Avertir le modérateur

10/01/2014

Chercher le clown

d17e3ea79c67e49b0155f8620c2d59eb.jpg

Dans cette société du spectacle, ce grand barnum à l’hystérie médiatique, depuis que les comiques ont l’humour noir et glauque et que les politiques maquillés font rire jaune, chercher le clown.

Chercher le clown, derrière la courbe qui grimpe tout en s’inversant dans la hausse tendancielle de la baisse du grand nawak de France ; derrière le masque à gag, chercher l’impunité du marchand d’armes et la condamnation du syndicaliste.

Même pas drôle.

Derrière la diversion outragée au gros nez rouge, le grand marché atlantique pas farce, la tva pas marrante, et le choc de l’austérité dans ta gueule façon tarte à la crème pas burlesque du tout, chercher Charlie.

1785527_7_2698_francois-hollande-et-le-roi-abdallah-d-arabie_df38a85fe81d76d864cb7df54bff79a6.jpg

Depuis que le président dans sa gélatine, qui couche on s’en fout mais surtout qui se couche devant le fils à papaz, en appelle de chez les obscurs Saoud à guerroyer fort moralement contre de la quenelle géante envahissant Paris, ici et , chercher le clown.

2384503.jpg

Chercher le clown derrière l’homme au triporteur qui ne prend pas plus de tournant libéral, qu’il ne va socio tout droit tant il fait avec zèle, depuis son GPS programmé, de l’itinéraire à droite, sa seule priorité.

Chercher le clown derrière le fabriqué de chez Fouks, au racisme ordinaire, à l’islamophobie tranquille, à l’anti rom de circonstance, donnant dans la censure préalable et l’interdiction de principe, ouvrant la boîte de pandore de l’arbitraire démocratique et de l’art officiel.

L’humour sur ordonnance. De la banalisation du mal à la bananisation tout court.

enhanced-buzz-18492-1363212013-6-1.jpg

Dans l’industrie du rire, à produire du pas déranger, à consommer sur place ou a emporter, chercher le clown réfugié monégasque, le clown à légion d’honneur, le clown cloné, le bouffon autorisé, le comique légal, à touiller du vulgos, à alimenter la machine à bien décérébrer, à faire pleurer de rire pour ne pas rire aux larmes.

Derrière le sinistre auguste chercher le clown blanc, white, blancos.

tgb

11:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

03/01/2014

Radiés ou irradiés ?

1526674_2430938…340406339_n.jpg

Et ben voilà, suffisait d’y penser, des SDF japonais recrutés pour nettoyer Fukushima…

Des crèves la dalle, taillables et corvéables à merci pour curer les chiottes du productivisme.

Des morts en sursis qui nous feront la grâce de ne pas toucher leur retraite, pour torcher radioactivement l’ultralibéralisme.

D’où l’intérêt de posséder et d'entretenir un vaste réservoir de miséreux, de pauvres gens prêts à mourir demain pour ne pas crever aujourd’hui : Sdf, sans papiers, chômeurs, précaires, travailleurs (en pièces) détachés, personnes surendettées, prisonniers politiques ou de droit commun, esclaves déguisés, électeurs socio démocrates…

D’où l’intérêt d’un électro choc de compétitivité, d’un pacte de responsabilité, de ces formules creuses sorties de la novlangue solférinienne, pour au final, mieux mettre en rivalité les uns avec les autres, les uns contre les autres...

D’où l’intérêt d’une crise permanente savamment entretenue permettant de puiser dans un vivier sans fond de mains de basses œuvres n’ayant plus le choix.

D’où l’intérêt de mettre suffisamment peu de foin dans les râteliers, histoire que les salariés se battent et libèrent leurs pires instincts. Combat de nègres, combat de chiens, combat de travailleurs entre eux, entre licenciés d’aujourd’hui et ceux de demain.

1526674_2430938…340406339_n.jpg

On peut dire ce que l’on veut, en ce sens, le capitalisme à des ressources inépuisables pour non seulement pallier à ses effets mortifères et donner les réponses à ses immondes saloperies mais encore pour en tirer profit.

Non, le désastre n’est pas une simple conséquence du capitalisme, il en est parfaitement consubstantiel. Il en est la composante indispensable, la dimension nécessaire, faisant de l’humain une simple variable d’ajustement et de la planète une porcherie.

Nous noterons d’ailleurs qu’en ce cas d’école, que nous pouvons voir comme une parfaite métaphore du nouvel ordre mondial, ce sont des sous-traitants gérés par la mafia japonaise à travers des sociétés écrans qui font la sale besogne.

Bref, enfin au grand jour, l’union de l’entreprise criminelle et de l’entreprise privée, de l’argent sale et du sale argent, réunis depuis longtemps dans les mêmes circuits financiers opaques et scellant officiellement leurs penchants naturels dans cette grande famille du pognon sans traces et sans frontières.

Et là où dans un monde juste, les actionnaires gavés, les classes dirigeantes cupides, les politiques corrompus, ayant poussés au maximum la rentabilité au détriment de tout et notamment de la sécurité, se devraient d’être sacrifié à pelleter de l’uranium aussi enrichi qu’eux, au contraire l’argent continue d’aller à l’argent et la misère de coller à la misère additionnant les handicaps jusqu'à mener une vie même plus de chien.

1526674_2430938…340406339_n.jpg

Non, le capitalisme ne se réforme pas plus que la merde ne se parfume, on le tue ou il nous tue.

En ce sens là en effet, il n’y a pas d’alternative.

tgb

11:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

01/01/2014

Ma première bonne résolution

Bc1OuFGCcAAwIFp.jpg

12:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

14/12/2013

Tu ne peux pas ne pas...

1770515_3_17ab_mouches-qui-copulent_677058cf63fff0bc1f6cb367c268a30e.jpg

Paraît que tu ne peux pas ne pas revenir…

Pour ne pas ne pas, faudrait déjà que tu sois parti, que tu nous aies un peu lâché la grappe, alors qu’à peine congédié tu nous grattes à la porte, à japper ta gamelle, je pars pas mais j’reviens…

Mais admettons

Paraît que tu ne peux pas ne pas revenir…que ce serait inéluctable, fatal et programmé. Du genre mektoub fatum et tralala, qu’on peut pas y couper, que la noire galaxie réclame tes lumières.

Surtout te sens pas obligé, va pas te faire du mal, rassure toi mon nabot providentiel, mon de Gaulle tout raccourci…on survivra !

Si t’es en manque, tu nous manques pas, t’as plus besoin de nous qu’on a besoin de toi, et ça se soigne !

1770515_3_17ab_mouches-qui-copulent_677058cf63fff0bc1f6cb367c268a30e.jpg

Allez, je suis sûr que tu peux ne pas revenir, un peu de volonté, concentre toi, fais un effort, pense à nous, et enlève-moi ce doigt de ton nombril, que tu vas encore nous gicler partout.

T’es pas indispensable, les nuisibles ça pullule ,les méchants incompétents, les vaniteux péteux, les incultes vulgaires, les cupides de la compétitivité rentière y’a que ça, à quémander du merdias, à s’aplatir du merdef. Du va t’en guerre ami de la finance, du cracheur de haine et de Rom, ça se bouscule tellement de l’urne que tu ferais double emploi.

Va te faire assister chez les Grecs, par Goldman Sachs ou ta riche héritière que c’est pas un métier à ton âge de remuer de l’air, à vivre à nos crochets.

Tu ne peux pas ne pas et pourtant tu pourras, parce que tu manques tellement pas que si tu ramènes encore ta fraise, on va pas te manquer !

1770515_3_17ab_mouches-qui-copulent_677058cf63fff0bc1f6cb367c268a30e.jpg

Allez dégage enfin que ça nous fasse des vacances, que si tu le fais pas pour toi, au moins pour la France…

tu ne peux pas ne pas mais si tu peux ne peu !

tgb

16:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu