Avertir le modérateur

23/10/2012

L'indignation sur ordonnance

951_1000.jpg

Donc on te sort de l’affaire Pussy Riot du chapeau. Donc ça te fait le buzz en traînée de poudre médiatique. Donc ça s’emballe sur la toile du Landerneau mondial tandis qu’on te l’emballe avec du bolduc finement scandalisée par les marchands d’opinions et de l’expertise en salade. Donc on s’indigne durant les trois jours prescrits sur ordonnance. Donc on s’époumone du clavier sur l’enfoiré de service tout désigné du jour :

camarade dictateur Poutine au rapport… jusqu’à oser de la pétition méchamment en ligne...

Puis, l’émotionnel un rien purgé tout émoussé de la grosse colère, on te range le dossier quelque part, on te remise l’indignation automne hiver dans la penderie, on te change de pourri comme de chemise avant de s’emparer tout en nausée de Bachar el Assad salaud le peuple aura ta peau, le doigt sur le bouton de la zapette compassionnelle.

Pussy Riot plus rien à foutre.

On te consomme de l’indignation sélective comme des petits pains au chocolat du dernier racoleur en campagne, on te marchandise de l’état d’âme en marinière, les pieds dans les starting-blocks de la réaction épidermique tandis que les projecteurs déjà éclairent une autre part de l’ombre.

La conscience tranquille et la morale sauve, on a bien fait son boulot de combattant des droits de l’homme sur le front nord de son deux pièces cuisine avant que de mordre au prochain hameçon, de foncer tête baissée sur la prochaine muleta et que de se secouer à nouveau le flacon pour bien faire remonter sa pulpe ethnocentrée.

951_1000.jpg

Bref, les ravages de la pensée humanitaire sous vide. Le culte des passions ensanglantées gobées à la va-vite Le désastre de la pensée normative, des deux colonnes à la une : bien/mal, méchant/gentil. La défaite de l’appréhension raisonnée, de la lente et laborieuse analyse, de l’hypothèse échafaudée, du questionnement par le doute, de l’enquête et du recoupement.

L’effort incommensurable de penser avec sa tête et pas avec celle des autres.

Au QCM du manichéisme pour les nuls :

- La vie la mort pour ou contre ?

- Tu le sens mon réchauffement climatique oui ou non ?

- Plutôt Glop le matin ou pas Glop le soir ?

Pas plus d’approche historique, factuelle ou technique, pas plus d’analyse géopolitique dans son contexte et sa complexité non, les problématiques passées illico à la moulinette du pathos, sous l’injonction immédiate des affects, du poids des mots, du choc des photos et de l’humeur de miss météo.

Donner à la société d’opinion sa ration de révoltes, sa raison quotidienne de s’émouvoir dans les clous ; tant que ça résonne ça ne raisonne pas, tant que ça moralise ça ne politise pas, tant que ça canalise ça n’explose pas.

L’indignation : la soupape de sécurité du peuple en ses vapeurs.

tgb

11:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

19/10/2012

Je fume pour oublier que t’es con !

medicaments_0.jpg



Ainsi donc, 65% des français, soit 2 sur 3, seraient opposés à la dépénalisation du canabis, selon le dernier sondage putassier Harris.

Bien !

Parmi ces 2 français sur 3 comptons majoritairement et à 82% les sympathisants de droite toujours en phase avec leur époque et dont on peut parier qu’ils ne sont pas de toute première fraîcheur, puisque ce sont les plus âgés, les plus hostiles à cette dépénalisation. (on ne parle même pas de légalisation).

Puisque nous en sommes au stade des statistiques, sachons alors que suite à un rapport de l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) de 2002 (qui date mais ça c’est encore aggravé depuis) 1 français sur 4 est gavé d’anxiolytiques, de neuroleptiques et d’hypnotiques (somnifères), que l’assurance maladie a remboursé cette année là 150 millions de boîtes de psychotropes prescrits, que 50% des femmes de plus de 70 ans sont sous benzodiazépines, que ce gavage est responsable de 30% des chutes des personnes âgées et la cause de 130 000 hospitalisations pour des effets secondaires, notamment cardiaques.

Qu’en 2002 la sécu a consacré 474 millions d’Euros au remboursement d’antidépresseurs; 146 millions aux anxiolytiques, 92 millions aux hypnotiques, 220 millions aux neuroleptiques.

Que les boîtes de Prosac, Lexomil, Xanax, Stilnox, Temesta, Deroxat, Zoloft… trônent sur la table de nuit de millions de français qui prennent leur bagnole sans qu’on leur ait imposé un ’Lexotest’ quelconque dans la boîte à gants.

C’est donc une France shootée aux antidépresseurs, goinfrée de chimie, droguée au cacheton, accro aux labos pharmaceutiques qui considère que la fumette de clown nuit grave et que ma belle amie souffrant d’un glaucome n’aura pas d’alternative aux bêtabloquants qu’on lui inflige alors que l’on sait que le canabis est le produit le plus approprié pour sa pathologie.

C’est donc cette France qui chaque année s’excite de la zapette pour le gentil petit français exemplaire Voeckler de chez Europcar, soupçonné d’ EPO, pour le gentil commentateur Jalabert qui fréquenta assidûment en son temps le bon Docteur Ferrari et sa trousse magique, pour le piquousé à l’insu de son plein gré Virenque, pour tous ces héros de la France qui gagne une seringue dans le cocorico cul.

Et c’est donc cette France tartuffe là, et qui bande au viagra, et qui vote sur ordonnance, dont il faudrait s’inspirer pour légiférer ?

On n’est pas champion du monde de grand-chose mais au moins de consommation d’anxiolytiques, et c’est cette France dépressive là qui voudrait nous interdire de tirer sur un joint ?

Pour paraphraser l’éternel Baschung chantant « je fume pour oublier que tu bois » je dirais simplement que moi si je fume c’est pour oublier qu’ils sont cons.

tgb


08:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

16/10/2012

T'es de gauche à quelle heure ?

montres].jpg

C’est une affaire entendue : Jérôme Cahuzac, ministre du budget, a réussi sa vie.

A 50 ans et quelques, il possède une Rolex. On est content pour lui. Sarko et Séguela aussi.

Non seulement Jérôme Cahuzac, ministre du budget et de la rigueur pour chacun, possède (ou possédait) une Rolex, une Breitling, une Jacger-Le-Contre, une Chaumet, une Boucheron, autant de luxueuses montres suisses, mais encore est il l’heureux propriétaire d’un 300 mètres/carrés dans le 16ème arrondissement

Grand bien lui fasse.

Qu’on soit bien d’accord ici, on peut être riche ET de gauche, payer l’ISF ET de gauche, dépenser son pognon comme on veut ET de gauche.

La gauche manque d’ailleurs cruellement de mécènes milliardaires et révolutionnaires, finançant la subversion. Il y en eut. Gérard Lebovici par exemple.

Sauf que quand même, quand on est ministre du budget, de la rigueur pour chacun et du sacrifice justement réparti, ça fait un peu tache de se faire dérober 10 tocantes pour 100 000 euros à son domicile parisien.

Soit grosso merdo une année de smic par montre.

Ça fait juste un peu tache quand, précisément, en tant que ministre du budget, de la rigueur pour chacun, du sacrifice justement réparti et de l’austérité pour tous, à savoir l’heureuse piétaille de ce nouveau continent dévasté rebaptisé « Prix Nobel de la paix », on a pour tâche d’augmenter taxes et impôts, de serrer le kiki à des gens qui n’en peuvent mais, de mettre en œuvre une effroyable régression sociale par des coupes claires et autres réductions de coûts, tout en se présentant comme un moine soldat de la discipline budgétaire.

Ça renforce juste un poil ce sentiment étrange de fort hiatus, de divorce radical, de méchante dichotomie entre une caste favorisée de droite de gauche et d’extrême centre qui ne semble pas particulièrement souffrir de fins de mois difficiles, pas contrainte de rogner sur les dépenses de santé, pas soumise au racket des crédits revolving, et le reste de la population qui se demande avec angoisse si elle pourra honorer ses putains de factures de gaz privatisé cet hiver.

Je n’ai certes rien contre un brin de luxe artisanal et d’élégance raffinée, rien contre la fascinante mécanique helvétique, mais de là à accumuler de l’horlogerie bling bling dans mon coffre…

Il faudrait d’ailleurs se pencher sérieusement sur cette manie bizarre qu’est la rétention quasi pathologique de montres hors de prix qu’ont certains socialistes finement embourgeoisés du gousset, Dray, Moscovici… sur ce goût pavlovien par la collectionnite aigüe des codes d’appartenance, sur ce besoin irrépressible de signes extérieurs de richesse, façon d’afficher au poignet qu’ils en sont.

Bienvenue en oligarchie : son impunité, ses privilèges, ses cumuls, ses passe-droits, son club du siècle, ses niches fiscales, ses codes culturels, son entregent, son entre soi.

Et pour tout vous dire, si j’étais pété de thunes comme le bon docteur Jérôme, ministre du budget, de la rigueur pour chacun, du sacrifice justement réparti, de l’austérité pour tous et du serrage de ceinture à cran renforcé semble l’être, j’aurais des projets autrement plus bandants que le cumul de boîtes à tic tac.

Même suisses.

Bref, tout ça pour vous dire, qu’en termes d’exemplarité, de confiance et d’empathie, ça laisse à désirer et que cette forme d’inconscience, d’insouciance et finalement de normalité indécente en termes de distorsions finissent par confirmer cette sale impression que décidément on n’est plus du même monde.

Surtout quand, comme nous le dit le très certainement honorable (et c’est encore pire) Jérôme avec affectation « le préjudice est avant tout moral, la perte a valeur sentimentale » y’a comme un ENORME malentendu : Perso, je n’ai jamais eu de perte de valeur sentimentale à ce prix là.

Au final, est-ce que la véritable fracture sociale, plutôt qu’un clivage droite/gauche, ne se jouerait pas entre ceux qui à 50 ans en ont une et ceux qui n’en n’ont pas, entre les possédants de Rolex et les possesseurs de Swatch.

Et si la lutte des classes finalement n’était qu’une question d’heures ?

tgb

08:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

13/10/2012

Le prix Nobel se la pète

12-10-PE-BOJESEN-1.jpg

Bon, je vous préviens tout de suite va falloir me parler meilleur.

Depuis hier dans le sillage des illustres, Henri Kissinger à qui l’on doit l’admirable prolongement du lâcher de napalm au Vietnam, Elie Wiesel, qui proposa subtilement de torturer Bernard Madoff sans plus de gratitude pour les 10% de dividendes qu’il perçut durant des années sans trop d’état d’âme, et Barack Obama, éminent joueur de drone tueur avec dommages collatéraux, je suis prix Nobel de la paix.

Alors de la déférence du respect et tout ça.

Trêve de plaisanterie, ce n’est naturellement ni vous ni moi qui irons chercher en Norvège le prix de bonne camaraderie, manquerait plus qu’on donne une distinction à un peuple, mais plus sûrement l’un de ces trois guignols de la brochette ci-dessous

2798945789.jpg

dignes représentants d’une de ces roues de la troïka dont le moindre grincement terrorise l’Europe tout entière.

On eut pu évidement envoyer à Oslo, l’un des représentants d’Aube Dorée, une de ces officines nazie générée par l’austérité européenne, ou le chef du gouvernement hongrois Viktor Orbán entre deux défilés de milices au pas de l’oie, ou quelque grec bouffant dans les poubelles, quelque espagnol expulsé de son logement, quelque fonctionnaire portugais au chomdu.

L’un de ces citoyens, victime de la guerre économique entre états de l’union européenne, de l’explosive concurrence libre et non faussée, du bombardement anti-social, issu de l’un de ces territoires ravagés, soumis à l’occupation des lobbies privés Monsanto, Goldman Sachs et consoeur, qui fait se détester grecs et allemands, chômeurs et immigrés, actifs et retraités.

Mais on préfèrera sans nul doute y déléguer un de ces larbins Barroso otanisé, une baronne Asthon non identifiée, un Herman Achille Van Rompuy à l'ectoplasme plat, pour avoir "contribué pendant plus de six décennies à promouvoir la paix et la réconciliation, la démocratie et les droits de l'homme en Europe", cette émouvante réconciliation des états par le marché, sur le cadavre des peuples.

A5A8WSzCUAAfC76.jpg

De cette ardente démocratie des referendums sur lesquels on s’assit, de ces traités d’austérité que l’on imposa et des droits de l’homme auxquels il faut soustraire cela va de soi les droits des travailleurs dans la pure compétitivité.

Cela dit, l’académie de la star ac de la paix fait bien d’ attribuer son hochet cette année à la communauté européenne, vu que l’année prochaine il est possible que ce fut à titre posthume.

tgb

11:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu