Avertir le modérateur

12/03/2013

Mots d’ordres et de désordres

y1pdeglohwxo0yj2w7ut9j8njlxq5kunivz3yc-kjx78bjjqqei-njxgswzhs9btjbfed8y6ch7jyq.gif

« L'exécutif prépare une nouvelle cure d'austérité pour 2014 »

J’aime ce style.

A la 347éme lecture, ça a sa poésie.

On imagine la tête du type qu’a pondu ça. L’expert en oxymore et autre élément de langage Histoire de vendre l’invendable : la misère qui, O miracle, serait bonne pour la santé.

Déjà l’exécutif, c’est pas très sexy glamour. Ça a un côté courroie de transmission, appareil qui, soit exécute (en l’occurrence les ordres) soit t’exécute, ce qui n’exclut pas qu’il fasse les deux.

L’exécutif ici, c’est pépère président, premier de la classe, mais sans lutte de.

La cure, c’est le truc sensé te remettre en forme, cure de jouvence, cure de repos, cure de désintox, normalement c’est thérapeutique, je sais, je viens d’une ville thermale…

mais la cure d’austérité ???

Je connais des cures pour maigrir. On paie même pour ça. Mais une cure pour manquer de tout Pendant que ceux qui te l’imposent ne manquent de rien. Voire plus.

???

Non j’achète pas le programme !

A tout prendre et pour changer, je préférerais une cure de prospérité. Mais ça n’a pas l’air d’être à l’ordre du jour ni de l’année, ni probablement du siècle.

A ce régime-là ce n’est plus une cure mais une purge. Un système basé sur l’anémie. Parce qu’une crise qui dure 50 ans n’est pas une crise mais le principe même d’une société.

gramsci.jpg

La « cure d’austérité » c’est comme la « sécurisation de l’emploi » le « plan social ou la "fléxisécurité", ça a la sémantique positive sauf que ça signifie juste le contraire : le licenciement.

Ce sont des associations de mots arnaques, des concepts putes, de la pure escroquerie linguistique avec pour finalité une immolation par le feu devant un pôle emploi.

On sait avec Gramsci, que tout langage contient les éléments d’une conception du monde, que la domination commence par les mots.

L’on notera par exemple la bagarre autour de la « vidéo surveillance » (notion pour le moins péjorative) que les chiens de garde de l’empire essaient vainement de réorienter vers une « vidéo sécurité » nettement plus rassurante ou celle des ‘charges sociales’ qui ne sont ni plus ni moins que des cotisations solidaires.

En ce sens, la lutte commence par le vocabulaire. Le sens des mots. Le choix des mots. La nécessité surtout de ne pas céder à la lexicologie des autres et donc à leur toute pensée, par paresse, par imprégnation, par snobisme, par suivisme, de désosser leur novlangue et d’inventer, de tenir, d’imposer nos propres mots d’ordres ou de désordres.

Cela demande toute notre vigilance.

Car pour revenir à Gramsci et à une de ces pertinences sémantiques « la crise, c'est quand le vieux se meurt et que le jeune hésite à naître ».

tgb

09:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

08/03/2013

La flaque

797568_french-socialist-deputy-francois-hollande-attends-the-questions-to-the-government-session-at-the-national-assembly-in-paris.jpgNon mais quelle flaque !

Je savais qu’il fallait pas t’inviter ! je le savais…

Tu oses un vague hommage à Hessel mais tu trouves le moyen de t’excuser de la Palestine, des fois qu’une paire de couilles dépasseraient…

pauvre flaque !

Tu envoies un dénommé Lurel sous ministre des 'colonies' à l’enterrement de Chavez où il y aura toute l’Amérique du sud rien que ça, voire plus…

Mais profil bas

La flaque.

Et même si tu n’aimes pas Chavez, l’Amérique du sud, c’est un continent non ? qui s’émancipe, avec qui, on a des liens, profonds, la France bordel, c’est pas rien.

Mais ça c’était avant, avant qu’on signe au PSG Qatar ; Club de foot pétrolier. Qu’on guerroie le sarrasin avec du salafiste. Un vrai démocrate l’Emir : poètes au placard, terrorisme, esclavage, corruption, répression, obscurantisme à ses heures…

Respectable lui pas comme le « macaque » !

Triste flaque !

Et je te parle même pas de tes flasques courbettes au merdef ou ta vocation de paillasson chef pour la finance, indigné de mes 2.

On a les ambitions qu’on peut, mais y’a des limites.

Tiens tu me ferais presque regretter le nabot, et ton Antoinette, la Carlita, c’est dire les dégâts…

Désolé, mais t’as la tronche à payer pour les autres, une tête à faire de la serrurerie et à finir sur une pique.

C’est pas juste mais c’est comme ça…

T’es une flaque !

Tgb

14:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

06/03/2013

Tristes tropismes

Hugo+Chavez.jpg

Chokri Belaid, Stéphane Hessel, Hugo Chavez, la camarde à une nette tendance à nous cracher à la gueule ces temps-ci, tandis que les pires crapules bouffies de haine sablent le champagne en bons charognards qu’ils ne cessent jamais d’être.

Il ne fait certes, jamais bon mettre son humanité en travers de l’autoroute de la barbarie dominante, mais il est des jours plus accablants que d’autres où le découragement frappe salement à la porte.

Si nous nous passons fort bien du culte de la personnalité, bon dieu pourtant, combien avons-nous besoin de héros qui nous vengent !

Et nous avons beau nous répéter en boucle, de défaite en défaite jusqu’à la victoire, de batailles perdues en batailles perdues jusqu’à gagner la guerre, si même la mort roule pour le grand capital alors…

Tristes tropismes.

1839845_3_dd1a_stephane-hessel-en-janvier-2011_eb4c368d24a350430a9d2c5954a274a9.jpg

L’affaire est entendue, Chavez était un vil dictateur, populiste ça va de soi, réélu triomphalement trois fois, gagnant 11 élections sur 12 et qui perdant un référendum se soumit au verdict populaire, lui. C’est donc tout naturellement que nos éditocrates éclairés peuvent faire la leçon à l’indigène un tantinet « simiesque » du sud.

Car il faut bien admettre quand même qu’en notre monde civilisé, il est des choses qui ne se font pas :

Eradiquer l’illettrisme, faire baisser la pauvreté de 75%, donner l’accession au logement et à la santé aux couches défavorisées, exploiter son propre pétrole, nationaliser les profits, faire un bras d’honneur à l’empire.

Le nouveau bordel mondial ne tolérant aucun autre désordre que son propre chaos morbide.

Chavez n’aura sans doute pas tout réussi, mais il aura généreusement, courageusement, outrageusement essayé, tandis qu’ici, mr Normal par exemple, aura tout raté sans n’avoir rien osé du tout.

Son minable communiqué alambiqué en dit long sur son inanité.

5202408.jpg

En ce jour un peu glauque, disons alors pour nous rassurer, que si nos héros nous ont plantés là, c’est qu’ils considèrent que nous sommes assez grands pour nous prendre en main, sans plus d’ombre tutélaire.

Ne reste donc plus qu’à espérer que mille petits Hessel, dix mille petits Chavez, cent mille petits Belaïd éclosent en ce couci couça printemps.

Tandis que s’inscrira dans l’histoire le mythe du « gorille bolivarien »° et que s’effacera enfin des ondes les voix vomissantes des cuistres enflés de vide.

tgb

°Ainsi le furoncle Adler nommait Hugo Chavez.

17:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

01/03/2013

Le nouveau désordre mondial

beppe-grillo.-satira.jpg

Y’a comme un malentendu !

Contrairement à ce que présupposent nos zéditocrates distingués en leurs gros titres alarmistes, non seulement le vote en Italie qui inquiète tant les marchés ne nous angoisse pas particulièrement, mais plus encore, il nous fait bien marrer.

Qu’ils se rassurent, le peuple, s’il existe, se fiche comme de sa dernière chemise en lambeaux de l’inquiétude de la finance et ce qui l’empêche éventuellement de dormir n’est pas l’insomnie du banquier mais ses saloperies.

Il est sans doute rageant pour ces zélés zexperts payés 30 000 euros mensuels afin d’expliquer à longueurs d’ondes et de journées à ce peuple un peu con qu’il n’est d’autre alternative que de vivre avec 600 euros par mois d’avoir au final si peu d’influence.

Quant à justifier leur salaire…

Et de se désoler une fois de plus que ce peuple décidément immature ait voté avec ses pieds plutôt que d’embrasser par exemple les mains de l’abbé Monti de chez Goldman Sachs, ce professeur émérite qui lui veut tant de bien à lui faire tant de mal.

papademos_draghi_monti.png

Titrer que les marchés inquiètent les peuples n’étant pas d’actualité, de sentir poindre en creux, comme la tentation irrésistible, chez nos clairvoyants du paf, de confisquer cette démocratie au peuple irresponsable, le temps de faire leurs petites affaires entre adultes consentants.

Le nouvel ordre mondial qui a visiblement une nette tendance à foutre un bordel monstre, valant bien une entorse totalitaire à l’expression souveraine des peuples.

Non pas que le peuple soit forcément bien inspiré de l’isoloir, imperméable à la démagogie ou aux pulsions scabreuses, quand il met Hitler au pouvoir, réélit Bush ou Orban…mais ainsi en va t’il du jeu démocratique.

Est-ce une raison pour le dissoudre quand il répond ‘mal’ à la question, l’obliger à voter jusqu’à ce que le oui s’ensuive ou dégainer le mot qui tue, qui paralyse, le mot valise qui définit tout ce qui n’est pas dans les clous et s’use tant on en abuse : le populisme ?

Ard8XImCEAIHpoX.jpg

Quand le choix électoral se résume à pareil au même, jusqu’à l’apothéose accomplie du gouvernement d’union nationale, que reste t’il d’autre en rayon que le n’importenawak ?

Quitte à faire dans le simulacre, autant privilégier le carnaval et les clowns marrants aux pantins pas drôles.

Que le peuple, s’il existe, passablement excédé de bipartisme stérile et de démocratorépublicanisme devienne un rien soupe au lait du piège à cons devrait logiquement les faire gamberger mais non.

Suite à l’échec de leur référendum, juré craché qu’ils avaient saisi le message, visiblement à les voir se shooter dans le même entre soi ‘raisonnable’ à la même pensée unique avec cette docte suffisance qui déplore ce populisme dont ils sont les premiers ferments, prouve qu’à ce degré d’autarcie ne reste plus qu’à abréger leurs souffrances.

Que le peuple, s’il existe, se foute de rassurer les marchés et les inquiète enfin ne peut être que bon signe.

Aucune raison que ce soit toujours les mêmes qui rigolent.

tgb

15:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu