyclage finalement.

On, étant respectueuse de la légalité et de la procédure, et se faisant une haute idée de la citoyenneté, s’empresse de prévenir l’admirable et indispensable service des encombrants gratuit quoique à l’appel surtaxé, qu’il est inutile de venir par chez nous, que le vide est fait et la rue nettoyée. Il est 12 H 45, elle tombe miraculeusement sur le planton de service qu’en a visiblement assez peu à foutre entre deux bouchées de ce que l’on pourrait identifier comme un plus ou moins sandwich.

Evidemment, 20 minutes plus tard, le triporteur des glorieux encombrants se pointe pour ramasser oualou. N’étant pas du genre à pas rentabiliser le déplacement, les respectables petits hommes verts s’emparent d’une vieille planche pourrie qui traîne, c’est toujours ça comme butin.

Bon ! pensant l’affaire entendue je retourne vaquer à de plus nobles occupations.

Une heure plus tard, sortant de chez moi pour une course ordinaire je remarque assez abasourdi, que le sommier est réapparu, éparpillé façon puzzle, un élément tous les dix mètres de ma rue si pittoresque. Il n’a visiblement et après concertation sans doute, pas donné toute satisfaction à ses nouveaux propriétaires.

3028766633_a677159deb.jpg

Y’a plus qu’à tout recommencer.

On, a soudain comme une baisse de conscience civique et ne rappelle pas les encombrants. Les éléments du sommier resteront donc une semaine à traîner dans la rue avant de disparaître mystérieusement …

Morale de l’histoire : cette anecdote illustre sans doute ce que l’on nomme, le choc culturel. Autant dire que le vivre ensemble dans l'urbanisation rampante de nos quartiers folklo et populaires, des fois c'est rigolo mais que c’est pas du gâteau.

tgb

 

 

 

 

 

 

13:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

04/11/2013

Scoop : le grand reporter et l’éditocrate moyen seraient confrères !

radio-micro.jpg

Admirables, ces grands reporters souvent anonymes qui, au péril de leur vie vont arracher l’info au cœur des conflits. Admirables oui, ces journalistes de terrain, mourant caméra à la main pour le droit d’informer.

Bouleversant aussi ce concert de louanges et d’éloges venus des grands éditocrates à commentaires, des liseurs de prompteur, des recopieurs in extenso et à la main des dépêches AFP, saluant la mémoire de leurs « confrères ??? »° enlevés en Afghanistan, assassinés au Mali.

Magnifique, cette grande famille confraternelle au service d’une même investigation, du pigiste précaire à 500 euros mensuel au chroniqueur cumulard à 30 000 boules, recoupant les faits, vérifiant les infos à partir du champ d’honneur et des hostilités.

web_journaliste syrie--469x239.jpg

Ainsi par exemple, l’intrépide Eric Zemmour, briseur de tabous et de pensée unique, sortant de RTL et n’hésitant pas un instant à affronter la pluie sans même de gilet pare-balles, traversant la rue en dehors des clous, avant de s’engouffrer chez Europe 1 en face, pour mieux y dénoncer le SDF basané croupissant sur son carton extorqué à l’état providence.

Ainsi le baroudeur Franz Olivier Giesbert, slalomant courageusement entre les crottes de chien des Champs Elysées avant de se réfugier sain et sauf au Fouquet’s, y attendant avec sang-froid son chauffeur et ses 4,5 millions de subventions pour mieux dénoncer en une du Point la France des assistés.

Tout pareillement le téméraire Christophe Barbier, découvrant après analyse scrupuleuse en direct de son 867 ème C dans l’air, une tâche sur sa légendaire écharpe rouge sortant du pressing et lançant sans concession une enquête contre le lobby des teinturiers islamistes au péril de sa vie et de sa carte fidélité de chez Pressing Plus.

big-17606.jpg

Exemplaire aussi le bourlingueur Jean Michel Aphatie rapatrié d’urgence par hélicoptère à l’hôpital américain pour des escarres chopées dans l’exercice de son fascinant métier d’Anal+, après avoir passé plus de 20 heures à demander des preuves, le cul sur son fauteuil de chroniqueur au vitriol des faibles et de flagorneur pommadé des puissants.

Tout comme l’héroïque Laurent Joffrin, s’enfonçant jusqu’à 150 mètres au-delà du périph pour y rencontrer son « fixeur » et déclarant stoïquement à sa rédaction qu’en cas d’enlèvement terroriste, le nouvel Obs ne paie aucune rançon pour récupérer l’otage en mission spéciale quasi suicide.

Oui ainsi donc, et c’est un scoop, les grands reporters tout comme les éditocrates du journalisme sans peine seraient confrères et exerceraient la même profession.

karen_in_Iraq©TimothyFadek..jpg

C’est Ivan Rioufol la plume entre deux putes qui va être content.

tgb

° - "Le choc et l'immense tristesse à l'annonce de l'assassinat de nos deux confrères au Mali"

Jean-Michel Aphatie

12:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

29/10/2013

Note de synthèse ou l’analyse subtile de la synthèse normale

Synthese-soustractive-1024x922.jpg

Qu’est ce qu’une synthèse ? une synthèse c’est :

1) – l’activité mentale qui consiste à regrouper divers éléments concernant un domaine et à les structurer en un tout cohérent.

2) – l’exposé méthodique d'ensemble.

3) – la formation artificielle d'un corps composé

Pour illustrer la synthèse présidentielle, c’est sur cette troisième proposition que nous nous appuierons.

Nous verrons que chez François Flanby, mariant onctueusement le mou et le spongieux, la synthèse confine quelque peu à la recette de la pizza. Elle s’accommode de divers ingrédients, tout en essayant de répondre aux goûts et aux couleurs de chacun, c’est à dire de personne.

Ce fameux compromis du perdant perdant ou comment peut on être deux à faire une bonne affaire ?

Synthese-soustractive-1024x922.jpg

Par exemple, pour François Normal, une bonne synthèse consistera à désigner la finance comme ennemi durant la campagne électorale, avant de courir s’en excuser à la City de Londres (I am not dangerous) puis à tenter de taxer les PEL et autres comptes populaires, une fois au pouvoir.

Nous désignerons cette forme de synthèse sous l’appellation contrôlée de « La Moscovici ».

Autre exemple de synthèse économique : être en faveur de la taxe Tobin dans l’opposition, la combattre une fois à l’Elysée, avant probablement d’accepter son retour en France mais sans sa famille.

Nous appèlerons cette sorte de synthèse « La Léonarda ».

Nouvelle forme ingénieuse de synthèse, celle qui consiste à faire la chasse aux fraudeurs du fisc, par l’entremise d’un fraudeur du fisc : La Cahuzac

Synthese-soustractive-1024x922.jpg

Dans sa politique au quotidien, le gouvernement face à la droite, pigeons, tondus, poussins, benêts rouges, casques à pointe, bérets basques, cagoulards… cèdera à peu prés sur tout, tandis que face à son électorat de gauche, inflexiblement il ne lâchera rien : nous identifierons cette subtile synthèse, astucieusement stratégique sous le nom de « synthèse Hollandréou »

Quelques propositions d’habiles synthèses pour dénouer les diverses crises secouant notre pays :

- Construire l'ayraultport en tolérant le décollage des avions mais en en interdisant l’atterrissage.

- Accepter le grand marché transatlantique mais seulement les jours ouvrables.

- Laisser Morales survoler le territoire mais avec un seul réacteur

- Créer une taxe sur l’abandon des taxes mais à 75% ou pas - (l’écocotaxe)

- Ouvrir les magasins le dimanche mais une heure sur deux

- Favoriser le mariage pour tous mais exclusivement entre Pierre Laurent et Robert Hue

- Accorder aux verts le droit de quitter le gouvernement tout en y en restant

- Laisser la NSA nous espionner mais d’une seule oreille

- Etre déterminé à faire la guerre tout seul en Syrie mais sans la faire avec tout le monde.

Synthese-soustractive-1024x922.jpg

Tandis que le ministre de l’intérieur « de gauche », tout à sa synthèse de droite et d’extrême droite déjeune à l’extérieur en se coalisant lui-même, le président, tout à son génial slogan « le changement c’est pareil » continue donc d’articuler son art de la politique en équilibre instable :

thèse, antithèse, prothèse.

tgb

16:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu