Avertir le modérateur

12/12/2016

Marcher assis/dormir debout

CzVJRQdXgAATy2L.jpg

Comme le dit Camus, si mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde, alors y’a du tsunami dans l’air et de l’apocalypse dans les tuyaux, parce que question lexicologique c’est un beau merdier.

Je sais bien que nous vivons des temps confus mais quand même.

Si François Fion le néoconservateur à la cravate de notaire rebelle est le candidat de l’antisystème, si la candidature de Valls, vulgaire chef de rayon du conformisme libéral « est une révolte » et si le jeune postulant Macron tout exalté de sa première branlette électorale, a la Révolution ( patronale et bancaire ) en marche, on peut tout aussi bien nommer notre prochaine insurrection « stabilité monétaire » foutre le feu aux banques pour « rassurer les marchés » et basculer dans la subversion « libre et non faussée ».

Parce qu’à ce point de bordel linguistique et de triangulation foutraque, y’a plus de raison d’appeler un chat un chat et un premier d'la classe trentenaire qui fait peur à l'avenir, un jeune.

proxy.jpg

D’ailleurs, "Le mot d'état d'urgence étant anxiogène : il faut inventer un état de haute sécurité qui rassure" @vpecresse #BourdinDirect.

- Etat de lévitation molletonnée - je propose.

auschwitz-gate-arbeit-macht-frei_thumb.jpg

Il va falloir très vite intégrer si on veut un peu suivre, qu’être le cul sur une chaise c’est être en marche, que libérer la France par le travail n’est pas seulement un sinistre slogan nazi mais un cri de ralliement de l’avant garde HEC, qu’il faut outrer pour ne rien changer, hurler moderne pour ne rien dire, briser les tabous pour mieux péter à table et que Jean-Marine Lepen fait dans le social.

Bref, réciter le catéchisme officiel pour être original.

L’anticonformisme de pacotille sentant la conformation à plein nez, la pensée intestinale étant tendance, mieux vaut lire entre les lignes et choisir de vrais pivots du système capitaliste, Poutou, Arthaud..pour avoir une chance encore d’être autrement insolent.

Le système étant antisystème, forcément l’antisystème devient système et vice versa. faut suivre !

CzU-jhSXgAA9SvL.jpg

A force de ne pas défendre nos valeurs, de s’excuser du moindre pet idéologique de travers et d’intérioriser notre défaite historique, voilà qu’on nous confisque les mots, liberté, réforme, républicain, laïcité…et qu’on se retrouve conservateurs, archaïques, assistés, rétrogrades, tout juste bon à picoler son RSA et à polluer la planète avec sa vieille bagnole pourrie.

Fumier de pauvre.

Car oui, être de cette fange réactionnaire doit faire des vacances, tout est simple dans ce monde d’arrogance aux trois idées moisies. Si le monde va mal c’est la faute au pauvre qui vole à rien foutre le pognon des milliardaires qui s’épuisent dans les mines à dividendes - «La vie d'un entrepreneur (étant) plus dure que celle d'un salarié» Oui la faute à ces rentiers du smic qui font rien qu’à coûter cher du conquis de l’acquis social qui pue des pieds.

Donc ok, on a perdu la bataille culturelle et sémantique et donc la bataille politique. Mais peut-être, si nous n’avons plus les mots, pouvons nous encore faire les choses.

Je ne sais pas moi arracher des chemises ! Mais à quel prix !

7786223934_emmanuel-macron-porte-de-versailles-a-paris-le-10-decembre-2016.jpg

Si la marque « révolution assise » appartient désormais à la marionnette bancaire, rien ne nous empêche, de le tirer de sa chaise à porteurs, de lui botter le train et d’appeler ça, - va te faire mettre chez Medef - ou - va te faire cuire le cul chez Rothschild avec Bendit.

C’est trivial mais allégorique.

Sérieusement, peut on faire vraiment les choses sans les nommer et penser le monde sans le conceptualiser ?

Notre langue est riche, nuancée, subtile, à nous les insoumis, un mot qui nous appartient encore, de renouveler les concepts, de les dépoussiérer et de construire l’avenir par le vocabulaire.

Si l’expression - lutte des classes - (qui n’a jamais été autant de circonstances) ne passe plus, rebaptisons là en la musclant encore.

Car sinon, « Le jour où les mots n’auront plus de sens, nous aurons gagné » (Goebbels)

Je crois surtout qu’à ce jeu-là, le jour où les mots n’auront plus de sens, tout le monde aura perdu.

tgb

Share|






22:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

08/12/2016

Coût du travail, peine capitale ou L’ubérisation de l’élimination politique

CyhccQLXEAAdGkM.jpg

Un jeune homme de 18 ans a été interpellé mardi à Belfort pour avoir recherché sur Facebook un "tueur à gages" afin de tuer Manuel Valls, en visite dans le Doubs mercredi, a-t-on appris de source policière.

Si c’est pas malheureux !

Pour une fois qu’un jeune fait preuve d’un peu d’initiative, sans rien réclamer à l’état providence, le voilà injustement sanctionné.

C’est pas comme ça qu’on va encourager les jeunes entrepreneurs macroniens - "Si j'étais chômeur, je n'attendrais pas tout de l'autre" - à devenir milliardaires.

A l’heure on l’on condamne Cahuzac mais où l’on attend toujours les procès de Sarko, Balko et compagnie, est-il bien raisonnable de poursuivre un jeune garçon motivé qui tente de créer un emploi, précaire certes, mais viable à long terme.

Car, si l’on s’en réfère à l’éditocrate éclairé Nicolas Bouzou, un emploi public supprimé, et dieu sait si certains politiques en cumulent, ne crée t’il pas 5 emplois privés à plus ou moins longue échéance ?

Cx26Q8_XcAQTthM.jpg

et puis avouez le, un CDD à 1000 euros/jour, par les temps qui courent, ce n’est pas rien.

C’est d’ailleurs sans doute trop.

1000 balles la balle, pour buter un petit Caudillo suisse, me parait peu rentable et pas du tout compétitif.

En ces temps heureux de concurrence effrénée, de dumping économique et selon un benchmark attentif, un tueur détaché, un killer sans papier ou un djihadiste sans emploi, couterait certainement moins cher et ferait avantageusement baisser le coût du travail.

De plus, en produisant les armes dans quelque pays lointain et miséreux - la Grêce ? - par des enfants exploités, des prisonniers politiques ou de droits communs, des stagiaires, voire, comme nous le suggère avec finesse Pierre Gattaz, des retraités bénévoles, l’on pourrait encore gagner sur les marges et offrir à quelque actionnaire de meilleurs dividendes encore.

Le contrat low cost sur la tête d’un parasite notoirement assisté, voilà une piste intéressante et innovante à creuser.

Non vraiment, voilà un bien mauvais exemple de sanction dans cette France bloquée, qui brime une fois encore l’ initiative privée et l’innovation.

Cydh0BcXgAAAjN0.jpg

Gageons que Mr François Fion et son blitzkrieg salvateur et visionnaire d’il y a 40 ans, saura nous défaire des pesanteurs sociales et juridiques et permettre à de jeunes entrepreneurs de starts up ambitieuses et originales

Cy-wSflXEAECVxU.jpg

de libérer les énergies les plus audacieuses.

tgb

Share|






`

16:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

06/12/2016

Cette semaine Gotlib est mort, sinon rien

Cy5kO7FXAAAWpCu.jpg

S’il est un évènement considérable cette semaine, c’est bien le départ sur la pointe des pieds de l’ami Gotlib, à qui nous devons tous, du moins notre génération, d’avoir une petite coccinelle, tatouée là, et qui nous sauve à jamais de finir en Alain Duhamel.

Cela dit, faire Alain Duhamel comme métier, c’est redonner quelques horizons à tous les cuistres momifiés qui ne savent rien faire, n’ont rien à dire et tiennent pompeusement à le faire savoir.

Une sorte de perspectives cavalières.

Cy3pq-LXcAAWjBH.jpg

Sinon question anecdotique, nous voilà débarrassé de plusieurs nuisibles, dont un qui se voit gratifier enfin d’une poussée sondagière que l’on pourrait traduire par le fait qu’un bon président est un président mort ou encore vivant, mais loin.

CyqtzOPXEAAhWz4.jpg

ça dégage toujours un peu les bronches.

Il reste certes un dernier carré souffreteux de la solférinie...

CyxqdkWXAAAiq_S.jpg

plus une paire de Manu malfaisants dont un servira à taper sur l’autre et inversement jusqu’à ce que les dupont/dupond farceurs mangent leur chapeau melon après bénédicité patronal.

Cy8m_1pXgAAJc5G.png

Au rythme où vont les peuples facétieux, ça devrait être assez vite succulent.

Bien sûr, quelques encombrants encore, ne se contentant pas d’être méprisables mais tenant absolument en sus à être infâmes.

CyiNUnvXUAAIfMQ.jpg

Nous nous contenterons de les souffleter d’un gant avant que de les renvoyer en leur manoir prêcher la précarité pour tous du fond de leur donjon.

Bref, peu à peu le terrain se dégage et l'on pourrait comme ça l’air de rien en sifflotant, commencer à se dire que ça pourrait, que ça peut, que ça va le faire…

Cy3UUnXXgAE7PT6.jpg

avant de retourner à Gai-Luron parce qu’il ne faudrait quand même pas perdre de vue l’essentiel:

la classe !

tgb

Share|






 

18:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

30/11/2016

décontracté du Staline

CyK07DEXEAQmI8I.jpg

Face à la violence d’une droite décomplexée, d’une classe dominante dont l’arrogance assumée est un crachat quotidien au visage des peuples, face au triomphe de la culture rance et moisie, si tu commences à t’excuser de Castro, tu finis par te justifier, en comparution immédiate devant Pujadas, d’une chemise arrachée.

CyR4VYdWQAIM7L_.jpg

Quand on courbe l’échine, ce sont les hors la loi qui font la loi et les victimes qui sont punies.

CyMhXT8XEAQM3IV.jpg

Quand l’ordre oligarchique se réserve précisément l’impunité, les privilèges et les profits défiscalisés, on nous demande à nous misérables, d’être parfaitement irréprochables et de battre notre coulpe de toute insoumission. Ne le faisons nous pas que nos propres garde chiourmes d’agitateurs digérés nous font ravaler notre salive, exigeant notre immédiate autocritique médiatique, tout en nous tutoyant dans le dos.

CyBCGLwW8AANJWc.jpg

Quand cette droite versaillaise et ses valets de pisse rose, en est à revendiquer travail famille patrie et que : "le patriotisme (devient) la seule façon de transcender nos races » (Fion), devons nous encore nous sentir morveux de Chavez, de Robespierre ou de Lénine et nous répandre en états d’âme coupables ?

Devons nous avoir honte de nos révolutions au point d’abandonner le mot même au banquier Macron et à ses autobus dans lesquels voyagent à l’oeil quelque repenti du pavé à dividendes ?

pauvre Cohn !!!

Pourquoi devoir se sentir comptable du livre noir du communisme quand personne n’a jugé utile d’écrire le bottin mondain du capitalisme sanglant en son cortège de calamités impériales, sociales, écologiques, atomiques….?

CHmlr1uWoAAAf57.png

Il n’est plus l’heure de faire profil bas ni de raser les murs, ni de lire les Castras de la philo pour les nuls.

Pour Castro l’histoire jugera en ses ombres et ses lumières. Moi pas. En cet état d’urgence, je me contenterai éventuellement de laver mon linge sale à la main et d’arrêter illico de faire des machines en regardant tourner le tambour de mon méa culpa.

CyGSh38XgAEbGB3.jpg

Mon conseil du jour ? quand un abonné du Monde bien épilé du maillot commence à venir vous chipoter des droits de l’homme à Cuba tout bronzé de ses vacances à Doha, répondez dans un demi sourire que perso vous avez toujours considéré Staline comme un peu trop social démocrate.

Je vous garantie que le regard abasourdi empli de vide panique et de sidération de votre interlocuteur est d’une vertigineuse volupté.

C’est à Stalingrad qu’on renverse le rapport de force contre la barbarie pas aux prochaines primaires, (s’il y en a) du PS.



tgb

Share|






15:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu