Avertir le modérateur

08/09/2011

Not your business !

$.jpg

 

J’allume par réflexe la radio d’une main baladeuse comme tous les matins dans un état semi comateux.

« 11 septembre ci, 11 septembre là, radote martiale la voix officielle de France culture…

Mince, me dis-je, dans un sursaut vital non sans une certaine panique, par quelle contraction du temps suis-je passé du 6/09 au 11/09 sans m’en apercevoir, moi qui ai tout plein de rendez-vous dans cet espace/temps là.

A peine émergé du trou noir et renseignements pris, nous sommes encore le 7/09 et pour les dix ans de Ground Zéro nous faisons pénitence toute la semaine sainte, dans un hommage fervent à l’attaque symbolique de l’empire dominant, passant son temps à attaquer tout le monde, mais assez peu fair-play question boomerang.

Donc le 6 septembre, nous sommes le 11, ainsi que le 7, le 8, le 9, le 10, plus quelques jours à suivre également.

Le jeûne reste facultatif. Nous pouvons aller au Mac do rassurons-nous !

Pour infos, des fois que ça vous aurait échappé, nous sommes toujours,’ tous américains‘, comme nous le ressassent avec zèle les garde chiourmes médiatiques de chez Mickey

Nous le sommes plus que jamais avec ce train de retard qui caractérise tant le peuple français dans ses errances, depuis que l’Amérique a tendance à ne plus être tendance et se dissout peu à peu dans cette molle décadence dans laquelle nous plongeons avec cette solidarité touchante et atlantiste, le doigt sur la couture des talonnettes.

Pour faire dans la rhétorique ambiante, nous voilà pris en otage mentalement, par l’implicite connivence, faisant de nous forcément des supporters du camp du « bien » jusqu’à nous complaire dans le souvenir vibrant de complaisance.

Je ne néglige pas le fait que l’événement tragique puisse contenir une charge symbolique d’importance. Voir au début du 21ème siècle les tours de Babel s’effondrer en direct ne pouvait qu’annoncer sinon un choc de civilisation instrumentalisé, plutôt la fin métaphorique d’une puissance coloniale dans son jus capitaliste.

N’empêche à l’heure où les autorités moisies de mon pays légifèrent sur l’outrage au drapeau national, je ne vois pas au nom de quoi en plus, je devrais saluer respectueusement les couleurs étoilées chaque année dans un mois de septembre larmoyant façon marronnier.

Que je sache, on ne fait pas tout un plat à la sauce Wall Street pour célébrer ce même 11 septembre, la pulvérisation de la démocratie chilienne par LA démocratie de révférence, pas plus qu’on ne sort son mouchoir pour les centaines de milliers de morts irakiens, afghans …qui paient le prix fort de l’éradication de deux tours jumelles dont ils n’avaient jamais entendus parler.

En y réfléchissant bien d’ailleurs, question immobilier, cMinnie-Burqa-001.jpge procédé révolutionnaire original et économique de destruction d’immeubles plus ou moins insalubres investis par de nuisibles traders et exécuté par une poignée d’étourdis pilotes saoudiens ( l’Arabie Saoudite démocratie exemplaire va bien merci) mériterait pourtant d’être breveté.

Au non de quoi donc ces 3000 victimes -là vaudraient infiniment plus chers, que les centaines de milliers de morts libérés définitivement par les forces démocratiques pleines d’idées militaro-industrielles mais sans pétrole, décimant des populations entières au nom de l’ingérence univoque et de la saloperie humanitaire.

Au nom de quoi ?

Ni valeurs, ni justice mais d’un simple rapport de force nous imposant sans discussion, par la fabrication du consentement d’être d’un camp, révélant ainsi cette colonisation culturelle rampante devant laquelle nous nous prosternons en tant que triste filiale d’un ex empire, ex maître du monde.

Puisqu’en ces temps glauques et crépusculaires, nous en sommes à briser les tabous, permettez moi donc de signaler qu’en tant que déviationniste assumé et traître à ma condition d’homme blanc occidental confiné dans ma haine de moi-même à l’heure où les tours s’autodétruisaient, je regardais les images à la télé tandis qu’un de ces crétins d’expert dont j’ai oublié le nom (et c’est dommage pour la postérité) nous expliquait doctement que c’était un coup des palestiniens.

(Nul doute que cet analyste distingué doit encore faire les beaux jours de C. dans l’herbe, l’émission préféré des ruminants, selon la règle bien connue que ‘plus tu racontes de conneries plus tu passes à la télé’.)

Bref c’est donc dans un état de sidération que je regardais en boucle les avions défoncer les sœurs jumelles avec des sentiments mêlés d’excitation et de jubilation du genre ’pan dans ta gueule’.

C’est mal je sais. Je ferai acte de contrition devant le drapeau stars and stripes en récitant cinq fois l’hymne américain, je voudrais pas finir par nourrir les poissons façon Ben Laden.

Donc à la question pour ne pas dire à l’injonction du "où étiez-vous le 11 septembre 2001 ?"

je répondrai simplement

C’est pas tes affaires !

tgb

 

 

13:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (22)

05/09/2011

De Trotski à Strauss-Kahn

marxmatrix.jpg

Il faut se l’avouer,

Il y aura eu une certaine dérive de Trotski à Trotskahn

De la révolution permanente à la permanente tout court

Du commissaire du peuple au commissionnaire du FMI

De l’armée rouge à l’Armérique

De l’émancipateur du prolétariat au « trousseur de domestique »

Du train blindé à blinder le train…

Comme une certaine distorsion dans le bolchevisme.

Si, selon les magazines, Dominique vécut un cauchemar enfermé dans un loft grand luxe à se goinfrer de pâtes aux truffes, Léon pas tellement ! (et Diallo non plus)

Déporté en Sibérie, famille décimée, exilé, traqué, assassiné par le senor Raimon…il eut sans douté apprécié de se taper Frida Kahlo dans une chambre Sofitel, mais bon, il avait d’autres urgences.

Chacun ses priorités.

Faut dire qu’à cette époque un certain Staline ne donnait pas que des satisfactions à ses parents.

Jésus non plus d’ailleurs ce qui n’est pas une raison pour massacrer tout le monde.

Même des anarchistes !

Certes donc le camarade Léon ne lésinât pas sur le déviationniste.

Il purgeât pur et dur dans la droite ligne du parti.

Question ligne droite Dominique ça va, c’est question ligne des parties du parti que ça bave un peu. S’il a la purge idéologiquement moins pure, il a le pic à glace nettement mieux placé.

EN tant que spéculateur précoce, DSK à droit comme BHL (et TGB, y’a pas d’raison) à son acronyme, sa marque.

Le camarade Bronstein, non.

Léon se contente de donner son nom au trotskisme.

Ce qui est toujours mieux pour la postérité que d’y entrer comme international queutard

Maintenant pour celles et ceusses qui auraient comme des velléités à faire le chemin à rebrousse poils, de Strauss Kahn à Trotski, je préviens de suite, comme dirait, non sans un certain lyrisme de terroir, le défenseur des plouclands martyrisés :

la route est (de) droite et la pente est rude.

(Et tu m’étonnes que le NPA s’essouffle…je rajoute)

Avant la société du spectacle et l’ère du vide, il fut un temps où

quand Marx couchait avec sa bonne ça faisait pas la une du Time.

Un temps barbare.

Aujourd’hui au temps du cerveau disponible tout civilisé, Karl Marx se faisant tailler une pipe, ferait le buzz !!!

Encore faudrait-il qu’il soit marié à une ancienne de la star ac pour être un peu connu !

tgb

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

30/08/2011

Le rabot à niches

securedownload-3.jpeg

En termes de choix dans la date ou d’arriver à pied par la chine, le rabot à niches devrait plaire.

Si seulement le contrepet pouvait coller aux miches du candidat président, chef de gare et de guerre, façon sparadrap…

Le nabot à riches.

A l’heure où les riches, commençant quelque peu à fouetter du larfeuille, proposent une sorte d’aumône préventive pour garder l’essentiel, tout en exigeant, quand même pas si cons, des contreparties eux, la charité plutôt que la justice sociale, le candidat président futur père de famille résiste courageusement à taxer du Fouquet’s.

Encore plus peur qu’eux qu’on leur pique leur Rolex, à croire qu’on lorgnerait sur la sienne.

Si c’est pas du bon caniche à niches bien dressé de la papatte ça ?

Quand on songe que les 200 millions (sur dix milliards) qu’il leur taxe exceptionnellement paient tout juste son air force one avec menu enfant.

C’est cadeau.

Loin des 20 Milliards des copeaux de la niche Copé, offerts gracieusement aux entreprises par exemple.

L’argument essentiel des pas touche aux riches étant que si on les taxe, ils se cassent.

La réponse adéquate refusant tout chantage est assez basique :

Qu’ils se cassent !!!

(et se faisant qu’ils perdent un certain nombre de droits à définir…)

Dans la veine rhétorique du : tu l’aimes où tu la quittes, question boomerang ç’est assez rafraîchissant.

Face au rudimentaire mon avis est de faire simple.

Aussi simple qu’à défaut de rassurer les marchés autant leur foutre la trouille.

Maintenant considérer que le rabot à niches du nabot à riches ne fait rien pour les pauvres est un poil abusif.

Car non seulement il s’en préoccupe, mais en plus il en produit généreusement.

Plus 400 000 en un an. 13,5 % de la population française sous le seuil de pauvreté soit 8, 2 millions d’individus.

Les 10% des plus riches s’enrichissant encore

Les 10% des plus pauvres s’appauvrissant encore

Dans un système de vases communicants impeccable.

Creuser les déficits tout en creusant les inégalités sociales, un grand écart d’une rare performance qui pourrait à la longue laisser quelques méchantes courbatures.

Un peu comme imposer de l’austérité tout en espérant de la croissance. A ce point de non sens, si on n’est pas dans la pure incantation et donc dans de la pure croyance des adorateurs de TINA…

Sinon à part ça, la bonne nouvelle c’est qu’à partir de l’automne, on retourne vers l’été.

A défaut de s’en sortir à la rentrée, on peut toujours rentrer en en sortant.

Puisqu’il ne faut rien attendre du grand soir ou des élections à venir, autant penser à son petit matin.

C’est là où tu es, maintenant tout de suite que le nouveau monde commence.

A chacun de se l’inventer ensemble.

tgb

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

24/08/2011

En attendant le vote des citoyens féroces...

4119T37T5XL._SS500_[1].jpgEt pendant que l'été irascible déroulait son terrorisme financier, islamophobe, néocolonial et sa justice de classe so british, je lisais.

M'épargnant ainsi la mauvaise graisse du storytelling formaté des prompteurs et sa clientèle météo entre deux pâtés de sable.

Et finalement, c'est dans la littérature que je trouvais les meilleurs éclairages de cette putain d'actu qui ne marche même plus à l'ombre en période estivale.

J'ai dévoré "Crimes et châtiments" parce que je n'avais jamais lu Dostoïevski et que je n'allais quand même pas mourir idiot.

Voilà, c'est fait et je ne regrette pas.

Partir dans un bouquin de mille pages c'est comme un grand voyage dont on finit par revenir avec ce manque fébrile de l'accro à la ligne jusqu'à se retrouver orphelin au point final.

Ensuite on se souvient de la sensation autant que du contenu, du lieu, du paysage, des sons et des odeurs irrémédiablement liés au bouquin, là où il fût lu, et gravés dans son limbique comme une chanson.

J'ai lu un polar d'un auteur suédois dont je ne me souviens ni du nom ni du titre...et pourtant pas si mal. On est bien avancé.

J'ai lu, le dernier bouquin de Pascal Boniface "les intellectuels faussaires" juste par gourmandise un rien vacharde. Un aller de TGV.

Je viens surtout de finir avec regrets "En attendant le vote des bêtes sauvages" de l'immense Ahmadou Kourouma, ogre de la littérature franco-africaine, qui devait se bouffer 5 Houellebecq, 12 Angot et 1 général Botul à son petit dej'.

Juste pour dire que l'écriture colossale, corrosive et foisonnante de Kourouma, ce géant littéraire de la race d'Hémingway, Hugo ou Rabelais, nous souligne cruellement la différence entre un écrivain et un s'écrivant.

Tous ces mauvais plaisanciers de la littérature nombriliste pas la peine.

J'avais été scotché, emballé, retourné par "Allah n'est pas obligé" chef d'oeuvre absolu, picaresque, à la langue inventive et ravageuse. Plongeon assuré dans la profondeur de l'âme africaine avec cette aimable légèreté du griot Ahmadou, es maître en frivolité brutale, l'air de rien.

A l'heure ou l'axe du bien gentil fait une OPA humanitaire sur le pétrole du trop méchant, rien de mieux pour comprendre l'afrique, l'africain, les dictateurs à casquette et médailles, la "Françafric" et la nature même du pouvoir et de tous les pouvoirs dans leur cruauté sauvage ou "civilisée", que cette oeuvre ouverte, ce bouquin flamboyant à tous les étages.

Rien de mieux pour comprendre les évènements de Libye, de Côte d'Ivoire et d'ailleurs, que ce récit épique, ce conte initiatique fait de paraboles, d'oralité textuelle, usant de biais analogiques et romanesques pour disséquer la comédie humaine et politique.

Rien de mieux que cette plongée dans la cruauté de l'histoire par l'anecdote, bien loin de l'humanitaro bobo pâteusement kouchnérien et émotionnellement ethnocentré, jusqu'au divin maraboutage émancipateur.

Par delà le bien, le mal et les cols de chemise échancrés.

De la tragédie humaine dans un éclat de rire féroce et bestialement lucide.

Et maintenant quoi lire ?

Quand même pas les éditoriaux insipides de Demorand !!!

tgb

 

14:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu