Avertir le modérateur

27/11/2011

Soirée Salah Hamouri

SH 1.jpg

Un message de Salah depuis sa prison


(Soumis par admin le 24 novembre, 2011 - 10:23)


"J'ai espéré être avec vous ces prochains jours mais on sait bien que l'occupation essaie toujours de confisquer notre joie et notre espoir. Mais notre volonté et la votre, notre combat et le votre, et les buts collectifs pour la liberté et la justice vont continuer à dessiner notre chemin pour le futur. Et pour un nouveau monde sans occupation et sans souffrances."

Salah Hamouri
Prison de Shata
Le 23 novembre 2011

Soirée Salah Hamouri

11:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

24/11/2011

Le syndrome de Stockholm

flingue.jpg

Que penser du peuple italien plébiscitant à 80% Mario Monti, technocrate imposé par les marchés et Bruxelles, ancien collaborateur de Goldman Sachs directement responsable de la crise mondiale ?

Que penser du peuple espagnol ramenant au pouvoir le PPP, parti ultra droitier, pourtant à l’origine de la bulle immobilière, dans une surenchère malsaine de rigueur et d’austérité ?

Que penser des peuples grecque, portugais, anglais…de cette propension des peuples d’Europe à se réfugier dans les bras de leurs bourreaux à l’origine même de la dette ?

Que penser de ces peuples désorientés, victimes d’une idéologie libérale dévastatrice et fonçant à droite toute, remettre les clés de leurs geôles à leurs propres tortionnaires ?

Oui que penser de ces peuples pris en otage par les banques qui raisonnablement devraient se révolter et pendre les banksters aux branches, et qui pourtant s’empressent de se pendre à leur place après avoir vidé leurs poches, renonçant sans combattre sous l’arbre du sacrifice ?

simpson%20flingue-1.jpg

Car si la piètre image de la prise d’otage d’usagers dont nous bassine à longueur de grève, les Jean-Pierre Pernaut de l’info moisie est une pure escroquerie sémantique, en revanche ici, il n’est pas abusif de dire que les peuples soumis à un violent chantage, se font directement braquer, un flingue sur la tempe.

On pourrait considérer sommairement que les peuples sont cons, que la machine à fabriquer du consentement tourne à plein régime et qu’à défaut d’alternative, les derniers électeurs chassent l’un pour remettre l’autre jusqu’à épuisement.

Ces explications sont vraisemblables. Elles ne suffisent pas.

Au-delà même de cette analyse, on peut se demander dans quelle mesure, il n’y a pas, dans ce comportement irrationnel et mortifère, quelque chose de l’ordre du syndrome de Stockholm.

Théorisé par le psychiatre Nils Bejerot en 1973 suite à l’affaire Jan Erik Olsson, le syndrome de Stockholm désigne la propension paradoxale des otages à développer une empathie, voire une sympathie envers leurs ravisseurs.

Ce syndrome serait un réflexe de survie inconscient, où la victime prendrait le parti du bourreau pour mieux sauver sa peau. Relation contre-nature, que l’on peut observer entre un dictateur, objet d’adulation morbide et son peuple, dans les phénomènes de violence conjugale ou de maltraitance où les victimes ni ne résistent ni ne se plaignent et continuent même à aimer leur tortionnaire.

flingue.jpg

A l’image même des délires du ravi de la crèche européenne, l’euroshooté Quatremer, plus le bourreau bruxellois au service des marchés fait mal plus les peuples semblent rechercher sa protection.

Il ne serait pas étonnant alors de retrouver bientôt notre nabot national remis en selle (de vélo) tandis que Flamby fin stratège, travaille, en guise de rançon, à effacer toute trace suspecte de socialisme dans son calcif.

On ne désespère toutefois pas ici, par fatalité plus que par optimisme, qu’un jour, inversement, émergera enfin le syndrome de Lima.

Le jour où les preneurs d’otage finiront épuisés sous l’influence enfin de leurs victimes.

 

tgb

16:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (22)

21/11/2011

Signé AAA

Aemxh1WCMAAiag1.jpg

Le serial killer international connu désormais sous la mystérieuse signature AAA, et désigné sous le qualificatif de ‘le marché’, par les autorités, vient de faire sa sixième victime, un espagnol répondant au nom de José Luis Zapatéro.

Après un Irlandais, Brian Cowen, une slovaque, Ivéta Radicova, un portugais, José Socratés, un Grec, Georges Papandréou, et, il y a quelques jours seulement, un italien, Silvio Berlusconi, c’est donc en Espagne, que le tueur en série vient encore de frapper, poursuivant sa monstrueuse litanie d’homicides sans frontières.

Sur la scène du crime, les enquêteurs ont pu relever des indices flagrants pas mêmes dissimulés revendiquant ainsi un sentiment de totale impunité et de provocation malsaine : même signature, mêmes empreintes, mêmes traces ADN, dans un même scénario inlassablement répété, pour les mêmes mobiles crapuleux – viol démocratique monomaniaque et accaparement de bien public par le chantage et le racket systématique.

Aemxh1WCMAAiag1.jpg

D’après les criminologues, le profil psychologique du tueur serait celui d’un prédateur froid, déterminé, calculateur, répétant obsessionnellement le même mode opératoire (l’autopsie en cours devrait nous le confirmer), dans un sentiment de domination et de toute puissance.

Prévenant à l’avance ses victimes qu’il menace publiquement de dégrader par des messages subtilement distillés dans les grands médias, il jouirait de la peur et de l’humiliation de ses cibles désignées, comme prendrait plaisir à terroriser la population pour mieux la contraindre et la contrôler dans un délire mégalomane de ‘maître du monde’ et d’omnipotence.

Les préméditations méticuleuses de ce psychopathe cupide et multi récidiviste seraient le cadre de son empreinte psychologique, sa "signature" criminelle.

Dans les six affaires jusqu’à présent étrangement non élucidées, cinq victimes étaient de même typologie : homme politique mâle caucasien démocratiquement élu. Seule une femme, la slovaque Ivéta Radicova, semble pour l’instant échapper au portrait type. Pour la police pourtant, il ne fait aucun doute qu’elle fut la proie du même assassin.

Aemxh1WCMAAiag1.jpg

Si, d’après certaines indiscrétions persistantes, il se murmure que la prochaine victime pourrait être française, la France, pays provisoirement épargné, semblerait vivre aujourd’hui dans une curieuse psychose allant du syndrome de Sotckholm à un état schizophrène fait de soulagement et d’anxiété.

D'après les responsables de l’ordre mondial, l’enquête progresserait et l’interpellation du dangereux individu serait inéluctable. On peut regretter toutefois que les investigations policières aient été confiées à des services dépendants directement des marchés.

Certains enquêteurs nous déclarant sous le manteau, qu’ils n'excluaient pas qu’il puisse y avoir des complicités au plus haut niveau.

 

tgb

16:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (27)

17/11/2011

Glander

t-20080919-00j0j7-1.jpg

"…n'empêche, si tous les dictateurs et généraux du monde avaient un chat endormi sur les genoux, je serais plus tranquille..." Gaston Lagaffe (ou plutôt André Franquin)

Glander n’est pas forcément une activité (ou une non activité) saisonnière.

On peut effectivement glander toute l’année, sous toutes les latitudes, seul ou accompagné. Pourtant si glander connaît une saison, c’est précisément novembre, puisque le terme même trouve son origine au haut moyen-âge, durant la période des glands, où seul l’élevage du porc perdurait, alors que les travaux agricoles étaient terminés.

On glandait donc, puisqu’il n’y avait tout simplement rien à faire.

Aujourd’hui, à l’heure où il est de bon ton de grimper aux rideaux, de tourner comme un avion avec jet lag incorporé, où l’on creuse des trous pour mieux les reboucher, où l’on remplit son néant existentiel avec autant de vide consumériste, l’art de la glandouille n’est évidemment plus de saison.

A l’heure donc, où c’est la faute aux 35 heures, où l’on travaille toujours plus pour gagner toujours moins, où l’on exploite plus pour être exploité moins, dans une culture de résultat connement quantitative, oui à l’heure où l’on dénonce en bouc émissaire, l’oisif cet assisté, l’on culpabilise le malade, cette feignasse, l’on stigmatise le chômeur, ce fraudeur, ne pas participer au productivisme ambiant finit par relever du crime contre l’humanité.

Cette humanité tellement performante.

A l’heure où les retraités plébiscitent la valeur travail, où les profits se font sur le labeur des autres, où l’on s’enrichit au poker menteur détaxé, au Caca rente défiscalisé, glander pourrait bien finir par vous conduire en camp de travail.

"ARBEIT MACHT FREI"

bande-dessinee-gaston-lagaffe-00017.gif

Et pourtant dieu sait si le somptueux glandeur, le glandouilleur magnifique, le Gaston Lagaffe de l’open space, ce poète de l’inutile, ce conquistador du pas grand chose, du pas rentable, du pas compétitif et du pas performant, a son rôle social.

Il invente, crée, observe. Il fluidifie les relations. Il apaise les tensions. Il porte la fantaisie, comme le désordre et donc la vie même par petites touches frivoles d’humanité.

Il est la légèreté dans le lourd. La respiration dans le frénétique. L’empêcheur en rond au sein même du carré. La sagesse par l’inertie.

Que seraient les éditions Dupuis sans son héros sans emploi ?

Quand je dis glander je ne parle pas forcément de se gratter les couilles, vautré devant la télé à bouffer des « Granola », ce qui peut m’arriver.

Quand je dis glander, je pense à l’art de ne rien faire.

A cette capacité à être en bonne compagnie avec soi. A traînasser rêvasser, à faire des plans sur la comète en hamac.

A cette faculté à traîner, flâner, lambiner, à compter les secondes. A profiter des petits moments d’éternité qui s’égrènent. A vivre à l’écoute de soi, sans tripoter son I phone pour se fuir et s’occuper les doigts.

A être en attente mais de rien. En partance pour nulle part. A errer dans son propre no man’s land, son propre terrain vague. A ne pas vaquer, ne pas courir, à ne pas faire et défaire.

A s’ennuyer douillettement, à paresser sous la couette. A se laisser aller à la mélancolie des choses. A remettre au lendemain. A baguenauder, musarder, vadrouiller. A perdre son temps plutôt que le gagner tout en se foutant bien de le gérer.

A Revendiquer sa non rentabilité, sans rien revendiquer du tout que le luxe de se laisser vivre. A se suffire du contemplatif.

Il faut un vrai talent pour ne rien faire sans déprimer. Pour faire une œuvre de son désoeuvrement.

80d136466beea9dd48ee8de5be2922f4_29-1.jpg

Quand je dis glander, je ne pense pas forcément à l’oisiveté, mère de tous les vices, péché capital, mais à l’art de passer des heures à regarder les fourmis s’agiter, à ne pas se lever pour ne pas réveiller le chat sur ses genoux, à refaire le monde à la machine à café, à s’adonner à une activité sans souci de produire ou d’atteindre quelque objectif que ce soit, rationalisé.

Je pense à l’art de la gratuité.

A l’heure donc, où le capital incompétent et sans scrupules, tellement efficace qu’il nous refile sa dette pour mieux nous spéculer, considérons l’art de la glandouille comme une arme subversive, une forme de guérilla par le sabotage passif.

Glandeurs de tous pays unissons nous.

tgb

 

Lire : Eloge de l’oisiveté - Bertrand Russel, Le Droit à la paresse - Paul Lafargue

13:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (37)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu