Avertir le modérateur

04/11/2013

Scoop : le grand reporter et l’éditocrate moyen seraient confrères !

radio-micro.jpg

Admirables, ces grands reporters souvent anonymes qui, au péril de leur vie vont arracher l’info au cœur des conflits. Admirables oui, ces journalistes de terrain, mourant caméra à la main pour le droit d’informer.

Bouleversant aussi ce concert de louanges et d’éloges venus des grands éditocrates à commentaires, des liseurs de prompteur, des recopieurs in extenso et à la main des dépêches AFP, saluant la mémoire de leurs « confrères ??? »° enlevés en Afghanistan, assassinés au Mali.

Magnifique, cette grande famille confraternelle au service d’une même investigation, du pigiste précaire à 500 euros mensuel au chroniqueur cumulard à 30 000 boules, recoupant les faits, vérifiant les infos à partir du champ d’honneur et des hostilités.

web_journaliste syrie--469x239.jpg

Ainsi par exemple, l’intrépide Eric Zemmour, briseur de tabous et de pensée unique, sortant de RTL et n’hésitant pas un instant à affronter la pluie sans même de gilet pare-balles, traversant la rue en dehors des clous, avant de s’engouffrer chez Europe 1 en face, pour mieux y dénoncer le SDF basané croupissant sur son carton extorqué à l’état providence.

Ainsi le baroudeur Franz Olivier Giesbert, slalomant courageusement entre les crottes de chien des Champs Elysées avant de se réfugier sain et sauf au Fouquet’s, y attendant avec sang-froid son chauffeur et ses 4,5 millions de subventions pour mieux dénoncer en une du Point la France des assistés.

Tout pareillement le téméraire Christophe Barbier, découvrant après analyse scrupuleuse en direct de son 867 ème C dans l’air, une tâche sur sa légendaire écharpe rouge sortant du pressing et lançant sans concession une enquête contre le lobby des teinturiers islamistes au péril de sa vie et de sa carte fidélité de chez Pressing Plus.

big-17606.jpg

Exemplaire aussi le bourlingueur Jean Michel Aphatie rapatrié d’urgence par hélicoptère à l’hôpital américain pour des escarres chopées dans l’exercice de son fascinant métier d’Anal+, après avoir passé plus de 20 heures à demander des preuves, le cul sur son fauteuil de chroniqueur au vitriol des faibles et de flagorneur pommadé des puissants.

Tout comme l’héroïque Laurent Joffrin, s’enfonçant jusqu’à 150 mètres au-delà du périph pour y rencontrer son « fixeur » et déclarant stoïquement à sa rédaction qu’en cas d’enlèvement terroriste, le nouvel Obs ne paie aucune rançon pour récupérer l’otage en mission spéciale quasi suicide.

Oui ainsi donc, et c’est un scoop, les grands reporters tout comme les éditocrates du journalisme sans peine seraient confrères et exerceraient la même profession.

karen_in_Iraq©TimothyFadek..jpg

C’est Ivan Rioufol la plume entre deux putes qui va être content.

tgb

° - "Le choc et l'immense tristesse à l'annonce de l'assassinat de nos deux confrères au Mali"

Jean-Michel Aphatie

12:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

29/10/2013

Note de synthèse ou l’analyse subtile de la synthèse normale

Synthese-soustractive-1024x922.jpg

Qu’est ce qu’une synthèse ? une synthèse c’est :

1) – l’activité mentale qui consiste à regrouper divers éléments concernant un domaine et à les structurer en un tout cohérent.

2) – l’exposé méthodique d'ensemble.

3) – la formation artificielle d'un corps composé

Pour illustrer la synthèse présidentielle, c’est sur cette troisième proposition que nous nous appuierons.

Nous verrons que chez François Flanby, mariant onctueusement le mou et le spongieux, la synthèse confine quelque peu à la recette de la pizza. Elle s’accommode de divers ingrédients, tout en essayant de répondre aux goûts et aux couleurs de chacun, c’est à dire de personne.

Ce fameux compromis du perdant perdant ou comment peut on être deux à faire une bonne affaire ?

Synthese-soustractive-1024x922.jpg

Par exemple, pour François Normal, une bonne synthèse consistera à désigner la finance comme ennemi durant la campagne électorale, avant de courir s’en excuser à la City de Londres (I am not dangerous) puis à tenter de taxer les PEL et autres comptes populaires, une fois au pouvoir.

Nous désignerons cette forme de synthèse sous l’appellation contrôlée de « La Moscovici ».

Autre exemple de synthèse économique : être en faveur de la taxe Tobin dans l’opposition, la combattre une fois à l’Elysée, avant probablement d’accepter son retour en France mais sans sa famille.

Nous appèlerons cette sorte de synthèse « La Léonarda ».

Nouvelle forme ingénieuse de synthèse, celle qui consiste à faire la chasse aux fraudeurs du fisc, par l’entremise d’un fraudeur du fisc : La Cahuzac

Synthese-soustractive-1024x922.jpg

Dans sa politique au quotidien, le gouvernement face à la droite, pigeons, tondus, poussins, benêts rouges, casques à pointe, bérets basques, cagoulards… cèdera à peu prés sur tout, tandis que face à son électorat de gauche, inflexiblement il ne lâchera rien : nous identifierons cette subtile synthèse, astucieusement stratégique sous le nom de « synthèse Hollandréou »

Quelques propositions d’habiles synthèses pour dénouer les diverses crises secouant notre pays :

- Construire l'ayraultport en tolérant le décollage des avions mais en en interdisant l’atterrissage.

- Accepter le grand marché transatlantique mais seulement les jours ouvrables.

- Laisser Morales survoler le territoire mais avec un seul réacteur

- Créer une taxe sur l’abandon des taxes mais à 75% ou pas - (l’écocotaxe)

- Ouvrir les magasins le dimanche mais une heure sur deux

- Favoriser le mariage pour tous mais exclusivement entre Pierre Laurent et Robert Hue

- Accorder aux verts le droit de quitter le gouvernement tout en y en restant

- Laisser la NSA nous espionner mais d’une seule oreille

- Etre déterminé à faire la guerre tout seul en Syrie mais sans la faire avec tout le monde.

Synthese-soustractive-1024x922.jpg

Tandis que le ministre de l’intérieur « de gauche », tout à sa synthèse de droite et d’extrême droite déjeune à l’extérieur en se coalisant lui-même, le président, tout à son génial slogan « le changement c’est pareil » continue donc d’articuler son art de la politique en équilibre instable :

thèse, antithèse, prothèse.

tgb

16:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

22/10/2013

Par la porte de derrière…

0472108d-09f8-749d-5b84-cc7c5748992a.jpg

Une note signée par le directeur de cabinet du ministre de l’intérieur stipule dorénavant, que les fonctionnaires de rang subalterne ne devront plus passer par la grande porte donnant sur la place Beauveau.

C’est donc à ces petits riens, ces menus détails, ces délicates attentions, que l’on voit combien le changement c’est maintenant et que Valls plein de morgue et de morve est de gauche.

Et donc, tout à cette décision de la porte d’entrée et de la porte de service, selon que vous serez maître ou domestique, notable ou petit personnel, membre de la grande confrérie 'goinfreuse' ou loufiat de la petite gamelle, par l’avant tu entreras ou par l’arrière tu te faufileras en loucedé.

Cachez ce manant que je ne saurais voir.

La porte tambour pour l’apparat

La porte cochère pour le cocher,

Le grand portail pour l’important

Le portillon pour la piétaille.

Autocollant-Issue-de-secours-Ne-pas-encombrer-230-x-230-mm-PS94A23.jpg

Et tandis que l’homme de pédalo tranche de son couteau de Lichtenberg, sans lame auquel ne manque que le manche, Léonarda en deux, tentant l’hybride synthèse de l’escalier colimaçon dans l’ascenseur social, que le parti communiste se Roberthuse et se nanise du jardin, la rentrée des castes se fera selon grade et rémunération, histoire de pas trop mélanger le torchon Franprix et la serviette Hermes.

Même Sarko/Guéant n’avaient pas osés.

Nul doute qu’à ce jeu-là, l’ambassadeur américain, son supermarket transatlantique et ses grandes oreilles passeront par l’entrée principale, tandis que l’avion de Morales se glissera par l’issue de secours.

De même, l’on ouvrira avec gants blancs les portes officielles au patronat, pas du genre à se fatiguer de la poignée, tandis que les 7 syndicalistes de PSA/Poissy en grève de la faim pourront crever dans l’indifférence générale sur le pas de porte de derrière.

Ainsi aussi, l’on déroulera au seuil des merdias du merdef le tapis rouge à la fille à papa Leborgne, tandis que le front de gauche ou ce qu’il en reste se contera de la porte dérobée (par les roms il va de soi).

Faudrait voir à pas trop déranger du porche.

Eclairage-securite-issue-secours-29464-2662841.jpg

Eloquente métaphore, que ce mépris de classe par la lutte des portes, illustration parfaite s’il en est du pantin hautain préfabriqué Valls, consacré vice-président par Fouks/Bauer, en attendant (mais pas longtemps) mieux.

Amis subalternes, ma conclusion du jour, sera qu’il n’est qu’une façon intelligente d’entrer dans un ministère. Que ce soit par devant ou par derrière, avec la seule et aimable intention de les sortir par la fenêtre.

tgb

11:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

15/10/2013

Le frontalier, rrom du suisse

3491095_6_da56_illustration_392e45afe739f3755d54d6f7d41763f7.jpg

L’ennui avec la stratégie du bouc émissaire, c’est qu’au final, on est toujours le ‘nègre’ de quelqu’un, le ‘bougnoule’ de l’autre, la victime expiatoire du voisin, le minoritaire lambda d’une majorité quelconque.

Ainsi pendant que le français voit du Rrom partout et surtout à la télé, que l’électeur de Brignoles ne se sent plus chez lui depuis qu’il habite nulle part, du côté du péril péri-urbain, le Mouvement Citoyens Genevois (MCG), FN Suisse, dénonce le frontalier français, ce « fléau » cette « épidémie » qui vient bouffer son chocolat.

Ce phénomène devient si inquiétant que Christian Dupessey, maire d'Annemasse en vient à déclarer dans la Tribune de Genève "Le repli sur soi, la recherche du bouc émissaire: ces idées progressent sensiblement. Ce n'est pas une bonne chose" craignant que les frontaliers se sentent "encore plus attaqués".

Repli sur soi : du mondialisme à l’européanisme, de l’européanisme au nationalisme, du nationalisme au régionalisme, du régionalisme au clanisme, du clanisme à ma gueule à moi.

arton6532-03d2c.jpg

Il y a quelque ironie à imaginer le bon citoyen UMPFN-Vallsien assez blindé, se faire traiter d’étranger, voleur de poules helvètes, alors que lui-même se vautre dans la logorrhée xénophobe à longueur de journée.

Bref, tandis que le bon français ne se sentant plus chez lui stigmatise et discrimine d’un côté, le voici discriminé et stigmatisé de l’autre par un de ces effets en chaîne bien connu.

Oui, au grand jeu malsain du moins que rien, de l’autre qui m’empêche d’être moi, de cette personne qui se doit d’être personne pour que je redevienne quelqu’un, à ce jeu pervers de l’ostracisme et de l’exclusion, on finit toujours par être trop roux parmi les blonds, trop enrobé parmi les sveltes, trop intello parmi les illettrés.

De ces illettrés par exemple qui défendent les valeurs nationales en un français haineux et approximatif, insultant l’étranger tout autant que la syntaxe, massacrant l’autre autant que sa propre langue, élément o combien consubstantiel pourtant d’une identité culturelle.

arton6532-03d2c.jpg

Paradoxe aussi, de constater que souvent le dernier intégré de la dernière vague immigrée est le premier à faire de la surenchère dans l’ignominie et le clivage - Ciotti, Lopez, Valls, Zemmour, Finkielkraut, Luca, Mariani, Sarkozy…dans ce registre étrange, du plus français que moi tu meurs…laissant affleurer comme une sourde névrose d’illégitimité.

Ce zèle des convertis, à proposer des lois toujours plus restrictives, à tenir des propos toujours plus abjects, qui feraient qu’en leur temps, leurs propres ancêtres n’auraient pu mettre un pied ici.

Cette vieille peur irrationnelle de l’autre, qui leur fait oublier qu’on est toujours l’autre de quelqu’un, le Rrom du français, le sale français du suisse.

tgb

11:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu