Avertir le modérateur

16/02/2013

Djamal Chaar, l’immolé et les incendiaires

32913-feu-flamme.jpg

Au-delà de la dénomination anonyme et déshumanisée de « chômeur immolé devant le pôle emploi » le désespéré de Nantes avait un nom.

Il s’appelait Djamal Chaar.

Djamal Chaar entre ainsi dans la tragédie sociale avec son terrible cortège des suicidés de la société, de ce monde austère et sans pitié.

Ce « cancer de la société » versus Wauquiez de la droite justement nommée sociale, cet « assisté » de la communauté, est mort pour un trop perçu de 600 euros.

Il ne repassera donc pas par la case départ pour toucher comme le journal libéral « le Monde » par exemple, ses 55,3 millions d'euros d'aides publiques pour mieux dénoncer « l’état providence ».

Avant l’épouvantable sacrifice de Djamal Chaar, plusieurs immolations par le feu eurent lieu en France, et 3 tentatives depuis, comme la propagation d’un terrible incendie, comme la mise en scène névrotique et publique de la douleur et du désespoir.

Pour Hollande François qu’en connaît un rayon question nature humaine " il n'est nul besoin d'aller chercher une responsabilité", l’acte de Djamal n’est rien d’autre qu’ "un drame personnel".

Et pourquoi pas en effet la traduction enflammée d’un chagrin d’amour devant le pôle emploi.

220px-BurningMan-picture.jpg

Djamal Chaar ne sera hélas pas le Mohamed Bouazizi français. Il ne déclenchera ni printemps révolutionnaire, ni émeute populaire, tout juste un zest de compassion de nos zélites françaises, bien trop occupées à faire subir aux ouvriers en lutte un interrogatoire musclé de garde chiourmes pour justifier d’un boulon lancé en l’air, tandis que pendant la crise bancaire, l’hyper violence patronale qui nous est faite prospère en toute légitimité.

Et Valls, ce Javert qui casse du salarié, de défendre avec zèle les incendiaires du nouvel ordre mondial, facteur même du chaos, de la jungle libre et non faussée, de la loi du plus fort. Ces pyromanes exaltés qui mettent le feu en toute impunité là où se brûlent les millions de sacrifiés, infimes dégâts collatéraux de leurs profits immédiats.

Le plus surprenant dans ses séries d’immolations et de suicides à la chaîne (France Telecom, la Poste…) ce n’est pas qu’ils expriment cruellement cette violence sociale, mais qu’elle se retourne contre la personne même qui la subit. Comme si la victime se résignait à redevenir victime et n’avait d’autre solution, plutôt que de s’en prendre à son bourreau, encore faudrait-il avoir un nom dans cette grande machinerie systémique, que de s’en prendre encore à soi, de se faire payer encore l’addition.

Dans cette forme d’aliénation et d’asservissement intégré, n’avoir plus d’autres armes que d’agir contre soi comme ultime liberté et protestation.

Symptôme affreusement alarmant d’impuissance individuelle dans la dissolution du collectif.

h-20-1179607-1207891852.jpg

Plutôt que de céder à toute forme de chantage, solution provisoire qui de toute façon à plus ou moins long terme s’avère toujours perdante, plutôt que de se mortifier, il s’agit bien de renvoyer la violence d’où elle vient, de renverser le rapport de force et de faire en sorte que la peur change de camp.

Quitte à mourir, autant combattre.

Après avoir baissé modiquement et momentanément son salaire, Carlos Ghosn, le patron de Renault dans une minable tentative de communication et de provocation, ne gagnera plus que 26000€ par jour.

Après cet immense sacrifice, pensez vous sérieusement que ce cynique représentant de l’oligarchie songe à s’immoler ?

tgb

13:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

12/02/2013

Fièvre de cheval

 

h-20-2229867-1285062677.jpg

On peut toujours se lamenter de la faillite de la Sainte traçabilité des produits divers et avariés qui transitent par les multiples intermédiaires qui s’engraissent de transaction en transaction à rien foutre, tant qu’on s’obsède du symptôme, on évite soigneusement de s’attaquer aux causes du « chevalgate ».

Le ministre Le Foll peut toujours monter sur ses grands chevaux à se hérisser du poil, dans une incantation au contrôle sanitaire bien senti, tant qu’il ne reconstruit pas la DGCCRF autrement nommée ‘répression des fraudes’, démantelée par Fillon et Sarko dans une politique de dérégulation et d’éradication des services publics, on restera à se polariser sur la fièvre en se foutant pas mal de l’infection ; façon aimable de dire qu’on continuera à pisser dans un violon.

L’Europe tartufe réunie en cellule de crise demain dans l’urgence haha, peut toujours mobiliser ses gros sabots rapport à la chaîne sous alimentaire de la tambouille pour pauvres, elle ne nous fera pas avaler que le scandale Findus est un dysfonctionnement du système puisque c’est l’émanation même du modèle libre et non faussé, tel qu’il a été programmé en son dumping à la con.

Surtout que dans le cadre de discussions sur des accords de libre-échange, la Commission Européenne vient d’autoriser l’importation de carcasses de viande bovine nettoyées à l’acide lactique, façon de couper aux règles strictes d’hygiène et de faire une fleur à nos copains ricains, en attendant leur poulet nettoyé au chlore…

FIL-WEB-Parcours-viande.jpg

Depuis qu’on se goinfre à spéculer et à ne plus rien produire, à faire dans le courtage, maillon d’une chaîne qui dilue opportunément les responsabilités, plutôt que dans la belle ouvrage bleue ou saignante, on risque de réchauffer longtemps de la bouse ou du crottin, dans nos micro-ondes à sale bouffe.

Dans ce modèle libéral du profit à tout prix, il en va des barquettes de lasagnes comme de toute marchandise et de toute activité ‘walmartisée’ ; la grande distribution pressurant toujours plus pour obtenir des coûts toujours moins, il ne peut s’instaurer mécaniquement qu’une paupérisation locale pour un appauvrissement global, du producteur saigné au consommateur sous payé avec pour résultat imparable, de la daube sous-conditionnée.

Quand on sait déjà combien le bio est dévoyé, détourné, dénaturé par la puissance financière et juridique des lobbies de l’agroalimentaire, que par exemple l’appellation « Producteurs locaux » est devenue une marque Leclerc, il n’y a rien à espérer que de tous finir labellisés à l’abattoir de la malbouffe avec code barre sur le front.

Pas de miracle, le toujours moins cher, le toujours plus compétitif, le toujours plus rentable, c’est le toujours moins de qualité, le toujours moins de sécurité, le toujours moins de droits sociaux.

En cela le capitalisme qui n’a d’autre horizon que le toutou tout/tout de suite pour ma gueule est l’ennemi naturel de l’écosocialisme qui n’a d’autre perspective que l’intérêt général à long terme.

Il n’y a pas, il ne peut y avoir d’écologie de droite. L’écologie est intrinsèquement, viscéralement, forcément anti-capitaliste.

topelement.jpg

Mais tant que le quantitatif ‘moins disant’ règnera sur le qualitatif des plus luxueux, faudra pas s’étonner de boire de la pisse d’âne et de bouffer de la merde avec du canasson dedans ou l’inverse. Déjà bien beau qu’on n’y trouve pas des morceaux de jockey.

A ce rythme-là, je parie que ça viendra.

tgb

15:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

10/02/2013

Cette pauvre Europe des riches

 

cameron_1788627c.jpg

Ce n’est pas parce qu’entre 2008 et 2011, l’Europe a offert sur un plateau 1600 milliards aux banques nécessiteuses, qu’elle doit s’exonérer de gratter 200 des 500 millions d’aide alimentaire pour les crève-la- faim privilégiés, dans une politique d’austérité d’une rare pertinence.

Une économie de bout de chandelle que n’aurait pas renié le père Ubu lui-même.

C’est donc le cœur léger et fier du travail accompli que la désopilante Merkel et le milliardaire Cameron peuvent laisser éclater leur joie soulagée.

Il faut bien reconnaître une véritable noblesse et une certaine hauteur de vue à économiser un quignon de pain aux uns pour mieux offrir du caviar aux autres, au nom de cette lutte des classes un peu démodée autrement rebaptisée dans cette novlangue subtile qui nous prendrait un chouïa pour des cons :

compétitivité.

Cameron-Merkel-2.jpg

Il fut un temps où les riches s’asseyant sur la justice sociale se sentaient au moins redevables d’une forme de charité. Non seulement l’Europe patronnesse dans son souci de dorloter les marchés, organise la régression sociale, fait exploser la pauvreté, mais encore refuse même aux peuples la dernière des mendicités.

Un pas immense vers la civilisation.

Heureusement Flanby, ennemi de la finance à ses heures perdues et dans cette volonté déterminée qui n’appartient qu’à lui, était là.

« je vous le dit tout net : pas question d’accepter de réduction du budget au-delà de ce qui est acceptable »

Hollande+stupide+3.jpg

Le spécialiste de la menace qui s’annule toute seule dans la même phrase a du trouver parfaitement acceptable donc de rogner deux paquets de coquillettes aux Restos du Cœur par exemple, tandis qu’explose la demande.

L’essentiel restant par ailleurs de sauver à la sauce hollandaise, quelques riches céréaliers français, les abeilles et les pesticides, le tout en même temps.

Comprenons nous bien. Si donner 1600 milliards d’argent public à des banquiers privés ne fait évidemment pas d’eux des assistés, donner une barquette de lasagnes Findus aux miséreux risquerait bien de les conforter dans leur statut de parasites de la société.

Et ça naturellement, pour cette pauvre Europe des riches ou cette riche Europe des pauvres, c’est économiquement, idéologiquement, juste inacceptable.

tgb

11:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

05/02/2013

La gueule de pas d'emploi

414_1000.jpg

Plus on gagne de droits sociétaux, plus on perd de droits sociaux.

Avoir le droit de se marier entre homosexuels n’empêche pas de se faire virer de son boulot ou d’accumuler les CDD. Un homo étant aussi un travailleur, ce serait ballot que ce qu’il gagne en militant du mariage pour tous, nous le perdions ensemble en acquis sociaux.

Si de nouveaux droits sont toujours bons à prendre, y compris le droit fondamental pour les femmes de porter des pantalons, ils ne doivent pas être le pudique paravent des régressions sociales programmées par le nouvel ordre mondial et exécutés par sa technocratie gouvernementale quelle qu’elle soit.

On se demande dans quelle mesure, les avancées sociétales ne serviraient pas justement de caution de gauche, de simulacre de gauche, de substitut de gauche et de virginité.

Tandis que Zapatero (hier) ou Hollande légifèrent sur les mœurs, se contentant finalement d’avaliser les évolutions de la société (cela dit le conservateur Cameron aussi), ils pratiquent ou pratiquèrent une même politique libérale au nom de la toujours même Sainte Trinité : Compétitivité - Flexibilité – Austérité.

Tandis que le général Flanby, grand sorcier blanc, libère de ses forces obscures, Stéphanie de Bamako que son jeune padawan Valls s’empresse d’embastiller ici, le capitaine raplapla, ‘not dangerous’ nous pond la réforme bancaire la plus inoffensive du monde que même les banquiers en sont gênés.

 

AnZsQGcCAAEt-ND.jpg

Il ne faudrait pas que les acquis sociétaux servent à escamoter le hold-up social, parce que concrètement, toujours moins de service public et toujours plus de sacrifices économiques c’est :

- une famille entière suicidée dans un petit pavillon

- la mort d’un bébé in utero faute de personnel hospitalier

- le chantage à l’emploi du patron milliardaire Goshn sur ses employés démunis

- des milliers de licenciements boursiers dont semble n’avoir jamais entendu parler, Laurent Berger de la CFDT collabo (pléonasme) : "Je ne sais pas ce qu'est 1 licenciement boursier" (mots croisés 4/02)

Le mariage pour tous c'est sympa, mais la mouise pour tous, c'est pas terrible question voyage de noces.  

Homos ou pas, mariés ou pas, tous les licenciés de chez PSA ou Sanofi ont la même gueule de plus d’emploi.

tgb

 

dessin : Voutch

11:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu