Avertir le modérateur

19/09/2011

Le 194éme Etat

carte-palestine-indiens.png

carte-palestine-indiens.png

Je sais bien qu’aujourd’hui, 12 millions de français (soit 44% de part d’audimat) se passionnent davantage pour la télé réalité et les tourments culottés de DSQ, (de celui qui se lève tous les matins entre deux érections matinales, en se demandant comment être utile à Israël ) plutôt qu’au sort de quelques millions d’individus victimes d’un « nettoyage ethnique ». Mais au risque de déranger le psychodrame national, permettez-moi pourtant de mettre l’accent sur un problème quelque peu frivole j’en conviens :

La reconnaissance de l’état palestinien.

Prenant "note" de la volonté palestinienne d'adhérer à l'ONU, l'Union européenne veut toujours croire samedi 17 septembre à une "solution constructive" susceptible de conduire rapidement à une reprise des pourparlers de paix… "

Au-delà des termes délicatement diplomatiques et pour dire les choses simplement, l’Europe dans son inexistence politique, préconise comme d’hab, de ne rien faire, sa spécialité, tandis qu’on travaille à cette solution constructive qui consiste à l’extension des colonies israéliennes, la démolition systématique des quartiers arabes de Jérusalem, bref la dissolution progressive et programmée du territoire palestinien, sous couvert de pourparlers de paix qui durent depuis 20 ans.

L’Europe au meilleur de sa paralysie internationale et de son suivisme.

Dénonçant l’action unilatérale de l’autorité palestinienne, le président Obama, prêt à dégainer son veto, considère que cette démarche à l'ONU constituerait une «diversion» qui «ne résoudrait pas le problème».

Tandis que l’activisme du président américain, sous l’effet des lobbies juifs en cette année électorale a démontré, c’est une évidence, sa grande capacité à résoudre promptement le problème.

Obama au meilleur de sa prudence circonspecte et de son impuissance.

72819755carte-palestine-jpg.jpg

Prenant acte de la décision palestinienne, le Quartette, ce machin qui ne sert à rien si ce n’est à payer les notes de pressing du criminel de guerre Blair veut raisonner “la Palestine”.

Il ne viendrait naturellement pas à l’idée de l’ex caniche à Bush de tenter de raisonner Israël. Engueuler la victime étant autrement plus productif que de mettre au pas l’agresseur.

Blair au meilleur de sa tartufferie so british.

Dénonçant l’initiative de l’autorité palestinienne, 110 parlementaires français écrivent au président de la république actant il va de soi de leur « engagement en faveur d’une résolution pacifique et négociée du conflit israélo-palestinien reposant sur le principe de deux Etats pour deux peuples » pour mieux l’encourager à apposer son veto.

110 parlementaires français au meilleur de leur cuistrerie.

Quoi qu’il se passe maintenant, que l’agneau Abbas, marionnette américaine, recroquevillé sur son dernier bout de confetti territorial, commençant (il était temps) à trouver qu’on se fout un tantinet de sa gueule, ait réussi à mettre au pied du mur (illégal selon l’ONU) cette bande d’hypocrite, nous fait comme une irruption spontanée dans la cartographie.

Alors que le panier de crabe de la CNT Libyenne fût en quelques heures reconnue par l’ONU, cela fait maintenant plus de 60 ans qu’on ampute et accapare la Palestine, plus de 40 ans qu’on lui promet un état, plus de 20 qu’on en négocie les détails, qu’on lui assure, juré craché, que la semaine prochaine, ou le mois prochain ou plus certainement l’année qui vient, en tout cas au prochain siècle sans aucun doute, la Palestine deviendra un état légitime, et plus de 10 ans maintenant que l’état n’est plus viable.

Si vendredi enfin, 150 états dans le monde reconnaissent la Palestine comme le 194éme état membre, l’on verra alors dans toute sa crudité, le paysage international et le rapport de force.

Un focus impitoyable sur l’histoire contemporaine au révélateur de sa géographie.

De quoi comprendre alors pourquoi au bal des faux culs, les petits soldats de Tsahal s’affolent à ce point.

tgb

12:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

15/09/2011

Des chiffres et des lettres

Lévolution-ou-la-mor#38B3C9.jpg

« Quand on ouvre une école, on ferme une prison » (Victor H)

« Quand on ferme une école, on ouvre une prison » (Nicolas S)


80 000 postes d’enseignants en moins.

30 000 places de prison en plus.

50 000 places aujourd’hui + 30 000 places à venir…= 80 000

Le compte est bon.

Voilà enfin une politique éducative cohérente.

C’est quand même pas ce vieux con de Victor Hugo qui va apprendre les mathématiques à Sarkotron.

tgb

Illustration : Performance de Mounir Fatmi

14:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

13/09/2011

Principe de superposition

On dit qu'un système est linéaire ou relève du principe de superposition si à la somme de deux excitations correspond la somme des deux réponses correspondantes.

UU.jpg

Le fils caché du fifrelin entalonné déterminé à lutter contre la charia en Afghanistan et à l’imposer en Libye, cherchez l’erreur, et du préretraité breton de la choucroute Alsacienne a comme un vieil air des années cinquante.

Un côté accordéoniste de bal musette, une touche d’agent d’assurances de province, une lichette de camelot de marché ou de Téléachat entre Lucien Jeunesse pour les plus anciens et Pierre Bellemare pour les plus fossilisés.

Notons qu’au grand jeu du portrait croisé à rouflaquettes, du regard écailles de tortue roublard et du sourire avenant quoique carnivore, le borgne bretonnant bouffe littéralement l’aveugle atlantiste. Ne reste du bouffon à ressort qu’un vague brushing poivre et sel et une oreille pointue Luciférienne.

Une sorte de Gueant gluant remoumouté, façon complément capillo-populiste.

La France d’avant-hier.

bush-obama1-8506c.jpg

Le fils caché du criminel de guerre born again junior et du centriste à consensus tout seul métissé de wallstreet à de suite la bouille du mec cool et sympa.

Raison de plus pour s’en méfier.

Si Raoul Duke disait de Nixon « Je n'achèterais jamais une voiture d'occasion à ce type » le problème c’est qu’on l’achèterait en toute confiance à ce mec là. Et on se ferait refourguer illico une épave.

Un peu lisse, un peu ordinaire, il a le profil idéal du playmobil de JT,ou du présentateur météo prédisant un veto du côté de la Palestine suite à un anticyclone atlantiste.

Entre celui qui ouvre le centre de tortures de Guantanamo et celui qui ne le ferme pas, une sorte de statu quo parfait de "Patriot act" et d’impuissance mollassonne épaulée couchée.

Un bel échantillon décontracte de compromis pourri et de surplace.

tgb

10:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

08/09/2011

Not your business !

$.jpg

 

J’allume par réflexe la radio d’une main baladeuse comme tous les matins dans un état semi comateux.

« 11 septembre ci, 11 septembre là, radote martiale la voix officielle de France culture…

Mince, me dis-je, dans un sursaut vital non sans une certaine panique, par quelle contraction du temps suis-je passé du 6/09 au 11/09 sans m’en apercevoir, moi qui ai tout plein de rendez-vous dans cet espace/temps là.

A peine émergé du trou noir et renseignements pris, nous sommes encore le 7/09 et pour les dix ans de Ground Zéro nous faisons pénitence toute la semaine sainte, dans un hommage fervent à l’attaque symbolique de l’empire dominant, passant son temps à attaquer tout le monde, mais assez peu fair-play question boomerang.

Donc le 6 septembre, nous sommes le 11, ainsi que le 7, le 8, le 9, le 10, plus quelques jours à suivre également.

Le jeûne reste facultatif. Nous pouvons aller au Mac do rassurons-nous !

Pour infos, des fois que ça vous aurait échappé, nous sommes toujours,’ tous américains‘, comme nous le ressassent avec zèle les garde chiourmes médiatiques de chez Mickey

Nous le sommes plus que jamais avec ce train de retard qui caractérise tant le peuple français dans ses errances, depuis que l’Amérique a tendance à ne plus être tendance et se dissout peu à peu dans cette molle décadence dans laquelle nous plongeons avec cette solidarité touchante et atlantiste, le doigt sur la couture des talonnettes.

Pour faire dans la rhétorique ambiante, nous voilà pris en otage mentalement, par l’implicite connivence, faisant de nous forcément des supporters du camp du « bien » jusqu’à nous complaire dans le souvenir vibrant de complaisance.

Je ne néglige pas le fait que l’événement tragique puisse contenir une charge symbolique d’importance. Voir au début du 21ème siècle les tours de Babel s’effondrer en direct ne pouvait qu’annoncer sinon un choc de civilisation instrumentalisé, plutôt la fin métaphorique d’une puissance coloniale dans son jus capitaliste.

N’empêche à l’heure où les autorités moisies de mon pays légifèrent sur l’outrage au drapeau national, je ne vois pas au nom de quoi en plus, je devrais saluer respectueusement les couleurs étoilées chaque année dans un mois de septembre larmoyant façon marronnier.

Que je sache, on ne fait pas tout un plat à la sauce Wall Street pour célébrer ce même 11 septembre, la pulvérisation de la démocratie chilienne par LA démocratie de révférence, pas plus qu’on ne sort son mouchoir pour les centaines de milliers de morts irakiens, afghans …qui paient le prix fort de l’éradication de deux tours jumelles dont ils n’avaient jamais entendus parler.

En y réfléchissant bien d’ailleurs, question immobilier, cMinnie-Burqa-001.jpge procédé révolutionnaire original et économique de destruction d’immeubles plus ou moins insalubres investis par de nuisibles traders et exécuté par une poignée d’étourdis pilotes saoudiens ( l’Arabie Saoudite démocratie exemplaire va bien merci) mériterait pourtant d’être breveté.

Au non de quoi donc ces 3000 victimes -là vaudraient infiniment plus chers, que les centaines de milliers de morts libérés définitivement par les forces démocratiques pleines d’idées militaro-industrielles mais sans pétrole, décimant des populations entières au nom de l’ingérence univoque et de la saloperie humanitaire.

Au nom de quoi ?

Ni valeurs, ni justice mais d’un simple rapport de force nous imposant sans discussion, par la fabrication du consentement d’être d’un camp, révélant ainsi cette colonisation culturelle rampante devant laquelle nous nous prosternons en tant que triste filiale d’un ex empire, ex maître du monde.

Puisqu’en ces temps glauques et crépusculaires, nous en sommes à briser les tabous, permettez moi donc de signaler qu’en tant que déviationniste assumé et traître à ma condition d’homme blanc occidental confiné dans ma haine de moi-même à l’heure où les tours s’autodétruisaient, je regardais les images à la télé tandis qu’un de ces crétins d’expert dont j’ai oublié le nom (et c’est dommage pour la postérité) nous expliquait doctement que c’était un coup des palestiniens.

(Nul doute que cet analyste distingué doit encore faire les beaux jours de C. dans l’herbe, l’émission préféré des ruminants, selon la règle bien connue que ‘plus tu racontes de conneries plus tu passes à la télé’.)

Bref c’est donc dans un état de sidération que je regardais en boucle les avions défoncer les sœurs jumelles avec des sentiments mêlés d’excitation et de jubilation du genre ’pan dans ta gueule’.

C’est mal je sais. Je ferai acte de contrition devant le drapeau stars and stripes en récitant cinq fois l’hymne américain, je voudrais pas finir par nourrir les poissons façon Ben Laden.

Donc à la question pour ne pas dire à l’injonction du "où étiez-vous le 11 septembre 2001 ?"

je répondrai simplement

C’est pas tes affaires !

tgb

 

 

13:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (22)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu